Torrentius, Colin Thibert

Découvrir la vie tumultueuse et le talent d’un peintre méconnu avec Torrentius, le roman historique réaliste et truculent de Colin Thibert

Né en 1589 à Amsterdam, Johannes van der Beeck dit Torrentius est un peintre qui réalise les natures mortes les plus incroyables de son époque, grâce à une technique inédite qui lui permet d’obtenir une lumière unique. Un émissaire du roi d’Angleterre le remarque et lui passe commande d’une toile au nom du roi Charles Ier d’Angleterre.

Torrentius est un homme frivole qui aime les beaux habits et les bijoux, le vin et les filles. Ce libertin invétéré aime s’encanailler dans les auberges sans toujours y payer son écot, profiter de la vie dans tout ce qu’elle peut lui offrir, et clame haut et fort que son coup de pinceau est l’œuvre du diable. Il profite également de son grand talent pour réaliser quelques gravures pornographiques qu’il fait vendre sous le manteau. Mais vivre cette vie-là, c’est hélas oublier qu’aux Pays Bas à cette époque règnent les prédicants et l’austérité de la religion calviniste.

Arrêté par le bailli d’Harlem qui a juré sa perte, Torrentius est torturé, jugé puis condamné. Il sera sauvé in extremis par Charles Ier d’Angleterre mais la torture et la prison auront eu raison de sa passion et de son art… Il meurt le 17 février 1644 à Amsterdam.

Dans ce court roman, Colin Thibert fait efficacement ressentir à ses lecteurs l’ambiance délétère qui régnait dans cette Hollande du XVIIe siècle et dans les pays calvinistes. Quand la raison divine devient prépondérante, et que les diktats religieux font fi des relations humaines. Il décrit un homme certes libertin, mais surtout un génie de la peinture au caractère trempé et capable de résister aux épreuves infligées par l’Homme. Un roman qui fait réfléchir sur la nature de l’homme et sur les aberrations qui sont commises lorsque les religions deviennent prépondérantes sur les lois des hommes, et ce qu’elles qu’elles soient.

Si l’on se souvient bien des dégâts provoqués par l’inquisition aussi bien en France qu’en Espagne, on connait souvent moins bien cette chasse aux sorcières et aux mécréants qui a également frappé les provinces du nord. La prospère et bourgeoise Hollande du XVIIe siècle est aux mains des protestants qui prônent une vie aussi rigide qu’austère au service d’un Dieu bien peu compatissant.

Le roman de Colin Thibert m’a fait penser au roman Miniaturiste de Jessie Burton, qui se passe à Amsterdam en 1686, ou encore à La rose de Saragosse de Raphaël Jerusalmy, où l’on retrouve les folies criminelles de l’inquisition.

Le seul tableau de Torrentius qui a survécu à la destruction de toute sa production, Nature morte avec bride et mors, 1614, est conservé au Rijksmuseum d’Amsterdam.

Catalogue éditeur : Héloïse d’Ormesson

Sous le nom de Torrentius, Johannes van der Beeck peint les plus extraordinaires natures mortes de son temps et grave sous le manteau des scènes pornographiques qui se monnayent à prix d’or. Dans l’austère Haarlem du XVIIe, ce provocateur flamboyant, noceur invétéré et fornicateur insatiable, fascine autant qu’il dérange. Certains donneraient cher pour le neutraliser. Un bailli zélé mène l’offensive et le traduit en justice. Sous la menace de la torture, le blasphémateur acceptera-t-il de se renier ?
Aussi précis et raffiné que les toiles de ce génie oublié de la peinture flamande, Torrentius est le roman du destin contrarié d’un avant-gardiste. Recomposant le tableau de cette existence tumultueuse, la plume savoureusement anachronique de Colin Thibert nous invite à côtoyer cet hédoniste libertaire.

128 pages | 15€ / Paru le 22 août 2019 / ISBN : 978-2-35087-537-8

Photo de couverture © Paulette Tavormina, courtesy the artist and Robert Mann Gallery, New York

Miniaturiste, Jessie Burton

Dans Miniaturiste, Jessie Burton nous fait évoluer ses personnages dans la Hollande des canaux, des terres gagnées sur la mer et du siècle d’or de la Compagnie des Indes Orientales

Les flottes des riches marchands parcourent le monde pour en rapporter du sucre et des épices. Elle évoque également avec beaucoup de justesse les ambivalences et  l’hypocrisie des protestants soumis aux règles strictes de leur église (mais prêts à dévorer en secret quelques sucreries et noix caramélisées), les contraintes qu’imposent la religion et le poids des traditions en matière de mœurs et dans l’organisation austère de la société.

