Radioactive, Lauren Redniss

L’histoire revisitée de Pierre et Marie Curie, une histoire de passion amoureuse et d’amour pour la science

C’est le roman graphique qui a inspiré le film éponyme de Marjane Astrapi sorti en salles juste avant le confinement.

En 1891, Marie Skłodowska a 24 ans. Elle quitte Varsovie pour Paris. Là elle vient travailler dans le laboratoire du physicien Pierre Curie. Rapidement les relations de travail se font complicité puis intimité. Ce sera une véritable passion amoureuse, mais aussi une passion inassouvie pour la science et la recherche. Ensemble, ils vont faire cette découverte majeure qui va changer le sort de l’humanité, avec la radiothérapie, le traitement du cancer mais aussi le développement du nucléaire.

Radioactive présente cette relation magnifique entre deux scientifiques hors du commun, mais aussi leurs familles, les filles, le gendre, une lignée de chercheurs au service de la France.Et l’auteur développe également les apports de leurs inventions à la science, et les développements qu’ils ont induits par la suite. Rien n’est figé dans leur époque, mais tout y est superbement restitué, les prix Nobel, les récompenses, les différents apport de leurs recherches, le décès de Pierre, le chagrin de Marie puis la maladie consécutive à de longues et dramatiques expositions au radium tout au long de leurs vies, à une époque où l’on n’avait dans doute pas pris la mesure du danger encouru. Et l’évolution de la recherche jusqu’à aujourd’hui.

Ce roman graphique est superbe, l’histoire a la fois passionnante et les protagonistes tellement humainement attachants. Mais c’est aussi un magnifique objet. Le papier utilisé d’abord, le grain, les aspects lisses et le velouté granité que l’on sent sous les doigts en tournant les pages, la mise en page et les couleurs choisies, dans le spectre chromatique que l’on imagine autour du polonium ou du radium, et qui change en fonction des périodes ou des sujets abordés sur les pages, des vert, jaune, bleu, pour dire aussi la vie, la tristesse, l’exaltation et le bonheur, le chagrin et le désespoir.

Vous ne l’avez pas encore lu ? Alors #tousenlibrairie pour vous le procurer !

Catalogue éditeur : Fleuve éditions

En 1891, Marie Sklodowska, âgée de 24 ans, déménage de Varsovie à Paris où elle trouve du travail dans le laboratoire du physicien Pierre Curie. Cette rencontre inoubliable, marquée par la passion amoureuse et celle de la science des molécules, va influencer également l’histoire de l’humanité. Au point de leur apporter une renommée mondiale et d’annoncer une nouvelle ère scientifique : l’ère nucléaire.

Carine CHICHEREAU (Traducteur)

Date de parution : 05/03/2020 / EAN : 9782265154926 / Pages : 208 / Format : 202 x 279 mm / Prix : 24,50€

Deuils, Eduardo Halfon

Le récit émouvant et parfois drôle d’une quête intime autour d’un secret de famille

Au Guatemala, le petit Salomón est mort noyé dans le lac d’Amatitlán à l’âge de cinq ans.  Enfin, c’est ce que raconte la légende familiale, mais est-ce exact ?

Salomón était le frère ainé du père d’Eduardo…. Il porte un prénom transmis de génération en génération et présent dans les familles des deux grands-pères, l’un juif arrivant de Pologne, l’autre du Liban. Mais depuis sa mort mystérieuse, il n’y a plus personne pour perpétuer ce prénom. Alors le narrateur cherche dans ses souvenirs à quel moment et en quels termes on a lui parlé de cet oncle disparu trop tôt. Et surtout à faire affleurer à sa conscience tous les non-dits, tous les secrets, les mystères qui entourent ce décès.

Les souvenirs défilent, ceux de l’enfance, ceux plus flous des conversations entre adultes écoutées  en cachette, ces mots devinés, extrapolés, impliquant des situations biaisées, des histoires que se racontent les enfants quand on ne leur dit pas simplement la vérité.

