La plus précieuse des marchandises, Jean-Claude Grumberg

C’est un conte qui dit la vie, l’amour, l’enfant… C’est un conte indispensable qui dit l’indicible. C’est peut être une Histoire vraie…

La plus précieuse des marchandises c’est la vie. Celle qui est donnée, celle qui est offerte, celle qui part en fumée à l’arrivée des wagons plombés dans les plaines au bout de la forêt, au bout de l’hiver, du froid et de la faim. Dans ces wagons passent hommes et femmes, vieillards et enfants, meurtris, bientôt oubliés du monde quand, à leur arrivée au camp, ils sont triés, puis pour la majorité d’entre eux envoyés à la mort.

Dans ce conte, il y a une grande forêt où chaque jour une vieille bûcheronne regarde ces trains qui passent dans un sens puis dans l’autre, elle rêve de voyages et d’ailleurs. Elle espère elle ne sait quoi, pourtant souvent tombent des trains des petits papiers qu’elle garde, sur lesquels sont écrit ces mots qu’elle ne comprend pas. Jusqu’au jour où tombe du wagon un petit paquet emmailloté dans un châle somptueux tissé de fils d’or.

Dans ce paquet, une petite fille, cadeau du ciel qu’elle va nourrir et élever contre l’avis du bucheron son époux, contre l’avis de la population alentour, avec l’aide de l’homme des forêts, prenant la fuite au péril de sa vie pour la sauver.

Voilà un contenu absolument émouvant pour dire la solution finale, la mort et que l’auteur a voulu rendre universel en choisissant de l’exprimer sous la forme du conte. Pour montrer sans doute aussi qu’au plus noir des hommes il reste parfois un espoir de vie. Ce texte qui parle à chacun de nous, partout, est à la fois sombre et empreint d’une grande humanité. Cette femme qui élève cet enfant qu’on lui refuse, dans ce pays où il était si facile de fermer les yeux face à l’extinction programmée de tout un peuple. Ce père qui va choisir entre ses enfants m’a forcément fait penser au Choix de Sophie, douleur, espoir, culpabilité, tout est dans le geste, celui qui sauve et celui qui condamne, et cependant il y a tant d’espoir dans ces pages.

Roman lu dans le cadre de ma participation au jury du Prix des lecteurs BFM l’Express

Écrivain et dramaturge, Jean-Claude Grumberg est né à Paris en 1939, dans une famille juive. Il est hanté par l’arrestation, sous ses propres yeux, de son père emmené à Drancy et déporté par le convoi 49, parti pour Auschwitz le 2 mars 1943.

Catalogue éditeur : Seuil

Il était une fois, dans un grand bois, une pauvre bûcheronne et un pauvre bûcheron.
Non non non non, rassurez-vous, ce n’est pas Le Petit Poucet ! Pas du tout. Moi-même, tout comme vous, je déteste cette histoire ridicule. Où et quand a-t-on vu des parents abandonner leurs enfants faute de pouvoir les nourrir ? Allons…
Dans ce grand bois donc, régnaient grande faim et grand froid. Surtout en hiver. En été une chaleur accablante s’abattait sur ce bois et chassait le grand froid. La faim, elle, par contre, était constante, surtout en ces temps où sévissait, autour de ce bois, la guerre mondiale.
La guerre mondiale, oui oui oui oui oui.

Date de parution 10/01/2019 / 12.00 € TTC / 128 pages / EAN 9782021414196

Les âmes silencieuses, Mélanie Guyard

Aborder le thème de la seconde guerre mondiale avec une fille-mère tondue à la libération, pari osé mais pari tenu par Mélanie Guyard dans « Les âmes silencieuses ».

De nos jours, Loïc est un trentenaire paumé, cynique, blasé, chômeur et futur divorcé. Le coup de poing dont il a gratifié son rival lui vaut quelques séances fastidieuses chez un psy plus ennuyeux que compatissant. Aussi, lorsque sa mère lui demande de partir dans le Berry vider la maison familiale, Loïc n’a plus rien à perdre et descend se réfugier dans le travail et les souvenirs d’une famille qu’il ne connait quasiment pas.

A peine arrivé, les piliers de bar du village lui jettent à la figure des mots qui ont de mauvais relents de seconde guerre mondiale, de ces qu’en dira-t-on qui ont poursuivi sa grand-mère toute sa vie. Rapidement, alors que les tensions s’apaisent, les secrets se dévoilent.  De 1942 à 1944, dans le village occupé, Héloïse a fauté, accompagnant chaque jour un bel officier allemand dans les bois. Puis Héloïse a mis au monde Anaïs, la mère de Loïc. Tondue à la fin de la guerre, fille-mère à une époque où cela ne se faisait pas, Héloïse a pourtant toujours gardé ses secrets. La vérité sur cette relation, qui est le père, autant de mystères pour tous comme pour son petit-fils.

