Condor. Caryl Férey

Condor, le dernier roman de Caryl Férey nous entraine de Santiago au désert d’Atacama, des quartiers pauvres aux terres riches, mais avant tout dans l’histoire du chili, et c’est passionnant !

DomiCLire_condor.jpgPour une première fois, quelle aventure ! Je n’avais encore jamais lu de roman de Caryl Férey, voilà qui est fait et surtout qui me donne envie de me plonger dans ses autres opus.

Condor, ça commence par une enquête qui nous mène des bas-fonds de Santiago au désert d’Atacama au Chili. Dans cette banlieue pauvre et abandonnée du pouvoir en place, en une semaine, quatre jeunes meurent de façon confuse, arrêt cardiaque, overdose, les parents s’interrogent, mais la police bâcle l’enquête, ces vies-là valent trop peu pour s’en préoccuper.
Condor, c’est un univers d’où émergent des Justes. Gabriela, indienne mapuche, vidéaste, elle filme tout ce qu’elle voit, veut comprendre et faire éclater la vérité, pour qu’enfin on prenne en considération ces pauvres oubliés du pouvoir en place. Estéban, avocat pourfendeur des causes perdues, fils d’une famille dont la richesse est à ses yeux illégitime car issue des sombres années, est prêt à aider pour faire éclater la vérité. Tout oppose ces deux personnages que tout va rapprocher dans une enquête sombre et violente qui les entraine dans les coulisses de l’histoire de leur pays.
Condor, c’est un plan élaboré sous les années Pinochet – là je ne vous en dis pas plus- c’est surtout une évocation qui va des années noires d’Allende aux années de plomb de Pinochet, de la répression sanglante aux balbutiements d’une démocratie qui ne s’applique pas encore à tous. Un très bon polar, qui m’a vraiment transportée dans un univers de violence et de compromissions, sur fond de CIA interventionniste, de différence de classe exacerbée par l’histoire, dans un pays où les indiens Mapuche sont chassés de ces territoires riches en terres rares et sources de convoitises multiples, bercé de prières chamaniques et de quelques verres de Pisco Sour. On y croise avec émotion Pablo Neruda et Victor Jara, emblématiques personnalités de l’Histoire récente du Chili.

Caryl Férey est un auteur qui met la barre haut, en abordant des sujets politiques, avec lui le polar se fait historique, social, violent, pour écrire il faut de l’ambition et le lecteur apprécie le résultat. L’auteur connait bien ce pays et cela se sent dans ces lignes, dans les ambiances, au détour d’un village, d’un paysage désertique où l’on va suivre Gabriela et Estéban, au fond d’un bar, un verre à la main… Allez, j’ai bien envie d’aller le goûter ce Pisco Sour, pas vous ?

Pour compléter la lecture de Condor, vous pouvez aller voir la Conversation privilégiée d’Antony avec Caryl Férey sur lecteurs.com et la chronique d’Antony sur son blog.


Catalogue éditeur : Gallimard

DomiClire-Caryl_Ferey
Avec Caryl Férey, remise prix du meilleur polar des lecteurs de Points

Condor, c’est une plongée dans l’histoire du Chili. De la dictature répressive des années 1970 au retour d’une démocratie plombée par l’héritage politique et économique de Pinochet. Les démons chiliens ne semblent pas près de quitter la scène…
Condor, c’est surtout une histoire d’amour entre Gabriela, jeune vidéaste mapuche habitée par la mystique de son peuple, et Esteban, avocat spécialisé dans les causes perdues, qui porte comme une croix d’être le fils d’une grande famille à la fortune controversée…

416 pages, sous couverture illustrée, 155 x 225 mm / Genre : Romans et récits / Sous-genre : policiers Catégorie > Sous-catégorie : Policiers > Thrillers / Époque : XXIe siècle / ISBN : 9782070143528

La femme au colt 45. Marie Redonnet

« La femme au colt 45 » un roman de Marie Redonnet. Sa superbe couverture au graphisme poétique donne immédiatement envie de tourner les pages pour savoir ce qui s’y cache.