Nous sommes en 1686, Nella, jeune provinciale découvre à la mort de son père que la famille est ruinée. Elle doit alors épouser un vieillard de deux fois son âge. Enfin, 40 ans ce n’est pas si vieux, sauf quand on en a dix-huit ! Johannes est bel homme, cultivé, un des meilleurs marchands de la ville d’Amsterdam, connu et reconnu par ses pairs, jalousé par d’autres, courant les mers, il assume sa liberté et ses choix.

À son arrivée à Amsterdam, Nella découvre une maisonnée bien hétéroclite. Otto, le serviteur de son mari, arrive du Dahomey, un homme noir est fort peu commun en ces temps et en ce pays, Cornelia, jeune orpheline, est au service de Johannes et de Marin, sa sœur. Celle-ci, si froide, si stricte, si intelligente, et si secrète semble mener de main de maître l’intendance de la maison Brandt.

Nella reçoit en cadeau de Johannes une magnifique maison miniature, de celles qui permettent aux jeunes filles de bonne famille d’apprendre leur futur rôle de maitresse de maison. Ce cadeau sera le point de départ de singulières aventures à la limite du surnaturel. Nella reçoit d’étranges présents de la part d’une miniaturiste invisible qui ose travailler dans cette ville dominée et gouvernée par les hommes. Les objets semblent prémonitoires, mais peut-être suscitent-ils simplement un éveil de la conscience chez Nella, guidant celle-ci dans son évolution. Car comment trouver sa place, comment devenir une femme, une maitresse de maison accomplie, une mère, quand tout semble se liguer contre vous.

La structure du roman m’a intéressée, le suspense monte peu à peu, les caractères et les personnages gagnent en épaisseur et leur mystère, bien loin de s’éclaircir, va se densifier au fil des pages. L’évocation quasi magique du rôle de la miniaturiste ne prend jamais le pas sur la vie de Nella, lui laissant la place pour se révéler et grandir dans cette société intransigeante et rigide. Les scènes sont parfois  décrites comme si nous étions dans un film, le lecteur peut alors les visualiser comme s’il y était, en spectateur d’une société sans pitié pour ceux qui sortent du rang. Une belle lecture pour un étrange voyage dans le temps le long des canaux d’Amsterdam.

Je me souviens très bien de la maison miniature, exposée au Rijksmuséum et devant  laquelle, comme certainement bien d’autres visiteurs, je suis restée un moment pour y projeter ma vision d’une famille idyllique de l’époque.  C’est sûr, si j’y  reviens je ne la regarderai plus jamais de la même façon. 

Catalogue éditeur : Gallimard

Nella Oortman n’a que dix-huit ans ce jour d’automne 1686 où elle quitte son petit village pour rejoindre à Amsterdam son mari, Johannes Brandt. Homme d’âge mûr, il est l’un des marchands les plus en vue de la ville. Il vit dans une opulente demeure au bord du canal, entouré de ses serviteurs et de sa sœur, Marin, une femme restée célibataire qui accueille Nella avec une extrême froideur. En guise de cadeau de mariage, Johannes offre à son épouse une maison de poupée, représentant leur propre intérieur, que la jeune fille entreprend d’animer grâce aux talents d’un miniaturiste. Les fascinantes créations de l’artisan permettent à Nella de lever peu à peu le voile sur les mystères de la maison des Brandt, faisant tomber les masques de ceux qui l’habitent et mettant au jour de dangereux secrets.

S’inspirant d’une maison de poupée d’époque exposée au Rijksmuseum d’Amsterdam, Jessie Burton livre ici un premier roman qui restitue avec précision l’ambiance de la ville à la fin du  XVIIesiècle. Au sein de ce monde hostile, où le pouvoir des guildes le dispute à l’intransigeance religieuse et à la rigueur morale, la jeune Nella apparaît comme une figure féminine résolument moderne. Œuvre richement documentée et conte fantastique, Miniaturiste est un récit haletant et puissant sur la force du destin et la capacité de chacun à déterminer sa propre existence.

Trad. de l’anglais par Dominique Letellier

512 pages, 140 x 205 mm / ISBN : 9782070144228 / Parution : 26-03-2015