Lorsqu’il entreprend le déblayage du grenier, Loïc découvre un échange épistolaire entre Héloïse et un mystérieux J. Commence alors une enquête familiale à rebours, pour savoir et comprendre.  Il rencontre la gentille et douce Mathilde, qui fuit elle aussi ses propres tourments. Tous deux se lancent dans une enquête complexe -ça tombe bien, Mathilde est flic- pour déterrer les secrets enfouis dans les granges, les bois, les cœurs et les âmes de ce village hors du temps. D’interrogation en découverte, chacun évolue, mais surtout comprend d’où il vient, et comment il va pourvoir avancer dans cette vie qu’ils ont tant de mal, l’un comme l’autre,  à appréhender.

Dans un style fluide et résolument moderne, l’auteur nous transporte entre deux époques et fait émerger toutes sortes de sentiments qui guident ses personnages à travers des temps tourmentés, la guerre, l’amour, la séparation, le deuil. Chacun ressent à sa façon les épreuves à affronter, et le lecteur se laisser habilement mener, malgré quelque indices semés au fil des pages, vers un final bien plus contemporain qu’il n’y parait.

Lors de la rencontre avec l’auteur, j’ai eu plaisir à l’écouter parler de ses questionnements, puis de ses certitudes et de son plaisir à écrire ce premier roman destiné aux adultes.

💙💙💙

Catalogue éditeur : Seuil

1942. Héloïse Portevin a tout juste vingt ans lorsqu’un détachement allemand s’installe dans son village. Avides d’exploits, son frère et ses amis déclenchent un terrible conflit. Pour aider ceux qu’elle aime, Héloïse prend alors une décision aux lourdes conséquences…

2012. Loïc Portevin est envoyé par sa mère au fin fond du Berry pour y vider la maison familiale après le décès de sa grand-mère. Loïc tombe sur une importante correspondance entre cette dernière et un dénommé J. Commence pour lui une minutieuse enquête visant à retrouver l’auteur des lettres.

Entre secrets de famille et non-dits, Loïc et Héloïse font chacun face aux conséquences de leurs décisions, pour le meilleur… et pour le pire.

Mélanie Guyard est professeur de biologie en région parisienne. Elle a publié sous le pseudonyme d’Andoryss une dizaine de bandes dessinées (aux éditions Delcourt) et plusieurs romans jeunesse. Les Âmes silencieuses est son premier roman en littérature adulte.

Date de parution 02/05/2019 / 18.90 € TTC / 320 pages / EAN 9782021419030

Par le vent pleuré. Ron Rash

Découvert en cette rentrée littéraire 2017 « Par le vent pleuré » le dernier roman de Ron Rash a tous les codes du thriller et l’écriture d’un roman classique.

DomiCLire_par_le_vent_pleure_ron_rash.jpg

Dès les premières pages, les ossements d’une jeune femme disparue depuis de très nombreuses années viennent de refaire surface,  mettant également au jour les ressentiments, les mensonges, les faux-semblants qui ont perturbé la vie d‘une famille entière. Même si l’enquête policière n’est pas prégnante, c’est bien une intrigue qui se dévoile au fil des pages, au fil des échanges, et que l’on découvre avec les personnages principaux, les deux frères Bill et Eugène.

Élevés  par leur mère suite au décès accidentel de leur père, mais surtout ayant subi une éducation fortement orientée par un grand-père tout puissant à qui rien de résiste, pas même sa belle-fille, les destins de ces deux jeunes hommes ont pris des tours bien différents.

Bill , l’ainé, le sage, le protecteur, le scientifique, est aujourd’hui un chirurgien reconnu pour son admirable maîtrise professionnelle, y compris lors des situations les plus difficiles et les plus désespérées, et pour son dévouement.

Eugène, le plus jeune, a au contraire raté sa vie, plongeant inexorablement dans l’alcool, ce compagnon des mauvais jours qui a éloigné de lui sa femme et sa fille.

La plus grande partie de l’intrigue se déroule pendant l’été 69, à cette époque les jeunes ont déjà gouté aux dogues légères, une grande liberté règne auprès d’une certaine jeunesse libérée, et Ligeia, cette jeune femme qu’ils rencontrent alors qu’ils sont à la pêche, n’est pas en reste. Chaque jour pendant quelques semaines, ils vont la retrouver, partager avec elle des moments de liberté, jusqu’au jour où elle disparait.

