Le Fabuleux Voyage du carnet des silences,Clare Pooley

Et si les écrits ouvraient plus facilement les cœurs que les paroles

À la rencontre de Monica dans un café sur Fulham road à Londres. Elle a quitté son lucratif et exténuant métier d’avocat pour réaliser un rêve, ouvrir un café. Mais pas n’importe lequel ! Un café dans lequel on se sent bien, où chacun trouve sa place, où elle connaît les goûts, les habitudes, les envies de chacun.

Pourtant tout n’est pas si simple. Et le jour où un de ses clients oublie un vieux cahier rouge à l’une des tables du café, elle n’a qu’une hâte, le lui rendre. Curieuse de connaître son propriétaire, elle ouvre et commence à lire quelques pages noircies. Oh, surprise, c’est bien l’un de ses client qui a écrit là une partie de sa vie, ses espoirs ses attentes, sa solitude et sa tristesse. Mais bien évidement rien n’indique à le voir que tels peuvent être ses états d’âmes. Intriguée, elle décide de s’en rapprocher.

Mais elle est bien tentée également d’écrire elle aussi dans ce carnet prêt à recueillir les pensées les plus intimes en toute discrétion.

Enfin, discrétion, pas tant que ça finalement, puisque peu à peu, différents protagonistes vont écrire à leur tour dans le carnet, se dévoiler, se confier au silence des pages blanches. Et comme chacun indique son nom et que finalement les limites du quartiers sont plutôt restreintes, chacun des lecteurs suivants connaît tout des précédents rédacteurs.

Commence alors une sorte de chassé-croisé intime et sensible entre les différents protagonistes, qui se cherchent, se dévoilent, se taisent ou se racontent, s’écoutent, et finissent par s’apprivoiser.

Voilà un roman bien agréable à lire et qui m’a fait passer un excellent moment, aucune prise de tête, des instants de vie plus vrais que nature parfois, d’autres un peu moins évidents, mais un ensemble tout à fait harmonieusement constitué. Une écriture aussi très fluide, des personnages attachants, que demander de plus !

Lu dans le cadre du jury du Grand Prix des Lecteurs Pocket catégorie littérature étrangère

Catalogue éditeur : Pocket

Monica a abandonné sa carrière d’avocate pour réaliser son rêve : ouvrir un café sur Fulham Road. Le jour où un de ses clients oublie son carnet sur une table, elle ne peut s’empêcher de le lire. Les premières pages lui révèlent la confession de Julian Jessop, un artiste excentrique, âgé de soixante-dix-neuf ans qui exprime toute sa tristesse et sa solitude depuis la mort de sa femme.
Touchée par cette idée de révéler des sentiments intimes à des inconnus, Monica décide de continuer le carnet avant de le déposer dans un bar à vin.
Au risque de voir son destin bouleversé de manière inattendue…

Traduit par Karine Guerre / Date de parution : 03/02/2022 / EAN : 9782266324892 / pages : 512 / 8.50 € /

Le cinéma de rêve face à la mer, Holly Hepburn

C’était la dernière séance, et le rideau sur le film est tombé, ou pas…

Parce que le cinéma de notre enfance est souvent celui qui incarne le meilleur dans nos souvenirs, surtout quand il est découvert lorsque votre ami resquilleur vous montre le chemin, à cet âge on n’a peur de personne, et qu’il est accompagné des meilleures crèmes glacées italiennes de la région. Et enfin, quand le fabricant de ces merveilles n’est autre que votre grand-père alors oui, ce cinéma est un trésor pour les souvenirs.
Aussi, lorsque Gina apprend par sa grand-mère que son grand-père a besoin d’aide pour tenir sa fabrique, elle n’hésite pas une seconde à quitter Londres et son ami Matt pour aller les aider.

C’est un joli retour aux sources, sur fond de ligne de chemin de fer à vapeur, de gare en restauration, de cinéma art Déco qui se meurt, d’ami d’enfance retrouvé, de sentiments amoureux ambigus, et de restauration tant matérielle pour les bâtiments oubliés que personnelle pour les humains qui souvent ont oublié leurs rêves et leurs envies pour avancer.

Un livre fort sympathique pour les vacances, sans prise de tête, au parfum sucré des gelato de Ferdie. Amitiés, entraide, réveil d’une ville balnéaire en déconfiture, viennent agréablement pimenter le séjour de Gina.
Un bémol, le roman est en deux parties qui semblent inutiles, en particulier vu le nombre de pages, cela aurait évité des redites. De plus il me laisse une impression de pas assez car nous ne saurons pas la fin, ou peut-être que celle que j’attendais était autre dans mon imaginaire de lectrice. Et puis il faut attendre la parution de second tome pour connaître la fin, ah, dommage.
C’est malgré tout une lecture plaisante et joyeuse, humaine et chaleureuse qui dans tous les cas peut faire du bien.

Lu dans le cadre du jury du Grand Prix des Lecteurs Pocket catégorie littérature étrangère.

Catalogue éditeur : Pocket

Le plus beau des cinémas est toujours celui de son enfance. Il faut dire que le Palace, avec sa belle façade Art déco décatie et sa vue imprenable, est une merveille en soi. Si Gina, trentenaire londonienne, l’aime tant, c’est aussi que le hall abrite la gelateria de ses grands-parents. Or, tout comme le cinéma, la boutique menace de fermer ses portes. De retour en Cornouailles, la jeune femme compte bien mettre à profit cette parenthèse pour les rénover. Et, pourquoi pas, relooker sa vie ! Glaces à l’italienne et fauteuil pour deux… Demandez l’programme.

EAN : 9782266321464 / Nombre de pages : 288 / 7.10 € / Date de parution : 05/05/2022