État d’ivresse. Denis Michelis

La mère, le fils, l’alcool et la solitude de celle qui détruit sa vie chaque jour à petite gorgée… c’est l’État d’ivresse selon Denis Michelis

C’est la mère de Tristan, un adolescent de 17 ans qu’elle ne reconnait plus, c’est l’épouse d’un mari absent qui laisse des messages qu’elle n’entend pas… c’est l’amie de Célia, sa voisine et disons le plutôt son ex-meilleur amie, et surtout, c’est une femme en état d’ivresse du matin au soir. Vautrée dans son canapé, elle cherche les combines les plus improbables pour acheter, cacher, consommer tout l’alcool possible, ces doses qui lui feront oublier sa solitude, son désespoir dans cette maison vide qu’elle exècre.

Journaliste, mère, épouse, femme brisée… bien sûr elle sait qu’il faudrait se soigner, arrêter, ne plus boire, mais rien ne peut l’en empêcher. Difficile dégringolade, pitoyable dégringolade de cette femme perdue. L’alcoolisme féminin est toujours si dramatique. Quand rien, pas même son enfant, ne peut vous faire stopper la chute inexorable.

L’auteur s’est faufilé dans la tête de sa narratrice pour la faire parler, et son roman est criant de vérité, de désespoir, de justesse aussi. Étonnant par la différence de langage, de personnages qui cohabitent dans la tête malade de cette femme désespérée, qui boit et oublie, qui boit et se perd, qui boit tant que ça ressemble presque à un suicide, et  que l’on a tant envie de secouer.

Ce roman me fait penser au roman à celui de Cathy Galliégue Et boire ma vie jusqu’à l’oubli qui abordait également ce thème et que j’avais trouvé particulièrement réussi. Dans le roman de Denis Michelis État d’ivresse il m’aura manqué quelque chose pour vraiment compatir et comprendre cette femme, l’origine de son état ou un espoir de solution pour l’avenir. Là j’ai eu l’impression de plonger dans cette ivresse sans plus jamais pouvoir en sortir, une immersion dans le désespoir à l’état pur en somme.

💙💙💙💙

Catalogue éditeur : Notabilia Noir sur Blanc

État d’ivresse brosse le portrait d’une femme brisée qui, en s’abîmant dans l’alcool, se fait violence à elle-même. La mère d’un adolescent, en état d’ivresse du matin au soir, se trouve en permanence en errance et dans un décalage absolu avec la réalité qui l’entoure. Épouse d’un homme absent, incapable d’admettre sa déchéance et plus encore de se confronter au monde réel, elle s’enferme dans sa bulle qui pourtant menace de lui éclater au nez. 

Comme dans ses deux précédents romans, on trouve sous la plume de Denis Michelis les thèmes de l’enfermement et de la violence conjugués à l’impossibilité d’échapper à son destin.

« Il ne me reste plus qu’à prendre mon élan, qu’à courir pour sortir de cette maison et ne plus jamais y revenir. Mais quelque chose m’en empêche, et cette chose se trouve là, à mes pieds : mon verre tulipe. »

Date de parution : 03/01/2019 / Format : 12,8 x 20 cm, 180 p., 14,00 € / ISBN 978-2-88250-545-3

Thèse sur un homicide, Diego Paszkowski

Dans Thèse sur un homicide, Diego Paszkowskt se pose cette question primordiale : la justice est-elle réellement aveugle ? 

Thèse sur un homicide de Diego Paszkowski

Paul Besançon, brillant étudiant en droit, suit pendant un été le stage du célèbre professeur Roberto Bermudez à l’université de Buenos Aires, stage qui se déroule pendant huit cours les vendredi soir. A priori, tout pourrait être clair et simple, un étudiant brillant qui vient se perfectionner en droit pénal, un professeur renommé et pourtant un brin alcoolique depuis que sa femme l‘a quitté, une intrigue ordinaire.

Mais non, tout d’abord, nous apprenons que les parents de Paul l’ont envoyé en Argentine car ils ne savent plus comment gérer ce fils particulièrement étrange et avec qui ils ne ressentent aucune affinité, bien au contraire. Paul voue une admiration malsaine à une actrice connue, Juliette Lewis, et celle-ci devient rapidement le fil rouge de l’intrigue. Ensuite, Roberto professeur connu et reconnu, a une personnalité bien tranchée et est très exigeant. Alors bien évidement le lecteur s’attend à voir s’affronter ces deux personnalités tout au long de ces chapitres qui se succèdent en dévoilant en alternance le point de vue de chacun. Et c’est bien ce qui arrive, mais quel ennui parfois je dois avouer. Le roman est composé de phrases qui tiennent d’une logorrhée interminable, sur des adresses, des cafés, du thé Earl Grey, des nombres de pas ou de marches pour atteindre un objectif, nombre de pas sans cesse comptés, qui sont là pour accentuer le côté délirant du personnage principal mais qui n’apportent rien aux chapitres.

Rapidement cependant, une intrigue se dessine, Paul a décidé de prouver à ce grand professeur et à ce juriste d’exception que la justice est aveugle. Pour cela, Paul fait preuve d’un cynisme, d’un mépris de la vie, de l’individu, pour simplement réaliser son ambition d’être unique et différent, d’arriver à accomplir ce que d’autres n’ont pas réussi. Idée de départ intéressante mais parfois lassante.