Mais la recherche de Salomón n’est-elle pas avant tout prétexte à revisiter tous les lieux où ont vécu les différents membres de cette famille rescapée de l’holocauste, et à tenter de comprendre pourquoi un silence aussi pesant entoure cette mort accidentelle.

De la Pologne au Guatemala puis de Miami à New York, un récit comme une quête intime. Courir après les mots enfouis dans les souvenirs de l’enfant, à la recherche de l’oncle ou de sa propre vie. Écrire pour mieux se connaitre. Chercher dans les racines pour comprendre d’où l’on vient. Refaire le voyage depuis l’enfer des camps jusqu’aux États-Unis. Communier avec cette famille d’exilés. Une écriture concise toute en sobriété rend le récit dynamique et vivant, émouvant et parfois drôle,  malgré les douleurs ainsi révélées. Le lecteur voyage dans les souvenirs et au fil des escales peut enfin comprendre les sentiments du narrateur.

Citation :

Mon père m’expliqua qu’en hébreu il existe un mot pour qualifier une femme qui a perdu son enfant. Peut-être parce que cette douleur est si grande et si spécifique qu’elle a besoin d’avoir son propre mot. Sh’Khol, c’est comme ça qu’on dit en hébreu, me confia-t-il.

Roman lu dans le cadre de ma participation au Jury du Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2020

Catalogue éditeur : La Table Ronde et Le livre de Poche

Il s’appelait Salomón. Il est mort à l’âge de cinq ans, noyé dans le lac d’Amatitlán. C’est ce qu’on me racontait, enfant, au Guatemala.

Le narrateur éponyme d’Eduardo Halfon voyage au Guatemala à la recherche de secrets qui le hantent. Il tente de démêler le vrai du faux parmi les histoires contradictoires et interdites de la famille de son père. Et plus particulièrement l’histoire de son oncle Salomón qui s’était noyé, enfant, dans le lac Amatitlán. De quoi Salomón est-il vraiment mort ? Plus il avance, plus le narrateur comprend que la vérité réside dans son propre passé enfoui, dans la brutalité du Guatemala des années 1970 et son exil en Floride.

Un roman profond et émouvant, qui appuie la réputation de son auteur, un de ces écrivains qui savent dire beaucoup en peu de mots.

Prix : 6,70€ / 128 pages / Date de parution : 15/01/2020 / EAN : 9782253237730

Avant que les ombres s’effacent. Louis-Philippe Dalembert

Dans son roman « Avant que les ombres s’effacent » Louis-Philippe Dalembert lève le voile sur un pan d’Histoire d’Haïti et nous embarque dans son écriture avec bonheur et poésie.

Domiclire_avant_que_les_ombres_seffacent.jpgD’Haïti, on se souvient du tremblement de terre qui a frappé durement l’ile en 2010, peut-être aussi de ses hommes célèbres. On pense en particulier à la lutte contre l’esclavage par Toussaint-Louverture (ce descendant d’esclave d’origine afro-caribéenne  a mené la Révolution haïtienne à partir de 1791) d’Haïti encore comme étant la première République noire indépendante en 1804, mais  certainement pas de l’épisode dont nous parle Louis-Philippe Dalembert dans ce roman lauréat du Prix Orange du livre 2017.

En 2010, juste après le tremblement de terre, le docteur Ruben Schwarzberg passe ses soirées avec Deborah, sa petite-nièce, venue sur l’ile pour porter secours. Ils se délassent de la fatigue des journées passées à soigner et soutenir la population durement frappée. Car si le docteur vit en Haïti, l’histoire de sa famille et sa propre histoire, sont bien plus compliquées et sinueuses que ça… Et les souvenirs affluent, lentement, doucement. A son rythme, le vieil homme accepte de se confier, de se raconter, dans ce qu’il a vécu de plus terrible et de plus heureux.

