Le souffle de la nuit, Alexandre Galien

Une plongée en eaux troubles, entre réseaux de prostitution et poupées vaudou

Dès les premières pages, plusieurs intrigues s’écrivent en parallèle. D’abord Valmy et ses cauchemars. Depuis la disparition de sa femme et l’arrestation d’un tueur en série, le flic s’est mis en retrait de la police. Il vit désormais à Lagos, au Nigeria où il est l’adjoint de l’attaché de sécurité intérieure à l’ambassade de France.

Au Nigeria, l’envoûtement d’une jeune femme a qui on fait miroiter une belle vie en France, mais que la Madam prépare pour qu’elle soit soumise aux pires réseaux de prostitution, sans espoir de retour.

Dans le bois de Vincennes, le meurtre sordide d’un flic de la mondaine met en alerte toutes les force de PJ du 36 Bastion. Alors que Philippe Valmy est parti depuis un an, ce meurtre interpelle ses anciens acolytes qui vont avoir besoin de ses lumières.

L’enquête, difficile, va faire plonger le lecteur dans la vie de la nuit, des réseaux de prostitution, des poupées Vaudou et des moyens de pression exercés envers ces filles qui n’ont aucune chance de s’en sortir tant le poids des croyances impacte leurs réactions.

L’auteur vient du sérail, c’est un ancien policier de la direction régionale de PJ, ce mythique 36 qui a déménagé du quai des orfèvres vers les rives du Bastion. On ne s’étonnera pas dès lors qu’il maîtrise parfaitement tant les rouages des enquêtes que les tensions entre les différents services ou chefs de services. Tout comme les mentalités des flics, des enquêteurs, de ceux dont le métier implique souvent de se blinder psychologiquement pour affronter les pires scènes, mais aussi de résister à la pression de la hiérarchie ou du politique.

Guerre des polices et des services, tension entre pays, petits arrangements et immunités diplomatiques, chantage aux grands groupes internationaux, de nombreux sujets sont ici abordés. Le tout sous couvert d’une enquête palpitante qui nous fait courir à cent à l’heure entre les différents site de polices, les personnages, les intrigues qui s’intriquent habilement et judicieusement.

Une écriture concise, factuelle, documentée, crédible et percutante. Un roman très actuel, qui pulse et que l’on n’a pas envie de finir trop vite. Ou alors dites nous que le prochain arrive vite ! Ah, mais il me reste à découvrir Les cicatrices de la nuit, le roman d’Alexandre Galien lauréat du Prix du Quai des orfèvres 2020.

Pour aller plus loin et mieux comprendre les réseaux de prostitution africains et leur pouvoir sur les filles, on ne manquera pas de lire aussi l’excellent thriller Les sirènes noires de Jean-Marc Souvira.

Catalogue éditeur : Michel Lafon

« Les silences de Valmy, au bout du fil, avaient résonné dans leurs oreilles comme le sifflement d’un corps qui tombe droit dans l’abîme. Pourtant quand le chef de la Crim’ avait prononcé les mots « meurtre », « poupée criblée de cicatrices », « vaudou » et « bois de Vincennes », une tension inhabituelle avait envahi la pièce. Jean et le commissaire ne surent dire si c’était sa respiration qui avait changé, ou s’il était habité d’une force inconnue, mais le Valmy qu’ils connaissaient avait repris le dessus. »

Des faubourgs de Barbès aux dorures des ambassades, entre prostitution et magie noire, le groupe de Philippe Valmy se reforme pour traquer un tueur sanguinaire qui met à vif les cicatrices du passé.

Après des études de droit et de sciences criminelles, Alexandre Galien a intégré la direction régionale de la police judiciaire. Il se consacre aujourd’hui à l’écriture. Trente ans, du talent à revendre, il est le plus jeune lauréat du prix du Quai des Orfèvres, obtenu pour Les Cicatrices de la nuit. Depuis septembre 2020, il enseigne le cours « Roman noir , époque sombre » à la chaire d’écriture et de rhétorique de Sciences Po Paris. Un profil hors normes à suivre de près !