Domi_C_Lire_la_femme_au_colt_45_le_tripodeNous faisons connaissance avec Lora. Elle vit en Azirie, pays tombé sous la dictature, et qu’elle doit fuir impérativement le plus rapidement possible, son mari ayant déjà été arrêté par le nouveau pouvoir en place. Elle est comédienne, à priori peu apte  à s’enfuir et traverser des terrains peu engageants pour atteindre le pays voisin, la Santarie. Mais gagner la liberté et la vie sauve, cela n’a pas de prix, elle y parviendra, déjouant plus ou moins bien les pièges, les agressions commises de tous temps par les hommes qui profitent de la faiblesse apparente ou temporaire des femmes, pour se retrouver, s’affirmer, se libérer des oppressions quelles qu’elles soient.

Liberté gagnée par la force de ce colt 45, ce fil conducteur du récit, qu’elle cache sur elle et qui provisoirement au moins, va la protéger. Il lui vient de son père, seul lien vers le passé, elle qui part vers d’autres horizons pour y trouver une vie nouvelle et avant tout cette liberté chèrement gagnée. Car pour partir il faut quitter son mari et son fils, et la liberté se fera au prix d’une émancipation gagnée de haute lutte contre ces hommes qui s’affirment indispensables. Les pages se tournent vite, un peu trop court peut être, on se croirait dans le scénario d’une pièce de théâtre, où l’actrice déclame son texte, et une voix off situe les scènes, donnant au roman un côté un peu décalé et surprenant.

💙💙💙


Catalogue éditeur

L’Azirie est tombé sous le joug d’une dictature. Lora Sander décide de fuir le pays. Sa vie de comédienne est devenue impossible. Elle prend le chemin de l’exil et rejoint l’État limitrophe de Santarie, munie de son colt 45.
Il avait très envie de venir visiter ma cabine à bord de l’Arche de Noé. Je lui ai répondu que pour moi les jeudis soirs c’était fini. Plutôt me passer d’un homme que d’être sous son emprise. Il ne suffit pas que j’aie vendu mon colt. Même absent, comme la jambe d’un amputé, il continue de me faire mal. »
Roman / 112 pages / 9782370550750 / Prix: 15,00 € / Parution: 7 janvier 2016

La dernière nuit du Raïs. Yasmina Khadra.

Entrer dans la tête d’un tyran, exercice difficile, mais avec « La dernière nuit du Raïs », Yasmina Khadra nous embarque dans les pensées complexes de Kadhafi lors de la chute du dictateur Libyen.

khadra brive
Yasmina Khadra à la Foire du Livre de Brive © DCL DS 2015

Comme toujours avec les romans de Yasmina Khadra, j’ai eu du mal à lâcher « la nuit du Raïs » que j’ai lu d’une traite, alors que j’étais à demi réfractaire au sujet. Mais inconditionnelle de l’auteur, je ne pouvais pas le laisser passer.
Dès le début, le ton est donné puisque l’auteur s’exprime à la première personne. On s’engouffre alors au plus complexe et au plus sombre des pensées de Mouammar Kadhafi, pendant cette nuit du 19 au 20 octobre 2011, alors qu’il s’est réfugié avec sa garde rapprochée dans une école à l’abandon de la ville de Syrte, et que son pays est à feu et à sang. Difficile d’imaginer les idées de ce chef d’état, le frère guide de son peuple, ce mégalo qui a su à la fois rassembler un pays fait de tribus disparates et qui s’affrontaient sans relâche, et dictateur sanguinaire prêt à anéantir tous ceux qui se mettaient en travers de son chemin.

Issu du clan de Ghous,  Bédouin né de père inconnu dans la tribu des Kadhafa, Mouammar Kadhafi a régné en maître sur la Lybie pendant plus de quarante ans. En 1969, alors qu’il est encore très jeune, il renverse le pouvoir en place, arrive rapidement au plus haut niveau de l’état, et prend sa revanche sur une enfance qui l’a laissé amer et assoiffé de vengeance et de reconnaissance. Imposant ses idées au monde, reçu par les grands de ce monde, arrogant et fier, c’est aussi un homme qui n’hésite pas à financer et encourager les actes terroristes, prédateur sexuel sans limite ni morale, il emprisonne ou fait exécuter ses opposants, il a régné en dictateur sur son peuple qui en cette nuit de 2011 le traque sans relâche.

