Au nom du père. Françoise Bourdin

A la découverte des romans à succès de Françoise Bourdin, avec « Au nom du père »

En fermant ces pages j’ai envie de dire : mais bousculez-le ce père, remettez le à sa vrai place, celle d’un retraité acariâtre, égoïste, méprisant tous ceux qui n’ont pas connu une carrière de champion comme lui, y compris ses propres enfants et en plus pas du tout sympathique. Il est centré sur sa vie au risque de priver ses enfants de leur jeunesse, de leurs ambitions, de leurs sentiments.
Albane, sa femme, a toujours vécu dans son ombre, à l’image de ces mères au foyer qui savaient s’effacer pour laisser leur mari vivre leur carrière en pleine lumière. Sans pour autant que ce dernier ne leur en soit reconnaissant d’ailleurs, comme si cette vie-là était normale, évidente. Enfin, si Albane a supporté toutes ces années difficiles dans l’ombre de son mari, à s’occuper de ses enfants, à avoir peur pour eux quand ils ont suivi les traces de leur père champion automobile, c’est parce qu’elle avait  une vie parallèle avec Luc, un homme qui voyait en elle sa vrai personnalité et qui l’aimait pour ce qu’elle est. Nicolas découvre l’infidélité de sa mère. Il n’y a rien de plus terrible pour des enfants, même adultes, qui ne voient en leur mère qu’une mère, et jamais une femme.
D’aventures et banalités, l’intrigue se poursuit sur fond de famille apparemment harmonieuse mais qui se cherche. Nicolas n’est toujours pas marié et chacun s’empresse de lui présenter des « copines », ici c’est Justine, une amie de sa belle-sœur ; Dan fait tourner habilement le circuit créé avec son père, mais n’en est qu’un simple employé ; Valentine, la petite sœur, court les rallyes avec Boris en copilote, en qui elle ne voit qu’un très bon copain. Le jour où Valentine est blessée dans un accident particulièrement étrange dans ces forêts de Sologne plus propices à la chasse qu’aux longues promenades en famille, la vie tranquille d’Albane vole en éclat. Sa culpabilité, un peu tardive ? un peu inutile ? un peu forcée ? va être telle qu’elle remet en cause son existence, quand chacun de ses enfants va enfin trouver son équilibre amoureux et professionnel.
Alors, comment dire, je pense que ce roman de Françoise Bourdin est toujours aussi bien écrit, mais un peu trop conventionnel dans l’intrigue. Peut-être aurait-il fallu le lire à la plage ou un jour de cafard, pour se donner le moral, mais certainement pas l’un à la suite de l’autre comme je l’ai fait.

💙💙💙


Catalogue éditeur

Comment prendre son envol quand on a été élevé dans la gloire de son père ?
Gabriel Larcher règne en maître sur sa famille, influençant profondément les destinées de ses deux fils et de sa fille. Si Dan et Valentine ont suivi les traces de cet ancien champion de Formule 1, Nicolas, jeune homme sensible et amoureux de la nature, a choisi d’être médecin dans leur petite ville de La Ferté-Saint-Aubin.
Aujourd’hui, les trois enfants Larcher cachent leurs blessures. Dan et Valentine peuvent-ils trouver leur place dans un univers où seul leur père veut briller ? Et quel est donc le lourd secret d’Albane, leur mère, en apparence si douce et si parfaite ?
Dans leur maison familiale de Sologne, les Larcher semblaient heureux et unis. Mais les non-dits et les secrets couvent, prêts à éclater au grand jour…

Belfond Septembre 2015 / 21,50 € – 308 p. /  EAN : 9782714456694

Publicités

La promesse de l’océan. Françoise Bourdin

« La promesse de l’océan », un roman aux saveurs d’embruns et de feu de cheminée, avec en fond le quotidien des marins-pêcheurs en Bretagne.

Domi_C_Lire_la_promesse_de_l_océan_francoise_bourdinEn passant devant le stand Belfond du salon du livre de paris il y a deux ans, j’avais été impressionnée par le rayon de romans de Françoise Bourdin, aussi n’ai-je pas hésité lorsque Babelio a proposé de découvrir ce livre.

Lorsque je vais en Bretagne, j’aime assister à l’arrivée des bateaux de pêche et faire un tour au marché aux poissons quand c’est possible. Mahé, l’héroïne de « la promesse de l’océan » m’a emmenée y faire un tour. Patron pécheur, elle a repris l’entreprise familiale lorsque son père s’est retrouvé diminué par une attaque cérébrale. On découvre au fil du récit un monde bien décrit par l’auteur, la dure vie des marins, la difficulté pour les professionnels de la pêche d’entretenir une flotte de petits bateaux, la mécanique des bateaux qui vieillit, les contraintes liées aux horaires, aux quotas, aux réglementations, etc. Le roman est bien documenté sans être rébarbatif.

En parallèle à cette vie, Mahé est une belle jeune femme de trente ans qui, comme sa meilleure amie, est encore célibataire. Son fiancé a « disparu » en mer et elle a du mal à s’en remettre. Même si celui-ci n’était peut-être pas l’homme honnête et aimant qu’elle imaginait. Jean-Marie, son plus fiable pêcheur est aussi amoureux d’elle, mais elle ne voit en lui qu’un ami et soutien fidèle. Elle va croiser la route d’un beau dentiste, revenu lui aussi des amours malheureuses et qui ne souhaite pas se fixer de nouveau. De malentendus en rencontres, ils se cherchent et se fuient, pour le plaisir du lecteur qui devine forcément un peu la fin de l’histoire mais qui se laisse emporter.

C’est un roman agréable à lire, plutôt bien écrit et bien documenté, malgré un côté parfois un peu fleur bleue il fait passer un excellent moment entre deux lectures peut être plus ardues. C’est comme une promesse de plaisir à tourner les pages, pour entrer dans l’univers de Mahé et la vie de son petit port de pêche. On s’y laisse prendre et on savoure cette gourmandise aux saveurs d’embruns et de feu de cheminée.

💙💙💙


Catalogue éditeur : Pocket

Trentenaire belle et dynamique, Mahé est patron pêcheur à Erquy, dans la magnifique baie de Saint-Brieuc. Depuis la mort tragique de son père, elle ne vit que pour son travail, ses bateaux et ses marins et a mis de côté son existence personnelle après la brutale disparition en mer de son fiancé.
Armelle, son amie et confidente, fait tout pour l’encourager à profiter de la vie et à y reprendre goût. En vain. Certaines blessures sont si difficiles à refermer. Cependant, la chance pourrait enfin lui sourire…
« Françoise Bourdin dépeint les beaux paysages bretons et livre un joli tableau des Côtes d’Armor. » L’Hebdomadaire d’Armor

Date de parution : 17 Septembre 2015  / Nombre de pages  : 320 p. / Format : 108 x 177 mm / EAN : 9782266255486