Casting sauvage, Hubert Haddad

Quand dans le regard de l’autre, les laissés pour compte se mettent soudain à exister. Casting sauvage, le puissant roman d’Hubert Haddad, qui nous parle d’humanité, de rencontre, de hasard…

Vous croyez aux coïncidences ? …
Vous savez, quand l’invraisemblable et l’espéré se rencontrent.

Domi_C_Lire_casting_sauvage_hubert_haddadDepuis le temps que je voulais découvrir cet auteur… une écriture magnifique, brodée de mots et de sentiments, aux descriptions tellement fines, délicates, y compris comme c’est le cas ici pour décrire plutôt la misère du monde et les laissés pour compte que Paris ville lumière.

Damya arpente les rues de Paris pour effectuer ce que l’on appelle dans le jargon du métier, un Casting sauvage… celui que l’on fait quand les professionnels n’ont pas réussi à trouver dans leurs nombreux fichiers et  les figurants ou acteurs souhaités par la production d’un film.
Et la tâche est difficile, trouver dans les rues de la ville capitale ceux qui vont figurer ces déportés de retour des camps à la libération, cette horde de revenants ravagés, squelettiques, désespérés au-delà de l’entendement, futur figurants d’un film adapté du roman de Marguerite Duras, La Douleur.

La vie de Damya a basculé quelques mois auparavant lorsqu’elle était à la terrasse d’un café visé par des terroristes, ceux-là même qui ont ensanglanté la ville, en novembre. Danseuse encore inconnue, elle devait être l’héroïne principale de l’œuvre crée par Igor, le metteur en scène qui croyait en elle.
La vie de Damya a basculé, et depuis, elle voit comme des frères les laissés pour compte, les désespérés, les marginaux, drogués, biffins, mendiants, fugueurs, malades, qui errent solitaires dans la ville qui pourtant respire, s’agite. Ombres parmi les vivants dans ces lieux qui grouillent de vie, mais dans lesquels personne ne les voit, fantômes transparents, déshumanisés, qui ne rentrent pas dans le moule de la société animée, dépensière, des actifs, travailleurs, hommes et femmes, vivants.

Le regard porté par l’auteur sur cette fange oubliée de nos villes est intéressant, car il est à la fois réaliste et terriblement poétique, comme s’il était le seul capable de faire émerger la beauté d’un certain désespoir, comme pour donner vie et rendre leur humanité aux oubliés des temps modernes. Alors bien sûr, il y a les coïncidences, les hasards, les rencontres des êtres qui se croisent, et l’on peut se demander si c’est plausible ou pas… allez, qu’importe, ce n’est pas là le principal.

💙💙💙💙

Avac Casting sauvage, retrouvez aussi Cette Nuit, de Joachim Schnerf. Deux superbes romans des éditions Zulma cette année dans la sélection du Prix Orange du livre !


Catalogue éditeur : Zulma

Missionnée pour un casting aux allures de défi, Damya arpente les rues de Paris à la recherche d’une centaine de figurants : efflanquées, défaites, ces ombres fragiles incarneront les déportés dans un film adapté de la Douleur de Duras.
Par sa présence si vive au monde, ses gestes de danseuse, son regard alerte et profond, Damya mue en vraie rencontre chaque échange fugace avec les silhouettes qu’elle repère – un marcheur qui ne retient du temps qui passe que l’usure de ses semelles, Amalia, oiseau frêle en robe pourpre de la gare Saint-Lazare, ou ce jongleur de rue aux airs de clown fellinien.
Mais dans le dédale de la ville, Damya a surtout l’espoir fou de retrouver le garçon d’un rendez-vous manqué – par la force tragique d’un soir de novembre 2015 – et dont le souvenir l’obsède. Casting sauvage est une magnifique traversée de Paris, un roman intense et grave dont la ville aux mille visages est la trame et le fil, habitée par la mémoire de ses drames et rendue à la vie par tous ceux qui la rêvent… Un walking movie qui offre aux âmes errantes comme un recours en grâce.

12,5 x 19 cm / 160 pages / ISBN 978-2-84304-805-0 / 16,50 € / Paru le 01/03/18

Publicités

Le corps parfait des araignées. Franck Balandier

Dans « Le corps parfait des araignées » Franck Balandier nous fait rencontrer un fossoyeur et une thanatopractrice pendant un été de canicule où les morts se comptent par milliers, où les cadavres s’entassent dans des chambres froides,… Rencontre d’un autre type !

DomiCLire_le_corps_parfait_des_araignees.jpgOn s’en souvient, ou pas, mais l’été 2003 est resté dans les mémoires comme l’été de La canicule. Si les pouvoirs publics ont mis longtemps à le comprendre, les familles aussi sans doute, car les personnes âgées sont tombées comme des mouches, touchées par la déshydratation, la chaleur insupportable, le manque d’air, et certainement aussi par la solitude extrême, en particulier à Paris.  Et lorsque les cadavres ont été trop nombreux pour les multiples entreprises de pompes funèbres, il a bien fallu louer les entrepôts frigorifiques de Rungis.

