Des vies et des poussières. Louis Chedid

Dans ce joli recueil de nouvelles de Louis Chedid, « Des vies et des poussières » en peu de mots, peu de pages, tout est dit, ou presque, à découvrir !

Des vies et des poussières - J’aime beaucoup les textes de Louis Chedid, aussi c’est avec une certaine impatience que je me suis plongée dans ce recueil de nouvelles. J’apprécie également les nouvelles, par lesquelles un auteur va raconter une histoire, happer un lecteur, le faire rêver, lui donner des émotions, faire passer la tristesse, les espoirs, les illusions, en peu de pages. Et je n’ai pas été déçue.

Incisives, mordantes, attachantes, étonnantes, politiquement correctes – ou pas – mettant en scènes des quidams quelconques ou des personnalités de l’histoire récente, il y a toujours dans ces nouvelles un petit quelque chose qui surprend, qui retourne l’impression qu’à le lecteur au fil des pages. Très courtes pour la plupart, l’auteur a pourtant réussi à y insuffler une ambiance, une vie propre à chacune. Peut-être est-ce une capacité mise en œuvre régulièrement pour écrire une chanson, un texte court qui doit exprimer beaucoup en peu de mots ?
Si vous êtes encore un peu timide envers ce genre, leur « facilité » de lecture devrait vous convaincre ! Et si vous êtes amateurs du genre, vous aurez la garantie d’un lecture agréable et divertissante.

💙💙💙💙


Catalogue éditeur

Des vies et des poussières, c’est un livre à l’atmosphère drolatique, des bribes d’existence où quelque chose se grippe, se voile, se disloque. Un univers cruel et assassin jamais loin de l’absurde ni dénué d’humour. Au fil de ces seize nouvelles qui, chacune, s’ouvrent sur une petite morale, Louis Chedid nous étonne et nous cueille par surprise, avec un art certain de la chute.

EAN : 9782702158906 / Format : 135 x 215 mm / 234 pages / Parution : 6 janvier 2016

 

Macadam. Jean-Paul Didierlaurent

Qui dit nouvelles dit tranches de vie en peu de mots et peu de pages, avec « Macadam » Jean-Paul Didierlaurent, l’auteur du très sympatique « liseur du 6h27 » nous régale et nous emporte.

Depuis toujours, j’aime lire des nouvelles, mes préférées étant sans doute celles de Scot Fitzgerald, et j’ai également découvert avec bonheur depuis quelques années celles écrites par des ados du Prix Clara. Aujourd’hui, en lisant Macadam, j’avoue que je n’ai pas été déçue .
Qu’il nous parle d’un prêtre qui réussit à s’évader alors qu’il est obligé d’écouter les sempiternelles confessions de ses ouailles, d’un musicien qui se sent profondément coupable, d’une jeune femme désabusée qui travaille au péage de l’autoroute, d’un ancien soldat pétri de remords face au « pourquoi eux et pas moi », ou d’une fillette qui fait de terribles cauchemars, pour ne citer que ces nouvelles -là, l’auteur sait capter l’essence même des instants de vie qu’il décrit.
Que ce soit les sentiments amoureux, la lassitude, l’échec, la culpabilité, le souvenir et le remords, la passion et la fidélité sans faille envers l’amour disparu, l’ennui, le cynisme parfois, ou même l’horreur d’une relation incestueuse, il y a toujours à la fois une poésie et une justesse dans le phrasé qui nous touchent au cœur, qui nous font vibrer avec les protagonistes, qui nous émeuvent et nous touchent au plus profond. Jean-Paul Didierlaurent a l’art, en quelques phrases, de trouver l’accroche qui nous donne envie de lire, en quelques scènes il crée une véritable histoire, ou au contraire il initie une histoire à prolonger, puisque l’on retrouve dans ce recueil certains protagonistes de son roman « le liseur du 6h26 », et c’est un grand plaisir de lecture.
Macadam n’a qu’un défaut, on le fini trop vite ! Du coup, il laisse à son lecteur un goût de « revenez-y » !


Catalogue éditeur : Au diable vauvert

Un prêtre qui s’ennuie pendant les confessions devient accro à la Game Boy ; un vieillard qui attend de mourir assassine en douceur ses voisins de chambre dans une maison de retraite ; un moustique écrasé sur une partition sabote une corrida ; pour mettre fin à une discorde, un fossoyeur enterre les aiguilles des deux clochers de son village.
Macadam recueille plus de dix années d’écriture et de concours de nouvelles. L’auteur du Liseur du 6h27 y dévoile de nouvelles facettes de son talent, tout aussi bien sombres que joyeuses ou humoristiques. Les lecteurs y retrouveront en germes les éléments et la magie qu’ils ont pu découvrir dans son roman : l’univers d’un écrivain original et populaire.

Date de parution : 10/09/2015 / EAN : 9782846269636

Le voyage dans le passé. Stefan Sweig.

