Les mafieuses, Pascale Dietrich

Respecter le code d’honneur, un impératif chez les maffieux, l’épouse du parrain l’apprend à ses dépens. Avec « Les mafieuses », le lecteur embarque dans une aventure aussi féministe que cocasse.

Leone Acampora, le vieux mafieux qui règne sur la ville de Grenoble, se meurt à l’hôpital, sa femme Michèle veille à son chevet.

Si Michèle s’est habituée aux cadavres dans le placard ou dans le salon, et aux habitudes de gangster de son époux, pour leurs filles Dina et Alessia, c’est un peu plus compliqué. Depuis qu’elle a compris quelles étaient les activités de la famille, Dina refuse d’y participer. Préférant s’investir dans l’humanitaire, elle n’y trouve cependant pas son compte. Elle vit seule, mais vient enfin de rencontrer l’âme sœur et le beau Marcus lui redonne enfin goût à la vie. Avec une psychologie et une vision du monde opposées, sa sœur Alessia a pris la suite des affaires du clan. Elle est pharmacienne, et se trouve bien inspirée d’avoir préféré ce commerce aux sempiternelles pizzerias paternelles. Car qui viendrait à soupçonner une vente de médicaments « homéopathiques » dans une pharmacie…

Lorsque Michèle découvre que Leone a placé un contrat sur sa tête, les filles s’unissent pour la sauver et affronter cette menace forcément sérieuse. Elles décident de mettre leur mère à l’abri. Mais à l’heure des repentis et des remords, et alors que les bandes rivales guettent la place du patron, la bataille s’annonce rude. Et la mauvaise (ou bonne ?) conscience ne laisse pas les deux sœurs indifférentes.

Avec beaucoup de talent et une belle dose d’humour, l’auteur inverse les rôles et met en scène ces mafieuses, des femmes d’un autre monde en proie à des sentiments parfois ambivalents de justice et de probité. Que faut-il respecter, la loyauté envers le père ou au contraire la mère ? S’engager dans le combat ou au contraire préparer la fuite ? Entre comédie et roman noir, le lecteur suit les mésaventures de la famille Acampora avec un plaisir  certain, dans une course contre la mort un tantinet rocambolesque mais indubitablement moraliste.

Roman lu dans le cadre de ma participation au jury du Prix des lecteurs BFM l’Express

Catalogue éditeur : Liana Levi

Il y a toujours moyen de s’arranger avec la réalité chez les gangsters. À condition de respecter le code d’honneur, on peut même mener une vie formidable ! C’est en tout cas ce que Leone Acampora, vieux mafioso grenoblois, a enseigné à sa famille. Michèle et ses deux filles ont donc appris à fermer les yeux lorsqu’elles trébuchaient sur un cadavre ou une valise de cocaïne dans leur joli salon en marbre. Et si, aujourd’hui, Dina a parfois mauvaise conscience, elle espère se racheter en travaillant dans l’humanitaire. Quant à Alessia, pharmacienne inspirée, elle a pas mal d’idées pour moderniser le business paternel. Ainsi va la vie chez les femmes Acampora, entre coups de fusil à pompe et séances de tai-chi. Jusqu’à ce que le vieux Leone perde les pédales. Car avant de mourir, il a laissé une dernière instruction : lancer un tueur à gages aux trousses de sa femme… L’occasion pour les mafieuses de déboulonner un vieux monde machiste et ringard.
Subtilement féministe, délicieusement féroce, Pascale Dietrich bouscule les codes pour teinter de rose le roman noir.

Date de parution : 07-02-2019 / 14 x 21 cm – 160 pages / ISBN : 9791034900909 / 15 €

Désorientale. Négar Djavadi

Que dire, et surtout qu’écrire, quand on aime un roman qui a déjà été brillamment chroniqué  par d’autres ? Ce qui est certain, c’est que Négar Djavadi est une des belles plumes de cette rentrée littéraire, et Désorientale, son premier roman, une pépite à découvrir sans faute.

Wet Eye Glasses

Dans Désorientale, le très beau  roman de Négar Djavadi, il y a la vie, celle qui passe et celle qu’on donne, il y a des femmes et des hommes, des convictions, politiques ou religieuses, il y a deux pays et parfois une seule Histoire, il y a une quête d’identité, qu’elle soit personnelle ou à travers l’histoire de son pays, celui qu’on aime et qu’on quitte, celui qu’on découvre et qu’on adopte.