Né en 1913, Ruben Schwarzberg est originaire de Lodz en Pologne.  Il passe son enfance à Berlin, où la famille s’intègre avec bonheur. Mais si le nazisme étend son ombre sur le pays depuis 1933, la Nuit de cristal (Kristallnacht), le pogrom des 9 et 10 novembre 1938, va de nouveau sonner l’exil d’une partie de sa famille, aux États-Unis ou vers ce qui deviendra Israël. Hésitant à quitter Berlin, Ruben sera arrêté et interné à Buchenwald. Lorsque par un étonnant hasard il est enfin libéré, il décide de partir pour Cuba. Il embarque sur le Saint-Louis, mais le bateau fait demi-tour et ramène ses passagers quasiment à leur point de départ, Ruben se retrouve alors à Paris. Là, il rencontre Ida Faubert, une poétesse haïtienne  qui accueille les lettrés et se prend d’amitié pour lui. Il va connaître les joies de la capitale, le Bal Nègre  et ses artistes, à un moment où tout s’effondre autour de lui, une certaine légèreté que d’ailleurs le lecteur peut avoir du mal à appréhender, mais après tout, même dans les moments les plus noirs, la vie est là, la musique, la comédie, et le bonheur simple d’exister. Après quelques semaines de relative insouciance, il est temps de partir pour Haïti la glorieuse, celle qui accueille en son sein les exilés et les victimes du nazisme, et qui ose même entrer en guerre contre le IIIe Reich. Ruben s’installe sur l’ile et ne la quittera plus.

La lecture de ce roman m’a parue dans un premier temps presque fastidieuse, hachée, du fait de la ponctuation des phrases en particulier. Mais en fait, on se rend compte qu’elle est comme la parole de ce vieil homme de 95 ans qui se souvient le soir sur sa terrasse, et qui parle, lentement, doucement, qui évoque la douleur des souvenirs d’une période si noire sans doute. Rapidement au fil des pages le rythme s’accélère, l’impression d’oppression s’allège, la vie reprend ses droits, et le plaisir de la lecture est bien là. Le lecteur est pris par cette écriture poétique au rythme très particulier, face à cet épisode de l’histoire méconnu et à ces personnages attachants. Car il y a beaucoup de tristesse, mais aussi de joie, d’espoir, parfois même d’humour et de légèreté dans ces souvenirs, dans ces situations qui montrent combien il faut avoir foi en l’homme.

Le roman alterne les souvenirs et le présent, les moments de joies et d’espoir avec les épisodes les plus terribles de la montée du nazisme et de la seconde guerre mondiale, il a aussi l’avantage de nous parler de cet épisode méconnu de l’histoire de l’ile. Car en 1939, l’État haïtien a voté un décret-loi qui a permis à ses consuls de délivrer des passeports et des sauf-conduits à tous les juifs qui en feraient la demande, les accueillant ainsi sans condition sur un sol protecteur. Il y a une belle humanité dans ces lignes, et infiniment de poésie et de sensibilité dans la façon de traiter l’Histoire.

💙💙💙💙

Quelques photos que j’ai eu plaisir de prendre lors de la soirée de remise du Prix Orange du livre 2017

 


Catalogue éditeur : Sabine Wespieser

Dans le prologue de cette saga conduisant son protagoniste de la Pologne à Port-au-Prince, l’auteur rappelle le vote par l’État haïtien, en 1939, d’un décret-loi autorisant ses consulats à délivrer passeports et sauf-conduits à tous les Juifs qui en formuleraient la demande.

Avec cette fascinante évocation d’une destinée tragique dont le cours fut heureusement infléchi, Louis-Philippe Dalembert rend un hommage tendre et plein d’humour à sa terre natale, où nombre de victimes de l’histoire trouvèrent une seconde patrie. Lire la suite…

Disponible en librairie au prix de 21 €, 296 p / ISBN : 978-2-84805-215-1 / Date de parution : Mars 2017

Les impliqués. Zygmut Miloszewki.

