Romain Gary s’en va-t’en guerre, Laurent Seksik

Les éditions J’ai Lu fêtent leur les 60 ans, l’occasion de découvrir quelques pépites, comme « Romain Gary s’en va-t’en guerre » de Laurent Seksik.

Domi_C_Lire_romain_gary_s_en_va_t_en_guerre_laurent_seksik.jpg

Toute sa vie Roman Kacew s’est inventé des personnages, les siens d’abord, Emile ou Romain, mais aussi ceux de son père et de sa mère, mis en mots dans ses romans et bien peu fidèles semble-t-il à la réalité.

Le roman de Laurent Seksik se déroule à Wilno pendant deux jours, les 26 et 27 janvier, en 1925, alors que Romain Gary est encore Roman Kacew. A une époque où l’antisémitisme monte doucement mais surement dans le pays et en Europe, où de nombreux juifs se posent la question de partir, mais refusent de croire au pire. Il est construit en alternance de chapitres qui présentent tour à tour sa mère Nina, le jeune Roman, puis son père Arieh. Ils sont les personnages inévitables d’un trio humain fait d’amour et de haine, d’attente et d’espoir, de mensonge et de déception.

Nina est modiste et crée de jolis chapeaux pour les belles dames. C’est une jeune femme divorcée, mère d’un enfant, Joseph, lorsqu’elle épouse contre l’avis de sa belle-famille, Arieh le fourreur. Des années après arrive enfin ce fils tant attendu, Roman, puis la mort atroce de Joseph qui marquera à jamais cette mère. Un jour, Arieh quitte Nina pour Frida, une femme plus jeune, une vie plus sereine, et abandonne sa femme et surtout son fils de onze ans à une solitude incompréhensible pour cet enfant si sensible.

L’auteur nous entraine habilement dans les sentiments, les pensées, les espoirs de chacun, et déroule ces instants de vie qui décident d’un avenir, parfois sans même que l’on en comprenne réellement la portée. Car dans la vie, les couples se défont, parfois la violence s’installe, le désamour et la passion se combattent, et il y a parfois posé au milieu, en équilibre, un enfant qui attend l’amour d’un père, qui s’invente l’amour d’un père, qui espère puis désespère.

Ce n’est pas peu dire que Romain Gary a toujours été poussé par sa mère, qui a toujours cru en lui, et qui a rêvé pour lui qu’il serait célèbre un jour. Mais ici, Laurent Seksik lève le voile sur la part de mystère qui entoure l’auteur de la promesse de l’aube et nous parle essentiellement des années dans le ghetto, de son père, fourreur, mari infidèle, puis de la souffrance et de la solitude du jeune Roman, en attente de l’amour d’un père, qui réinventera celui qui l’a trahi.

Alors bien sûr, au 16 de la rue Grande-Pohulanka, il y a Un certain M. Piekielny, dont nous a également parlé François-Henri Désérable dans son roman paru à la rentrée de septembre 2017. Ce voisin un peu timide et effacé vient acheter à madame Kacew les quelques biens qu’elle tente de vendre en espérant pouvoir fuir au loin. Pour Roman et sa mère, ce sera l’Europe, puis plus tard l’engagement dans l’armée française, oui, mais ça c’est plus tard, beaucoup plus tard.

J’ai aimé ce roman qui me parle d’un personnage que je connais assez peu en fait. L’écriture est intéressante, sans fioritures inutiles, directe et concise, l’auteur réinvente une réalité qui donne corps aux personnages, et m’a vraiment donné envie de découvrir ses autres romans. Alors si vous aussi vous aimez les belles découvertes, un peu ou beaucoup Romain Gary mais aussi les biographies romancées, allez-y, foncez, vous ne le regretterez pas !

Catalogue éditeur : J’ai lu (Flammarion)

Le génie de Romain Gary, c’est sa mère.
Mais le mystère Gary, c’est son père, au sujet duquel le romancier-diplomate a toujours menti.
Laurent Seksik lève le voile sur ce mystère en ressuscitant la véritable figure du père, dans un roman à la fois captivant, bouleversant et drôle, où la fiction fraternise avec la réalité pour cerner la vérité d’un homme.