Dès les premiers chapitres, le lecteur part à la rencontre de Kimiâ, dans une salle d’attente à l’hôpital, où elle patiente pour une des dernières étapes d’une PMA, insémination artificielle qui est l’aboutissement d’un long parcours à la fois administratif et personnel. Enfanter semble être le passage obligé pour évoluer et aboutir, mais à quoi et pourquoi ? Nous allons la suivre dans ses pensées, ses flashback, ses interrogations, prétextes à évoquer les aventures et la vie d’une famille Iranienne, les Sadr, sur plusieurs générations, de la naissance de l’arrière-grand-mère dans un harem d’un autre temps, aux révoltes des parents de Kimiâ dans les années 70, d’hier à aujourd’hui, de l’Iran à la France.

A l’instar de son auteur, Kimiâ, l’héroïne de Désorientale, est née de parents progressistes et donc hors normes. Lui, Darius, est journaliste, elle, Sara, est professeur d’histoire, tous deux sont des intellectuels et des sympathisants communistes dans un Iran où le Shah et sa police contrôlent ce pays qui se modernise à un rythme effréné, parfois au détriment de l’humain, puis où dès 1979, la révolution islamique, d’abord acceptée comme salutaire (et c’est bien souvent le cas, on se souviendra de l’accueil fait par Cuba à Castro …) se trouve au final être pire qu’avant, car il s’avère que la police des ayatollahs n’a rien à envier à celle du Shah. Fuyant les milices politiques, l’enfermement et la répression, autant que la contrainte religieuse, la famille de Kimiâ (comme celle de l’auteur) va fuir le pays. Passage obligé d’abord par le Kurdistan, puis par la Turquie, où quelques scènes du roman sont particulièrement significatives, en particulier sur l’amour idéalisé qui est porté par les intellectuels iraniens à la France, pays des lumières, de Rousseau et des droits de l’Homme, puis arrivée à Paris, pays de l’exil. Viendront ensuite les années d’adolescence de Kimiâ, difficiles, compliquées et contestataires, alcool, drogue, fuite, recherche identitaire pour une jeune femme issue d’un pays où la détermination du genre est une obligation et l’homosexualité un délit passible de la peine de mort, puis un retour plus apaisé vers la famille, au moment où se pose la question de devenir mère.

La parentèle de Kimiâ est multiple, les oncles aussi d’ailleurs, de oncle 1 à oncle 6 ; si si ! Les récits seront à son image, enjoués et amusés, graves et tristes, intimistes et historiques, décrivant la vie de cette famille sur quasiment un siècle ; prétexte à décrire avant tout des conditions de vie, une politique, une culture, et l’évolution de l’Iran ; rappels parfois utiles (et que l’on appréciera, en notes de bas de page évitant la recherche Wikipédia, souvent piqués d’une pointe d’humour parfois grinçant) du rôle des pays tel que la France et l’aide apportée à Khomeiny, ou celui plus complexe des États Unis, à l’origine entre autre de la montée au pouvoir de la lignée des Pahlavi dans les années cinquante . Tout en nous amenant à réfléchir sur la vie et sur l’exil vers ces pays où doivent vivre ceux qui ont tout quitté, un pays, une culture, pour adopter la culture, les us et les coutumes d’un pays qui, lui par contre, ne les a pas forcément adoptés.

C’est un roman vivant, gai, un véritable hymne à la vie et à l’amour, qui dégage une liberté, une force, une vivacité et un optimisme qui font tourner les pages avec avidité et gourmandise. Premier roman qui foisonne, dérange, rassure, interpelle, et ne laisse jamais indifférent. Et ce qui est sûr, dont on ressort un peu moins ignorant, un peu moins bête, un peu plus humain une fois qu’on l’a refermé.

#rl2016 Rencontre Négar Djavadi Gaël Faye, les Correspondances de Manosque 2016


Catalogue éditeur : Liana Levi

Si nous étions en Iran, cette salle d’attente d’hôpital ressemblerait à un caravansérail, songe Kimiâ. Un joyeux foutoir où s’enchaîneraient bavardages, confidences et anecdotes en cascade. Née à Téhéran, exilée à Paris depuis ses dix ans, Kimiâ a toujours essayé de tenir à distance son pays, sa culture, sa famille. Mais les djinns échappés du passé la rattrapent pour faire défiler l’étourdissant diaporama de l’histoire des Sadr sur trois générations: les tribulations des ancêtres, une décennie de révolution politique, les chemins de traverse de l’adolescence, l’ivresse du rock, le sourire voyou d’une bassiste blonde…
Une fresque flamboyante sur la mémoire et l’identité; un grand roman sur l’Iran d’hier et la France d’aujourd’hui.

Négar Djavadi naît en Iran en 1969 dans une famille d’intellectuels opposants au Shah puis à Khomeiny. Elle a onze ans lorsqu’elle arrive clandestinement en France. Diplômée de l’INSAS, une école de cinéma bruxelloise, elle travaille plusieurs années derrière la caméra avant de se consacrer à l’écriture de scénarios. Elle vit à Paris. Désorientale est son premier roman.

