Le nouveau Western, Marc Fernandez

Embarquer dans les pas du Cid avec Marc Fernandez

L’an dernier j’avais suivi sur les réseaux le récit des 900 kilomètres à vélo à travers l’Espagne médiévale, « désertiquement » vide et cependant magnifique de Marc Fernández. J’avais hâte de savoir ce qu’il pourrait ressortir de ces paysages que je connaissais pour partie et de cette aventure cycliste. Et surtout de savoir comment l’auteur allait mêler cette aventure et l’histoire mythique et cependant véridique de Rodrigue. 

Car il a existé  l’homme du « Cantar de mio Cid », du Camino del Cid, cet Ego Roderico que j’ai croisé lors de mes nombreux périples dans cette Espagne que je parcours dans tous les sens depuis si longtemps…

Alors je ne sais pas vous, mais personnellement à force de savoir, comme nous l’avait répété Corneille, que Rodrigue avait du cœur, mais aussi des sentiments pour Chimène, j’avais oublié que la légende avait été un homme, un vrai. Rodrigo, ou Rodrigue, est né dans le village de Vivar del Cid aux alentour de 1048, ou 49. Un enfant au cœur noble et valeureux qui apprend tout des règles de chevalerie. Sa légende se forge au grès de ses victoires et de ses multiples combats à la tête de son armée.

Mais en 1081, à la suite d’un différent, le roi de Castille Alphonse VI va le bannir de son royaume. Rodrigue met à l’abri sa femme et ses filles et part sur les routes, combattant tantôt les musulmans tantôt les chrétiens, tantôt aux côtés des uns ou des autres, tantôt contre. En plusieurs année et à la tête d’une armée de plusieurs centaines d’hommes il traverse l’Espagne jusqu’à la méditerrannée. Là il devient le prince de Valence. Rodrigue meurt en 1099, un 10 juillet.

Ce que j’ai aimé ? L’écriture, le rythme, l’alternance entre la partie historique de la vie de Rodrigue et le vécu de l’auteur sur son épopée cycliste. Un texte d’une grande sincérité. Marc Fernandez a su faire vivre le récit historique pour nous faire découvrir ce Lucky Luke trop méconnu qui est tout simplement passionnant. Récit très adroitement mêlé à ses propres aventures sur Tornado, le cheval de Zorro, ah, non le vélo sur lequel l’auteur a pédalé à travers les terres ocres et rouges d’Espagne. J’ai aimé le suivre et Rodrigue avec lui, de Burgos à Daroca, d’Albarracin jusqu’à Valence, et jusqu’au village où lui-même passait ses vacances en famille enfants puis adolescent. Car à travers cette géographie de l’Espagne se dessine aussi un passé et un vécu pas toujours faciles, la dictature de Franco, l’émigration pendant la guerre civile, tout au long du chemin les souvenirs heureux ou malheureux se mêlent à l’Histoire.

C’est à Valence que se termine ce trajet de 12 jours, 900 kilomètres, ces rencontres et ce texte passionnant. C’est aussi pour moi de nombreux sites encore à découvrir, en particulier le château de Gormaz. 

Ah, et puis comment dire, je me sens moins seule à avoir aussi mal aux mains lorsque je pars sur mon vélo dans mes villages de Pyrénées, moi qui n’en avait plus fait depuis si longtemps. Pardon Marc Fernandez car je crois avoir lu dans Le nouveau Western que le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un vélo électrique et ceux qui pédalent. Là, je crois que toi, tu pédales. 🚴😉

Merci pour ce formidable livre, courez en librairie, vous ne serez pas déçus.

Photos prises à Albarracin, une des étapes du Camino Del Cid

Vous ne connaissez pas encore les romans de Marc Fernandez ? Découvrez Mala Vida, Bandidos et Guerilla Social Club

Catalogue éditeur : Éditions Paulsen

900 kilomètres à vélo dans un décor de western pour retracer la vie d’un chevalier mythique : le Cid, figure espagnole légendaire aux résonances actuelles et digne d’un personnage de polar.