Difficile de se mettre dans la tête d’un tyran. Pourtant l’auteur y réussit à merveille. Rien n’est de trop, rien n’est dit qui n’aurait pas dû être. Aucun jugement, aucun à priori, juste les souvenirs qui s’égrènent, les pensées que l’on imagine rapidement être réellement celles du Raïs, tant elles paraissent crédibles, la peur, l’arrogance, la colère, le mépris, la haine parfois, pour ceux qu’il a conquis, pour ceux qui le servent, ceux qui lui sont fidèles, ceux qui le craignent, ceux qui le trahissent, cette fierté, cette supériorité, cette assurance d’avoir rempli sa mission, assuré son devoir de chef d’état, même lorsqu’il ordonnait les pires massacres. Et puis les souvenirs de son enfance, qui font parfois de lui un homme comme un autre, qui le rendent presque humain et non dictateur sanguinaire aux yeux du lecteur, proche d’un Dieu qui serait son guide, aimant son pays, fier d’avoir réussi l’unification de cette Lybie peuplée de tribus guerrières rivales.

Une fois de plus, Yasmina Khadra nous embarque dans ce court roman qui laisse un goût étrange, l’image d’un homme qu’il est impossible d’aimer, mais qui devient pourtant à travers ces lignes à nouveau presque humain.

💙💙💙

Catalogue éditeur : Julliard

« Longtemps j’ai cru incarner une nation et mettre les puissants de ce monde à genoux. J’étais la légende faite homme. Les idoles et les poètes me mangeaient dans la main. Aujourd’hui, je n’ai à léguer à mes héritiers que ce livre qui relate les dernières heures de ma fabuleuse existence.
Lequel, du visionnaire tyrannique ou du Bédouin indomptable, l’Histoire retiendra-t-elle ? Pour moi, la question ne se pose même pas puisque l’on n’est que ce que les autres voudraient que l’on soit. »
Avec cette plongée vertigineuse dans la tête d’un tyran sanguinaire et mégalomane, Yasmina Khadra dresse le portrait universel de tous les dictateurs déchus et dévoile les ressorts les plus secrets de la barbarie humaine.

Parution : 20 Août 2015 / Format : 130 x 205 mm / Nombre de pages : 216 / Prix : 18,00 € / ISBN : 2-260-02418-1

Azadi, Saïdeh Pakravan

Découvrir Théhéran par la voix de Saïdeh Pakravan, dans ce roman singulier et bouleversant

Téhéran 2009, malgré l’interdiction et dans un climat particulièrement tendu, des milliers d’iraniens investissent les rues de la ville pour s’insurger contre le résultat des élections. Les policiers sont partout présents, usant de grenades lacrymogènes et de matraques pour disperser les manifestants. Étudiants appartenant à la classe aisée, femmes voilées, personnes de tous âges, enfants, sont vite réprimés par les bassjidjis qui n’hésitent pas à frapper et à emprisonner.

Raha et ses amis comptent parmi eux. Au cours d’une de ces manifestations, Raha sera arrêtée, emprisonnée, et subira les pires sévices. De retour presque miraculeusement dans sa famille, alors que ses projets de vie volent en éclats, elle va tenter de se reconstruire sur les cendres des illusions perdues de son adolescence.

manifs

Les protagonistes et les expériences se succèdent pour donner une image assez précise, à plusieurs voix, de l’Iran actuel, mais aussi de celui du Shah, que certains osent à peine regretter, de celui de Khomeiny, instaurateur d’une république islamiste contraignante, liberticide et si peu bienveillante, mais également entre les lignes, de l’Iran de demain rêvé par la jeunesse parfois bien naïve et pourtant souvent optimiste d’aujourd’hui.

