Simone Veil ou la force d’une femme, Cojean, Bétaucourt, Oburie

Simone Veil, une femme de combats et de convictions

Annick Cojean, grand reporter au Monde, a eu le bonheur rare de rencontrer Simone Veil à différents moments tout au long de sa carrière. Difficile alors de trouver quelqu’un de mieux placé qu’elle pour participer à l’écriture de ce roman graphique en hommage à la force d’une femme au nom quasi mythique.

A la fois factuel et humain, aussi réaliste que parfois admiratif, le portrait est juste et sobre. On y retrouve Simone, née à Nice en 1927. Puis on la suit pendant les années de guerre, la déportation, la solidarité des trois femmes, la mère et ses deux filles. Celle qui était trop jolie pour mourir ne se remettra jamais vraiment du décès de sa mère un mois avant la libération des camps, un deuil comme une plaie ouverte qui ne se refermera jamais totalement. A la libération, avec un tatouage sur le bras, mais dans le silence sur le vécu trop lourd à exprimer, c’est le retour à Paris. Les études, la rencontre avec Antoine, le mariage et leurs quatre enfants. Elle devra abandonner son rêve d’exercer le métier d’avocate pour entreprendre un métier accepté par son mari (chose courante à l’époque, déjà bien qu’il accepte qu’elle travaille !).

Elle vivra des expériences professionnelles différentes, à la direction de l’administration pénitentiaire, puis à la direction des affaires civiles auprès du Garde des Sceaux, au ministère de la justice. Partie prenante essentielle dans l’adoption de la loi sur l’IVG voulu par Giscard d’Estaing en 1974, elle devra supporter stoïquement les insultes et les propos humiliants et grossiers dont elle fait l’objet. Elle part ensuite à la tête du Parlement européen, puis fera son retour comme ministre des affaires sociales, de la santé et de la ville en 1993. Enfin, elle entre à l’académie française, élue au premier tour en 2008.

Décédée en 20017, Simone Veil a rejoint les grands Hommes du Panthéon, accompagnée dans cette dernière et honorifique demeure par Antoine, l’époux d’une vie.

Cette femme magnifique à la forte personnalité, très combative, a toujours défendu les femmes, leur droit au travail, à une certaine autonomie à la fois financière et professionnelle. Rescapée des camps, épouse et mère, féministe brillante, totalement engagée, ayant une forte exigence morale, Simone Veil a marqué durablement son époque.

Penser à elle, c’est aussi se souvenir, pour ne jamais oublier que rien n’est jamais définitivement gagné, pas même la liberté.

Les différentes années de la vie de Simone Veil s’entendent facilement ici grâce au graphisme fait d’une alternance de tons pastels, jaune, bleu ou gris. Dommage il n’y a pas le vert de ses yeux, mais l’on est très bien projeté d’une temporalité à l’autre. Cela manque peut-être d’un peu de dynamisme, après tout, cette femme s’est battue et a porté haut ses convictions, on aurait pu les imaginer avec parfois un peu plus de luminosité, mais cela passe très bien malgré tout.

Catalogue éditeur : éditions Steinkis & Plon

Un récit intimiste et émouvant sur deux grandes femmes.
Par Annick Cojean, Xavier Bétaucourt, Étienne Oburie

Annick Cojean est grand reporter au Monde.
Au fil de sa carrière, elle a croisé Simone Veil à plusieurs reprises. Au fil de leurs rencontres, une relation singulière s’est installée entre Simone Veil et la journaliste.
Elle signe un portrait subjectif, délicat et parfois surprenant de la femme au-delà de l’héroïne.

Date de parution 28 Mai 2020 / ISBN 9782368462584 / Pages 112 / Prix 18€

Colette et Jacques, Olivier Duhamel

Écrit en hommage à ses parents, le premier roman du politologue et journaliste Olivier Duhamel. Son intérêt historique en fait une lecture dense et enrichissante.

Roman, biographie, roman historique ? Il y a un peu de tout ça dans Colette et Jacques, d’Olivier Duhamel. C’est un hommage à la carrière du père, à la personnalité de la mère, à leur histoire d’amour. Mais aussi au fil de l’histoire qu’ils ont façonnée en participant tout au long de leur vie à l’action publique de la France, son administration, sa politique.

Jacques est orphelin de père très tôt. Mais d’un père intègre et volontaire, alors bien sûr, sa vie sera placée sous le signe d’une certaine idée de la France. Engagé en politique très jeune, élu dans le Jura, il participera pendant de longues années aux différents gouvernements qui se sont succédé, il participe successivement à différents cabinets ministériels sous la IVe République, puis sera ministre actif à la forte personnalité sous la Ve, il va côtoyer, pour ne citer qu’eux, De Gaulle, Mendès France ou encore Edgar Faure.

Sa femme Colette ne restera pas dans l’ombre. Femme libre, sa passion de la littérature lui permettra de devenir éditrice, puis le deuil qui la frappe à cinquante ans la fera rentrer dans la famille Gallimard.