Rodrigo Díaz de Vivar, plus connu sous le nom du Cid, n’est pas que le héros d’une pièce de théâtre. Ce fut un chevalier. Un vrai. Banni par le roi Alphonse VI, il a traversé l’Espagne au XIe siècle. Il a gagné des batailles. Contre les Musulmans, et avec eux. Un mercenaire avant l’heure. Un combattant légendaire.
Si le Cid voyageait à cheval, c’est sur son VTT – baptisé Tornado – que Marc Fernandez suit sa route de Burgos, ville natale du chevalier, jusqu’à Valence, où il mourut en 1099. Une épreuve et un défi pour l’auteur, à la découverte d’une partie méconnue de l’Espagne, médiévale, immensément vide. 900 kilomètres à vélo, 11 302 mètres de dénivelé positif dans un décor de western, pour retracer la vie extraordinaire d’une figure mythique digne d’un personnage de polar.

Parution : 19 mars 2020 / Format 13 x 21 cm / Nombre de pages : 192 / ISBN 978237502-0746  / Prix : 19,50 €

Bandidos, Marc Fernandez

Nous l’avions découvert en Espagne dans Mala Vida, puis suivi en Amérique du Sud dans Guerilla Social Club, Diego Martin, journaliste d’investigation est de retour à Buenos Aires cette fois avec Bandidos, cet opus qui vient clore la trilogie hispanisante de Marc Fernandez.

Alors qu’à Paris le corps d’une femme est retrouvé calciné et exécuté d’étrange façon, un rapprochement est fait entre la victime et l’assassinat en Amérique du sud 20 ans auparavant d’Alex Rodrigo, son frère. Alex, exécuté pour avoir pris la photo de trop, celle qu’il ne fallait pas montrer, ce qui prouve une fois de plus si c’était nécessaire que la vie d’un journaliste d’investigation ne vaut parfois pas bien cher sous certaines latitudes, tant hier qu’aujourd’hui d’ailleurs ! Rapidement il est évident qu’aucun hasard ni coup du sort n’est à chercher du côté de ces deux meurtres, mais bien au contraire il faut en étudier les similarités, les rapprocher, pour tenter de comprendre.

C’est ce que va s’empresser de faire notre journaliste animateur d’émission radiophonique, en allant sur place, même en sachant qu’il va y retrouver Isabel, celle qu’il évite depuis l’épilogue de Mala Vida. Alors que Diego vient d’arriver en Argentine, Rafael Roca, un de ses contacts qui connaissait également le frère assassiné, va être lui aussi violemment attaqué devant chez lui, puis disparaitre à son tour. C’était un ami de longue date d’Alex, avec cette disparition, le mystère s’épaissit et les ombres nauséabondes s’approchent, il se pourrait bien que la police en place, les autorités, et sans doute la mafia aient elles aussi des manières aux relents de dictature.

Diego, Isabel, Ana, et la police française tentent alors, malgré quelques bâtons dans les roues,  de résoudre cette énigme… pour le plus grand bonheur du lecteur qui se laisse prendre au piège du récit. Toujours bien étayés, les intrigues et les romans de Marc Fernandez nous donnent l’impression d’en savoir plus – ici avec le thème abordé de la liberté d’expression par exemple – car il a les mots pour dire et sous couvert de romanesque, on sent la véracité, la connaissance, le travail derrière le roman et sa trompeuse légèreté. Il me semble que l’on souhaiterait même le voir approfondir un peu plus encore la réalité historique, tant ce qu’il évoque nous intéresse …

💙💙💙💙


A retrouver également, mes avis sur les précédents romans de Marc Fernandez  Mala Vida, Guerilla Social Club ainsi que la rencontre lors de la parution de Mala Vida.
Et parce que l’Amérique du Sud est un vrai sujet, et l’Argentine et la dictature, une mine inépuisable de sujets de romans, lire aussi mes avis sur Aucune pierre ne brise la nuit, de Frédéric Couderc, ou encore Silencios, de Claudio Fava

Catalogue éditeur : Préludes

Le corps calciné d’une femme menottée, une balle dans la nuque, est retrouvé dans un parc de Madrid. Diego Martin, journaliste radio d’investigation, connait la victime, rencontrée vingt ans auparavant… En Argentine. Jeune reporter à l’époque, il avait couvert l’assassinat du frère de la victime : Alex Rodrigo, photographe pour un grand hebdomadaire, tué selon le même mode opératoire.
Un meurtre identique à des milliers de kilomètres de distance, à deux décennies d’écart. Il n’en faut pas plus au présentateur d' »Ondes confidentielles » pour se lancer dans une enquête qui le mènera à Buenos Aires, où il retrouvera une femme qu’il n’a jamais pu oublier…
Entre corruption politique, flics ripoux et groupes mafieux, ce voyage va faire ressurgir les fantômes du passé. Car parfois, ceux qu’on croyait morts reviennent hanter ceux qui sont restés.