Changer d’horizon avec cette immersion dans Varsovie d’aujourd’hui et d’hier, un très bon polar que je vous conseille par une maison d’édition bordelaise

lesimpliques1erecouv.jpg

Parce qu’on oublie souvent que le procureur est un élément primordial de l’enquête, Zygmut Miloszewki nous le rappelle et en fait le personnage conducteur de son roman.

Varsovie, juin 2005. Teodore Szacki est un fonctionnaire intègre, trente-cinq ans, plutôt bel homme, marié sans passion à Weronica. Alors qu’il se demande  s’il peut encore tomber amoureux, la rencontre avec  une jeune journaliste va peut-être le détourner agréablement du droit chemin. Il exerce son métier avec le plus de rigueur possible. Et pourtant, la politique et les attentes de ses supérieurs voudraient parfois lui dicter les conclusions de ses enquêtes, pour que les résultats espérés soient au rendez-vous, bienvenue dans les arcanes de la justice polonaise.

Un homme est assassiné dans un ancien monastère dans lequel se déroulait une thérapie de constellation familiale. Est-ce le scénario de la thérapie qui a mal tourné, est-ce un homme désespéré qui a été poussé au suicide, est-ce un règlement de compte ? Les indices sont faibles, de nombreux suspects possibles, beaucoup trop, il faut peut-être chercher ailleurs, chercher plus loin. Faisant fi des règlements et des contraintes, les tâtonnements du procureur l’entrainent vers de nombreuses pistes en apparence sans liens entre elles. Sur fond de communisme et surtout de services secrets  tout puissants à une époque pas si lointaine, le procureur va déterrer des évènements qui lui permettront de découvrir le coupable. Mais les services de police veillent, la période sombre n’est pas si loin, et les risques sont réels et nombreux pour ceux qui osent lever le voile sur les actions passées. Avec cette plongée dans la Pologne angoissante des années Jaruzelski et de Solidarnosc, les intrigues s’emmêlent et les risques sont grands pour ceux qui s’en mêlent.

Bien sûr, les noms propres, ceux des rues ou des villes, perturbent légèrement le lecteur, mais on s’y fait vite et ce roman au départ un peu étonnant s’avère beaucoup plus subtil et profond qu’il n’en a l’air. L’auteur nous plonge dans une atmosphère un peu glauque, celle des relents d’une politique pas très claire et toujours puissante sous le manteau. Et en même temps, la vengeance, la manipulation, les regrets, toute une palette de scénarios et de sentiments trouvent leur place. Les lenteurs sont là pour perdre le lecteur… et le procureur, mais son intégrité et sa volonté lui permettront d’aboutir, pour un final à la façon d’Agatha Christie, où un Hercule Poirot réunissait les suspects pour une scène mémorable au cours de laquelle tous les fils se dénouent. On retrouve une même structure dans « les impliqués » pour le bonheur d’un lecteur perdu dans le brouillard jusqu’au bout de l’enquête.

C’est très bien mené, brillant, particulièrement bien traduit, d’une écriture très agréable et fluide. C’est une immersion dans Varsovie d’aujourd’hui et d’hier  pour un très bon polar que je vous conseille.

Catalogue éditeur : Mirobole

Un dimanche matin, au milieu d’une session de thérapie collective organisée dans un ancien monastère de Varsovie, l’un des participants est retrouvé mort, une broche à rôtir plantée dans l’œil. L’affaire est prise en main par le procureur Teodore Szacki. Las de la routine bureaucratique et de son mariage sans relief, Szacki ne sait même plus si son quotidien l’épuise ou l’ennuie.  Il veut du changement, et cette affaire dépassera ses espérances.
Cette méthode de la constellation familiale, par exemple, une psychothérapie peu conventionnelle basée sur les mises en scène… Son pouvoir semble effrayant. L’un des participants à cette session se serait-il laissé absorber par son rôle au point de commettre un meurtre ? Ou faut-il chercher plus loin, avant même la chute du communisme?