Stefan Sweig, le maitre incontesté de la nouvelle, un art dans lequel il excelle

https://i0.wp.com/static1.lecteurs.com/files/books-covers/212/9782246748212_1_75.jpg

Depuis que j’ai découvert les nouvelles de Stefan Sweig, je ne peux pas résister et j’achète dès que j’en trouve une, y compris pour celle-ci trouvée dans un vide grenier, rencontre propice à un échange sympathique avec une charmante vendeuse. Bon là c’est sûr le livre est un peu épais comparé au texte qui s’y trouve, à peine 90 pages dans un joli format.

Nous assistons aux amours contrariées par la vie, l’éloignement et la guerre, entre une femme mariée et un jeune homme -ce dernier doit choisir entre vivre un amour secret près de celle qu’il aime ou partir pour réaliser ses ambitions et réussir  sa carrière- puis neuf ans plus tard, à leurs retrouvailles. Mais que deviennent des sentiments exacerbés par l’absence et l’éloignement, quand chacun a poursuivi son chemin, quand le silence et la distance sont synonymes d’oubli et de souvenirs.

Quelle réussite, comme toujours l’auteur sait dépeindre à merveille les sentiments humains, amour, amitié, ambition, envie de réussir sa vie, tout est abordé en peu de lignes et peu de mots, dans un style concis et précis.

Stefan Sweig a l’art de faire passer tous ces sentiments confus et complexes, toutes ces impressions, ces mots que l’on dit et que l’on regrette aussitôt, les regrets et les désirs, les envies et les hésitations, tout y est. On suit les personnages et on vit avec eux la complexité des sentiments, faire revivre le passé ou ne pas y revenir, garder le souvenir ou tout recommencer, rien n’est simple et tout est suggéré dans ces quelques lignes.

Catalogue éditeur  Éditions Grasset

C’est l’histoire d’un amour contrarié par les circonstances de la vie : un jeune homme pauvre tombe amoureux de la femme de son riche employeur, qui est également son bienfaiteur. Elle l’aime aussi. Il est envoyé pour plusieurs années en Amérique Latine pour une mission de confiance ; elle lui promet de se donner à lui quand il reviendra. Mais ce retour ne cessera d’être différé : la guerre de 1914-18 éclate, empêchant toute traversée de l’Atlantique pour les ressortissants des pays ennemis de l’Angleterre ; le jeune homme finit par se marier et fonder une famille. Les retrouvailles n’ont finalement lieu que neuf ans plus tard et elles ont un goût amer. Le lecteur est pris par cette histoire d’amour impossible, émouvante, qui rappelle par bien des aspects la fin de L’éducation sentimentale. Une belle réflexion sur l’usure des sentiments et l’impossibilité de faire revivre le passé.

Concerto à la mémoire d’un ange. Eric-Emmanuel Schmitt

Un recueil de quatre nouvelles, très bien écrit, comme sait le faire Eric-Emmanuel Schmitt. Le fil rouge semble être sainte Rita, qui apparait en léger filigrane dans ces moments de vie qui frôlent la rédemption, le pardon, la compréhension du mal ou du bien.

DomiCLire_concerto_a_la_memoire_d_un_ange.jpgAlors oui, les protagonistes de chaque nouvelle sont intéressants, leur rédemption est possible, comme pour « l’empoisonneuse », ou réalisée, comme dans « Concerto à la mémoire d’un ange » ; leurs interrogations sur l’amour, qu’il soit entre parents et enfants comme évoqué dans « le retour », ou entre mari et femme comme dans « pour un amour à l’Élysée », sont pertinentes et posent question au lecteur également, car en fait ce sont des interrogations que chacun peut avoir à se poser à un moment de sa vie.
Les moments évoqués le sont parfois en surface sans aller au plus profond des personnages, même si ces personnages sont un peu trop stéréotypés et les situations très singulières. Mais après tout ce sont des nouvelles et pas des romans, la mise en situation se doit donc d’être efficace et brève. C’est au final un agréable moment de lecture.


Catalogue éditeur : Le livre de poche

Quel rapport entre une femme qui empoisonne ses maris successifs et un président de la République amoureux ? Quel lien entre un simple marin honnête et un escroc international vendant des bondieuseries usinées en Chine ? Par quel miracle, une image de sainte Rita, patronne des causes désespérées, devient-elle le guide mystérieux de leurs existences ? Tous ces héros ont eu la possibilité de se racheter, de préférer la lumière à l’ombre. À chacun, un jour, la rédemption a été offerte. Certains l’ont reçue, d’autres l’ont refusée, quelques uns ne se sont aperçus de rien.Quatre histoires liées entre elles. Quatre histoires qui traversent l’ordinaire et l’extraordinaire de toute vie. Quatre histoires qui creusent cette question : sommes-nous libres ou subissons nous un destin ? Pouvons-nous changer ? Suivi du journal tenu par Eric-Emmanuel Schmitt durant l’écriture, Concerto à la mémoire d’un ange s’inscrit dans la lignée d’Odette Toulemonde et La Rêveuse d’Ostende.