Une voix dans l’ombre. Andrea Camilleri

Découvrir Andrea Camilleri  c’est embarquer avec bonheur dans une enquête du commissaire Montalbano et prendre la mesure du risque : faire jaillir la vérité au pays de la mafia !

Domi_C_Lire_une_voix_dans_l_ombreIl était temps ! Je viens de faire la connaissance de la Sicile et du commissaire Montalbano. Avec « Une voix dans l’ombre », je découvre, via une traduction à sa mesure, la langue et la gouaille, la plume et l’imagination d’Andrea Camilleri.
Un cambriolage nocturne dans un supermarché étonne autant le directeur que les équipes de Montalbano à qui il est venu se confier. Quasiment en même temps, un jeune chauffard tente de s’attaquer au commissaire à coups de clé à molette. Peu de temps après, ce même homme vient révéler la découverte du sordide assassinat de sa jeune fiancée.

Le décor est planté, Montalbano va avoir fort à faire avec ces différentes enquêtes qui se bousculent. D’autant que le supermarché cambriolé est, c’est bien connu,  la propriété d’une famille de mafieux, les Cuffaro, et que le jeune homme n’est autre que le fils d’un homme tout puissant qu’il ne faut pas trop contrarier. Montalbano commence ses enquêtes, mais il va très vite comprendre qu’il y a anguille sous roche. De fait, lui qui est plutôt enclin à braver juges et procédures va tout faire pour rester dans les clous, du moins tant qu’il n’aura pas élucidé le fin mot de ces histoires.

Me voilà plongée dans un univers à la San Antonio. Je découvre la verve et le style d’Andrea Camilleri qui décrit les manières bien peu orthodoxes de la mafia, malversations, manipulations, chantage, assassinats, tout est permis. Il montre bien les craintes, les subtilités de détournement et les ruses que doivent mettre en œuvre la police et la justice siciliennes pour s’en sortir au pays des corrompus et des puissants, et ce qu’il doivent faire pour aller contre les puissants et parfois même les faibles qui leur obéissent ou se soumettent.
Mais surtout je découvre un style unique, imagé, des situations comiques, un commissaire au caractère bien trempé à qui il ne faut pas en remontrer. C’est un bon vivant amateur de cette bonne chère préparée par sa cuisinière Adelina, qui s’occupe également de sa maison. Il est souvent agacé par un de ses fidèles enquêteurs qui arrive à lui mettre les nerf en pelote avec ses « déjà fait », mais il est épaulé par une équipe soudée composée de personnalités bien campées, le tout se passe dans un heureux mélange de différents niveaux de langages, qui intègre un dialecte sicilien très particulier. La traduction arrive à restituer cette dimension au roman. Une belle expérience à renouveler.

💙💙💙💙


Catalogue éditeur : Fleuve Noir

Traduit par : Serge QUADRUPPANI

Rude journée pour le commissaire Montalbano : d’abord agressé dans sa cuisine par un poulpe haineux, il l’est ensuite dans sa voiture, à coups de clé à molette, par un jeune chauffard. Étrange coïncidence, la compagne de son agresseur est retrouvée assassinée peu après.
Pendant ce temps, un directeur de supermarché est victime d’un cambriolage, mais ce dernier paraît surtout terrorisé par la possible réaction de ses propriétaires – en l’occurrence la mafia.
Derrière ces deux affaires que rien ne réunit, de puissants hommes politiques semblent vouloir la peau du Maigret sicilien. Malgré l’aide de toute la tribu du commissariat de Vigàta, et celle d’une mystérieuse voix dans la nuit, Montalbano parviendra-t-il à venir à bout des pièges qu’on lui tend ?

Date de parution 08 Juin 2017 / Fleuve noir / 256 pages / Format : BROCHE /  9782265098763

Publicités

Patrick Sénécal, auteur de « Le vide » et « Hell.com »

Entretien avec Patrick Sénécal, un auteur Québecois de talent. Sorti en 2009 au Canada,  Hell.com parait en juin chez fleuve noir. J’ai eu le plaisir d’assister à cette rencontre à Paris en mai, avec Babelio et Fleuve noir..

DomiCLire_Patrick_Senecal
Avec Patrick Sénécal, pendant le Quais du Polar à Lyon

 Patrick Sénécal, lorsque vous écrivez, savez vous ce qu’il va advenir de ses personnages ?

« Mes personnages meurent quand je veux ! » contrairement à ces auteurs qui disent se laisser emporter et guider par leurs personnages, Patrick Sénécal est seul maitre à bord de son roman. Il fait par contre un plan bien détaillé de ce qu’il veut écrire, des situations, et surtout il sait où il va et comment va se terminer son roman, mais ensuite les personnages arrivent et repartent au gré de l’écriture.