L’auteur de l’acclamé  Mala Vida, finaliste du Prix des lectrices de Elle, et de Guerilla Social Club, revient avec un nouveau polar aussi trépidan que furieusement engagé, à l’arrière-plan historique fascinant.

Prix : 15.90 € / Parution : 03/10/2018 / Format : 130 x 200 mm / Nombre de pages : 320 / EAN : 9782253107927

Rencontre avec Marc Fernandez, auteur de « Mala Vida »

Belle rencontre dans la librairie de la place de Clichy avec Marc Fernandez pour la sortie de son roman « Mala Vida » aux éditions Préludes, merci à Babelio et Préludes.

marcfernandez

Journaliste, Marc Fernandez a déjà écrit quelques livres à quatre mains avec Jean-Christophe Rampal, il est également l’un des fondateurs du mag book « Alibi », totalement dédié au polar et au roman noir. « Mala Vida » est son premier roman. Après avoir travaillé à des enquêtes sur Pinochet entre autre, il s’est penché sur le dossier des enfants volés, en Espagne, sous Franco et qui a même continué après la fin du franquisme. Ces enfants volés à leurs parents à la naissance, à qui on annonçait en général qu’ils étaient mort-nés, pour être donnés à l’adoption (vendus !) à d’autres familles bien dans la ligne du parti au pouvoir.
Lorsqu’il travaillait à Courrier international, il a commencé cette enquête, mais c’est un sujet qu’il souhaitait traiter seul, car comme il le souligne il est autant espagnol que français, c’est donc un sujet qui le touche encore plus. Ses recherches sur ce sujet ont débuté il y a six ou sept ans, ayant l’idée d’en faire un documentaire. Puis il a tout laissé tomber, jeté toute sa documentation, et décidé d’écrire une œuvre de fiction, même si elle partait du réel. Bon, là j’avoue personnellement à lire Mala Vida, ça m’a un peu manqué ce manque de fond ancré dans la réalité. Mais en l’écoutant je comprends mieux pourquoi il a agi de cette façon.
Comme il sortait d’un sujet très lourd à propos de Ciudad Juarez, Mexique, dans l’état de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis. Dans cette ville depuis 1993, près de quatre cents femmes ont été assassinées. A la suite de son enquête il a écrit: « La ville qui tue les femmes : Enquête à Ciudad Juarez ».  Il lui était alors particulièrement difficile de se plonger à nouveau dans une enquête aussi difficile et qui le touche réellement. Il est impératif de toujours garder une certaine distance avec les faits pour rester soi-même.
Comme il le dit si bien : un pays ne peut avancer que s’il règle ses comptes avec l’histoire, avec sa propre histoire. En Espagne, tout le problème du pays qui ne renait pas des actions de la guerre civile, contrairement à l’Allemagne par exemple qui affronte son passé pour vivre son présent, vient sans doute de la loi d’amnistie de 78. A cette époque, il était nécessaire de repartir à zéro, pour vivre en démocratie. Nécessaire sans doute de cacher ce qui avait été commis des deux côtés d’ailleurs, d’où le problème toujours actuel qui fait qu’on ne peut pas revenir sur cette loi. Loi d’amnistie que l’auteur appelle loi d’amnésie par la voix de ses personnages. Dans le roman, l’auteur évoque le Partido Popular d’aujourd’hui, calqué sur l’Alianza Popular fondée en 1976, et proche des idées du Franquisme, mais aussi à de nombreuses reprises l’Opus Dei, toujours d’actualité en Espagne.

Quelques questions sont posées à Marc Fernandez : qui est qui dans le roman ? Dans les personnages du roman ? Il y a beaucoup de lui dans Isabelle, cette avocate mi- française, mi- espagnole, comme il y a toujours un peu d’un auteur dans ses personnages.
L’affaire des enfants volés est connue en Espagne. Elle a été révélée à un de ces enfants par son père, sur son lit de mort, et l’on sait aujourd’hui qu’il y a qua moins 30 000 enfants volés. Les enfants ne savent pas en général qu’ils ont été ces enfants-là. Il n’y a pas réellement de prise de conscience de la population, même si une banque ADN vient d’être créée pour ceux qui auraient un doute et souhaiteraient que soient faits de regroupements.

