Le jour de ma mort, Jacques Expert

Connaître le jour de sa mort, rêve ou cauchemar  ?

Charlotte est une jeune parisienne aussi blonde que belle. Heureuse dans sa vie, elle adore son chat Grichka et son petit ami Jérôme. Mais en ce 28 octobre, alors que Jérôme est à Dubaï pour son travail, les souvenirs d’un séjour entre copines à Marrakech affleurent à sa conscience à demi-éveillée. Trois ans plus tôt, lors de ce week-end pour l’enterrement de vie de jeune fille de son amie Carole, les jeunes femmes avaient rencontré un voyant. Elles ne l’avaient absolument pas pris au sérieux, mais pourtant ses prophéties se sont toutes avérées pour ses copines. Et maintenant, reste celle de Charlotte, particulièrement terrifiante puisqu’il lui a révélé quel serait le jour de sa mort.

Et pendant ce temps, un tueur en série sévit en ville, tueur de blondes et de chats

Seule dans son appartement, dans un immeuble déserté par quasiment tous les voisins en dehors de celui du dessous qui est sourd comme un pot. Elle cherche comment échapper à la prédiction, car bien évidement, si elle doit mourir ce jour-là, cela ne peut être que de la main de L’Égorgeur de chats, ce prédateur dont parlent tous les médias.

Charlotte tremble, imagine, désespère, se rebelle, se révolte, réagit, se terre. Confiance, angoisse, stress, pleurs, courage, rien ne lui est épargné et tout au long de cette journée sans fin, elle tente d’échapper au sort qui l’attend.

En parallèle, le tueur, un homme jeune, méthodique et froid, maltraité par maman mais en même temps très attentif à suivre son enseignement, détaille avec une certaine délectation ses meurtres passés et ses cibles futures.

Tic, tac, tic, tac, Charlotte a vingt-quatre heures pour vivre ou mourir.

Le lecteur navigue entre une Charlotte qui disjoncte et un tueur psychopathe. A la lisière de la folie, révélations, détournement, suspense, coups de théâtre et quiproquo s’enchaînent et laissent le lecteur dubitatif, en attente d’un final pour le moins déroutant.

Il m’a semblé qu’il y avait quelques pages de trop dans ce roman, comme si l’auteur voulait en dire un peu plus mais en prenant le risque de se répéter. Et cela n’apporte rien à l’intrigue. Du coup, je n’ai pas senti assez de suspense dans le cheminement des deux personnages principaux pour maintenir mon intérêt jusqu’au dénouement. Quelques personnages secondaires, un peu stéréotypés peut-être, viennent malgré tout troubler le raisonnement du lecteur. Mais sans doute faut-il prendre tout cela au second degré et apprécier cet auteur qui joue avec les nerfs de ses personnagesUn polar pour se détendre cet été, enfin, sauf si vous avez consulté un voyant juste avant !

Roman lu dans le cadre de ma participation au jury Prix des lecteurs Le Livre de Poche 2021 Policier

Catalogue éditeur : Le Livre de Poche et Sonatine

Charlotte est une jeune femme sans histoires. Elle a un travail qui lui plaît, un petit ami avec qui elle espère se marier, un chat. Elle se dit heureuse. Cependant, une nuit, elle se réveille tremblante de peur, en sueur, à l’affût du moindre bruit. Elle est seule chez elle. On est le 28 octobre. Le jour de sa mort.
Trois ans plus tôt, à Marrakech, Charlotte a consulté, avec trois amies, un voyant dont les prédictions se sont réalisées pour ces dernières. Qu’en sera-t-il pour Charlotte à qui il avait annoncé une mort violente le 28 octobre ? Commence alors une nuit d’angoisse. La jeune femme est-elle victime d’une paranoïa alimentée par l’effrayant souvenir ? Est-elle réellement en danger alors qu’un tueur psychopathe rôde dans la ville ?

Après avoir été grand reporter, directeur des programmes de RTL et auteur de la série Histoires criminelles sur France Info, Jacques Expert se consacre aujourd’hui à l’écriture.