Saïdeh Pakravan le raconte à travers la voix de plusieurs personnages vivant dans l’entourage de Raha, étudiante en architecture, issue d’une famille aisée de Téhéran. Les voix se succèdent, en particulier celles de Nasrine, sa mère ; Celle de Gita, qui vit aux États Unis et revient quelque temps à Téhéran, spectatrice impuissante dans son propre pays ; D’Homa, chirurgien à l’hôpital, elle voit chaque jour les méfaits du pouvoir ; De Pari, qui vit dans l’opulence, protégée par les excellentes relations de son mari avec le pouvoir en place ;  De Mina, gardienne de prison par nécessité, mais qui a un cœur gros comme ça et saura aider Raha ; De Hossein, gardien de la révolution, religieux par tradition familiale plus que par conviction, policier par nécessité, issu d’un milieu modeste, il tombe amoureux de Raha sans pouvoir se l’avouer ni réaliser son rêve ; De Kian, étudiant, fiancé à Raha, qui ne saura jamais dépasser les apparences ni les préjugés.

Des voix qui racontent les gardiens de la révolution, les règles qu’il faut suivre mais qu’on ne connait pas toujours, la police des mœurs qui contrôle la longueur d’un voile, qui vérifie que les femmes circulent bien avec un homme ayant un lien de parenté avec elles, sinon gare à elles.

Qui parlent de la condition des femmes, si peu reconnues, souvent si maltraitées, elles qu’un homme peu violer en toute liberté à condition d’avoir prononcé les mots lui accordant un « mariage temporaire », elles aussi que l’on va violer avant de les exécuter, car sinon vierges, elles entreraient tout droit au paradis.

Qui évoquent les contradictions d’un peuple, les moyens de s’évader des contraintes, surtout quand on appartient à la classe aisée, qui présente cette jeunesse qui rêve d’ailleurs et de liberté, d’une piscine privée où bravant les interdits, filles et garçons vont se baigner ensemble, de films téléchargés illicitement, d’internet, des réseaux sociaux qui ouvrent au monde.

azadi tour

C’est particulièrement intéressant d’entendre ces différents points de vue, même si forcément ils sont aussi issus du propre vécu de l’auteur. Au début je me suis un peu perdue dans la multiplicité des personnages, mais au final juste quelques-uns sont importants dans le récit, les autres servant essentiellement à ajouter une opinion, une vision propre à leur condition. Le rythme du roman est parfois dense, ajoutant à l’intrigue une description de la situation politique du pays, et c’est aussi ce qui fait son intérêt. Les chapitres alternent avec aisance, d’un personnage à l’autre, d’un témoignage à l’autre, on tourne les pages, on vit avec Raha, ses aspirations de jeune femme un peu naïve, d’étudiante, sa chute et son combat. L’insertion de mots persans est agréable car immédiatement traduits, pas en bas de page ou en annotations lointaines, ils sont facile à assimiler à mesure de la lecture. Ils sont là comme une mélodie qui donne son rythme au roman, inconnu, singulier, bouleversant, musical.

Catalogue éditeur : Belfond

Azadi signifie « liberté » en persan. Certains la rêvent et d’autres paient le prix pour la vivre.
Lauréat du Prix de la Closerie des Lilas 2015
Téhéran, juin 2009. Après des élections truquées, une colère sourde s’empare de la jeunesse instruite de Téhéran. Dans la foule des opposants la jeune Raha, étudiante en architecture, rejoint chaque matin ses amis sur la place Azadi pour exprimer sa révolte, malgré la répression féroce qui sévit. Jusqu’au jour où sa vie bascule. Après son arrestation, et une réclusion d’une violence inouïe, ses yeux prendront à jamais la couleur de l’innocence perdue…
Tout en levant le voile sur une psyché iranienne raffinée et moderne, sans manichéisme et avec un souffle d’une violente beauté, Azadi raconte de façon magistrale le terrible supplice de celle qui cherche, telle une Antigone nouvelle, à obtenir réparation. Et à vivre aussi… là où le sort des femmes n’a aucune importance.

Saïdeh Pakravan, écrivaine franco-américaine de fiction et poète, est née en Iran. Ayant grandi dans un milieu francophone, elle s’installe à Paris, participant, après la révolution iranienne de 1979, à un mouvement de libération de l’Iran.
Publiée dans de nombreuses revues littéraires et anthologies, lauréate de prix littéraires dont le prix Fitzgerald, Saïdeh Pakravan est également essayiste et critique de film.

