Mon inventaire 2018

Une année 2018 particulièrement riche en découverte de beaux romans, de nouveaux auteurs et en rencontre avec les auteurs, les blogueurs, les lecteurs qui partagent cette passion pour la lecture que d’aucuns pourraient trouver dévorante.

Essayer de faire un bilan est d’autant plus difficile, mais dans ma liste à la Prévert cette année je veux retenir …

Ce roman récit qui m’a tellement émue qu’il est hors concours…

Philippe Lançon & Le lambeau

Ces romans qui m’ont fait vibrer et qui, chacun à leur façon, m’ont apporté quelque chose

Franck Balandier & APO

Frédéric Couderc & Aucune pierre ne brise la nuit

Catherine Cusset & Vie de David Hockney

Diane Ducret & La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose

Simonetta Greggio & Elsa, mon amour

Olivier Liron & Einstein, le sexe et moi

Véronique Mougin  & Où passe l’aiguille

Joachim Schnerf  & Cette nuit

Angélique Villeneuve & Maria  

Valentin Spitz  & Juliette de Saint-Tropez

Ces premiers romans bouleversants …

Martin Dumont  & Le chien de Schrödinger

Violaine Huisman  & Fugitive parce que reine

Jean-Baptiste Naudet  & La blessure

Ce premier roman étranger solaire et tellement poétique

Shih-Li Kow  & La Somme de nos folies

Une BD

Halim  & Petite maman

Ces romans policiers ou thrillers qui m’ont sortie de mon quotidien !

Simone Gélin & Sous les pavés la jungle

Jean-Pierre Rumeau & Le vieux Pays

Tim Willocks & La mort selon Turner

Ces romans en format poche, à lire à faire lire…

Laurent Seksik & Romain Gary s’en va-t’en guerre

Benedict Wells & La fin de la solitude

Claudio Fava & Silencios

Et vous ? Qu’avez vous lu, aimé, quels livres avez-vous envie de partager de votre année 2018, quels conseils pour l’année qui vient ?

Publicités

Einstein, le sexe et moi. Olivier Liron

Comment se préparer et vivre une finale de Questions pour un Champion ? Toutes les réponses et bien plus encore à découvrir d’urgence dans « Einstein, le sexe et moi » le roman drôle et émouvant d’Olivier Liron.

Domi_C_Lire_einstein_le_sexe_et_moi_olivier_liron_alma_editeur.jpg

J’avais entendu parler de son premier roman Danses d’atome et d’or par la communauté des blogueurs, sans pour autant l’avoir lu. Puis d’Einstein le sexe et moi, sur les réseaux sociaux en particulier. J’avais très envie de le découvrir quand j’ai reçu ce roman sélectionné par les 68 premiers romans. Et là, comme pour beaucoup d’autres lecteurs, c’est une révélation ! Olivier Liron est un auteur singulier dans cette communauté qui toujours m’impressionne par ses talents divers, si différents d’ailleurs d’un auteur à l’autre, pour dire les mots et les maux, les émotions et les silences, les chagrins et les douleurs, pour émouvoir, émerveiller, étonner.

Olivier Liron est diplômé de l’école normale supérieure, il est également un jeune homme différent, puisqu’il est autiste Asperger. Pas malade non, différent, avec la singularité que cela implique, émotionnellement et par cette forme d’intelligence et cette capacité à apprendre qui sont souvent incomprises par ceux qui l’entourent. Dans Einstein, le sexe et moi, il nous parle d’une expérience étonnante qu’il a vécue en 2012. Il a tout juste vingt-cinq ans lorsqu’il participe non seulement à Questions pour un Champion, dans les grandes années Julien Lepers, mais aussi et surtout à Questions pour un Super Champion.

Son roman, comme l’émission, est construit en quatre manches. Il nous embarque dans les coulisses, évoque la relation avec l’animateur, son analyse des différents candidats, son appréhension très personnelle des questions et des enjeux. Mais surtout il nous entraine dans ses émotions, ses angoisses, ses souvenirs, sa préparation, ses états d’âme et les digressions qu’il a pu faire, y compris pendant l’émission et au risque de s’y perdre, alors que son but était de gagner… Le lecteur découvre peu à peu la vie difficile d’un enfant différent, incompris, harcelé, stigmatisé ou simplement moqué par des camarades de classe qui peuvent se révéler tellement violents, en gestes comme en paroles. Une enfance et une adolescence difficiles, premiers émois, différence, tout cela doit se vivre le plus souvent dans la solitude et l’incompréhension. Tout cela est dit avec une justesse d’analyse et un humour tels que même dans les moments tristes l’auteur nous fait sourire, voire franchement rire.

Il se dégage de ces pages une belle humanité, un humour étonnant, une capacité de l’auteur à parler de ses propres sentiments, ses failles et ses forces, qui est aussi touchante qu’émouvante. C’est à la fois léger et très profond, il y a étonnamment autant une certaine naïveté dans les évocations qu’une véritable profondeur d’analyse des relations humaines.

Et cela doit également nous ouvrir les yeux sur les autres, sur nos propres comportements, sur ces incapacités que nous avons souvent à accepter l’autre, à le comprendre, à l’écouter tel qu’il est et pas tel que nous souhaiterions qu’il soit. Enfin, si ce roman pouvait servir à ouvrir les yeux de l’éducation nationale, des parents, des professeurs, dans la prise ne compte des différences, dans l’éducation et dans le fait que non, tous les enfants ne sont pas les mêmes, acceptons nos différences !

Enfin, et ce n’est pas la grande incertitude du roman, Olivier Liron a non seulement gagné ce Questions pour un Super Champion, mais il est devenu le plus jeune superchampion de l’histoire du jeu. Depuis, il se consacre à écriture et c’est tant mieux car il nous régale, nous réjouit, nous réveille et nous émeut.

Allez, appuyez sur le buzzer et courrez lire ce roman, vous ne le regretterez pas !

💙💙💙💙💙

Citations :

Le psychiatre réplique que personne ne comprend les secrets d’un être. « Surtout pas d’une adolescente. Laura avait des secrets et autour de ses secrets elle a bâti une forteresse. »
C’est l’image juste. Exacte. Quand on ne peut pas parler, on construit des forteresses. Ma forteresse à moi est faite de solitude et de colère. Ma forteresse à moi est faite de poésie et de silence. Ma forteresse à moi est faite d’un long hurlement. Ma forteresse à moi est imprenable. Et j’en suis le prisonnier.

Dès la naissance on ne le sait pas encore, mais il n’y a plus qu’à attendre la mort en essayant d’être tendre avec soi, le plus tendre possible, aimant avec les autres, le lus aimant possible, et révolté contre tout le reste . Il suffit de le comprendre pour que la vie devienne une fête.


Catalogue éditeur : Alma

« Je suis autiste Asperger. Ce n’est pas une maladie, je vous rassure. C’est une différence. Je vais vous raconter une histoire. Cette histoire est la mienne. J’ai joué au jeu télévisé Questions pour un champion et cela a été très important pour moi. »

Nous voici donc en 2012 sur le plateau de France 3 avec notre candidat préféré. Olivier Liron lui-même est fort occupé à gagner ; tout autant à nous expliquer ce qui lui est arrivé. En réunissant ici les ingrédients de la confession et ceux du thriller, il manifeste une nouvelle fois avec l’humour qui est sa marque de fabrique, sa très subtile connaissance des émotions humaines.
18 € / 200 pages / Date de parution : 6 septembre 2018 / ISBN : 978-2-36279-287-8