Prix : 7,90€ / 384 pages / Date de parution : 30/09/2020 / EAN : 9782253181316

Deux gouttes d’eau, Jacques Expert

La gémellité, un thème idéal pour un polar psychologique inquiétant

Que dire de ce roman. D’abord, c’est vrai, je n’ai pas eu envie de le lâcher, les pages tournent seules et l’amateur de polars que je suis n’a eu qu’une envie, connaître la suite. Il est plutôt bien écrit, pas de longueurs, un suspense maintenu par une bonne alternance des situations, la vie de Philippe et Sophie, leurs désir d’être enfin parents et leur vie avec les jumeaux Franck et Antoine, puis la scène de crime, l’enquête en extérieur et enfin les moments presque à huis clos dans le commissariat.

Le thème de la gémellité, déjà traité par d’autres auteurs (Danielle Thiery par exemple) est souvent source de mystère. Et l’idée de jumeaux en tous points identiques, le physique d’abord, puis le même ADN, la même maladie, ils n’ont pas d’empreintes digitales, parait à priori propice à tisser les fils d’une intrigue assez subtile. En parallèle à la sordide scène de crime et à l’enquête, le récit de la naissance tellement souhaitée et de l’enfance particulièrement étrange d’Antoine et Franck apporte quelques informations sur leurs personnalités complexes.

J’ai été déconcertée par le commissaire Robert Laforge, peu crédible dans sa façon d’enquêter, qui annonce tout de go au sosie parfait de son « coupable présumé numéro un » tout le déroulé et les moindres détails du crime sordide sur lequel il enquête, sans même attendre et le laisser venir. Alors j’ai eu un peu de mal à lui faire confiance pour la suite. Et d’ailleurs, l’auteur me conforte dans mon manque de confiance, lors des dernières scènes au commissariat, que je ne vous dévoilerai certainement pas mais que j’ai trouvées peu crédibles. Ce divisionnaire est un nerveux colérique, cinglant avec ses équipes. Connu pour sa perspicacité, il va cependant s’embrouiller. En même temps, l’auteur embrouille le lecteur avec ses jumeaux si bizarrement fusionnels, et en même temps si contradictoires.
Je suis cependant un peu déçue par ce polar. Je ne sais qu’en penser, un polar bien écrit, que l’on a envie de lire jusqu’au bout, mais dans lequel tout m’a semblé tellement évident que la fin est arrivée sans trop de surprise.

Reçu dans le cadre des explorateurs de polar de lecteurs.com

Catalogue éditeur : Sonatine

Deux frères, un coupable : une machination infernale.
Une jeune femme est retrouvée morte dans son appartement de Boulogne-Billancourt, tuée à coups de hache. Elle s’appelle Élodie et son ami, Antoine Deloye, est identifié sur l’enregistrement d’une caméra de vidéosurveillance de la ville, sortant de chez elle, l’arme du crime à la main. Immédiatement placé en garde à vue, Antoine s’obstine à nier malgré les évidences. Il accuse son frère jumeau, Franck, d’avoir profité de leur ressemblance pour mettre au point une machination destinée à le perdre. Quand Franck Deloye arrive au commissariat central pour être entendu, le trouble est immense : il est impossible de différencier les deux hommes, qui se ressemblent, littéralement, comme deux gouttes d’eau… Le divisionnaire de la PJ en charge de l’enquête, Robert Laforge, un homme réputé pour sa compétence mais aussi son intransigeance et ses éclats incontrôlés, va devoir tirer au clair avec son équipe ce véritable casse-tête. Lequel des deux jumeaux ment, lequel est le bourreau, lequel la victime ?

On retrouve dans ce nouveau roman tout ce qui fait l’univers de Jacques Expert : l’observation sans empathie de personnalités troublées, perverses, abîmées, qui ne savent plus exactement quelles sont les limites de leur identité ou de leur mission, y compris chez les enquêteurs.

Après avoir été grand reporter, Jacques Expert a été producteur et rédacteur en chef pour TF1, directeur des magazines de M6 et directeur général adjoint de Paris Première. Il est aujourd’hui directeur des programmes de RTL et auteur de la série « Histoires criminelles » sur France Info. Après Adieu (2012) et Qui ? (2013), Deux gouttes d’eau est son troisième roman à paraître chez Sonatine Éditions.

ISBN : 978-2-35584-316-7 / Format : 14 x 22 cm / Pages : 336 / Prix : 19€