Pourquoi avoir créé un personnage aussi antipathique et une sorte d’anti-héros ?

« Parce que c’est plus intéressant, c’est d’ailleurs plus intéressant que difficile ». Quand on demande à Patrick Sénécal s’il sait à l’avance jusqu’où son personnage peut aller : oui, il en a posé les différents jalons, c’est-à-dire qu’il sait justement jusqu’où il veut aller, la trame est définie mais il ne la connait pas dans les détails.

Et d’ailleurs là, quelle va être à la fin ? Le pire ? Hell.com ne va pas s’arrêter ? Ou le meilleur : la rédemption de Simon ?

Le plus excitant pour l’auteur, ce n’est pas d’écrire les scènes de violence, de viol, de meurtre, mais bien au contraire tout ce qu’il y a autour, les autres moments, la musique, les décors, etc. Et le lecteur doit pouvoir évacuer ses propres peur dans le roman. L’auteur est père lui-même, donc il était important pour lui de parler de la relation avec le fils. Son personnage risque de perdre son âme, il faudrait qu’il la retrouve en sauvant son fils. Mais saura-t-il écouter les signaux qui lui disent de changer ? L’influence peut-elle réellement rendre un homme meilleur ? Si l’auteur est séduit par l’humanisme et l’écriture de Romain Gary ou par d’autres auteurs, il avoue qu’il y a forcément toujours un peu de soi, de son inconscient, dans ses écrits.

A propos des personnages, en guerre contre la justice :

Charron est en guerre contre Dieu, d’ailleurs le roman suivant de Patrick Sénécal a pour titre « Contre Dieu ». L’auteur trouve intéressant que des gens puissent être en guerre contre Dieu, contre ce qui est bon, la justice, le droit. Certains ne le voudraient pas, par contre, pour le personnage de Charron, c’est délibéré, mais sans doute aussi fait par désespoir. Il n’est absolument pas fou et sait parfaitement ce qu’il fait, c’est en cela qu’il est encore plus cynique peut être.
Comme il nous le dit aussi (et en fait comme le lui dit « sa blonde » selon l’expression québécoise consacrée !) écrire là-dessus est sans doute une façon de dompter ses propres peurs. Quand on a l’impression qu’on a les choses en main, qu’on contrôle, c’est rassurant. Et si l’écriture servait aussi à le rassurer ? Par exemple sur ses propres capacités à être un bon père ?

Est-il parfois tentant de faire revenir certains personnages dans d’autres romans ?

Oui, d’ailleurs c’est le cas dans celui-ci. Il y a en a un qui revient déjà dans trois romans. Un personnage plutôt maléfique. Mais après tout, le bonheur est quelque chose de bien plat à raconter. Par exemple, Charron ne meurt pas, mais il n’a aucune raison de revenir dans un autre roman ; par contre, Michele Beaulieu est dans plusieurs romans, à des époques et des évolutions différentes de sa vie. Dans Hell.com c’est la patronne du bordel dans lequel se passe la première soirée Donjon.
Le personnage de l’ex-femme de Daniel est assez compliqué. Elle sert surtout à montrer le besoin de se défouler de Daniel, car il est arrivé à un point où tout est trop dur, trop difficile, il est à bout et au bout… Son exaspération montre à quel point il a souffert, il en veut à son ex et a des blessures toujours à vif qui vont l’emmener là où il se trouve avec Hell.com. De plus, il ne sait plus comment aimer, la démonstration de l’amour lui est trop difficile, que ce soit envers Marie ou envers son fils, du coup elle ne peut plus être visible non plus dans ses actes.

Écrire sur la violence, sur le mal, est-ce facile ?

Pour l’auteur, ce qui est difficile à écrire, ce ne sont pas les scènes de meurtres ou de torture, c’est au contraire tout ce qu’il y a avant et après et qui va rendre crédible aux yeux du lecteur la scène terrible qui va arriver. Il faut une cohérence entre les scènes et dans les personnages, pour que ça touche le lecteur « et que je puisse me dire que lorsque vous fermez mon livre, vous y pensez encore ! ». Ensuite, le plus difficile est de ne pas surenchérir à chaque livre, car on attend un peu l’auteur au tournant. Aussi est-il nécessaire de passer à autre chose, comme avec « Contre Dieu », pour ne pas tomber dans le piège de la surenchère.
Chaque scène doit servir l’histoire, elle est écrite, réécrite, pour que tout fonctionne, rien n’est gratuit dans la scène, surtout pour les scènes de violence qui sont écrites et réécrites plusieurs fois, car il ne faut pas y inscrire que le nécessaire. Elles doivent se situer dans un cadre précis et cohérent, souvent agréable, tranquille et leur description doit permettre de s’y projeter. Comme ça elles ont encore plus d’impact sur le lecteur.

