Ne meurs pas sans moi. Suzanne Stock.

Dans son premier roman, « Ne meurs pas sans moi », Suzanne Stock aborde le thème de la trahison et de la culpabilité sous l’angle étonnant du fantastique.

Dans ce roman travaillé tout en flash-back, nous suivons Sandra aujourd’hui et Sandra enfant, à huit ans, malmenée par une mère qui ne trouve plus aucun plaisir dans son couple et agit de façon particulièrement dure avec sa fille, et aimée par un père qui tente de combler le vide affectif. Malgré cette enfance difficile Sandra est une jeune femme à qui tout semble réussir. Elle a tout pour être heureuse, avocate à New York, elle a un amant presque parfait, une amie d’enfance fidèle et un père qui l’adore et la soutient. Puis nous la retrouvons aujourd’hui, alors qu’elle attend Claire, sa meilleure amie. Jusqu’au jour où elle découvre la trahison de son amant, et là, tout bascule…

Vont s’en suivre des réminiscences de souvenirs étranges, des visions, des hallucinations assez incompréhensibles, à la limite du fantastique, pas éloignées des pires visions de films d’épouvante où d’horribles yeux rouges vont poursuivre Sandra, visions dans lesquelles je me suis parfois un peu perdue. Puis l’histoire se déroule, surprenante, étrange, qui pose certaines questions, qui ne sont pas forcément celles qu’on imagine à priori. Impossible d’en dire plus sans dévoiler une partie de l’intrigue, donc là c’est à vous de lire !

Pour un premier thriller, l’intrigue est originale et tient le lecteur en haleine, abordant plusieurs thèmes, culpabilité, amour maternel, vengeance, trahison, et malgré le côté fantastique un peu trop développé à  mon goût. Et même si une accro aux polars comme je le suis a vite fait d’en dénouer quelques fils, il faut cependant aller au bout de l’histoire pour tout comprendre !

Roman lu dans le cadre du jury de l’édition 2015 du Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points


Catalogue éditeur

Sandra Denison aime la vie. Rien ne semble pouvoir arrêter cette brillante avocate new-yorkaise, qui collectionne les succès professionnels comme les hommes. Sûre d’elle, elle ne regarde jamais en arrière. Car le terrible drame de son enfance la ronge. Elle revoit encore les flammes lécher les murs de la maison, se refermer comme un piège infernal sur sa mère. Et ces étranges yeux rouges qui la fixent…

Née en 1975, Suzanne Stock est journaliste. Ne meurs pas sans moi est son premier roman.

Prix du meilleur polar des lecteurs de points 2014« Coup d’essai, coup de maître ! » Le Républicain lorrain
6,9€ / 192 pages  / Paru le 03/09/2015 / EAN : 9782757846483

Policiers, thrillers & romans noirs

Publicités

Dandy. Richard Krawiec

Découvert dans le cadre du Prix du Meilleur Polar des Lecteurs de Points, Dandy est un roman noir sur les dérives d’une société qui oublie certains des siens sur le bas-côté de la route.

Richard Krawiec situe son roman, « Dandy » dans l’Amérique des laissés pour compte, celle où l’opulence, la richesse et l’espoir existent, mais manifestement pas pour tout le monde. L’autre face du rêve américain en somme. Le décor est planté, et les deux acteurs principaux sont désarmants de sincérité et sans doute de naïveté, mais ils voudraient tant s’en sortir malgré tout. Artie, est un quasi SDF qui traine dans les bars les soirs de grand froid, voleur à la tire à ses heures, il cherche des combines ou des cambriolages faciles pour subsister. Jolene ne sait plus comment faire pour nourrir Dandy, son bébé de deux ans, elle n’a jamais travaillé et vivote comme elle peut. Chacun pense que sa vie est plutôt ratée, mais ne sait pas comment faire pour que ça s’arrange.

De combines en espoirs inutiles, ils vont finir par se rencontrer et tenter de vivre ensemble. Et après tout si c’était la solution, ne pas être seul ou mal accompagné, mais trouver dans celui qui vous ressemble un espoir de vie meilleure, à partager les galères, se tenir chaud et se comprendre, se parler, se réchauffer avec quelques verres de whisky qui rendent parfois la vie meilleure. C’est ce qu’ils essayent de faire, mais après des enfances difficiles et des débuts dans la vie complétement ratés, ils sont totalement inadaptés face aux bases même d’une vie de famille : avoir un travail, élever un enfant, entretenir une maison. Jusqu’au jour où dans la boite à lettre arrive une proposition de vente en time-sharing, et avec ce courrier l’espoir suscité par les cadeaux donnés à chaque visiteur. Dans leur grande naïveté, Jolene et Artie vont rêver l’impossible. Mais tout ne va pas se passer comme ils rêvaient et les évènements vont s’enchainer pour le pire plus que pour le meilleur.

