Guérilla Social Club. Marc Fernandez

Vous avez aimé « Mala Vida » ? Alors vous aimerez aussi « Guérilla Social club », le dernier roman de Marc Fernandez qui vous embarque de Madrid à Buenos-Aire au rythme de l’Histoire.

DomiCLire_guerilla_social_clubCe que j’aime chez Marc Fernandez, c’est l’âme hispanique qui se dégage de ses romans. On sent l’amour et la connaissance de pays qu’il n’habite pas et cependant qu’il distille par touches subtiles, qu’il n’impose pas à son lecteur, mais qui donnent une envergure à ses romans.

Dans Guérilla Social Club, nous retrouvons avec plaisir – même si finalement il s’est passé un peu de temps depuis le premier opus – les personnages principaux de Mala vida. Isabel s’est installée en Argentine, Diego est journaliste à Madrid, la relation qui aurait dû évoluer entre eux est au point mort… (pour comprendre pourquoi il convient de se replonger dans Mala Vida, je n’en dirais donc rien). Il anime une émission de radio où il aime évoquer des enquêtes récentes. Son ami Carlos, le patron du Casa  Pépé est enlevé. Des disparitions inquiétantes ont lieu simultanément  dans plusieurs pays d’Amérique latine, puis ces individus, tous apparemment d’anciens guérilleros,  sont retrouvés morts, torturés. Les faits s’accumulent mais l’enquête piétine, toute l’équipe se met en action pour tenter d’élucider ces événements. Isabel et Léa en Argentine, Diégo et ses indics à Madrid, Ana va même repartir dans ce pays qu’elle a fui pendant la dictature…. Les jours sombres menacent de recommencer, des enlèvements, des attentats, vont se multiplier, rendant la résolution de l’enquête difficile tant elle parait invraisemblable.

Après un premier roman (Mala vida) qui dévoilait le scandale des bébés volés pendant le franquisme, Marc Fernandez évoque ici les dictatures d’Amérique latine, du Chili à l’Argentine des années 70/80 et de l’opération Condor. Caryl Férey nous avait éveillé à l’opération Condor, avec son roman éponyme paru en 2016. Marc Fernandez y revient lui aussi, quarante ans après. Il nous entraine, et même si nous avions largement oublié cette époque, malgré par exemple les revendications toujours actuelles des Mères de la place de Mai – des années après elles cherchent toujours les fils ou les maris disparus – les références nous replongent dans le passé sans nous donner l’impression d’être un peu ignorants.

C’est habilement mené, porté par une intrigue puissante, complexe, qui mêle le présent au passé et à l’Histoire, celle avec un grand H. L’écriture est directe, rythmée, efficace, au style journalistique évident, qui emporte et tient le lecteur en haleine, et il s’interroge, il s’émeut. Et de se dire, une fois encore, que peut-être tout n’est pas terminé, que le mal peut ressurgir, que les dictatures abolies ne sont pas forcément anéanties et que la soif de puissance peut éveiller les sentiments et les désirs des plus nocifs. Alors je ne sais pas vous, mais moi, j’attends déjà le prochain roman !


Catalogue éditeur : Préludes éditions

Deux hommes disparaissent à Madrid. Un autre à Paris et une femme à Buenos Aires. Chaque fois, le même scénario : les victimes sont enlevées et leur cadavre retrouvé mutilé. Toutes ont aussi un passé commun : leur combat contre les dictatures d’Amérique latine dans les années 1970 et 1980.
Parmi ces disparus figure l’un des amis du journaliste madrilène Diego Martín. Il décide de se pencher sur cette affaire pour son émission de radio, aidé par la détective Ana Durán, sa complice de toujours, et par l’avocate Isabel Ferrer.
Une enquête de tous les dangers qui va les mener de l’Espagne à l’Argentine en passant par le Chili, et les obliger à se confronter aux fantômes de l’Histoire. Lire la suite…

Parution : 08/03/2017 / Format : 130 x 200 mm / Nombre de pages : 288 / EAN : 9782253107859

Rencontre avec Marc Fernandez, auteur de « Mala Vida »