Marc Fernandez est un chroniqueur de polars, au travers de son mag Alibi, aussi a-t-il mis de côté pendant quelque temps la lecture de ce genre pour ne pas se laisser influencer. Il nous avoue cependant être un grand lecteur, et nous conseille vivement de lire « la griffe du chien » de Don Winslow et les romans de Victor Del Arbol.

Mala Vida. Marc Fernandez

Dans l’Espagne actuelle, « Mala Vida » le roman de Marc Fernandez, journaliste, spécialiste de l’Espagne évoque les pires moments de l’époque de Franco.

46747_1179268898740_2680056_n
Graffitis, Espagne © DCL

L’intrigue se déroule aujourd’hui, de Madrid à Barcelone en passant par Paris et Buenos Aires. Une série de meurtres inexpliqués et sans liens entre eux, un journaliste qui n’a plus rien à perdre et sort des sentiers battus lors de ses émissions radiophoniques tardives, une enquêtrice transsexuelle et ex- prostituée, un juge honnête qui dit haut et fort ce qu’il faudrait peut-être taire et une avocate parisienne qui défend l’association des « bébés volés », le cadre est posé pour une plongée dans l’Espagne de Franco, et ces relents nauséabonds qui se sont prolongés quelques années après la fin du « règne » du Caudillo.
https://i2.wp.com/static1.lecteurs.com/files/books-covers/162/9782253191162_1_75.jpgLe scandale des bébés volés a réellement éclaté il y a quelques années, ces enfants que l’on enlevait aux mères en leur annonçant que leur bébé était mort-né, puis que l‘on faisait adopter par des familles bien « dans la ligne du parti » pour anéantir dans l’œuf ces lignées de révolutionnaires rouges et anti franquistes. C’est un sujet intéressant même si j’ai eu parfois l’impression qu’il est traité de façon presque légère, car peut-être pas assez fouillé. Tout se bouscule un peu dans ce roman. Diego, le journaliste, a un peu trop enquêté sur les cartels de la drogue en Amérique du sud, et l’a payé très cher. Le juge affirme, enquête, soulève de vrais problèmes, mais il va à l’encontre des directives gouvernementales, cela va lui coûter sa carrière.

C’est un roman très agréable à lire, qui balance entre thriller, roman noir, introspection et aventure. Dans lequel j’aurai aimé que certains sujets soient plus travaillés, les cartels de la drogue, le régime franquiste par exemple, avec un peu plus de profondeur historique et des personnages moins idéalisés peut être. Mais au final j’ai passé un très bon moment de lecture avec cette « Mala Vida » et l’écriture fluide et agréable de Marc Fernandez. La collection Préludes est vraiment plaisante, j’aime l’idée de proposer à la fin d’autres livres parus en poche et qui pourraient nous plaire.

Rentrée littéraire 2015


Catalogue éditeur

De nos jours en Espagne. La droite dure vient de remporter les élections après douze ans de pouvoir socialiste. Une majorité absolue pour les nostalgiques de Franco, dans un pays à la mémoire courte. Au milieu de ce renversement, une série de meurtre est perpétrée, de Madrid à Barcelone en passant par Valence. Les victimes : un homme politique, un notaire, un médecin, un banquier et une religieuse. Rien se semble apparemment relier ces crimes … Sur fond de crise économique, mais aussi de retour à un certain ordre moral, un journaliste radio spécialisé en affaires criminelles, Diego Martin, tente de garder la tête hors de l’eau malgré la purge médiatique. Lorsqu’il s’intéresse au premier meurtre, il ne se doute pas que son enquête va le mener bien plus loins qu’un simple fait divers, au plus près d’un scandale national qui perdure depuis des années, celui dit des « bébés volés » de la dictature franquiste.
Quand un spécialiste du polar mêle petite et grande histoire sur fond de vendetta, le résultat détonne et secoue. Marc Fernandez signe ici un récit sombre et haletant qui nous dévoile les secrets les plus honteux de l’ère Franco, dont les stigmates sont encore visibles aujourd’hui. Un premier roman noir qui se lit comme un règlement de comptes avec la côté le plus obscur de l’Espagne.

Éditions Préludes / Parution: 07/10/2015 /Format : /135 x 200 mm /Nombre de pages : 288

EAN : 9782253191162