Le poids de secrets, Tsubaki, Hamaguri, Tsubame, Wasurenagusa, Hotaru, Aki Shimazaki

Dans cette pentalogie, l’auteur nous fait entendre tour à tour les voix des différents membres de deux familles, dans le japon au XXe siècle, Yukiko, Yukio, Mr Takahashi, Mariko, Mme Takahashi.

Tsubaki, le camélia par Yukiko

Yukiko raconte sa vie dans une lettre posthume à sa fille. l’enfance à Tokyo, quand enfant, elle allait le soir avec son père au parc. Là, elle jouait avec un petit garçon de son âge. Ce souvenir l’émeut toujours mais elle n’a jamais su qui il était. Et malgré les promesses des deux enfants,  elle ne l’a jamais revu.

Puis l’adolescence à Nagasaki où son père avait décidé de déménager. Ils partagent une maison jumelle avec la famille de monsieur Takahashi, un collègue de son père. Mme Takahashi est une orpheline qui n’a pas reçu une excellente éducation mais qui semble heureuse dans son couple. Si la relation est d’abord difficile avec leur fils Yukio, les adolescents vont rapidement se plaire et passer du temps ensemble.

Quand Mr Takahashi part travailler en Manchourie, il laisse sa femme et son fils aux bons soins de Mr Horibe, le père de Yukiko. Pourtant, tout n’est pas si limpide et un jour Yukiko découvre la véritable personnalité de son père et son secret. Lors de l’explosion de la bombe atomique américaine sur Nagasaki, les familles sont dispersées, le père du Yukiko disparaît dans la destruction de sa maison. Yukiko reste à jamais une rescapée de la bombe.

Doucement, le lecteur remonte le temps, des mots tout en douceur viennent dire l’enfance, la perte et la souffrance, puis la vie enfin apaisée de Yukiko.

Hamaguri, le coquillage par Yukio

Hamaguri, ce sont ces coquillages dont on détache les deux coquilles et qu’on s’amuse ensuite à assembler, car « il n’y a que deux parties qui vont bien ensemble« . Hamaguri, ce coquillage gravé de leurs deux noms que lui avait donné cette petite fille dont il était amoureux à quatre ans lorsqu’ils jouaient parc sous l’œil du père. La séparation est brutale, mais le petit garçon n’oubliera jamais. Puis Yukiko, l’adolescente, cette voisine dont il est secrètement amoureux lorsqu’ils vivent à Nagasaki. Il exerce le métier de chimiste, puis vient le mariage, les enfants et les petits enfants, les souvenirs et les regrets de cette enfant puis cette adolescente qu’il n’a jamais revues ni l’une ni l’autre… Sa mère vit chez Yukio depuis le décès de son mari, Mr Takahashi. Sa mère mourante, qui tient dans la main ce Hamaguri gravé, comme l’aveu d’un secret à jamais enfoui.

Tsubame, l’hirondelle de la liberté par Mariko

Mariko lève d’autres mystères, d’autres parts d’ombre dans cette famille japonaise que l’on suit depuis les années 1920.

Elle s’appelle Yonji kim, mais à la suite du tremblement de terre elle devient la japonaise Mariko. Sa mère est une belle jeune femme qui a eu sa fille hors mariage. Le jour du tremblement de terre de 1923, elle confie sa fille à un prêtre avec un peu d’argent et son journal, puis court dans les décombres chercher son frère. Tous deux avaient fui la Corée et s’étaient installés au Japon.  A cette époque, on trouve de nombreux coréens emmenés aux travaux forcés par les japonais, mais aussi ceux qui avaient fui le pays lors

Mais à la suite du tremblement de terre, les coréens sont recherchés comme des ennemis, des nuisibles, la peur s’insinue dans la population toujours en quête d’un bouc émissaire, les massacres seront nombreux, violents.

Dans l’église, Mariko est prise en charge par le prêtre à la barbe noire, cet étranger que tous appellent monsieur Tsubame. La petite orpheline grandit, trouve un travail, se laisse séduire par un bel homme marié qui lui promet la lune. Il lui fait un enfant, ne l’épouse pas et ne reconnait pas son fils. Un jour, elle rencontre Mr Takahashi et l’épouse. Devenue une vieille grand-mère, Mariko vit chez son fils et sa femme depuis le décès de son mari.

Cinquante-neuf ans après, c’est le jour de l’anniversaire du tremblement de terre. Mariko rencontre une vieille femme coréenne qui lui dévoile la vérité sur sa naissance.