Parution : 24/09/20 / Prix :18.95 € / ISBN : 9782749944159

Héritage, Miguel Bonnefoy

Les rêves de quatre générations portés par la magie de l’écriture de Miguel Bonnefoy

En 1873, celui qui deviendra Lonsonier part de France où il était viticulteur dans le Jura, pour rejoindre la Californie après la grande épidémie de phylloxera du XIXe siècle. Le père de Lazare accoste finalement à Valparaíso au Chili avec trente Francs et un cep de vigne en poche.  C’est à Santiago du Chili qu’il va refaire sa vie, d’abord en épousant Delphine, puis en lui faisant trois fils et en reconstituant là-bas les vignes perdues de France.

Quatre générations plus tard, que sont devenus ces enfants d’émigrés ?
Lazare a connu la guerre, la moche, celle des tranchées qui le laisse à jamais exsangue et amputé à la fois d’un poumon et de sa jeunesse comme de son insouciance. Il a fait sa vie auprès de la belle et sauvage Thérèse qui aime les oiseaux autant sinon plus que les hommes.

La vie continue, arrive Margot. C’est une enfant passionnée qui rêve de devenir pilote. Pas facile quand on est une femme dans un univers d’hommes et en plus dans une discipline balbutiante. Il faut de la pugnacité pour assouvir sa passion.
Mais à son tour, portée par l’amour d’un pays qui pourtant n’est pas le sien, elle part faire la guerre en Europe, la grande cette fois. Là, elle sera une combattante de l‘ombre et c’est une femme différente, bien que saine et sauve, qui revient au pays. Un fils, Ilario Da, et une révolution plus tard, le pays sombre dans la dictature. Il faut alors essayer de vivre ou de mourir, avec ou sans gloire. Ilario est arrêté, torturé, forcé à son tour à l’exil.

L’écriture est belle, puissante et simple à la fois, les caractères sont bien trempés, le surnaturel occupe sa juste place et le rythme ne faiblit jamais. L’auteur une fois de plus nous transporte dans une saga qui, à travers plusieurs générations, mêle les traditions de deux pays, dans cette époque difficile de deux grandes guerres, aborde les affres de la dictature et ses conséquences sur tout un pays, et y pose un brin de surnaturel comme il sait si bien le faire. Une histoire qu’il connait bien et qui est aussi son propre héritage.

Les personnages hauts en couleurs nous font vivre à travers leurs familles l’histoire du Chili, ses liens avec la France et la difficile adaptation des migrants qui jamais ne renient leur pays d’origine. Il est important aussi de se souvenir que si les français accueillent sur leur sol les migrants d’aujourd’hui, de nombreuses générations ont eu par le passé à migrer à leur tour vers des terres plus ou moins hospitalières.


Catalogue éditeur : Rivages

La maison de la rue Santo Domingo à Santiago du Chili, cachée derrière ses trois citronniers, a accueilli plusieurs générations de la famille des Lonsonier. Arrivé des coteaux du Jura avec un pied de vigne dans une poche et quelques francs dans l’autre, le patriarche y a pris racine à la fin du XIXe siècle. Son fils Lazare, de retour de l’enfer des tranchées, l’habitera avec son épouse Thérèse, et construira dans leur jardin la plus belle des volières andines. C’est là que naîtront les rêves d’envol de leur fille Margot, pionnière de l’aviation, et qu’elle s’unira à un étrange soldat surgi du passé pour donner naissance à Ilario Da, le révolutionnaire.
Bien des années plus tard, un drame sanglant frappera les Lonsonier. Emportés dans l’oeil du cyclone, ils voleront ensemble vers leur destin avec, pour seul héritage, la légende mystérieuse d’un oncle disparu.

Dans cette fresque éblouissante qui se déploie des deux côtés de l’Atlantique, Miguel Bonnefoy brosse le portrait d’une lignée de déracinés, dont les terribles dilemmes, habités par les blessures de la grande Histoire, révèlent la profonde humanité.
Miguel Bonnefoy est l’auteur de deux romans très remarqués, Le Voyage d’Octavio (Rivages poche, 2016) et Sucre noir (Rivages poche, 2019). Ils ont tous deux reçu de nombreux prix et été traduits dans plusieurs langues.