Paru le 03/01/2018 / Prix 7,80€ / 256 pages – 111 x 178 mm – EAN : 9782290147887

Jan Karski. Marco Rizzo

Jan Karski, résistant, témoin de l’horreur des camps de concentration, incompris par les grands de son époque

Jan Karski

Une BD largement inspirée de son livre témoignage « Mon témoignage devant le monde – Histoire d’un État secret », paru en 1948. Catholique Polonais, résistant, il fut l’un des tout premier à entrer dans le ghetto de Varsovie, puis dans les camps de concentration, pour porter témoignage d’abord à son propre gouvernement en exil puis au président des États Unis.

Prisonnier des soviétiques en 1939, puis remis aux allemands, il réussit à s’évader pour rejoindre la résistance à Varsovie. Passé maitre dans l’art de voyager d’un pays à l’autre sans se faire prendre, il va porter des informations jusqu’en France. Il trouve ce pays terriblement insouciant des malheurs et de l’ampleur des souffrances du peuple Polonais. Arrêté puis torturé, il réussit encore à s’évader et repart en résistance. En 1942, malgré la complexité de ce qu’il va tenter, il va pénétrer dans le ghetto de Varsovie. Là, il va être un témoin sidéré par l’horreur de ce qu’il contemple, sans possibilité d’agir. Il voit dans le ghetto des êtres humains qui n’ont plus rien d’humain. Il y découvre surtout dans des rues sales et nauséabondes des cadavres nus abandonnés, des passants faméliques, la misère, la déchéance. L’image d’un monde qu’il ne peut pas reconnaitre ou accepter comme étant le sien. Sous l’habit d’un gardien ukrainien, il entre également dans un camp de concentration.

Il est frappé par l’horreur des camps, par cette terreur indicible qu’il va tenter de porter en témoignage. Dans un récit précis et accablant sur l’extermination des Juifs en Pologne occupée par l’Allemagne, il va tenter de révéler au monde l’intention avouée d’Hitler, celle de la fin annoncée du peuple Juif. Face à ces révélations, l’ampleur de l’horreur est tellement monstrueuse que nul ne peut l’accepter, nul ne peut entendre. Les politiques rencontrés sont conscients qu’il ne ment pas mais que ce témoignage dépasse l’entendement humain. Lui déclarant en particulier : Jeune homme, je ne vous dis pas que vous êtes un menteur, mais je ne vous crois pas.

La force de cette BD tient dans son graphisme, sombre, tourmenté. Après une première partie relativement colorée et qui montre une époque joyeuse et insouciante, arrive rapidement l’époque obscure. Les visages sont parfois effacés, car seule compte l’idée des Hommes, pas les Hommes eux-mêmes. Les tonalités sont particulièrement sombres, froides, glaciales, les rues et les paysages sont enneigés, ventés, les scènes se déroulent de nuit, témoignant du monde de ténèbres qu’a découvert Jan Karski.

Les pages qui se rapportent à l’horreur dans les camps, montrant profusion de corps, hommes ou femmes, ou des situations que l’œil ne veut pas regarder, les textes de Karski étant reproduits sur le côté, décrivent à leur façon la noirceur de l’âme humaine et de cette période pendant laquelle la vie de certains Hommes valait si peu cher aux yeux de certains. C’est douloureux, difficile, oppressant parfois, mais c’est un témoignage qui questionne et une intéressante façon de présenter le parcours de cet homme exemplaire que je n’aurais sans doute jamais découvert sans cette BD.

Catalogue éditeur : Steinkis

Traduction de Marie Giudicelli

Monsieur, je n’ai pas dit que ce jeune homme mentait. J’ai dit que je suis incapable de le croire. Ce n’est pas la même chose.

1939. Jan Kozielewski, jeune Polonais de bonne famille, catholique, est happé par la guerre. Sous le nom de Jan Karski, il devient un agent de la résistance.  Sa mission : s’introduire au cœur du ghetto de Varsovie puis dans un camp d’extermination et  transmettre son rapport au Président des États-Unis.

Les auteurs : Journaliste, Marco Rizzo vit en Sicile. Sa passion pour la BD et son intérêt pour la critique sociale convergent dans son œuvre.
Lelio Bonaccorso est dessinateur et enseignant en arts plastiques à Palerme. Il publie régulièrement des illustrations et planches de BD dans la presse.

Date de parution : 01/11/2014 / EAN : 9791090090552