Belle rencontre dans la librairie de la place de Clichy avec Marc Fernandez pour la sortie de son roman « Mala Vida » aux éditions Préludes, merci à Babelio et Préludes.

marcfernandez

Journaliste, Marc Fernandez a déjà écrit quelques livres à quatre mains avec Jean-Christophe Rampal, il est également l’un des fondateurs du mag book « Alibi », totalement dédié au polar et au roman noir. « Mala Vida » est son premier roman. Après avoir travaillé à des enquêtes sur Pinochet entre autre, il s’est penché sur le dossier des enfants volés, en Espagne, sous Franco et qui a même continué après la fin du franquisme. Ces enfants volés à leurs parents à la naissance, à qui on annonçait en général qu’ils étaient mort-nés, pour être donnés à l’adoption (vendus !) à d’autres familles bien dans la ligne du parti au pouvoir.
Lorsqu’il travaillait à Courrier international, il a commencé cette enquête, mais c’est un sujet qu’il souhaitait traiter seul, car comme il le souligne il est autant espagnol que français, c’est donc un sujet qui le touche encore plus. Ses recherches sur ce sujet ont débuté il y a six ou sept ans, ayant l’idée d’en faire un documentaire. Puis il a tout laissé tomber, jeté toute sa documentation, et décidé d’écrire une œuvre de fiction, même si elle partait du réel. Bon, là j’avoue personnellement à lire Mala Vida, ça m’a un peu manqué ce manque de fond ancré dans la réalité. Mais en l’écoutant je comprends mieux pourquoi il a agi de cette façon.
Comme il sortait d’un sujet très lourd à propos de Ciudad Juarez, Mexique, dans l’état de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis. Dans cette ville depuis 1993, près de quatre cents femmes ont été assassinées. A la suite de son enquête il a écrit: « La ville qui tue les femmes : Enquête à Ciudad Juarez ».  Il lui était alors particulièrement difficile de se plonger à nouveau dans une enquête aussi difficile et qui le touche réellement. Il est impératif de toujours garder une certaine distance avec les faits pour rester soi-même.
Comme il le dit si bien : un pays ne peut avancer que s’il règle ses comptes avec l’histoire, avec sa propre histoire. En Espagne, tout le problème du pays qui ne renait pas des actions de la guerre civile, contrairement à l’Allemagne par exemple qui affronte son passé pour vivre son présent, vient sans doute de la loi d’amnistie de 78. A cette époque, il était nécessaire de repartir à zéro, pour vivre en démocratie. Nécessaire sans doute de cacher ce qui avait été commis des deux côtés d’ailleurs, d’où le problème toujours actuel qui fait qu’on ne peut pas revenir sur cette loi. Loi d’amnistie que l’auteur appelle loi d’amnésie par la voix de ses personnages. Dans le roman, l’auteur évoque le Partido Popular d’aujourd’hui, calqué sur l’Alianza Popular fondée en 1976, et proche des idées du Franquisme, mais aussi à de nombreuses reprises l’Opus Dei, toujours d’actualité en Espagne.

Quelques questions sont posées à Marc Fernandez : qui est qui dans le roman ? Dans les personnages du roman ? Il y a beaucoup de lui dans Isabelle, cette avocate mi- française, mi- espagnole, comme il y a toujours un peu d’un auteur dans ses personnages.
L’affaire des enfants volés est connue en Espagne. Elle a été révélée à un de ces enfants par son père, sur son lit de mort, et l’on sait aujourd’hui qu’il y a qua moins 30 000 enfants volés. Les enfants ne savent pas en général qu’ils ont été ces enfants-là. Il n’y a pas réellement de prise de conscience de la population, même si une banque ADN vient d’être créée pour ceux qui auraient un doute et souhaiteraient que soient faits de regroupements.

Marc Fernandez est un chroniqueur de polars, au travers de son mag Alibi, aussi a-t-il mis de côté pendant quelque temps la lecture de ce genre pour ne pas se laisser influencer. Il nous avoue cependant être un grand lecteur, et nous conseille vivement de lire « la griffe du chien » de Don Winslow et les romans de Victor Del Arbol.