Tant qu’il reste des îles, Martin Dumont

Une île, entre le ciel et l’eau, vivante, avec des hommes et des bateaux

J’ai un souvenir très fort du premier roman de Martin Dumont, Le chien de Schrödinger, qui parlait si bien de la relation entre un père et son fils. Aujourd’hui, je devrais même dire, aujourd’hui enfin paraît Tant qu’il reste des îles, dans la collection les Avrils, une nouvelle collection littéraire du groupe Delcourt.

Ici l’histoire de l’île se mêle à l’histoire intime de Léni. Il travaille au chantier naval de Marcel qui lui a appris le métier et transmis sa passion. Avec Karim et Yann, même si les commandes se font de plus en plus rares, ils ont en commun l’amitié et l’amour du métier. Ils aiment aller se remonter le moral au café du coin chez Christine et y retrouver les copains pêcheurs autour de quelques bières. Jusqu’au jour où Marcel leur demande de fabriquer un voilier pour un client, un rêve et un espoir de résurrection pour ces jeunes ouvriers de la mer.

Mais c’est une île qui doit bientôt être reliée au continent par un pont. Nombreux sont ceux qui ont voté pour la construction du pont, pour la fin de l’isolement, des horaires des ferrys et des marées, de l’insécurité. Mais quelques réfractaires comme Stéphane, un pêcheur ami d’enfance de Léni, veulent manifester pour stopper les travaux qui avancent trop vite à leur goût. Car un pont, c’est la fin de l’île, la fin de leur singularité, l’afflux des touristes et la transformation pour le pire bien plus sûrement que pour le meilleur de leur petit coin de paradis.

Léni s’occupe un week-end sur deux de la fille Agathe. C’est un taiseux qui ne sait pas exprimer ses sentiments, même lorsqu’il s’agissait de sauver son couple avec Maëlys. S’impliquer dans la vie des autres, ou même dans la sienne, il ne sait pas le faire, n’en a pas vraiment envie. Alors lorsque la jolie Chloé vient s’installer sur l’île pour faire un reportage sur le pont, c’est encore dans son silence qu’il se mure, laissant les questions et les attentes sans réponses.

Léni le taiseux est aussi un indécis. Il ne sait pas s’il doit reconquérir Maëlys, se battre contre le pont avec ses amis pêcheurs, accepter les sentiments de Chloé et changer de vie, s’ouvrir à l’autre. Il se laisse porter par ses doutes, ses hésitations, par une forme de facilité à accepter les choses comme elles viennent.

J’ai aimé ce parallèle entre la vie silencieuse et solitaire de Léni, et la vie des îliens, isolés du reste du monde par volonté ou par fatalité. Chacun se pose la question de ce qu’il convient de faire. À la fois pour les individus mais aussi pour la communauté. Faut-il rester dans sa bulle de silence, de confort, de paix, ou accepter l’autre, que ce soit le touriste, Chloé ou le pont, pour s’ouvrir au monde qui vous entoure, au bonheur qui vous tend les bras ?

L’écriture est aussi précise et délicate que pour le premier roman. Les mots se posent sur les sentiments, disent les hésitations, les bouleversements, les attentes, avec sobriété et justesse. Il n’y a ni trop ni pas assez, les événements se succèdent, les personnages sont vrais, et en même temps la poésie est omniprésente. C’est une bien belle lecture toute en émotion portée par des embruns vivifiants que nous proposent Les Avril. Voilà une collection qui démarre sous les meilleurs hospices avec ce superbe roman.

On ne manquera pas de lire également la chronique de Nicole du blog motspourmots

Retrouvez cette chronique sur le site de l’association Désirdelire dans la rubrique Échos de blogs
Nous invitons Dominique Sudre chaque mardi à partager ici l’une des chroniques de son blog Domi C Lire. Cette semaine : Tant qu’il reste des îles, Martin Dumont, Les Avrils (janvier 2021)

Un roman de la sélection 2021 des 68 premières fois

Catalogue éditeur : Les Avrils

Ici, on ne parle que de ça. Du pont. Bientôt, il reliera l’île au continent. Quand certains veulent bloquer le chantier, Léni, lui, observe sans rien dire. S’impliquer, il ne sait pas bien faire. Sauf auprès de sa fille. Et de Marcel qui lui a tant appris : réparer les bateaux dans l’odeur de résine, tenir la houle, rêver de grands voiliers. Alors que le béton gagne sur la baie, Léni rencontre Chloé. Elle ouvre d’autres possibles. Mais des îles comme des hommes, l’inaccessibilité fait le charme autant que la faiblesse.

Martin Dumont est né en 1988. Durant ses études d’ingénieur en Bretagne, il découvre la voile. Aujourd’hui architecte naval à Paris, il rejoint dès qu’il le peut le Morbihan pour naviguer. Après Le Chien de Schrödinger, son deuxième roman nous embarque dans le quotidien secret des insulaires, restitue l’âme des paradis perdus et la sensibilité des hommes.

En librairie le 6 janvier 2021 / ISBN : 978-2-491521-02-8 / Pages : 224 / Prix : 18 €

Mon inventaire 2018

Une année 2018 particulièrement riche en découverte de beaux romans, de nouveaux auteurs et en rencontre avec les auteurs, les blogueurs, les lecteurs qui partagent cette passion pour la lecture que d’aucuns pourraient trouver dévorante.