EAN: 9782743650940 / Parution: août, 2020 / 256 pages / Prix: 19,50€

Le goéland qui fait miaou, Jérôme Attal, Sylvie Serpix, Constance Amiot

Au détour d’une allée du salon du livre de Boulogne, échanger avec Jérôme Attal, et découvrir ce livre/disque aussi bienveillant que poétique destiné aux enfants

J’aurai presque envie de dire, à la manière de Desnos, un goéland qui fait miaou, ça n’existe pas, ça n’existe pas. Mais le contexte n’étant pas celui du poème de Desnos, je ne le dirais pas. Et après tout, oui, un goéland qui fait miaou, ça existe, la preuve !

Kino vit sur le toit de la maison de Cordélia, au bord de la mer. Ses parents, comme les parents de Cordélia, sont partis faire un tour, les uns au restaurant, les autres pour chercher à manger pour leur petit goéland qui ne peut pas encore voler de ses propres ailes.

Mais un coup de vent, et vlan, voilà bébé goéland tombé dans le jardin. Heureusement sain et sauf. Occasion inespérée pour lui de faire la connaissance de tous les animaux qui vivent au ras du sol. Ce que ne peut pas faire un goéland en temps normal, vous en conviendrez. Et de suivre leurs conseils, les écouter parler de leurs vies, de l’entre aide, du soutien bienveillant que l’on peut s’apporter.

Le voisin de Cordélia, est un monsieur acariâtre qui déteste et chasse les goélands. Il lui semble bien avoir entendu Kino. Alors, comment va-t-il pouvoir s’en sortir ? Lisez vite ce joli recueil à vos petits et vous le saurez !

Le texte peut être découvert avec le CD joint, cela permet de laisser les enfants profiter de l’histoire et des chansons. Voilà des situations, un vocabulaire, des personnages à la fois attachants et réalistes avec toute leur magie et leur esprit de solidarité (ou pas !). De jolis dessins accompagnent ces textes absolument charmants. C’est joli, émouvant, instructif et très poétique, j’ai particulièrement aimé le niveau du vocabulaire, ni trop, ni trop peu.

Catalogue éditeur : Le label dans la forêt

Récit et paroles par Jérôme Attal | Musique et chant par Constance Amiot | Illustrations par Sylvie Serprix | Raconté par Robinson Stevenin

Sur un bord de mer, où les toits des maisons sont le terrain de chant des goélands, avec les vents marins comme complices, Kino, bébé Goéland, va vivre une aventure-road-trip à pattes – à travers un jardin.
Kino ne sait pas encore voler, c’est comme ça qu’il va d’abord apprendre à faire miaou ! Il doit échapper au vilain voisin monsieur Orbide, qui en veut aux goélands. Il va rencontrer certains habitants du jardin qui lui démontreront « qu’on apprend toujours beaucoup des autres » : un ver universaliste, une tortue individualiste, un hérisson amoureux, et surtout une géante prénommée Cordélia, l’enfant qu’il n’oubliera jamais.

Le récit de Jérôme Attal est narré par le comédien Robinson Stevenin dans un décor mêlant sons de bord de mer et instruments « imitateurs ». Les chansons, interprétées et composées par Constance Amiot, sont des petits portraits des habitants du jardin : folk, accents jazzy, swing, western et même hip-hop avec le featuring de Yoshi Di Original. Ecoutez-lisez-regardez en simultané, c’est l’expérience du livre disque, l’aventure du Goéland qui fait miaou… Miaou.

A partir de 4 ans / Prix : 19,90 euros / Format : 23x24cm / 36 Pages / CD : 34 minutes / Sortie le : 12/10/2017

Princesse Tralala et la sorcière Pas-de-Bol, La guerre des peluches

Des livres pour enfants qui éveillent leur imagination et leur font apprendre des mots nouveaux tout en favorisant leur développement

Okel n’est pas une petite fille comme les autres, dès qu’elle le souhaite, elle embarque pour le monde merveilleux de ses compagnons, doudous, princesse, ou peluches.

