Le musée de la libération de Paris

Le musée de la libération de Paris mais aussi Le musée Jean Moulin et Le musée du général Leclerc

Rassemblés en un seul lieu, avenue du colonel Henri Rol-Tanguy, place Denfert-Rochereau dans ce nouveau musée qui a ouvert ses portes le 25 août 2019, lors du 75e anniversaire de la libération de Paris.

Le musée est situé dans l’un des pavillons de l’architecte Claude-Nicolas Le Doux, qui servaient de barrière à l’une des portes d’entrée de Paris : porte d’Enfer.

Le visiteur peut suivre le parcours hors du commun de jean Moulin et du général Leclerc, deux hommes, deux héros de la seconde guerre mondiale, et comprendre leur engagement dans ce monde en guerre.

Le parcours chronologique proposé aux visiteurs permet d’envisager tour à tour les notions de résistance, combats, répression, puis la liberté retrouvée.

De très nombreux documents écrits, sonores, films d’époque ou entretiens avec les protagonistes de cet épisode de la seconde guerre mondiale permettent de mieux appréhender l’histoire et de découvrir les hommes qui l’ont faite, souvent en donnant leurs vies. Des objets du quotidien, des noms et des photos permettent de donner vie aux hommes et aux femmes jusque-là anonymes.

On peut également descendre quelques 100 marches pour découvrir le poste de commandement du colonel Rol-Tanguy utilisé dès le 20 août 1944.

Une visite très intéressante, il y a beaucoup à lire, regarder, écouter, grâce à de nombreux documents que l’on découvre parfois pour la première fois, ou parfois qui sont simplement mis en situation et cela permet de se faire une meilleure idée de ce qu’il se passait à Paris, en particulier pendant ces journées décisives de la libération, mais pas seulement puisqu’elles sont inscrites dans l’Histoire plus large de la seconde guerre mondiale et de la libération de la France.

Quoi : Le musée de la libération de Paris, Jean Moulin, général Leclerc, renseignements ici
Quand : Du mardi au dimanche, de 10h à 18h
 : 4 Avenue du colonel Henri Rol-Tanguy, 75014 Paris (Place Denfert-Rochereau)

Musée Zadkine, Paris

Le plaisir de découvrir le musée Zadkine 🌿

Le Musée Zadkine est situé au 100 bis rue d’Assas, tout près du jardin du Luxembourg, à Paris. C’est un des musées de la ville de Paris, il fait donc partie du groupe Paris Musées et comme presque tous les autres, l’entrée est gratuite en dehors des périodes d’expositions 🌿

Dans un cadre lumineux, le visiteur parcourt les salles de l’atelier puis peut se promener dans un petit jardin qui incite au repos et à la rêverie. C’est un véritable bonheur de découvrir les œuvres du Zadkine, un artiste trop peu connu il me semble. Et admirer les sculptures de bois, plâtres, pierre ou bronze, de diverses tailles.

Le musée :

C’est l’un des rares ateliers de sculpteurs, avec celui d’Antoine Bourdelle, qui ont pu être sauvegardés à Paris, témoignant du Montparnasse des artistes.

Dédié à la mémoire et à l’œuvre du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine (1888-1967), qui vécut et travailla dans la maison et les ateliers qui l’abritent, de 1928 à 1967 ; ce lieu conservatoire a été inauguré en 1982. Il a été créé grâce au legs consenti par Valentine Prax, veuve du sculpteur, elle-même artiste peintre, à la Ville de Paris, instituée légataire universelle de ses biens. (Source Musée Zadkine)

Zadkine en quelques dates :

Ossip Zadkine naît le 4 juillet 1890 à Vitebsk, aujourd’hui en Biélorussie.
En 1905, ses parents l’envoient à Sunderland, au nord l’Angleterre, chez un certain « oncle John » qui le fait inscrire à l’Art school locale et l’initie à la sculpture sur bois.
En décembre 1910, Zadkine s’inscrit à l’école des Beaux-Arts de Paris. Le Salon d’automne de 1913 lui vaut son premier collectionneur.
En 1920 il épouse Valentine Prax, une jeune femme peintre, à Bruniquel (tout près de Montauban, parmi les plus beaux villages de France).
Zadkine embarque à Lisbonne le 20 juin 1941 sur l’Excalibur, dernier bateau américain à quitter l’Europe, le 5 septembre 1945, Zadkine obtient son visa, le 28 il débarque au Havre.
Il meurt le 25 novembre au matin. Il est enterré au cimetière Montparnasse.

Réouverture du musée le 27 septembre avec l’exposition Le rêveur de la forêt renseignements ici.

Bien penser à vérifier sur leur site si c’est ouvert ou s’il y a des expositions.