Date de parution : 22/01/2015 / EAN : 9782714460158 / pages : 448 / Format : 134 x 190 mm / 19.00 €

L’Arabe du Futur, Riad Sattouf

L’Arabe du Futur, de Riad Sattouf a reçu le Fauve d’Or au Festival d’Angoulême 2015

arabe_c12

Une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984) est le premier tome d’une série de trois.

Le père de Riad est Syrien, sa mère, bretonne. Ils se sont rencontrés à la Sorbonne. Jeune diplômé, le père de Riad est nommé professeur à l’université de Tripoli, en Lybie. Nous découvrons avec les yeux d’un enfant de deux ans les incohérences d’un pays dans lequel il est permis de s’approprier une maison, mais où les approvisionnements en vivres sont comptés et leur distribution sources de nombreux conflits et insultes. Même si parfois les bananes sont distribuées à profusion (eh bien oui, le guide suprême les aime tant !). Un jour de distribution pour les femmes, un jour pour les hommes, source de découvertes d’attitudes différentes pour notre jeune Riad. Puis la famille part à Homs, en Syrie, où se trouve la famille du père. Là aussi, omniprésence de Hafez el-Assad, trafic, dessous de table, brutalité des enfants entre eux, railleries, tromperie familiale, influence de la société et de la famille sur les habitudes de chacun, tout y passe. Nous sommes dans les années 80, il n’y a pas encore de guerre dans ces pays, tout semble encore possible.

Les éléments de vie du jeune Riad sont décrits dans le déroulé de l’histoire, les couleurs de fond changent avec les pays et en filigrane une « voix off » nous explique les évènements et la vie du pays. Le père qui n’est pas à une incohérence près se laisse influencer par la famille et par la société qui l’entoure. Le jeune Riad découvre les méandres et la complexité des relations familiales, surtout lorsque deux mondes se côtoient sans pour autant se connaître ou se comprendre.  J’ai d’ailleurs parfois du mal à concevoir le manque de réaction de la mère face à certaines situations. C’est une BD très singulière que j’ai lue très rapidement. C’est ma première approche de cet auteur et j’ai très envie de découvrir la suite des aventures de Riad, le petit blondinet au look un peu baba cool.

Catalogue éditeur : Allary éditions

Né d’un père syrien et d’une mère bretonne, Riad Sattouf grandit d’abord à Tripoli, en Libye, où son père vient d’être nommé professeur. Issu d’un milieu pauvre, féru de politique et obsédé par le panarabisme, Abdel-Razak Sattouf élève son fils Riad dans le culte des grands dictateurs arabes, symboles de modernité et de puissance virile. En 1984, la famille déménage en Syrie et rejoint le berceau des Sattouf, un petit village près de Homs. Malmené par ses cousins (il est blond, cela n’aide pas…), le jeune Riad découvre la rudesse de la vie paysanne traditionnelle. Son père, lui, n’a qu’une idée en tête : que son fils Riad aille à l’école syrienne et devienne un Arabe moderne et éduqué, un Arabe du futur.

Ce premier tome couvre la période 1978-1984. L’Arabe du futur a reçu le prix RTL BD de l’année 2014, le Prix BD Stas/Ville de Saint-Etienne, 2014 et le Fauve d’Or – Prix du Meilleur Album du Festival international de la Bande Dessinée d’Angoulême 2015.

L’un des cinq livres français les plus traduits dans le monde en 2014 : États-Unis, Allemagne, Brésil, Corée, Danemark, Espagne et Catalogne, Finlande, Italie, Norvège, Pologne, Portugal, Pays-Bas, Suède.

Riad Sattouf est l’auteur de nombreuses bandes dessinées, parmi lesquelles Retour au collège, Pascal Brutal (Fauve d’or 2010) ou La vie secrète des jeunes. Il est également cinéaste (Les beaux gosses, César du meilleur premier film ; Jacky au royaume des filles).

Roman graphique 160 pages / 170 X 240 mm / 20,90€ / Paru 15 mai 2014 / EAN : 978-2370730145