Wasurenagusa, le bien nommé myosotis, forget me not, par Kenji

La fleur tant aimée de Kenji Takahashi. Kenji Takahashi est un fils de noble ascendance, dans sa famille, on n’épouse pas n’importe qui, et la future femme doit remplir son rôle de mère, ou court le risque d’être abhorrée par sa belle-famille. Mais sa première épouse est stérile, quelle honte pour les parents de Kenji qui le poussent au divorce. Un jour, il croise le chemin de Mariko, une jeune mère célibataire séduisante dont il tombe amoureux et qu’il épouse envers et contre sa famille. Il adopte Yukio, qu’il élève comme son propre fils.

Ils quittent Tokyo pour Nagasaki. Son collègue et ancien ami d’université vient s’installer dans la maison jumelle de la sienne avec sa famille. Puis Kenji est envoyé en Manchourie, où il reste de nombreuses années. La vie passe, un jour, Kenji décide de retrouver la tombe de celle qui fut si importante à ses yeux, sa nurse, et de lui apporter sa fleur préférée, le Wasurenagusa. Là, il découvre le secret de ses origines.

Hotaru, les lucioles qui éclairent la nuit

Dans ce dernier roman, nous retrouvons Mariko et sa petite fille Tsubaki la bien nommée (d’après les fleurs préférées de sa grand-mère, les camélias). Mais ici, le point de vue de Mariko ne fera pas double témoignage, puisqu’elle va se placer dans la situation de sa petite-fille, attirée par un professeur de sa faculté, bien plus âgée qu’elle, et qui tente de le séduire ; Mariko, forte d’une expérience qu’elle a tu toute sa vie, va montrer à Tsubaki l’importance des choix de vie pour ne pas tomber dans l’eau sucrée et ne pas succomber au charme des lucioles, ou plutôt de ne pas se laisser abuser par un séducteur  sûr de ses prérogatives et de son pouvoir.  Son discours n’est plus centré sur le passé, même s’il y fait référence, mais est là pour passer un message aux générations futures, si tant est qu’ils puissent l‘entendre bien sûr. Car chacun sait que l’expérience des autres n’est pas toujours d’un grand secours pour ceux à qui on la transmet.

A chaque livre, un personnage différent donne son point de vue sur lihistoire familiale. Cinq romans qui se lisent comme un seul, et qu’on aurait presque envie de relire aussitôt terminée la dernière page. Pour en saisir toutes les nuances, les secrets, les sentiments enfouis au plus profond, les moments de vie manqués, les destins croisés et les filiations difficiles, les bonheurs enfuis avant d’avoir été vécus. Des livres et des personnages qui parlent d’amour, de fidélité, de confiance, de passion inavouée, de tendresse et de bienveillance. Il y a une grande douceur dans ces lignes, beaucoup de respect aussi envers les personnages, les situations, l’Histoire du Japon enfin, et la façon qu’ont eues les différentes générations pour l’affronter le mieux possible.

Le contexte – le tremblement de terre de 1923, l’invasion de la Corée,  le massacre des coréens au Japon, la bombe d’Hiroshima puis de Nagasaki- plonge le lecteur dans des fragments de l’histoire aussi complexe que dramatique du Japon du XXe siècle. Un contexte et des traditions que l’auteur ne s’interdit pas de critiquer au passage.

Le rythme, le langage, les personnages, leur sensibilité et le poids des traditions sur leurs vies, ces évènements qui se répètent, l’importance et les effets de ces secrets de famille sur l’inconscient de chacun, mais surtout cette vision parcellaire qui devient au final si complète font de ces 5 romans une expérience de lecture singulière.

Vous aimez les livres qui parlent du Japon ? Lire aussi :

Éclipses japonaises, Eric Faye
Jiazoku, Maëlle Lefèvre
Les billes du Pachinko, Elisa Shua Dusapin
Certaines n’avaient jamais vu la mer, Julie Otsuka
Les fleurs d’Hiroshima, Edita Morris

Catalogue éditeur : Babel

La Japonaise Aki Shimazaki a construit avec Le Poids des secrets une œuvre-puzzle étonnante, au cœur de laquelle ses personnages se débattent pour retrouver la vérité, la liberté et la dignité. Coffret contenant les cinq volumes du Poids des secrets : Tsubaki, Hamaguri, Tsubame, Wasurenagusa, Hotaru.

Née au Japon, Aki Shimazaki vit à Montréal depuis 1991. Toute son œuvre est disponible chez Actes Sud, notamment ses trois pentalogies : Le Poids des secrets, Au cœur du Yamato et L’Ombre du chardon.

avril, 2010 / 11.00 x 17.60 cm / ISBN : 978-2-7427-9031-9 / Prix indicatif : 33.00€

Les fleurs d’Hiroshima. Edita Morris

« Nous sommes des enfants de la bombe et nos enfants sont aussi des enfants de la bombe. Nous sommes marqués pour des générations. »

Dans « l’après » à Hiroshima, les familles survivent, les douleurs se taisent, les vies se font courage et sacrifice pour avancer sans oublier.