Littérature française / Date de parution : 25-08-2016 / 14 x 21 cm – 352 pages / 22 € / ISBN : 9782867468346

Je m’appelle Blue, Solomonica De Winter


Dans le roman de Solomonica de Winter, Somewhere « over the rainbow » la vie n’est pas forcément plus Blue…

blue

Solomonica De Winter l’affirme, « je m’appelle Blue ». Pourtant, le véritable prénom de Blue est Mélodie. C’est un prénom qui  évoque le bienêtre et l’harmonie, tout ce qui n’existe plus dans sa vie. Blue raconte, par écrit car les mots ne sortent plus de sa bouche. Non pas qu’elle ait une quelconque maladie ou qu’elle soit muette, non, un jour elle a décidé de ne plus parler, certainement parce que les mots ne seraient plus à même d’exprimer ce qu’elle ressent depuis la mort de son père.

Car Blue le dit à son médecin, elle vivait heureuse avec ses parents, Daisy et Ollie. Ils tenaient un restaurant, mais ils ont contracté des dettes auprès de James. Poursuivit avec acharnement par son créancier, Ollie a essayé de braquer une banque. A partir de là, la spirale dramatique de sa vie s’enclenche, son père meurt, sa mère se drogue, Blue arrête de parler et ne vit plus que pour deux obsessions : son livre « Le magicien d’Oz », offert par son père avant sa mort, et l’envie irrépressible d’éliminer James.

Difficile de s’attacher à Blue, elle est particulièrement névrosée et perturbée, mais difficile de ne pas s’y attacher, elle est si malheureuse et si mal accompagnée. Quelle ambivalence qui entraine le lecteur dans le monde de Blue, ce monde qu’elle détaille à son médecin par écrit : sa relation fusionnelle avec son père disparu, son amour obsessionnel pour Dorothy et les personnages du magicien d’Oz, cette nouvelle famille qu’elle s’est construit, ses errances dans la ville, ses difficultés scolaires, ses rebellions, ses premiers émois de jeune fille amoureuse de Charlie, l’épicier passionné comme elle par le magicien d’Oz, ses obsessions de vengeance, sa difficulté d’être et sa méchanceté parfois, ses désirs de cruauté.,

Je m’appelle Blue est un livre court mais un livre prenant, étonnant, bluffant que l’on ne peut pas quitter. Écrit alors que l’auteur n’avait que 16 ans. C’est un roman qui vous met parfois mal à l’aise, mais qui interroge. Solomonica de Winter a une belle maitrise de l’intrigue.  Relation fusionnelle père-fille, obsession, vengeance, équilibre mental, cette bascule dans la vie de Blue que l’on perçoit dans sa vie entre réel et imaginaire, autant de thèmes qui happent le lecteur vers un final percutant qui ouvre à tant de questionnements.
J’avoue, je préfère son titre original : « over the rainbow » car je vois très bien Blue essayer de passer « over the rainbow » pour rejoindre Dorothy et son monde imaginaire.

Catalogue éditeur : Liana Levi

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-Luc Defromont

Je m’appelle Blue et j’ai treize ans. Je suis une fille sans mots. Vous voulez savoir quand j’ai arrêté de parler ? Le jour où Ollie a braqué une banque pour rembourser ses dettes. Des dettes contractées auprès de James qui voulait s’emparer de son restaurant. Ça, c’était avant. Avant qu’Ollie, mon papa, me donne mon livre. Avant qu’il meure. Maintenant que le sourire est tombé de mon visage, je suis accro au silence. Au Magicien d’Oz. Et à l’envie incontrôlable de tuer James.
Solomonica de Winter est née en 1997 aux Pays-Bas, où elle a grandi. Après plusieurs années à Los Angeles, elle vit avec sa famille à Bloemendaal, près d’Amsterdam. Je m’appelle Blue est son premier roman.

Parution : 03-09-2015 / 14 x 21 cm / 224 pages / 18€ / ISBN : 9782867467868

Terminus Belz, Emmanuel Grand

Une île, et un polar qui mêle intrigue et fantastique, à découvrir ou à relire !

Terminus Belz de Emmanuel Grand

Terminus Belz, le premier roman d’Emmanuel Grand, tient à la fois du polar et de la fantasy. Il aborde des problèmes de société, émigration, travail, peur de l’inconnu, mais surtout il atteste d’un véritable travail d’écriture. L’action se passe en Bretagne, le lieu est important car il est un point d’ancrage de l’histoire.