Dans Princesse Tralala et la sorcière Pas-de-Bol, Okel part visiter le royaume de la princesse Tralala. Lorsqu’elle arrive, la surprise est complète, puisque sa poupée se transforme en une jolie princesse, lui présente ses parents, le roi et la reine, et son domaine. Voilà ensuite nos deux amies parties pour un pique-nique magique sur le dos de deux fidèles destriers, deux poneys ailés. Mais attention, car elles ne sont pas au bout de leurs surprises, la sorcière Pas-de-Bol vient contrarier leur idyllique escapade. Comment peuvent-elles lui échapper ?

Dans La guerre des peluches, Okel part avec Artik, son nounours préféré. Mais arrivés dans son royaume, la guerre est déclarée par une peluche extraterrestre qui veut anéantir licornes et nounours… qui aura le dernier mot ? Et comment cette gentille petite fille peut-elle venir en aide à son nounours préféré ?

S’envoler à tout instant dans le monde magique des jouets, qui n’en a pas rêvé ? Okel l’a fait, et cela va donner des ailes et de l’imagination aux enfants. Car on le voit ici, le jeu et l’imagination sont des éléments essentiels de leur développement. Avantage non négligeable de ces jolis volumes, le langage et les mots nouveaux dont ils vont pouvoir enrichir leur vocabulaire. Et profiter de gentils jeux de mots, à leur expliquer sans doute, mais non dénués d’humour !

Le graphisme moderne, pétillant et résolument coloré rend cette lecture agréable. A lire aux petits, à faire déchiffrer par les plus grands. Il faut également le souligner, la collection Les mondes magiques d’Okel, ce sont des livres édités et fabriqués en France.

Catalogue éditeur : Les rêves d’Ily

Les mondes magiques d’Okel : Okel est une petite fille qui vit des aventures extraordinaires en voyageant dans les univers magiques et féeriques de ses jouets. Il s’agit évidemment d’une allégorie retranscrivant la place qu’occupe le jeu dans la vie de l’enfant.

Auteure : Fatiha MESSALI
Illustratrice : Johanna CRAINMARK

Tome 1 – princesse Tralala et la sorcière pas-de-bol
Lorsqu’elle se rend dans le royaume de la princesse Tralala en passant par le vortex magique, Okel ne s’attendait certainement pas à vivre une aventure pleine de rebondissements. Dans le monde de la princesse Tralala, la magie règne en maître et il n’est pas rare de croiser une sorcière au détour d’un chemin mais une sorcière comme la pauvre Pas-de-Bol, on n’en rencontre pas tous les jours !

ISBN : 978-2-491012-01-4 / 36 pages / Prix Public : 9,90 € TTC

Tome 3 – la guerre des peluches
Quand elle s’engouffre dans le vortex magique pour le monde des peluches, Okel n’imaginait pas s’engager dans une aventure qui la conduirait à sauver le monde des peluches des griffes de l’extraterrestre Frisbi. Elle aura pour mission de rechercher le seul magicien capable de rivaliser avec les pouvoirs de Frisbi. 

ISBN : 978-2-491012-02-1 / 36 pages / Prix Public : 9,90 € TTC

Une sirène à Paris, Mathias Malzieu

Le plaisir de lire « Une sirène à Paris » de Mathias Malzieu, et de découvrir un conte poétique et singulier.

couv une sirène à Paris de Mathias Malzieu, éditions Albin-Michel, blog Domi C Lire

Depuis son grand chagrin d’amour, Gaspard n’est plus le même. Il se complaît dans le passé, dans ses souvenirs, et veut garder à flot le flowerburger, cette péniche que lui a léguée sa grand-mère récemment décédée. Mais même si les concerts secrets des Surprisiers continuent dans l’arrière salle pour quelques privilégiés avertis, les affaires ne sont plus vraiment florissantes et Camille, son père, lui conseille de vendre. Gaspard n’est absolument pas d’accord. L’entente est difficile entre le père et son fils.
Alors qu’il traîne sa mélancolie et son désespoir sur les bords de la Seine en crue, il découvre une jeune femme inanimée… Et décide de la ramener chez lui.
Gaspard ne le sait pas encore, mais celle qu’il veut sauver n’est rien de moins que la dernière sirène…
Mais comment peut-on sauver une sirène ? Et peut-on seulement sauver une sirène. Surtout lorsque celle-ci, par crainte de l’action des hommes à son encontre, leur chante sa mélodie envoutante et mortelle. Une véritable course contre la montre va alors s’engager, dans laquelle les protagonistes n’ont pas tous envie de la même issue.