Par contre j’aime beaucoup le dénouement qui, s’il n’est pas plus juste que la justice elle-même, satisfait notre soif de voir punir un coupable. Au jeu du tel est pris qui croyait prendre, la manipulation, la finesse, la vengeance, la solidarité, l’intelligence, finissent par avoir raison du machiavélique Paul Besançon. Je n’ai pas eu de coup de foudre pour ce roman, dommage car j’aimais assez l’idée de découvrir un autre pays, d’autres auteurs de polars. Mais comme je connais très mal ceux d’Amérique latine, la découverte est malgré tout intéressante.

Roman lu dans le cadre du jury de l’édition 2015 du Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points

Catalogue éditeur : Points

Traduit de l’espagnol (Argentine) par Delphine Valentin.
Diego Paszkowski, né à Buenos Aires en 1966, dirige des ateliers d’écriture à l’université. Thèse sur homicide s’est venu décerner le prix du meilleur roman de l’année par le grand quotidien argentin La Nación. Il a été adapté au cinéma.

Prix du meilleur polar des lecteurs de points 2014

C’est brillant, parfois magique. Le Nouvel Observateur
Thèse sur un homicide est la mise en place très précise et très explicite d’une bombe narrative à retardement. Le Matricule des Anges

 6,4€ // 192 pages / Paru le 19/03/2015 / EAN : 9782757846414

Baïnes, France Cavalié

Baïnes, de France Cavalié, quand l’amour fou déraille et devient violence dans un huis-clos étouffant

pays basque
Saint Jean de Luz © DCL-DS2015

Depuis les années 80, je passe chaque année avec bonheur quelques jours au pays Basque. Avec Baïnes de France Cavalié, je suis à la fois en pays connu avec les paysages, l’ambiance, les « festaïres » de Biarritz, Bayonne ou Hendaye, et plongée dans l’inconnu de la violence secrète, celle qui est cachée derrière des volets verts, oppressée par le silence honteux d’une femme battue qui ne sait et ne peut parler du drame qu’elle vit. Quel contraste.

L’auteur nous balance entre un amour tellement fort qu’il en devient exclusif, celui de Rose et Oleg, en particulier pour Oleg qui est terriblement jaloux, et un air ambiant qui donne envie de vivre sous ce ciel si bleu, si vif. Nous voilà sur les plages de la chambre d’amour ou de la côte de basques, à vivre les débuts des surfeurs, qu’on imagine tous de beaux blonds aux corps d’athlètes, dans les rues ensoleillées de Biarritz, invités aux vernissages, avec les amateurs d’arts qui hantent les galeries chics et branchées, en ces années 80 où tout est possible.

Chaque chapitre commence par une phrase abordant un élément qui va se retrouver dans les pages suivantes, émaillées de rappels du quotidien de l’époque, stars de cinéma, actualités, films, romans, pour ancrer le récit dans la réalité, parfois à l’excès, même si ce n’est pas forcément gênant. En tournant les pages, on ressent l’atmosphère étouffante de ce huis clos d’un couple en rupture et pourtant soudé par un amour impossible, derrière ces volets verts où la souffrance, l’incompréhension, le silence, sont si forts et si inconcevables, même s’ils se passent à une époque où l’on commence à peine à parler de violences faites aux femmes. Qu’il est difficile de vivre, d’accepter de mettre des mots puis de dire et de comprendre la souffrance. Celle des autres est toujours plus facile à juger, mais c’est dire le chemin qu’il reste encore à parcourir. Difficile thème, abordé intelligemment par l’auteur, passage à l’acte pour celui des deux qui est violent, réaction ou manque de réaction pour l’autre, rien n’est simple, c’est un roman qui pose des questions.

Sélection du prix Orange du livre 2015

Catalogue éditeur : Robert-Laffont

Les années 80 à Biarritz. La ville des princes et des stars hollywoodiennes, par ailleurs farouchement basque, est le théâtre d’une histoire d’amour violente et lumineuse. C’est le récit intense d’une guerre dont personne ne se doute… Et d’une rédemption.

« – On va se marier, Rose.
Arrivé dans mon dos, Oleg a dit ça comme une évidence.
– Tu verras, ce sera mieux pour les enfants.
J’étais muette. Ou avait-il passé la nuit ? Avec qui ?
Je ne pensais plus qu’à ça, scrutant son regard, ses beaux yeux bleus posés sur moi.
Il a insisté.
– Alors, Rose ?
Je n’ai pas répondu tout de suite. Il y a des bonheurs qui ne réjouissent pas tout à fait. »
Dans le Biarritz des années 1980, ou l’art contemporain défie les ors de son passé princier, ou les surfeurs règnent sur la Côte des Basques, ou l’océan cache les baïnes et leurs puissants courants contre lesquels mieux vaut ne pas lutter, c’est l’histoire d’un amour en fusion qui déraille à huis clos. Rose et Oleg. Un amour bloc avec la mèche à l’intérieur.

Parution : 2 Janvier 2015 / Format : 1 x 215 mm / Nombre de pages : 234 / Prix : 18,00 € / ISBN : 2-221-15663-3