Comme elle l’imagine, Stéphanie Dupays

Comme elle l’imagine il pourrait même être celui qui sera l’homme que j’aime … ainsi le chantait Véronique Samson, ainsi le rêve l’héroïne du roman de Stéphanie Dupays.

photo couverture roman comme elle l'imagine de Stéphanie Dupays

Laure est professeur de lettres, satisfaite de son métier, entourée d’amis, elle vit seule et se sent bien ainsi, bien mieux que si elle était mal accompagnée comme on l’affirme si souvent. Pourtant, lorsqu’elle tombe sur Vincent, rencontré à la suite de quelques échanges sur Facebook, échanges qui montraient leur communion d’idées et de point de vue, rapidement l’envie d’en savoir plus, de le connaitre et surtout de le rencontrer va se faire de plus en plus prégnante.

Habituée à sa solitude ordinaire, celle du bonheur de se retrouver avec un livre chez elle par exemple, elle va désormais sombrer dans la solitude forcée, celle qui la pousse à attendre près de l’ordinateur la petite lumière verte qui lui dit qu’il est là, qu’il va lui parler…Ah le piège des échanges virtuels, ceux qui permettent de tout dire sans risque, sans le regard de l’autre, sans s’impliquer dangereusement. Piège également de l’immédiateté, qui fait se poser mille et une questions lorsqu’il n’y a pas de réponses mais que la présence est avérée…Laure a besoin de ces échanges, autant pour découvrir Vincent que pour se révéler à elle-même, différente, plus libre peut-être ? Pourtant Laure examine, détaille, décortique chaque mot, photo, réaction de Vincent, pour tenter de le comprendre mais au risque aussi d’interpréter à sa façon et de s’imaginer ce qui n’est pas.

Lorsqu’elle provoque la rencontre avec celui dont elle est tombée amoureuse par écran interposé, le résultat ne sera pas forcément identique pour chacun d’eux. Alors, passion qui ébloui, amour qui rend aveugle, solitude trompée dans un échange fragile et sans lendemain ? Et si l’amour, le vrai, était plutôt celui d’à côté, concret, réel, vivant ?

Voilà une intéressante analyse de l’influence des réseaux sociaux sur notre vie au quotidien, addiction, vérité ou faux-semblants, par le biais de son héroïne, l’auteur fait une fois de plus une analyse brillante de notre société. Ou quand le virtuel change les codes, mais utilise toutes les phases de la relation amoureuse, en particulier épistolaire, même si le rapport au temps, en particulier l’attente, n’existe plus et modifie ces codes de la relation amoureuse, pour le meilleur mais certainement aussi pour le pire !

Je ne peux m’empêcher de penser à (et de vous conseiller également !) la lecture du roman de Philippe Annocque que j’avais vraiment beaucoup aimé : Seule la nuit tombe dans ses bras.

Catalogue éditeur : Mercure de France

Laure est tombée amoureuse de Vincent en discutant avec lui sur Facebook. Depuis des mois, ils échangent aussi des SMS à longueur de journée. Elle sait tout de lui, de ses goûts, de ses habitudes mais tout reste virtuel. Si Vincent tarde à lui répondre, l’imagination de Laure prend le pouvoir et remplit le vide, elle s’inquiète, s’agace, glisse de l’incertitude à l’obsession. Quand une rencontre réelle se profile, Laure est fébrile : est-ce le début d’une histoire d’amour ou bien une illusion qui se brise ?  
Subtile analyste du sentiment amoureux, Stéphanie Dupays interroge notre époque et les nouvelles manières d’aimer et signe aussi un roman d’amour intemporel sur l’éveil du désir, l’attente, le doute, le ravissement.

Paru le 07/03/2019 / 160 pages – 140 x 205 mm / EAN : 9782715249882 / ISBN : 978271524988 / Prix : 16€

La petite famille. Sophie Avon

Des mots, des sentiments, un choc. Découvrir Sophie Avon avec son dernier roman « La petite famille » et avoir envie de suivre cet auteur.

LDomi_C_Lire_la_petite_famille_sophie_avon.jpga petite famille, c’est celle de Camille et Ron. A Amsterdam où elle était venue passer quelques mois, Camille a rencontré Ron et n’a eu de cesse de le prendre dans ses filets. Un mariage et un bébé  plus tard, la petite famille a du mal à vivre sereinement ces bouleversements que sont une naissance et une vie qui s’ajoute au couple, qui le détruit doucement pour en faire une autre entité, la famille.

Car Ron, encore étudiant, doit poursuivre et réussir ses études de droit. Camille se lance alors dans la création de bijoux pour subvenir aux besoins de la famille. Mais son bonheur n’est pas au rendez-vous, l’ennui, la lassitude, la dépression s’installent doucement. Jusqu’au jour où elle décide de renouer avec Nina, cette amie d’enfance qu’elle avait perdue de vue depuis longtemps et qui vient la rejoindre à Amsterdam.

Mais tout n’est pas si simple dans cette famille où le désamour de Camille pour son mari, l’intérêt grandissant de Ron pour Nina, et la vie de Sacha, cet enfant trop négligé par sa mère, trop aimé par cette amie, vont se percuter.

Un moment, l’équilibre est trouvé, mais il est fragile, instable. Pourtant, chacun semble y trouver son compte. Mais est-ce si sûr ? Peu à peu, l’auteur distille quelques mots, quelques phrases, qui font rapidement craindre le pire, sentir cette lourdeur qui s’installe, mais sans vraiment comprendre ce qu’elle va entrainer.

J’ai aimé cette intrigue bien ficelée, troublante à souhait, crée par une relation équivoque et ambiguë et portée par des caractères très différents, très marqués chez Nina et Camille. Le lecteur s’attache aux personnages tout en craignant on ne sait quoi pour eux. Car il a raison de s’inquiéter le lecteur, Sophie Avon l’entraine dans une chute vertigineuse et inattendue qui résonne comme une claque. Un roman court où pas un mot n’est en trop, qui sous des airs de douceur vous emporte et vous glace. Un choc, assurément.

💙💙💙💙


Catalogue éditeur : Mercure de France               

« Il y a trois ans, Camille est tombée amoureuse de Ron et n’a eu de cesse de le conquérir. Elle n’a pas eu de mal à le séduire, les choses se sont compliquées après. Elle voulait tout : l’amour, le mariage, une famille. Ron commençait à peine ses études de droit, il n’avait qu’une chose en tête : coucher avec cette jolie Française et fuir. C’est elle qui a gagné. »
Depuis la naissance du petit Sacha, les relations entre Camille et Ron se sont dégradées. Lorsque Camille renoue avec Nina, une amie d’enfance qu’elle n’a pas vue depuis sept ans et qui vient leur rendre visite à Amsterdam, les deux jeunes femmes retrouvent leur complicité d’antan. Lire la suite…

04/01/2018 / ISBN : 9782715246782 / 176 pages / 11,8×18,5 cm / 14,80 €