Le lecteur va suivre deux personnages, lui, elle, chacun dans son immeuble, dans son appartement, de chaque côté de la rue, chacun regarde l’autre, en se disant que demain peut-être, chacun ressentant confusément quelque chose pour l’autre, mais demain, peut-être…Le récit est porté par la voix du narrateur, lui qui vient de quitter sa femme, il aime vivre seul et dans le silence, il rêve, tombe amoureux, hésite, attend, mais la vie attend-t-elle également ? Puis par sa voix à elle, qui vit seule, marquée par la vie, mais toujours en relation étroite avec la mort…

Deux vies en face à face, des morts qui partent en silence et dans l’indifférence générale, un bien étrange roman qui à le mérite de remettre les choses à leur vraie place, celle du temps qui passe, de l’idée que l’on se fait de l’autre, de l’idéal amoureux, de la vie, mais surtout de la mort ….


Catalogue éditeur : Éditions Félicia-France Doumayrenc

C’est l’histoire d’amour hautement improbable, cruelle et contrariée, de deux solitudes au cœur de l’été 2003, en pleine canicule. Maniant l’humour noir, la poésie et le suspense avec délectation, l’auteur nous emporte aux confins simultanés de la vieillesse et de la mort par des chemins littéraires détournés et nous livre au passage une étonnante réflexion sur le sens de l’existence.

Format 14×21 / 148 pages / Prix 15 euros / ISBN : 2372670255

Ce qui nous sépare. Anne Collongues

Avec « Ce qui nous sépare » Anne Collongue nous entraine dans cet endroit fermé mais pourtant ouvert à tous les passages, dans un wagon de RER, là où chaque jour des vies se croisent sans jamais se rencontrer.

Anne Collongues imagine des vies dans ce RER qui chaque soir traverse la banlieue parisienne. Des vies qui se croisent et se percutent sans se parler, sans se toucher, alors qu’il leur manquerait juste une étincelle d’humanité pour se rencontrer…

Bien sûr, à la lecture des premières lignes de ce premier roman, j’ai pensé à celui de Pierre Charras Dix-neuf secondes qui décrit ces rencontres, ces instants de vie avec tellement d’acuité et de réalisme que lorsqu’on qu’on l’a lu et qu’on prend le RER pendant des heures chaque jour, on ne regarde plus jamais autour de soi de la même façon.

Dans le wagon, il y a Marie, jeune maman, elle ne supporte plus les pleurs de son bébé, elle aime Gaétan plus que tout mais semble anéantie face à ce quotidien tellement éloigné de ses rêves d’adolescente. Il y a Cigarette, elle n’a pas su saisir sa chance et partir au loin avec celui qu’elle a aimé un jour, il y a si longtemps, depuis elle aide ses parents à tenir le bar PMU, parce qu’elle ne sait pas dire non, parce qu’elle ne rêve pas d’un ailleurs à conquérir. Il y a Cherif, il a su saisir l’occasion et le job qu’on lui a proposé pour se sortir de la cité, celle où pourtant règne une forme de solidarité. Il y a Liad, il arrive d’Israël et rêve d’une autre vie, sans fusils et sans armes. Il y a Alain, lui vient d’arriver à Paris et sort d’un tunnel affectif mais va retrouver celle qui lui redonnera l’espoir. Il y a Franck, il rejoint son pavillon, là, il se sent incompris, mal aimé, isolé.

En fait, dans ce wagon, des solitudes, des espoirs déçus, des attentes se croisent sans jamais se rencontrer, silence, peur de l’autre, de ce qu’on imagine ou qu’il projette mais qu’il n’est pas forcément, et qui nous laisse seul avec nos doutes, nos interrogations, nos solitudes. Des destins se forment, se décident, s’interrompent, face à la ville et au paysage qui défile, au quai tellement vide même quand il est peuplé de voyageurs qui attendent, face à la nuit qui défile à la fenêtre. Et le lecteur de se dire, et si ? Et si quelqu’un avait parlé, si les lèvres s’étaient entrouvertes, si un sourire s’était esquissé, si seulement un regard avait effleuré, si les mots s’étaient échappés, auraient ils suffit pour changer un destin ?

Voilà un premier roman porté par une jolie écriture toute en finesse et en détails, Anne Collongues explore des sentiments, des destins, et dévoile également des décors, des mouvements, montées, descentes, sonneries stridentes, démarrages, et silences, tous très visuels, comme dans un film qui se déroulerait là, sous nos yeux.

 les 68 premieres fois DomiClire


Catalogue éditeur : Actes Sud

Un soir d’hiver, dans un RER qui traverse la capitale et file vers une lointaine banlieue au nord-ouest de Paris. Réunis dans une voiture, sept passagers sont plongés dans leurs rêveries, leurs souvenirs ou leurs préoccupations. Marie s’est jetée dans le train comme on fuit le chagrin ; Alain, qui vient de s’installer à Paris, va retrouver quelqu’un qui lui est cher ; Cigarette est revenue aider ses parents à la caisse du bar-PMU de son enfance ; Chérif rentre dans sa cité après sa journée de travail ; Laura se dirige comme tous les mardis vers une clinique ; Liad arrive d’Israël ; Frank rejoint son pavillon de banlieue. Lire la suite

 Domaine français / Mars, 2016 / 11,5 x 21,7 / 176 pages / ISBN 978-2-330-06054-1 / prix indicatif : 18, 50€