Eden, Monica Sabolo

Quel est donc ce paradis perdu, cet Eden ? Un conte moderne teinté de roman noir

Eden, le dernier roman de Monica Sabolo se déroule dans une réserve, celle d’amérindiens qui ne sont jamais expressément nommés. Ce territoire pourrait être réel mais il n’est qu’imaginaire et se situe dans cette zone d’ombre où chaque année un grand nombre de jeunes filles disparaissent sans que personne ne s’en émeuve. En tout cas sans que la police ne cherche vraiment à comprendre et à trouver des coupables.

Là vivent les adolescents autochtones. Dans cet univers clos nous suivons les trois personnages féminin principaux, Nita, la narratrice, Kishi sa meilleure amie et Lucy la blonde. Cette dernière arrive de la capitale avec son père, un homme austère qui applique scrupuleusement les préceptes religieux les plus stricts, elle sera aussi la première victime…. A leur côtés, trois jeunes hommes, encore adolescents mais déjà si maladroits, Scott, Conrad et Awan.

Le bar du coin porte bien son nom, c’est le « Hollywood ». Il a une bien mauvaise réputation dans ce territoire de nature, d’animaux et de forêts. Cinq femmes en sont l’âme et le cœur : Baby, Grâce, Diane, Eli et Ehawee. Les hommes que l’on croise le soir au Hollywood travaillent presque tous à l’exploitation forestière, détruisant la forêt, ce domaine magique des autochtones, dans lequel les locaux vont puiser leur force et alimenter leurs croyances animistes.

Un jour, Lucy disparait, elle ne réapparaitra que quelques jours plus tard, prostrée, blessée, mutique, ayant manifestement été violée. Autour d’elle et dans l’attente de son rétablissement, les jeunes de la réserve vont se dévoiler peu à peu, se découvrir et évoluer chacun à sa façon.

j’ai particulièrement aimé ces descriptions féeriques, magiques, réalistes, poétiques, dans cet univers clos qu’est ici la forêt dans ce qu’elle a de plus mystérieux. La forêt comme personnage à part entière, prépondérant même, puis les arbres, le lac, la chouette Beyoncé, chaque élément de la nature prend ici une place importante.

Mocica Sabolo a l’art des images, avec son vocabulaire et ses phrases magiques qui emportent ses lecteurs, vivantes, descriptives, poétiques, surnaturelles parfois. Ici, dans la version lue par Nancy Philippot pour Audiolib, c’est certainement encore plus flagrant, car les voix nous emportent et nous font découvrir la forêt obscure et mystérieuse, le lac et ses croix blanches, la clairière sombre et dangereuse, la chouette qui vient parler à l’oreille attentive de Kishi, les filles du Hollywood qui perpétuent les traditions indiennes en relation étroite avec la forêt, la nature, pour s’y fondre et s’y confondre, imitant les pas des animaux, les bruits des feuilles ou des branchages, les chants et les cris des oiseaux.

Mais elle doit aussi avoir une âme d’adolescente pour aussi bien transcrire leurs émois, leurs craintes et leurs espoirs, leurs attentes et leurs illusions parfois perdues avec autant de finesse et de véracité, les rendant aussi bouleversants que déconcertants.

Bravo à cette version audio, c’était un vrai bonheur de retrouver la voix de Nancy Philippot et d’embarquer dans cette histoire qui pose d’avantage questions qu’elle n’en a l’air. Et comme c’est souvent le cas, se laisser porter par l’écriture poétique et ciselée de Monica Sabolo.

Catalogue éditeur : Audiolib, Gallimard

« Un esprit de la forêt. Voilà ce qu’elle avait vu. Elle le répéterait, encore et encore, à tous ceux qui l’interrogeaient, au père de Lucy, à la police, aux habitants de la réserve. Quand on lui demandait, avec douceur, puis d’une voix de plus en plus tendue, pressante, s’il ne s’agissait pas plutôt de Lucy – Lucy, quinze ans, blonde, un mètre soixante-cinq, short en jean, disparue depuis deux jours –, quand on lui demandait si elle n’avait pas vu Lucy, elle répondait en secouant la tête : « Non, non, c’était un esprit, l’esprit de la forêt. » »

Dans une région reculée du monde, à la lisière d’une forêt menacée de destruction, grandit Nita, qui rêve d’ailleurs. Jusqu’au jour où elle croise Lucy, une jeune fille venue de la ville. Solitaire, aimantant malgré elle les garçons du lycée, celle-ci s’aventure dans les bois et y découvre des choses, des choses dangereuses…
La faute, le châtiment et le lien aux origines sont au cœur de ce roman envoûtant sur l’adolescence et ses métamorphoses. Éden, ou le miroir du paradis perdu.

Date de parution : 15 Janvier 2020 / Durée : 6h13 / Prix public conseillé: 21.50 € Livre audio 1 CD MP3/ EAN Physique : 9791035402037

Prix public conseillé : 19.45 € / EAN numérique : 9791035401788

Summer. Monica Sabolo

Lire Summer et retrouver l’écriture magnétique et poétique de Monica Sabolo.

Où est-elle, la belle, la brillante, la solaire Summer qui a disparu un jour d’été lors d’un piquenique au bord du lac Léman ? Nul ne le sait, personne n’a retrouvé cette sublime Summer âgée alors de dix-neuf ans. Elle était admirée par tous, y compris par son frère. Vingt-cinq ans après, toujours submergé par la culpabilité et la douleur, Benjamin s’interroge encore…

Depuis cette disparition, Benjamin, qui n’avait que 13 ans à l’époque, cherche à comprendre. Mais de façon bien étrange puisqu’il est étonnamment statique, comme si sa propre vie s’était arrêtée ce jour-là… Il ne pose aucune question auprès de ses parents, de la police, ne fait aucune recherche réelle, mais vit des nuits de cauchemar peuplées de visions de Summer au fond du lac Léman, submergé d’angoisses qu’il essaie vainement de résoudre auprès d’un psy… Impossible de se réaliser, de connaître une vie normale, tant qu’il ne saura pas.