Deux personnages qui ont marqué l’histoire, de la seconde guerre mondiale à la fin du siècle dernier, mais surtout un roman qui nous rappelle les belles heures de la Ve république. Très dense, parfois trop pour être un simple roman, peut-être pas assez pour une biographie, l’auteur a cependant su retenir mon attention sur l’ensemble de ce récit qui met en scène ces deux personnages aussi passionnants l’un que l’autre.

💙💙💙💙

Catalogue éditeur : Plon

Colette et Jacques, l’histoire d’un amour hors du commun, plus fort que le malheur ; et aussi, de 1939 à la fin du XXe siècle, le roman-vrai d’une époque qui se déchire, s’interroge et s’invente.

Une femme, un homme, un fil – l’amour.
Orphelin de père, Jacques n’a que dix-sept ans quand il devient résistant. Chez lui, l’engagement se confond avec la passion. Dévoué à l’action publique, il sera tour à tour le premier conseiller d’Edgar Faure dans presque tous les gouvernements de la IVe  République,… Lire la suite

Date de parution : 10/01/2019 / EAN : 9782259268448 / nombre de pages : 250 / Format : 135 x 210 mm

Nos âmes seules. Luc Blanvillain

En abordant « nos âmes seules », le premier roman de Luc Blanvillain, le lecteur, planté au pied des tours inhospitalières de la Défense qui montent vers un ciel mi gris mi or, se demande jusqu’où l’auteur a choisi de l’emmener.

Jeune cadre banal et sans histoire, Clément travaille chez Vogal Software. Il vit en couple avec Myriam. Elle organise leur vie avec passion, refait la déco de son appartement pour qu’il soit conforme à l’idéal présenté dans les magazines, coach fidèle et indispensable, elle soutient et aide Clément dans son évolution professionnelle. Car Clément rêve de passer directeur, ambitieux, intuitif, travailleur, il a tous les atouts pour y arriver. Même s’il est un des rares à montrer un peu d’humanité, lorsqu’il prend en compte la vie de la femme de ménage ou les problèmes de JJ son collègue qui ne sait pas comment concilier travail et responsabilité de père. Dans le monde déshumanisé de l’entreprise, les tensions entre collègues s’exacerbent,  surtout quand une nouvelle DRH fait son apparition, chacun veut faire de son mieux pour être remarqué du tout puissant grand patron.

Clément croise une jeune femme étrange à laquelle il s’attache. Meryl, désorientée  et malheureuse, particulièrement énigmatique, va lui démontrer qu’elle sait s’adapter à certains codes, mais semble perdue au quotidien. Cette rencontre va transformer  Clément au point de faire exploser sa vie. Sa vie de couple d’abord, sans que ce soit murement réfléchi, comme si Meryl était le révélateur de tout ce qu’il rêvait de faire sans jamais l’avoir osé. Il casse les codes, se détache des contraintes familiales en particulier vis-à-vis de ses parents, il va également  fuir cette vie de couple toute tracée dans laquelle il ne se reconnait pas. Meryl va l’aider à progresser dans son travail pour arriver à son objectif.

La question que l’on se pose alors est jusqu’à quel point et à quel prix ? Peut-être au prix de sa véritable liberté d’homme qui ne serait pas soumis aux dictats d’un directeur omniscient et tout puissant. Car Clément va apprendre qu’on est toujours seul, même en équipe, que la solidarité est un vain mot, que l’ambition l’emporte sur l’esprit d’entreprise, et que la loi du plus fort et surtout des tout puissants est souvent la seule qui compte. Tout au long de ce roman, le lecteur se demande qui manipule qui et dans quel but. On suit avec tendresse et parfois avec  révolte les évolutions sentimentales et professionnelles de Clément, on a envie de mieux le connaître, le comprendre et l’aider dans le monde impitoyable dans lequel il est plongé, même si je ne l’ai pas trouvé particulièrement attachant. Le rythme est fluide, bien écrit et agréable à lire malgré un sujet à priori difficile.

Catalogue éditeur : Plon

Chez Vogal Software, société high-tech perchée au treizième étage de la tour Eole, à la Défense, Clément pilote habilement sa carrière.
Hyper adaptable, hyper connecté, il analyse, stocke, classe, utilise la moindre inflexion qui finit toujours par trahir ses rivaux. Sa compagne, Myriam, constitue sa meilleure alliée dans le jeu du pouvoir.
Mais le monde ne perd pas si facilement de son épaisseur. La vie s’impose, complexe, visqueuse. Elle freine ses gestes, envahit ses pensées, lui fait rencontrer Meryl. Sensible, bizarre, abîmée, la jeune femme n’essaie pas de paraître normale. Sa puissance est incalculable.
Entre eux, une relation inédite se noue. Une nouvelle alliance est possible, un contrat faustien.
Clément y perdra-t-il sa liberté ?

20 Août 2015 / ISBN 9782259229548 / 336 pages / 20,90 €