Nécrologie du chat, Olivia Resenterra

Olivia Resenterra dit tout sur la misère humaine dans son édifiante « Nécrologie du chat » à travers le rocambolesque dernier voyage d’un défunt matou.

Dans l’entrée d’un immeuble ordinaire d’une banlieue tout aussi banale, une femme soliloque, la caisse de son chat à la main. Elle est alpaguée par la concierge qui lui parle sans l’écouter mais qui, lorsqu’elle comprend que le chat est mort, lui demande de s’en aller. Et Ana part, marche sans but précis au milieu de l’hiver, à la recherche d’un coin de terre meuble où enterrer son fidèle compagnon.

Elle croise un homme étrange. Il la recueille chez lui, mais elle fuit au petit matin, houspillée par sa  gouvernante jalouse et possessive. Puis une famille de cyclistes l’invite à partager son piquenique. Grâce à eux elle découvre un cimetière pour animaux et son gardien plus commercial que philanthrope. Sa course n’est pour autant pas terminée, et si le chat ne se décompose pas encore, il est pourtant mort et bien mort depuis plusieurs jours maintenant.

De rencontres en hasards, on a l’impression de voir s’écrouler des cartes à jouer qui auraient été minutieusement posées là par l’auteur. Chaque événement en entraine un autre tout aussi saugrenu, voire sordide, comme un inéluctable et fatal enchainement de catastrophes. Tout comme le battement de l’aile du papillon entraine un cataclysme à l’autre bout de la terre, ou là, tout près. Car les évènements vont s’enchaîner, sous l’œil atterré du lecteur… Fatalité, hasard, égoïsme, solitude, jalousie, concupiscence, tant de sentiments vont se côtoyer, s’enchainer, pour le pire bien plus que pour le meilleur.

Ce roman est une étrange surprise. Le lecteur chemine sans savoir où l’auteur veut le conduire, et se jette sans aucune retenue dans ce conte étonnamment instructif sur l’Homme en général, et sur le manque d’empathie, l’absence de partage, ou d’écoute tout simplement. C’est vif, incisif, un brin burlesque peut-être, et surtout totalement mordant.

Le coup de griffe posthume donné par ce gentil matou à des humains bien peu compatissants ?

💙💙💙💙

Catalogue éditeur : Serge Safran

Un matin d’hiver, Ana quitte le lotissement qu’elle habite à la périphérie d’une petite ville perdue dans la campagne. Au bout de son bras, une caisse en plastique contenant le corps de son chat mort. Désemparée, marchant au hasard, à la recherche d’un lieu pour enterrer l’animal, Ana est confrontée à l’incompréhension et la cruauté des différentes personnes qu’elle croise sur son chemin : un fermier célibataire et sa gouvernante prête à tout pour éliminer une potentielle rivale, une famille de cyclistes menée par un père autoritaire, un gardien de cimetière pour animaux, spécialiste des obsèques « sur mesures », un duo de criminels en cavale… Pendant ce temps, un renard, qui semble tout droit sorti d’une fable, rôde aux alentours…

Olivia Resenterra, née à Rochefort-sur-mer en 1978, a étudié les lettres et la philosophie à Poitiers, Salamanque et la Sorbonne. Elle est l’auteur d’un essai, Des femmes admirables, portraits acides, publié aux éditions PUF en 2012 et d’un roman, Le Garçon, scènes de la vie provinciale, aux éditions Serge Safran en 2016.

En librairie le 8 mars 2019 / ISBN : 979-10-97594-21-3 / Format : 12,5 x 19 cm / Pagination : 160 pages / Prix : 16, 90 €

Publicités

Au nom du père. Françoise Bourdin

A la découverte des romans à succès de Françoise Bourdin, avec « Au nom du père »

En fermant ces pages j’ai envie de dire : mais bousculez-le ce père, remettez le à sa vrai place, celle d’un retraité acariâtre, égoïste, méprisant tous ceux qui n’ont pas connu une carrière de champion comme lui, y compris ses propres enfants et en plus pas du tout sympathique. Il est centré sur sa vie au risque de priver ses enfants de leur jeunesse, de leurs ambitions, de leurs sentiments.
Albane, sa femme, a toujours vécu dans son ombre, à l’image de ces mères au foyer qui savaient s’effacer pour laisser leur mari vivre leur carrière en pleine lumière. Sans pour autant que ce dernier ne leur en soit reconnaissant d’ailleurs, comme si cette vie-là était normale, évidente. Enfin, si Albane a supporté toutes ces années difficiles dans l’ombre de son mari, à s’occuper de ses enfants, à avoir peur pour eux quand ils ont suivi les traces de leur père champion automobile, c’est parce qu’elle avait  une vie parallèle avec Luc, un homme qui voyait en elle sa vrai personnalité et qui l’aimait pour ce qu’elle est. Nicolas découvre l’infidélité de sa mère. Il n’y a rien de plus terrible pour des enfants, même adultes, qui ne voient en leur mère qu’une mère, et jamais une femme.
D’aventures et banalités, l’intrigue se poursuit sur fond de famille apparemment harmonieuse mais qui se cherche. Nicolas n’est toujours pas marié et chacun s’empresse de lui présenter des « copines », ici c’est Justine, une amie de sa belle-sœur ; Dan fait tourner habilement le circuit créé avec son père, mais n’en est qu’un simple employé ; Valentine, la petite sœur, court les rallyes avec Boris en copilote, en qui elle ne voit qu’un très bon copain. Le jour où Valentine est blessée dans un accident particulièrement étrange dans ces forêts de Sologne plus propices à la chasse qu’aux longues promenades en famille, la vie tranquille d’Albane vole en éclat. Sa culpabilité, un peu tardive ? un peu inutile ? un peu forcée ? va être telle qu’elle remet en cause son existence, quand chacun de ses enfants va enfin trouver son équilibre amoureux et professionnel.
Alors, comment dire, je pense que ce roman de Françoise Bourdin est toujours aussi bien écrit, mais un peu trop conventionnel dans l’intrigue. Peut-être aurait-il fallu le lire à la plage ou un jour de cafard, pour se donner le moral, mais certainement pas l’un à la suite de l’autre comme je l’ai fait.

💙💙💙


Catalogue éditeur

Comment prendre son envol quand on a été élevé dans la gloire de son père ?
Gabriel Larcher règne en maître sur sa famille, influençant profondément les destinées de ses deux fils et de sa fille. Si Dan et Valentine ont suivi les traces de cet ancien champion de Formule 1, Nicolas, jeune homme sensible et amoureux de la nature, a choisi d’être médecin dans leur petite ville de La Ferté-Saint-Aubin.
Aujourd’hui, les trois enfants Larcher cachent leurs blessures. Dan et Valentine peuvent-ils trouver leur place dans un univers où seul leur père veut briller ? Et quel est donc le lourd secret d’Albane, leur mère, en apparence si douce et si parfaite ?
Dans leur maison familiale de Sologne, les Larcher semblaient heureux et unis. Mais les non-dits et les secrets couvent, prêts à éclater au grand jour…

Belfond Septembre 2015 / 21,50 € – 308 p. /  EAN : 9782714456694