Marko Voronine quitte  l’Europe de l’Est avec deux autres compagnons et une jeune fille de quinze ans, ils espèrent trouver une vie meilleure en Europe. Mais le voyage ne s’est pas passé comme prévu. Ils doivent fuir et se cacher quelque temps pour échapper à la mafia Roumaine et se faire oublier. Une fois arrivés en France, ils se séparent, Marko part plein Ouest vers la Bretagne. Très vite, lui qui n’a pas le pied marin, trouve un emploi sur l’ile de Belz à bord du bateau de Joël Caradec. Là il va se faire passer pour un grec. Trop compliqué d’avouer qu’il arrive d’Ukraine et sans papier en cette période où l’on renvoi les étrangers en situation irrégulière.

Mais sur une ile, les inimitiés sont nombreuses, les tensions, aussi, il y a peu de travail et la vie des marins est dure. Ceux qui n’ont plus d’emploi se retrouvent à « l’escale » le bar de l’ile, et parlent de cet étranger qui est venu voler leur travail. Les marins sont habitués à une vie dure et exigeante, la mer donne mais prend aussi beaucoup. Ils parlent, boivent, se disputent souvent, des tensions fortes éclatent, le ressentiment, les vieilles histoires ressortent et avec elles les légendes et les peurs irrationnelles. Celle de l’Ankou par exemple, où la mort vient rôder et chercher ses nouvelles proies.

L’auteur nous fait vivre dans l’ambiance particulière d’une petite ile. A Belz, au bout du monde, hors saison personne ne vient troubler les habitudes des locaux. Marko pensait être transparent, isolé sur cette ile alors qu’on ne parle que de lui. Il se lie d’amitié avec Caradec, son employeur solitaire et bourru, mais  aussi avec Papou, personnage étrange et marginal, et avec Venel, un libraire plus amoureux des livres que des hommes. Les habitués de « l’escale », repère de tous les marins, ivrognes en mal d’emploi, haineux ou envieux, triste ou désespérés, n’ont rien de mieux à faire qu’à parler de l’intrus. Il y a un patron de bar et des marins attachants, un curé un peu étrange aussi, dont on ne sait pas trop quel rôle il joue lorsqu’il parle de Satan, du bien et du mal

Les personnages gagnent en autonomie au fil des pages. Ils s’imposent peu à peu, on les imagine avec leurs vies, leurs craintes, leurs peurs des légendes encore si vivantes dans certaines régions isolées. Et il n’y a pas plus isolé qu’une ile ! Dans cette Bretagne si vivante, frappée par les orages, fouettée par les embruns, la houle et les tempêtes, mais aussi les pertes d’emploi et la vie difficile des marins, on voit les bateaux, là, au bord, on voit vivre les marins sans travail, on devine leur désespoir, accoudés au comptoir. Et Marko cherche sa place au milieu d’eux, avec son histoire et son passé, présent sans trop y être, avec sa course contre la montre pour fuir cette mafia Roumaine qui le recherche.

L’intrigue coule à un beau rythme, créant une ambiance avec des personnages singuliers et attachants. On retient son souffle, on sent la tempête arriver, l’Ankou survole les pages et les craintes et éveille l’imaginaire du lecteur quand l’intrigue se mêle à la légende. J’aime en particulier le passage où chaque personnage est décrit dans un même instant, chacun son tour, tenant le lecteur en haleine, en attente du pire et du dénouement.

C’est un polar qui mêle le suspense et la légende, une étude sociologique de la vie de marins et une histoire d’amour sans que ce soit pesant. D’Est en Ouest c’est un vrai voyage à un rythme soutenu et intense, très original et particulièrement bien écrit. Bref, allez y vous ne serez vraiment pas déçus !

Roman lu dans le cadre de ma participation au Prix du meilleur polar des lecteurs de Points 2015

Catalogue éditeur : Points

Enez Ar Droc’h. L’île des fous, comme l’appellent les locaux. Pour Marko Voronine, clandestin traqué par la mafia roumaine, Belz semblait l’endroit idéal pour se faire oublier. Mais dans cette enclave portuaire, les étrangers ne sont pas aimés et Marko se brouille avec un marin, Jugand. Quelques jours plus tard, son cadavre mutilé est découvert. Marko sait son temps compté et la fuite impossible.

Emmanuel Grand, né à Versailles en 1966, a passé son enfance en Vendée, à vingt kilomètres de la côte atlantique. Terminus Belz est son premier roman.

Tantôt thriller qui dégrise, tantôt roman social inspiré, Terminus Belz déploie sa belle architecture et son écriture musicale jusqu’à la dernière page. Télérama

À la fois un excellent polar breton, ukrainien, roumain, mafieux et fantastique. Le Figaro littéraire

Prix : 7,9€ / 408 pages  / Paru le 08/01/2015  / EAN : 9782757842812