L’auteur se plait à dévoiler les caractères, les subtilités des échanges entre les deux frères et leur relation au grand-père, ainsi que la relation de celui-ci avec tous ceux qu’il a tenu sous sa coupe pendant de si longues années. De flash-back en retour au présent, Ron Rash distille une ambiance malsaine et une tension à la fois dans l’intrigue et dans la psychologie de ses personnages. La domination d’un grand-père tout puissant, les erreurs ou les hésitations de l’adolescence, les folies de la jeunesse, tout nous donne envie de vite en découvrir la fin. Qui plus est, l’auteur nous entraine dans des paysages des États Unis qu’apparemment il connait bien, donnant une dimension supplémentaire à son intrigue.

💙💙💙💙


Catalogue éditeur : Seuil

Traduit par : Isabelle Reinharez

Dans une petite ville paisible au cœur des Appalaches, la rivière vient de déposer sur la grève une poignée d’ossements, ayant appartenu à une jeune femme. Elle s’appelait Ligeia, et personne n’avait plus entendu parler d’elle depuis un demi-siècle.

1967 : le summer of love. Ligeia débarque de Floride avec l’insouciance et la sensualité de sa jeunesse, avide de plaisirs et de liberté. C’est l’époque des communautés hippies, du Vietnam, de la drogue, du sexe et du Grateful Dead. Deux frères, Bill et Eugene, qui vivent bien loin de ces révolutions, sous la coupe d’un grand-père tyrannique et conservateur, vont se laisser séduire par Ligeia la sirène et emporter dans le tourbillon des tentations. Le temps d’une saison, la jeune fille bouleversera de fond en comble leur relation, leur vision du monde, et scellera à jamais leur destin – avant de disparaître aussi subitement qu’elle était apparue.

À son macabre retour, les deux frères vont devoir rendre des comptes au fantôme de leur passé, et à leur propre conscience, rejouant sur fond de paysages grandioses l’éternelle confrontation d’Abel et de Caïn.

Date de parution 17/08/2017 / 19.50 € TTC / 208 pages / EAN 9782021338553

A la fin le silence. Laurence Tardieu

Dans son roman « A la fin le silence » Laurence Tardieu le montre bien, il y aura indéniablement dans le cœur des français un avant et un après, avant Charlie-Hebdo, avant l’horreur, avant que tout bascule.

« Ce dont je me souviens avec précision : la sensation dans tous le corps que le désastre avait commencé, qu’il n’aurait plus de fin. »

DomiCLire_Tardieu

Dans la vie de la narratrice, deux mondes disparaissent. Celui de la douceur de vivre, de l’enfance, du cocon qui protège, avec la vente inéluctable de la maison familiale, refuge de toute la famille depuis plusieurs décennies mais que plus personne n’a les moyens de conserver.

Fin d’un autre monde, celui d’un pays, d’une ville dans lesquels on circule sereinement, loin de bombes, de la mort, des attentats, mais qui sera plongée dans l’horreur et la stupéfaction après les attentats de l’année 2015.

Janvier 2015, Charlie Hebdo, hyper casher, plus jamais la vie et la ville ne seront vécues comme avant. Marcher paisiblement, prendre le métro, aller chercher ses enfants à l’école, faire ses courses dans le supermarché du coin, fut-il casher ou pas, prendre un verre avec des amis en terrasse, ou aller au concert, autant d’actes anodins qui font la vie de chaque jour, mais que la haine et la bêtise ont rendus si précieux et si rares, car tout peut s’arrêter, un instant on vit, l’instant d’après on n’est plus… C’est bref et terrible, et la compréhension de cet état de fait met la narratrice dans une posture de vertige, en perte de repère, comme si elle tombait dans un puits sans fin. Incapable de reprendre son équilibre, de vivre chaque moment, chaque instant, sans penser à sa finalité inéluctable, alors justement qu’en elle pousse la vie, celle de ce fils qu’elle mettra au monde au cours de cette année terrible.

Dans l’alternance des chapitres, il y a ceux qui évoquent le massacre, avec des phrases de plusieurs pages, aux mots répétés, au phrasé court ponctué simplement de virgules, comme une respiration impossible à trouver, qui montre bien l’état de vertige que l’on ressent alors, la perte d’équilibre, l’impression de tomber sans pouvoir se retenir, sans s’arrêter. Et il y a ceux qui racontent la maison familiale, la famille elle-même, les grands-parents, l’enfance, les souvenirs heureux d’étés fulgurants de bonheur, puis la mort de la mère, et l’après, la maison avec les amis, cette famille que l’on se choisit. Les souvenirs d’un parfum, d’un fruit, d’une musique, démontrent la beauté de ces instants qu’il faut savourer jusqu’au dernier, mais qu’on laisse si souvent passer sans les apprécier à leur juste valeur. Étrange roman qui tendrait plus de la réflexion intime que de la romance, qui montre la complexité des réactions face à l’horreur, celle qui nous frappe encore, à l’aveugle en cet été 2016, et que l’on a tant de mal à simplement appréhender. Assurément un roman fort, qui nous marque, car il est si proche de nos propres interrogations et qu’il verbalise nos craintes les plus intimes.