DomiCLire_les_fleurs_dhyroshima.JPG

Nous sommes quinze ans après la bombe, quinze ans après l’horreur. Une partie importante de la ville d’Hiroshima a été détruite, de nouveaux quartiers sortent de terre pour abriter les nouveaux venus, ceux qui arrivent d’autres régions du Japon, n’ont pas subi l’horreur et vont repeupler la ville fantôme. Mais à Hiroshima, il y a aussi les survivants, les rescapés, pas ou peu touchés, en apparence du moins, par les radiations dont les dégâts, même des années après l’explosion et les radiations, sont irréversibles et bien souvent mortels.

Yuka a survécu avec sa jeune sœur à l’horreur de la bombe, mais sa famille a péri. Mariée à Fumio, ils ont deux enfants. Yuka tente par tous les moyens de vivre, normalement, de profiter de chaque instant de bonheur, de vie, de joie, de la beauté de la fleur blanche que l’on cueille dans son jardin, de la tasse de thé que l’on boit en contemplant la nature, des bavardages animés que l’on a au bain avec les voisines. Dans ce pays où le poids des traditions et le respect des anciens passe avant tout, la vie et surtout le bonheur individuel ont peu de chance de s’épanouir.

Sam-san est un jeune américain envoyé à Hiroshima par son entreprise, il ne veut pas loger dans les hôtels impersonnels et préfère être hébergé chez l’habitant. Côtoyer un jeune homme d’une culture aussi différente, sans rien laisser paraitre de ses propres sentiments, voilà ce que veut la tradition, ce que va faire Yuka, jusqu’au moment où il est bien évidement indispensable de dire, de montrer, de faire comprendre à cet étranger devenu ami, pour que lui aussi, à son tour, comprenne et ressente le poids de cette horreur qui a transformé leur vie, qui fait que plus rien, jamais ne pourra être comme avant, léger et beau comme les fleurs de cerisier au printemps.

Alors bien sûr, nous avons tous entendu parler d’Hiroshima, de la bombe, des morts, et vu au moins une fois la photo de cette petite fille qui court, nue, pour fuir la mort. Dans « Les fleurs d’Hiroshima », Edita Morris donne vie et corps aux survivants, à tous ceux qui, même si elle ne s’est pas arrêtée ce jour-là, ont vu leur vie irrémédiablement transformée, anéantie, leur normalité remise en question. Et qui pourtant ont assez de force et de courage pour continuer à vivre avec cette apparence de normalité essentielle à l’équilibre des hommes.
Le roman d’Edita Morris est court et terrible, puissant et émouvant, un roman comme un appel, qui bouleverse et questionne, une lecture indispensable. Sans cette réédition par J’ai Lu, je ne l’aurai certainement pas lu, et cela aurait été bien dommage. J’avais lu il y a quelques mois « 86, année blanche », de Lucile Bordes (Liana Levi) qui évoque Tchernobyl, et l’an passé le très puissant roman « L’expérience » de Christophe Bataille, qui évoque les essais nucléaires en Algérie. « Les fleurs d’Hiroshima » complète ma vision de l’après, celle des hommes qui ont vécu, souffert, et souvent ont tu ce qu’il s’était passé. 

 Une fois n’est pas coutume, j’ai eu envie de relever quelques phrases…

« Je ne peux m’empêcher de penser que nos manières japonaises sont supérieures aux autres, bien que mon ami qui m’a enseigné l’anglais ait essayé de m’expliquer qu’elles n’étaient pas supérieures, mais seulement différentes. »

« J’ai renoncé à lui cacher certaines choses mais j’ai trop d’amitié pour lui maintenant pour le mettre, sans nécessité, en face de telles horreurs. Sam-san est un homme libre, mais s’il venait à être touché par la pitié –et la véritable pitié est toujours agissante – c’en serait fait de sa liberté. Je veux qu’il reste en dehors de la tragédie d’Hiroshima. »


Catalogue éditeur : Le Livre de Poche

«Nos voix ne sont que des murmures et nous chantons ces complaintes qui nous sont si chères. (…) C’est avec toute notre passion que nous lançons ce cri du cœur : « Jamais plus Hiroshima ! » – Comme nous nous sentons proches les uns des autres ! Nous sommes une espèce à part.» Yuka a trente ans. Elle et sa famille ont survécu à la bombe jetée sur Hiroshima quinze ans avant le début de cette histoire. Yuka fera tout pour que sa famille et ses proches aient une vie normale, même à l’arrivée de ce jeune Américain qui lui loue une chambre et qui a la joie de l’innocence. C’est l’histoire simple de gens incapables d’oublier mais qui font preuve du courage immense des rescapés et des sacrifiés : celui de cacher au reste du monde leurs souffrances.

Date de parution : 20/11/2000 /Éditeur : J’ai Lu / EAN : 9782290307847