Traduit du polonais par Kamil Barbarski
Parution : 3 octobre 2013 / ISBN : 979-10-92145-09-0 / / Prix : 22 €

Le silence des chrysanthèmes. Bertrand Redonnet

En quatrième de couverture, il est écrit : « Redonnet, tout le monde s’en fout ». C’est étrange, non ? Mais au départ c’est bien ce que j’ai pensé, oui, Redonnet, tout le monde s’en fout, alors pourquoi prend-il la peine d’écrire une autobiographie.

 domiclire_un_silence_de_chrysanthemesCar c’est une biographie que je viens de lire, en étant très sceptique pendant les premières pages. Mais au final, quel livre étonnant !
Si j’ai eu beaucoup de mal à le commencer (simplement parce que la police de caractère est un peu petite et donc inconfortable) et si j’ai dû le lâcher quelques jours à regret par manque de temps, j’avais vraiment eu hâte d’y revenir.
Roman ou autobiographie ? L’auteur se raconte dans ce livre, mais il raconte avant tout la vie en France à une époque pas si lointaine qui semble disparue depuis longtemps. J’ai trouvé dans ses souvenirs de vie une époque révolue, celle de mes grands-parents, arrière grands parents, dans la campagne du sud-ouest. Pas la même que celle de l’auteur, bien sûr, dans mes souvenirs se mêlent plusieurs enfances, celle de mon père, la mienne, tous ces souvenirs ont été ravivés par les lignes magnifiquement écrites par cet auteur. le lecteur le suit au long des pages de son enfance, lui qui est parti loin de chez lui, Loin des siens aussi, n’ayant pas revu ses frères, sa région, mais toutes les émotions, les colères, les parfums, les lumières lui reviennent et il sait les transmettre avec une écriture musicale, colorée, gracieuse presque. J’ai vraiment apprécié le style de cet auteur que je découvrais avec ce roman.
Il nous parle de son enfance, de sa vie, et en parallèle nous le rencontrons enfant, alors qu’un homme arrive à la ferme et qu’il l’aborde sans que cet enfant ne comprenne bien pourquoi. Et ne comptez pas sur moi pour vous le dire. Ces deux « instants » se déroulent en alternance dans le récit. Il n’y a pas beaucoup d’animation, d’intrigue, mais il y a la vie, une famille, une mère à la personnalité singulière qui ne peut pas coller aux stéréotypes de son époque, tout ce qui fait sans doute que l’auteur est lui-même quelque peu singulier. Il y a une mélodie dans ces mots, celle de l’enfance, de la famille, du regret ou du plaisir, des interrogations, il y a la vie en somme.
C’est superbement écrit, on plonge dans l’époque, dans les souvenirs, comme s’ils nous appartenaient. Par moments j’ai regretté qu’il n’y ait pas vraiment d’intrigue, que ce ne soit pas simplement un vrai roman, car je suis sure qu’il y avait de la matière dans cette vie pour en faire un roman. Mais malgré ces très courts moments j’ai largement apprécié, c’est une bien étrange et intéressante découverte.
Merci Bug édition de m’avoir fait découvrir cet auteur.

Catalogue éditeur : Éditions du Bug

Dans cette autobiographie impure, puisqu’elle mêle imaginaire et réalité, le narrateur, en exil volontaire sur la frontière orientale de la Pologne, se retourne et regarde les pas laissés derrière lui… L’évocation de son voyage se fait tantôt tendre, tantôt sarcastique, tantôt tout empreint de colère… Les premières années marquées par l’absence paternelle, la révolte, la fuite du temps et la vanité permanente des illusions, sont au centre de son récit

ISBN 979-10-94591-00-0 EAN 9791094591000

Jan Karski. Marco Rizzo

Jan Karski, résistant, témoin de l’horreur des camps de concentration, incompris par les grands de son époque

Jan Karski

Une BD largement inspirée de son livre témoignage « Mon témoignage devant le monde – Histoire d’un État secret », paru en 1948. Catholique Polonais, résistant, il fut l’un des tout premier à entrer dans le ghetto de Varsovie, puis dans les camps de concentration, pour porter témoignage d’abord à son propre gouvernement en exil puis au président des États Unis.