Essayer de faire un bilan est d’autant plus difficile, mais dans ma liste à la Prévert cette année je veux retenir …

Ce roman récit qui m’a tellement émue qu’il est hors concours…

Philippe Lançon & Le lambeau

Ces romans qui m’ont fait vibrer et qui, chacun à leur façon, m’ont apporté quelque chose

Franck Balandier & APO

Frédéric Couderc & Aucune pierre ne brise la nuit

Catherine Cusset & Vie de David Hockney

Diane Ducret & La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose

Simonetta Greggio & Elsa, mon amour

Olivier Liron & Einstein, le sexe et moi

Véronique Mougin  & Où passe l’aiguille

Joachim Schnerf  & Cette nuit

Angélique Villeneuve & Maria  

Valentin Spitz  & Juliette de Saint-Tropez

Ces premiers romans bouleversants …

Martin Dumont  & Le chien de Schrödinger

Violaine Huisman  & Fugitive parce que reine

Jean-Baptiste Naudet  & La blessure

Ce premier roman étranger solaire et tellement poétique

Shih-Li Kow  & La Somme de nos folies

Une BD

Halim  & Petite maman

Ces romans policiers ou thrillers qui m’ont sortie de mon quotidien !

Simone Gélin & Sous les pavés la jungle

Jean-Pierre Rumeau & Le vieux Pays

Tim Willocks & La mort selon Turner

Ces romans en format poche, à lire à faire lire…

Laurent Seksik & Romain Gary s’en va-t’en guerre

Benedict Wells & La fin de la solitude

Claudio Fava & Silencios

Et vous ? Qu’avez vous lu, aimé, quels livres avez-vous envie de partager de votre année 2018, quels conseils pour l’année qui vient ?

Le chien de Schrödinger, Martin Dumont

Une relation fusionnelle père-fils, à la vie, à la mort. Un magnifique roman qui émeut, laisse sans voix, pantelant de chagrin et de lucidité face à la violence des sentiments et de la vie

Domi_C_Lire_le_chien_de_schroninger.JPG

Jean a un amour dans sa vie, son fils, Pierre, surtout depuis la mort, alors qu’elle était bien trop jeune, de sa femme la douce et instable Lucille. Peu à peu, elle a sombré dans la folie. Jusqu’à l’accident fatal, qui laisse ce père seul avec un fils dont il s’occupe, qu’il adore, et la relation tendre, intense, se noue peu à peu entre ces deux hommes que rien de peut séparer.

A la mort de sa femme, Jean change de métier. Il devient taxi de nuit pour mieux s’occuper de son petit. La relation est belle entre ce père et son fils qui grandit. Des bonheurs partagés, une éducation plutôt réussie sans trop de conflits ni de tensions. Pourtant, depuis quelque temps Pierre est fatigué sans raison, enfin, jusqu’au jour où la maladie, sournoise et cruelle s’annonce, fatale. Alors comment réagir face à cette horreur indicible qu’est la mort annoncée d’un enfant, cet adolescent qui a une vie entière à vivre, à aimer, à créer, à rêver ? Jean accompagne Pierre sur son lit de douleur, Pierre accompagne Jean vers la perte. Il y a peu de mots, mais beaucoup d’amour entre les deux hommes, peu de mots mais beaucoup d’échanges entre ce père et son fils.

C‘est magnifique et pourtant tellement triste, les mots sont justes, les sentiments évoqués avec énormément de pudeur et de douceur, de violence aussi parfois face à cet inéluctable que l’on voudrait chasser au loin. L’auteur évoque avec ses mots choisis le chagrin absolu des perdants, ceux qui restent et doivent vivre après, avec ce vide, cette douleur, cette absence… il y a tant d’humanité, d’amour, d’humour aussi parfois dans ce très beau premier roman, une pépite à découvrir !

Roman des 68 premières fois, session anniversaire 2020

Sur cette relation entre un père et son fils, on peut lire également le roman de Pierre Jourde Winter is coming. L’auteur parle de la maladie de son fils, mais c’est un roman que j’ai trouvé beaucoup moins pudique et sincère, qui ne m’a pas émue comme celui-ci.

Catalogue éditeur : Delcourt littérature

Les fils grandissent en s’éloignant des pères ; c’est dans l’ordre des choses.

Le monde de Jean, c’est Pierre, le fils qu’il a élevé seul. Depuis presque vingt ans, il maraude chaque nuit à bord de son taxi, pour ne pas perdre une miette de son fils. Il lui a aussi transmis son goût pour la plongée, ces moments magiques où ensemble ils descendent se fondre dans les nuances du monde, où la pression disparaît et le cœur s’efface. Mais depuis quelque temps, Pierre est fatigué. Trop fatigué. Il a beau passer son temps à le regarder, Jean n’a pas vu les signes avant-coureurs de la maladie. Alors de l’imagination, il va lui en falloir pour être à la hauteur, et inventer la vie que son fils n’aura pas le temps de vivre. Quand la vérité s’embrouille, il faut parfois choisir sa réalité. Un premier roman pudique et poignant, le roman de l’amour fou d’un père pour son fils.

Né a Paris en 1988, Martin Dumont a longtemps vécu en Bretagne, où il est tombé amoureux de la mer. Un décor au cœur de son premier roman, Le Chien de Schrödinger, et une passion dont il a fait sa profession : il est aujourd’hui architecte naval. (source Delcourt littérature)

Parution le 11 avril 2018 / 144 pages / 15€