Le lecteur tente de le suivre dans ses errances, mais avouons-le on se lasse un peu de ces lenteurs, de cette immobilité affective. Car dans cette famille qui a tout pour connaitre le bonheur absolu, facile – le confort financier, la beauté, le luxe – un grand vide affectif se dévoile au fil des pages. Un manque de communication et des non-dits, des secrets enfouis au plus profond, attisent les angoisses du jeune homme.

Pourtant, une intrigue semble poindre, qui aurait pu en faire un excellent thriller ou roman noir, l’écriture est souvent poétique, les descriptions ont des airs d’opéra dans ces paysages brumeux de bord du lac. Elles donnent à cette histoire un attrait magnétique qui fait que l’on continue, que l’on ne referme pas ce roman avant d’aller jusqu’au bout, pour savoir.

Du même auteur, j’avais lu Crans Montana, avec cette même impression d’être ferrée par l’écriture, mais jamais par l’intrigue qui me laisse avec une sensation de manque…

Roman lu dans le cadre de ma participation au jury des lecteurs du Livre de Poche 2019

Catalogue éditeur : Le Livre de Poche

Lors d’un pique-nique au bord du lac Léman, Summer Wassner, dix-neuf ans, disparaît. Elle laisse une dernière image : celle d’une jeune fille blonde courant dans les fougères, short en jean, longues jambes nues. Disparue dans le vent, dans les arbres, dans l’eau. Ou ailleurs ?
Vingt-cinq ans ont passé. Son frère cadet Benjamin est submergé par le souvenir. Summer surgit dans ses rêves, spectrale et gracieuse, et réveille les secrets d’une famille figée dans le silence et les apparences. Comment vit-on avec les fantômes ?

288 pages / Date de parution :  02/01/2019 / EAN : 9782253074168 / Editeur d’origine : JC Lattès

Crans-Montana. Monica Sabolo.

Souvenirs, souvenirs… La jeunesse dorée est elle toujours la plus heureuse ?

A Crans-Montana, des années 60 aux années 80, c’est comme partout et de tous temps, les garçons observent les filles. Ici, les filles ce sont les trois C, Chris, Claudia et Charlie. Belles, effrontées, riches- mais à Crans-Montana, qui n’est pas riche ? -prêtes à tout pour vivre à fond leur adolescence, dans le luxe de cette station où elles  viennent skier en hiver et plonger en été. Tout va bien, la vie est belle, l’argent circule, le caviar et la drogue aussi, les fêtes dissolues, les belles voitures, les relations amoureuses, les beaux  italiens ténébreux et séducteurs, et Franco, le bel épicier dont mères et filles raffolent. Les années passent, l’enfance, l’adolescence aussi, l’ordinaire en somme. Les garçons  resteront éternellement amoureux d’un souvenir attendri, celui des trois C.

La plupart des familles sont juives, on est quelques années après la guerre,  dans les maisons et les chalets les mères silencieuses jouent un rôle, elles se côtoient sans pour autant réellement chercher à se connaître, dans les cadres les photos évoquent ces disparus dont on ne parle pas, ces membres amputés de familles à jamais meurtries. Les maris font fructifier leur fortune, l’argent part en Suisse, dans des sacs, des valises, dans les chaussettes, on ne sait jamais. Évocations par petites touches des périodes troubles de la guerre, de la révolution de mai 68, de l’élection de Mitterrand, qui perturbent profondément ces familles aisées. Mais c’est comme une trame de fond  opaque que j’aurai  aimé un peu plus ancrée dans le récit.

Pourtant, tout au long des pages, une tragédie se dessine, la tension monte, on comprend que quelque chose  d’inéluctable va arriver, qui fait que votre vie change à jamais, que plus rien ne sera comme avant. Que va-t-il arriver, à laquelle de ces filles, pourquoi et comment, alors qu’elles ont tout pour être heureuses, vont-elles passer leur vie, la réussir ou pas.  Le poids des non-dits sur les générations futures, l’insouciance apparente de la jeunesse dorée mais parfois désespérée, sont prégnants tout au long des pages, c’est au final un livre moins léger qu’il n’y paraît au départ.

💙💙💙

Catalogue éditeur : JC Lattès

Dans les années 60, à Crans-Montana, une station de ski suisse, des garçons observent, de loin, trois jeunes filles qui les fascinent : les trois C. Chris, Charlie et Claudia. Elles forment une entité parfaite, une sorte de constellation. Claudia, cheveux blonds, hanches menues, sourire enjôleur. Chris, boucles brunes, peau mate, ongles longs comme des griffes. Charlie, cheveux noirs, petits seins, longues jambes. Pour ces garçons elles sont un rêve impossible. Pendant les vacances d’été ou d’hiver, sur les pistes, à la piscine ou dans les night-clubs ils les regardent, sans jamais les aborder. Les années passent. Leur souvenir les poursuivra, comme un amour fantôme.
Les voix des garçons, puis des filles déroulent les destinées d’une jeunesse, dorée en apparence, mais qui porte les secrets, les fautes et l’indifférence des générations précédentes. Durant près de trente ans, tous tenteront de toucher du doigt quelque chose de plus grand, l’amour, la vérité, ou simplement le sentiment d’exister. Mais des espoirs romantiques de l’adolescence à l’opulence glacée des années fric, la vie glisse entre leurs doigts.

Parution : 26/08/2015 / 240 pages / 19.00 € / EAN : 9782709650458