L’habitude des bêtes. Lise Tremblay

Lise Tremblay signe avec « L’habitude des bêtes » un roman sur la vie où la nature prend  toute sa place dans le majestueux décor des forêts canadiennes

Domi_C_Lire_l_habitude_des_betes_lise_tremblay_delcourt

Au Québec, dans le parc national du Saguenay, Benoit Lévesque passe des jours tranquilles avec son chien Dan. Depuis des années, il a abandonné Montréal et son métier de dentiste pour venir s’installer dans son chalet au bord du lac.

Dans sa vie d’avant, il y a son ex-femme, qui a refait sa vie et à qui il ne parle plus vraiment … et surtout sa fille Carole, la mal aimée par des parents qui ne l’ont jamais comprise, par elle-même qui rejette sa propre image – elle se veut plate, sans sexe apparent – soignée en psychiatrie quand il aurait certainement fallu comprendre un problème d’identification, de genre et d’acceptation de soi. Il y a surtout Dan, ce chiot arrivé tout à fait par hasard dans son existence, mais qui se meurt aujourd’hui, Dan qui lui a prouvé qu’on pouvait aimer, aimer un chien, aimer les gens autour de soi, aimer l’autre.

A la lisière du parc, dans la forêt, les loups rodent, et dans ces contrées encore isolées, la loi est celle des hommes, pas celle de la justice. Aussi quand les chasseurs décident de « faire le ménage » pour protéger leurs futurs trophées de chasses, ces orignaux blessés et abimés par les loups, la tension monte entre Rémi, qui n’a jamais quitté la région, son neveu Patrice, qui est le garde du parc national, et les chasseurs qui appartiennent aux familles puissantes du village.

Tout au long du roman le lecteur sent une menace qui pèse sur l’équilibre de la population. Une tension monte entre les hommes. Le lecteur perçoit cet équilibre permanent entre la vie et la mort, la maladie et la vieillesse, entre la sauvagerie et la civilisation aussi , même si on peut se demander parfois lequel est le plus civilisé…

L’appréhension de la mort, le fatalisme avec lequel elle est acceptée voire attendue par la vieille Mina est très touchante et m’a fait penser au très émouvant film La Ballade de Narayama dans lequel cette vieille femme part vers les montagnes pour attendre la mort. Les préparatifs de Mina, la façon dont elle règle les choses pour que tout soit facile pour ceux qui devront s’occuper d’elle, est exemplaire.

Finalement, malgré une légère frustration, car cette tension m’a fait attendre une catastrophe qui ne vient pas, L’habitude des bêtes restera pour moi une lecture d’impressions, de moments de vie, d’échanges avec la nature, et de regards envers la mort, celle des êtres qui nous sont chers et la nôtre aussi sans doute. Lise Tremblay nous démontre que dans ces territoires où la nature est toute puissante il ne reste que l’essentiel, les sentiments, la vie, la mort, tout le reste est accessoire.

💙💙💙

Catalogue éditeur : Delcourt littérature

« J’avais été heureux, comblé et odieux. Je le savais. En vieillissant, je m’en suis rendu compte, mais il était trop tard. Je n’avais pas su être bon. La bonté m’est venue après, je ne peux pas dire quand exactement. »

C’est le jour sans doute où un vieil Indien lui a confié Dan, un chiot. Lorsque Benoît Lévesque est rentré à Montréal ce jour-là, il a fermé pour la vie son cabinet dentaire et les volets de son grand appartement. Ce n’est pas un endroit pour Dan, alors Benoît décide de s’installer pour de bon dans son chalet du Saguenay, au cœur du parc national. Lire la suite…

Lise Tremblay est née à Chicoutimi. En 1999, son roman La Danse juive lui a valu le Prix du Gouverneur général. Elle a également obtenu le Grand Prix du livre de Montréal en 2003 pour son recueil de nouvelles La Héronnière (Leméac, Babel). Elle a fait paraitre trois romans au Boréal : La Sœur de Judith (2007), Chemin Saint-Paul (2015) et L’Habitude des bêtes (2017).

EAN : 9782413010265 / Parution le 22 août 2018 / 128 pages / 15€

Publicités

L’apocalypse selon Magda. Chloé Vollmer-Lo. Carole Maurel

Et si la fin du monde était annoncée ? Comment réagir, que deviennent ceux que l’on aime ? C’est ce que nous racontent en BD Chloé Vollmer-Lo et Carole Maurel dans « L’apocalypse selon Magda.