💙💙💙

Catalogue éditeur : Seuil

Décembre 2014. Depuis plusieurs semaines, la narratrice sait qu’elle va devoir vendre la maison de son enfance. Lieu des origines et de l’ancrage, de la mémoire familiale et de sa propre mémoire. Face à ce chagrin intime, écrire un livre lui semble la seule chose encore possible : trouver les mots pour, peut-être, sauver un peu de la maison avant qu’elle ne disparaisse de sa vie, lui restituer une part d’éternité.
Janvier 2015. La vague d’attentats qui frappe la France la laisse sans mots, comme dépossédée du monde tel qu’elle le connaissait. En elle, l’urgence s’est déplacée : que faire d’autre qu’écrire, pour tenter d’affronter l’innommable ? Au fil des semaines, sa vie va se jouer entre ce sentiment de fissuration du monde extérieur, que les attentats de novembre ne vont qu’intensifier, et celui de dépossession de son monde intime. Jamais le dehors et le dedans ne lui ont paru à ce point liés. Contrepoint paradoxal, insensé, de cet effondrement généralisé : tout au long de ces mois elle a porté un enfant, puis elle l’a mis au monde.

Littérature française / Romans : Cadre rouge / Date de parution 18/08/2016 / 16.00 € TTC / 176 pages / EAN 9782021313659

Défaite des maîtres et possesseurs. Vincent Message

« Défaite des maîtres et possesseurs » de Vincent Message, voilà un livre étrange qui tient à la fois de George Orwell et de la planète des singes, où les hommes ont changé de place, et qui fait sérieusement poser questions à ses lecteurs.

Nous sommes dans un futur incertain. Iris vient d’avoir un accident grave, et Iris vit chez Malo Claeys. Il doit régulariser sa situation le plus rapidement possible pour qu’elle puisse être opérée… Tiens… « émigration, sans papiers, voilà donc le thème ? » Pense-t-on à la lecture des premières pages. Mais non, pas du tout. Car si Malo Claeys travaille au ministère, Iris est une humaine de compagnie, ou d’élevage ? Ou de… ? Et là vous plongez, comme moi, dans cette version de notre terre colonisée par des êtres supérieurs, dans laquelle les hommes, ces maitres et possesseurs, ont changé de place, où ils sont traités comme ils le faisaient avec le reste de la planète. Voilà donc prétexte à nous placer en condition d’infériorité, celle que nous donnons sans remords ni scrupules à tout être vivant et aux animaux que nous considérons comme inférieurs, utiles, de compagnie, ou d’élevage. Et pour lesquels nous avons bien peu de pitié ou même simplement d’humanité.

Et si un jour la terre et ses occupants se révoltaient contre le pillage éhonté des ressources de la planète bleue et l’égoïsme des Hommes ? Et si les Hommes devenaient animaux à leur tour ? Et si… on s’interroge vraiment à la lecture de « Défaite des maitres et possesseurs »

Mais quelle est la valeur réelle d’une vie, quel droit avons-nous sur les autres ? Les situations décrites mettent parfois le lecteur dans une position assez désagréable. On en vient à se poser des questions sur son propre comportement, sur cette acceptation que l’on peut avoir de ce qui parait évident juste parce qu’on n’a pas envie de réfléchir, de comprendre. Transposez un élevage, un abattoir, une simple grillade, et vous ne verrez plus les choses de la même façon. Si au départ la lecture est parfois gênante, stressante, dérangeante, l’écriture et le sujet donnent envie de continuer. Vincent Message a osé, et l’on se demande si l’on ne deviendrait pas un peu végétarien en fermant ces pages.

 domiclire_POL2016 Sélection 2016 du Prix Orange du livre


Catalogue éditeur : Seuil

Iris n’a pas de papiers. Hospitalisée après un accident de voiture, elle attend pour être opérée que Malo Claeys, avec qui elle habite, trouve un moyen de régulariser sa situation. Mais comment la tirer de ce piège alors que la vie qu’ils mènent ensemble est interdite, et qu’ils n’ont été protégés jusque-là que par la clandestinité ?
C’est notre monde, à quelques détails près. Et celui-ci notamment : nous n’y sommes plus les maîtres et possesseurs de la nature. Il y a de nouveaux venus,…

Littérature française / Romans / Cadre rouge / Date de parution 07/01/2016 / 18.00 € TTC / 304 pages / EAN 9782021300147