Tout au long du roman on retrouve l’amour, la mort, la vie, mais aussi le don de soi, l’altruisme et l’empathie, et toute la poésie de Mathias Malzieu pour faire battre les cœurs de tous ses lecteurs et faire briller la lumière dans leurs yeux émerveillés. Ma première lecture de cet auteur dont j’avais souvent lu d’excellentes critiques, cela donne envie d’aller plus loin et d’en lire d’autres.

Catalogue éditeur : Albin-Michel

« Surprisiers : ceux dont l’imagination est si puissante qu’elle peut changer le monde – du moins le leur, ce qui constitue un excellent début. »

Après le bouleversant Journal d’un vampire en pyjama, Mathias Malzieu retrouve la veine du merveilleux de La Mécanique du cœur avec cette Sirène à ParisLire la suite

18.00 € / 6 Février 2019 / 140mm x 205mm  / 240 pages / EAN13 : 9782226439772

Des mirages plein les poches. Gilles Marchand

Il y avait l’inaccessible étoile, il y a aujourd’hui la quête vers l’inaccessible rêve selon Gilles Marchand. Alors lisez, rêvez, et vous aurez Des mirages plein les poches … Un recueil de nouvelles à découvrir d’urgence !

Domi_C_Lire_des_mirages_plein_les_poches_gilles_marchand_aux_forges_de_vulcain_

Si la nouvelle est déjà un genre littéraire que j’affectionne, Gilles Marchand lui apporte ce brin de folie et de nostalgie, de douceur et de tendresse qui ne pouvait que me le faire apprécier encore d’avantage !

Bravo, mille fois bravo, de nous avoir embarqués au bout d’un fil qui se détricote et se retricote ; d’une soirée de noël en tous points semblable aux plus grands films, enfin, plutôt totalement dissemblable ; dans la tête d’un homme qui accumule les objets laissés par tous au bord du chemin ; dans celle de ces portions de truite, ou de demi-truite c’est selon ; dans la tête de ces enfants qui cherchent le vrai, le seul super-héros auquel s’identifier ; de ces rangements qui indiscutablement placent les Beach-Boys à côté des Beatles ; mais aussi dans le comment être bon en foot avec les bonnes chaussures, et comment être doué pour faire l’amour avec… Ah mais là je vous laisse découvrir la suite par vous-même !

Lisez Des mirages plein les poches pour savoir, comprendre, sourire, aimer, rire aux éclats ou avoir la larme à l’œil, devant tant de nostalgie déjantée, d’humour magique, de bonheur simple, d’humanité du quotidien, de fantaisie bouleversante comme sait si bien les écrire et les faire passer Gilles Marchand.

Ce recueil rassemble une dizaine de nouvelles écrites entre 2011 et 2017, d’abord publiées chez différents éditeurs ou dans des revues, et enfin rassemblées ici grâce à David Meulmans, éditeur des Forges de Vulcain. On y retrouve une belle unité malgré le temps qui est passé entre l’écriture des différents textes. Et surtout elles ont un point commun, le désenchantement et les rêves inaccessibles, qu’il nous parle de paternité, d’aventure, de football, d’un marin au long court ou d’amour, chacun de ses héros s’accroche à son rêve jusqu’au bout.

💙💙💙💙💙

Retrouvez mon avis sur le premier roman de Gilles Marchand Une bouche sans personne.