Apocalypse selon MagdaMagda a 13 ans, demain c’est son anniversaire, elle l’espère, sa journée sera belle. Mais hélas, ce jour-là, le monde entier apprend avec stupeur, et tous les scientifiques s’accordent pour le dire, que la fin du monde est pour dans un an. C’est sûr, c’est évident, rien ne peut contredire cette dramatique affirmation.
Comment réagir lorsque l’on apprend une aussi terrible nouvelle ? Vivre tout ce qu’on n’aura jamais le temps de vivre ? Continuer comme avant ? Se tourner vers le mysticisme ? Aller à l’école, au collège, au travail ? Magda devient une jeune femme, période normalement particulièrement importante dans une vie. Elle a envie de découvrir l’amour, premier baiser, premiers amours, de rencontrer de nouveaux amis, faut-il goûter à tout ce qui est défendu, aux paradis artificiel, jouir de la liberté d’aller et d’agir, tout vivre. Autour d’elle tout un monde s’écroule, où est la vérité, la question est difficile…

Un an, c’est tout juste quatre saisons, quatre saisons qui découpent l’histoire. Des couleurs sombres, parfois tristes, des plans de foule, de rues, ou au contraire des plans rapprochés nous emmènent au cœur de l’intimité de Magda. L’année se déroule sous nos yeux avec toute la complexité des réactions engendrées par le désespoir quand la fin est inéluctable.

💙💙💙💙


Catalogue éditeur

L’apocalypse annoncée il y a un an n’aura finalement pas lieu ! Tandis que l’humanité tout entière célèbre la nouvelle, Magda, 14 ans, est dévastée. Pourquoi ? Pour le comprendre, il faut revenir en arrière, à ce jour où Magda décide qu’elle mourra sans regrets. D’amours maladroites en paradis artificiels, sous le compte à rebours des saisons, la jeune fille se découvre à elle-même, dans un monde d’adultes dépassés par les événements.

Date de parution : 27/01/2016 / ISBN : 978-2-7560-6307-2 / Scénariste : VOLLMER-LO Chloé / Dessinateur : MAUREL Carole / Coloriste : MAUREL Carole

L’esprit du 11 janvier ; une enquête mythologique. Lehman. Gess.

Un opus tout en nuances de gris, pour nous rappeler qu’après l’horreur, un moment de communion exceptionnel s’est créé pour affronter le désespoir.

L'Esprit du 11 janvier - Une enquête mythologiqueEn un peu moins de cent pages L’esprit du 11 janvier est un retour percutant sur ces attentats qui ont frappé la France en 2015. Dans un récit tout en finesse, en dégradés de gris, noir et blanc qui mêle l’enquête, la superstition, les hasards malheureux et pour le moins surprenants qui font, quand on les observe après coup, qu’on se dit que « peut-être… », les témoignages des acteurs, les auteurs reviennent sur les drames qui ont endeuillé le pays. Pour ne pas oublier, pour comprendre, pour honorer, bien tristement puisque quelques mois après, l’horreur frappait à nouveau en France et presque quotidiennement de par le monde.

Sous la forme d’un récit, le scénario de Serge Lehman et le graphisme de Gess font parler les personnages, rappelant au lecteur les faits, les mots, les engrenages et les hasards malheureux, de Houellebecq à Luz, des victimes aux témoins, des rescapés aux familles de victimes, des phrases prononcées par ceux qui ont vécu l’horreur, qui ont souffert ou par ceux qui l’ont commentée, les autres, qui tentent à leur tour d’expliquer. Juste équilibre entre la réalité et la fiction, entre les dessins fouillés et détaillés et ceux juste esquissés, à la fois enquête et témoignage, unissant rêverie et réalité, « L’esprit du 11 janvier » est comme une tentative d’explication de ce qui s’avère au final indicible et inacceptable. Un témoignage fort pour ne rien oublier.

💙💙💙💙


Catalogue éditeur : Delcourt

C’est à une rêverie que nous convient Serge Lehman et Gess dans ce retour sur les attentats qui ont frappé la France. Mais aussi une enquête sur les petits faits étranges qui ont scandé la tragédie : coïncidences, thèmes qui se répondent, personnages dédoublés, signes du ciel, etc. Les auteurs explorent,  par jeu autant que par refus de céder au désespoir, la possibilité d’un miracle que personne n’aurait vu.

Scénariste : LEHMAN Serge / Illustrateur : GESS
Date de parution : 06/01/2016 / ISBN : 978-2-7560-7631-7