Prisonnier des soviétiques en 1939, puis remis aux allemands, il réussit à s’évader pour rejoindre la résistance à Varsovie. Passé maitre dans l’art de voyager d’un pays à l’autre sans se faire prendre, il va porter des informations jusqu’en France. Il trouve ce pays terriblement insouciant des malheurs et de l’ampleur des souffrances du peuple Polonais. Arrêté puis torturé, il réussit encore à s’évader et repart en résistance. En 1942, malgré la complexité de ce qu’il va tenter, il va pénétrer dans le ghetto de Varsovie. Là, il va être un témoin sidéré par l’horreur de ce qu’il contemple, sans possibilité d’agir. Il voit dans le ghetto des êtres humains qui n’ont plus rien d’humain. Il y découvre surtout dans des rues sales et nauséabondes des cadavres nus abandonnés, des passants faméliques, la misère, la déchéance. L’image d’un monde qu’il ne peut pas reconnaitre ou accepter comme étant le sien. Sous l’habit d’un gardien ukrainien, il entre également dans un camp de concentration.

Il est frappé par l’horreur des camps, par cette terreur indicible qu’il va tenter de porter en témoignage. Dans un récit précis et accablant sur l’extermination des Juifs en Pologne occupée par l’Allemagne, il va tenter de révéler au monde l’intention avouée d’Hitler, celle de la fin annoncée du peuple Juif. Face à ces révélations, l’ampleur de l’horreur est tellement monstrueuse que nul ne peut l’accepter, nul ne peut entendre. Les politiques rencontrés sont conscients qu’il ne ment pas mais que ce témoignage dépasse l’entendement humain. Lui déclarant en particulier : Jeune homme, je ne vous dis pas que vous êtes un menteur, mais je ne vous crois pas.

La force de cette BD tient dans son graphisme, sombre, tourmenté. Après une première partie relativement colorée et qui montre une époque joyeuse et insouciante, arrive rapidement l’époque obscure. Les visages sont parfois effacés, car seule compte l’idée des Hommes, pas les Hommes eux-mêmes. Les tonalités sont particulièrement sombres, froides, glaciales, les rues et les paysages sont enneigés, ventés, les scènes se déroulent de nuit, témoignant du monde de ténèbres qu’a découvert Jan Karski.

Les pages qui se rapportent à l’horreur dans les camps, montrant profusion de corps, hommes ou femmes, ou des situations que l’œil ne veut pas regarder, les textes de Karski étant reproduits sur le côté, décrivent à leur façon la noirceur de l’âme humaine et de cette période pendant laquelle la vie de certains Hommes valait si peu cher aux yeux de certains. C’est douloureux, difficile, oppressant parfois, mais c’est un témoignage qui questionne et une intéressante façon de présenter le parcours de cet homme exemplaire que je n’aurais sans doute jamais découvert sans cette BD.

Catalogue éditeur : Steinkis

Traduction de Marie Giudicelli

Monsieur, je n’ai pas dit que ce jeune homme mentait. J’ai dit que je suis incapable de le croire. Ce n’est pas la même chose.

1939. Jan Kozielewski, jeune Polonais de bonne famille, catholique, est happé par la guerre. Sous le nom de Jan Karski, il devient un agent de la résistance.  Sa mission : s’introduire au cœur du ghetto de Varsovie puis dans un camp d’extermination et  transmettre son rapport au Président des États-Unis.

Les auteurs : Journaliste, Marco Rizzo vit en Sicile. Sa passion pour la BD et son intérêt pour la critique sociale convergent dans son œuvre.
Lelio Bonaccorso est dessinateur et enseignant en arts plastiques à Palerme. Il publie régulièrement des illustrations et planches de BD dans la presse.

Date de parution : 01/11/2014 / EAN : 9791090090552