Lecture par Gilles Marchand lors du lancement à la librairie L’attrape Cœur

Gilles Marchand est né en 1976 à Bordeaux. Il a notamment écrit « Dans l’attente d’une réponse favorable » (24 lettres de motivation) et coécrit « Le Roman de Bolaño » avec Eric Bonnargent. « Une bouche sans personne » est son premier roman.


Catalogue éditeur : Aux Forges De Vulcain

Un musicien de rue, un homme qui retrouve sa vie au fond d’une brocante, des chaussures qui courent vite, deux demi-truites, une petite lampe dans un couffin, le capitaine d’un bateau qui coule, la phobie d’un père pour les manèges, un matelas pneumatique… On ne sait jamais qui sont les héros des histoires de Gilles Marchand : objets et personnages se fondent, se confondent et se répondent chez cet auteur qui sait, comme nul autre, exprimer la magie du réel. Sous ses airs de fantaisiste, il raconte la profondeur de l’expérience humaine.

EAN 9782373050448 / Paru le 19 Octobre 2018

Namasté – Les larmes de la sorcière Asuri, Eddy Simon & Aurélie Guarino

Une superbe couverture, à la fois dynamique et effrayante, donne le la à « Namasté – Les larmes de la sorcière Asuri », une nouvelle aventure de Mina et sa famille aux éditions Sarbacane.

Domi_C_Lire_namaste_les_larmes_de_la_sorciere.jpgMina est en Inde avec sa famille. Ils rencontrent un Maharadja qui les invite à passer quelques jours dans son palais.
Comme il n’y est pas revenu depuis le décès de sa maharani, quelques années plus tôt, ce palais sent la poussière. Souricette,  qui n’a jamais peur de se faire la belle, s’y promène sans vergogne. Lorsque Mina part à sa recherche, elle visite les belles salles aux riches décors, mais elle prend peur lorsqu’elle voir une ombre, celle d’une vieille femme qui a tout d’une sorcière menaçante.
Alors que toute le famille décide de partir pour se baigner à la cascade toute proche du palais, Mina et Pintu, un autochtone un peu trouillard, rencontrent un jeune homme, et vont le suivre jusqu’au mausolée du terrifiant Yama, qui n’est autre que le Dieu de la mort…
Accompagnée par Pintu et Souricette Mina, toujours aussi courageuse, va mener l’enquête.

Dans des décors prétextes à nous faire appréhender toute la richesse et les couleurs joyeuses et colorées de l’Inde magique et millénaire, les enfants mènent l’enquête. Ils vont explorer les diverses croyances en partant à la recherche de cette sorcière contrariée et très mystérieuse.

Le trait d’Aurélie Guarino est adapté à son public, à la fois enfantin et énergique, réaliste et vif. Les couleurs donnent du dynamisme et le côté concret à cette aventure bercée d’un peu de magie et de beaucoup de rêve.

Voilà un tome 3 qui se lit indépendamment des autres, mais j’imagine que c’est mieux si l’on suit les aventures de Mina avec la série.

💙💙💙💙


Catalogue éditeur : Sarbacane

Après un périple mouvemente, Mina a retrouvé ses parents !
Pour fêter l’évènement, le Maharadja les invite à séjourner dans sa villégiature d’été, face à la plus belle et plus sacrée des montagnes : l’Himalaya.
L’immense demeure victorienne a des allures fantomatiques, et très vite, Mina se sent observée. Au détour d’un couloir, elle aperçoit une vieille femme lugubre qui lui lance une incantation avant de disparaitre !
Qui est-elle ? Un fantôme, une sorcière ? Et que veut-elle ?
Avec Mina l’intrépide, l’aventure n’est jamais loin, et très vite, elle décide de percer le mystère de la sorcière. Flanquée de son fidèle ami Pintu, le pèlerin têtu, Mina poursuit ses aventures sur les flancs de l’Himalaya jusqu’au cœur d’un temple maudit.

Collection : BD Jeunesse / Âge : Dès 8 ans / Nombre de pages : 48 pages / Parution : 7 février 2018 / Format : 21 x 28,5 cm / ISBN : 9782377310630 / Prix : 12,50 €

La boîte à musique Tome 1 Bienvenue à Pandorient, Carbone & Gijé

Une boite à musique, quel bel objet pour fêter un anniversaire ! Et si cette boite vous ouvre les portes d’un autre monde… Bienvenue à Pandorient est une BD pour les plus jeunes qui plaira à tous.