Avec Hell.com, Patrick Sénécal nous montre que l’homme a toujours le choix, que tout n’est pas mal ou bien, ni simple ou difficile. Et que le personnage le plus antipathique qui soit à quand même une chance de rédemption !

Relire mon avis sur Le vide

Le vide. Patrick Sénécal

Si « Le vide  » vous absorbe, plus rien ne sera jamais comme avant ! à découvrir sans faute dans ce polar étonnant de Patrick Sénécal paru chez Fleuve noir.

Au Québec, le jeune milliardaire Max Lavoie a vendu ses parts de l’entreprise florissante héritée de son père, pour investir sa fortune dans « Vivre au Max », la nouvelle émission de téléréalité qu’il vient de créer et qui fait fureur. Il y réalise en direct les rêves les plus fous des candidats, quels que soient ces rêves, en prenant à son compte tous les risques judiciaires éventuellement encourus par ceux-ci. C’est la deuxième saison de vivre au Max, tout le pays est figé devant son écran.
Au Québec toujours, une jeune femme vient de commettre un crime absolument sordide, celui de son ex et de sa famille. Horrifiés par la scène de crime, Le détective Sauvé et sa collègue Chloé vont mener l’enquête.

Voilà le lecteur directement plongé dans une intrigue qui carbure au max ! En parallèle à « Vivre au Max » et la perversité confortable de Max Lavoie, de nombreux autres personnages arrivent et repartent, tous poursuivant un même objectif, celui de se retirer. Mais se retirer de quoi au juste ? Et comment ? Là est aussi toute l’adresse de Patrick Sénécal, d’alterner dans une même histoire des récits et des buts différents mais intriqués, qui absorbent aussi bien le lecteur que l’énergie du détective Sauvé. Celui-ci mène une vie bien ennuyeuse et cependant conflictuelle avec sa fille Karine, mais il traine également quelques casseroles psychologiques importantes, à régler sans faute s’il veut s’en sortir, mais le peut-il ?

Ces alternances de personnages et d’intrigues permettent à l’auteur d’aborder plusieurs thèmes . Les limites de la téléréalité tout d’abord. N’oublions pas que le roman date de 2006, même si sa version européanisée (dommage, car le voilà sans doute dépourvu de quelques expressions québécoises savoureuses) date de 2016, l’auteur est précurseur dans la description de ce genre d’émission poussée au maximum, même si je ne peux m’empêcher de penser au roman d’Amélie Nothomb « Acide sulfurique » abordant un sujet similaire. Ensuite, le thème de la dépression, comment s’en sortir, comment se faire aider, quel rôle peuvent avoir la psychiatrie et la psychanalyse. Le rôle de la manipulation et le pouvoir qui peut s’exercer sur des sujets mentalement plus faibles. Enfin, sujet grave s’il en est, la maltraitance et les séquelles indélébiles qu’elle peut provoquer sur des enfants sans défense.

Voilà donc un roman qui débute à fond, les évènements se succèdent sans un instant de répit, dans le désordre affiché des chapitres qui passent du 21 au 8 puis au 1, etc. sans complexe, le lecteur absorbé par l’intrigue  comprend mieux les flashbacks et intègre les rebondissements à mesure de sa lecture. Scandés par des chapitres intitulés « focalisation zéro », sorte de bilan à froid des effets de l’émission « Vivre au Max » et de ses implications dans la vie des spectateurs et des participants. C’est rythmé, bien écrit, on ne s’y ennuie pas une seule seconde, on vit au Max les rebondissements, les enquêtes. L’auteur sait maintenir le suspense jusqu’au retournement de situation qui peut laisser pantois le lecteur absorbé par le récit mais qui va alors se demander comment on peut être à ce point attiré par le vide. A découvrir, c’est sûr ! Sans se laisser rebuter par les 728 pages, car je vous assure que ça tourne tout seul !


Catalogue éditeur

Vivre au max. C’est le nom de l’émission de télé-réalité de Max Lavoie. Le milliardaire a tout quitté, liquidé pour se lancer dans son projet. La première saison a défrayé la chronique, choqué les âmes sensibles et s’est attiré les foudres de la commission de censure. En proposant de réaliser en direct les rêves les plus fous des participants, Max a frappé un grand coup. La saison 2 débute et promet encore plus de sensations fortes à un public ébahi. Lire la suite

Fleuve éditions / Date de parution : 12 novembre 2015 / Collection : Thriller Policier / Nombre de pages : 736 p. / Série : Les Noirs / EAN : 9782265099173