Domi_C_Lire_la_boite_a_musique_dupuis.jpgNola ne veut pas fêter son anniversaire, c’est trop triste maintenant que Annah, sa maman, n’est plus. Pourtant, son papa lui fait un beau cadeau, un gâteau, des bougies, et cette jolie boule qui est en fait une boite à musique, cette surprise « trop belle » qui appartenait à Annah depuis son plus jeune âge.

Nola est ravie, cette boite à musique c’est un peu de sa maman auprès d’elle, aussi le sommeil va mettre longtemps à arriver, l’envie de contempler et d’écouter son cadeau est bien plus fort. Et quelle n’est pas sa surprise lorsque elle voit une petite fille lui faire signe depuis le fond de la boule ! Elle l’appelle au secours. Le moyen d’aider ? Nola ne le sait pas mais il existe une entrée magique dans cette boite à musique, entrée qui vous permet d’arriver dans cet univers parallèle qu’est le monde de Pandorient.

A Pandorient, Nola fait la connaissance d’Andréa, puis de sa maman malade et de son frère. Dans ce monde-là, elle va rencontrer des êtres étranges, les percecoeurs, un herboriste bien singulier aux bras pluriels, un vieil Octopus, un Guérimaux qui porte si bien son nom, une brigade qui fait respecter l’ordre. Et surtout, Loris, un affreux trafiquant qui fabrique … Mais chut, ne révélons pas tout !

Voilà un bien étrange voyage au pays de Pandorient pour notre petite Nola, prémisse sans doute à de nombreuses autres découvertes, si d’aventure elle décidait d’y revenir un jour !

Si les dessins semblent un peu brouillons et les traits et les couleurs un peu trop fondues au premier abord, au final les couleurs, les traits, les personnages et leurs décors foisonnent de détails. C’est finalement assez bariolé, avec une belle harmonie de camaïeux et de teintes, au milieu de décors sans âge, un soupçon moyenâgeux, un soupçon fantasy, un peu irréel. L’histoire est intéressante qui présente bien les caractères et les personnalités des principaux protagonistes. Solidarité, fidélité, amitié, courage ne sont pas de vains mots dans l’univers de Nola, comme un joli rayon de soleil dans sa vie par ailleurs bien triste. Si ce tome peut se lire indépendamment des autres tomes d’une série annoncée, malgré tout, on attend déjà la suite !

💙💙💙


Catalogue éditeur : Dupuis

Pour son huitième anniversaire, Nola, petite fille espiègle, reçoit de la part de son père Martin la boîte à musique de sa mère, Annah, récemment décédée. Cette boîte est un symbole pour la petite fille, mais très vite, la fillette croit voir des signes de vie à l’intérieur. Oui, elle ne rêve pas : quelqu’un lui fait signe et lui demande de l’aide. Dès lors, en suivant les instructions d’Andréa, la fille de la boîte à musique, Nola rapetisse, entre dans la boîte et découvre le monde de Pandorient, un monde incroyable… Le temps presse cependant, car Mathilda, la mère d’Andréa et de son frère Igor, est gravement malade… Que lui arrive-t-il ? Aurait-elle été empoisonnée ? L’eau serait-elle contaminée ? Rapidement, les soupçons se confirment. En urgence, les enfants vont s’occuper de Mathilda puis remonter la piste du pollueur sans vergogne… avant que Nola ne regagne sa vie dans son monde, aux côtés de son père. À moins que tout cela ne fût qu’un rêve… ou pas !

Parution le 26/01/2018 / Genre : Fantastique/ésotérique / Aventure / Collection : Dupuis « Tous Publics » / Age du lectorat : 6+ / Etat de la série : En cours / Album cartonné – 56 pages en couleurs / Hauteur : 300 mm / Largeur : 218 mm / ISBN : 782800173191 / PVP : 12.00EUR