Ecrit dans les années 80, « Dandy » aborde de nombreux thèmes toujours d’actualité : l’inceste, l’abandon par le père, la prostitution, le manque d’éducation, l’alcool comme seul soutient, la rue pour seul repère, l’assurance maladie qui ne prend pas en charge les soins des plus pauvres, enfin, le sort qui s’acharne parfois sur ceux qui démarrent aussi mal dans la vie. De magouilles en défaites, il y a bien peu d’espoir pour Artie et Jolene. C’est noir et sombre. Les scènes sont parfois très visuelles, décrites dans leur moindre détail, comme un film que l’on verrait se dérouler sous nos yeux. Le lecteur assiste impuissant à l’inexorable descente vers le néant.


Catalogue éditeur

Artie, voleur à la tire, sans toit ni loi, est un invisible, un laissé-pour-compte dont la vie tourne à vide. Un jour, il croise le chemin de Jolene, mère d’un petit Dandy de deux ans, bientôt aveugle et qui ne tient pas sur ses jambes. Pour son fils, elle s’efforce de gagner sa vie dignement, tout en le nourrissant de beurre de cacahuètes. Ensemble, Artie et Jolene vont s’unir et tenter de s’en sortir.

Né en 1952 à Brockton, Massachusetts, Richard Krawiec se fait connaître en 1986 avec Dandy (Time Sharing en anglais), salué par la critique. Il se consacre depuis à la poesie, au théâtre, et donne des cours d’écriture dans des centres d’accueil de SDF, des prisons ou des cités défavorisées.

« Une énergie vitale magistrale, une combativité hors du commun. Un couple quasi mythique… » Mediapart

Prix du meilleur polar des lecteurs de points 2014Traduit de l’anglais (États-Unis) par Charles Recoursé

Préface de Larry Fondation

6,7€ / 240 pages / Paru le 17/09/2015 / EAN : 9782757843369

Dark Horse. Craig Johnson.

Dark Horse de Craig JohnsonUn meurtre sans mystère, Mary Barsad, retrouvée prostrée une arme à la main, a tout avoué : L’écurie en cendre, la maison sinistrée, le crâne du mari criblé de balles.

Alors pourquoi faut-il que le Shérif Walt Longmire, chez qui Mary est placée en résidence, soit aussi septique ? Sans doute parce qu’il a une longue habitude des humains, des signes, indiens ou pas, et qu’il est capable de se fier à son intuition. Alors voilà le lecteur plongé dans cette ambiance de western moderne, qui entrouvre la porte du bar que l’on imagine un peu branlante- d’ailleurs il manque quelque lettre à l’enseigne du « AR »- confronté à l’émigrée en situation  irrégulière et à son fils mi cheyenne et tellement malin, à Henri dit « la Nation Cheyenne », ce vieil indien solitaire, au Shérif du comté voisin, et surtout à une enquête qui ramène Walt Longmire  à Absalom, dans le Wyoming, en fait dans les pas de son enfance, dans ce village où il essaie malgré tout de mener son investigation sous couverture.

DARK HORSES
Les chevaux Henson de la baie de Somme © DCL-DS2015

Dès le début l’intrigue est posée : le shérif ne croit pas en la culpabilité de Mary. Nous allons donc le suivre dans deux périodes en parallèle, le présent et quelques jours auparavant, donnant un rythme intéressant à ce polar où l’on ressent tout au long de pages  les langueurs des grandes plaines, la violence du climat, la fidélité des bêtes,  je vous laisse découvrir celle de Wahoo Sue, la complicité du cavalier, la magie de paysages parfois si hostiles à l’homme.

L’enquête se déroule, mais pas seulement. Il y a toute cette magie autour, parfois violente, mais que l’on ressent au fil des pages. Il y a force détails, descriptions, qui rendent humains et proches  les paysages et qui donnent envie de tourner les pages. Belle expérience de polar avec ce shérif atypique et attachant, dont on devine les atermoiements personnels au fil du récit, mais qui ne nuisent absolument pas au déroulé de l’intrigue. J’avoue, j’ai toujours dans la PAL « Enfant  de poussière » du même auteur et il me tarde à présent  de le lire.


Catalogue éditeur

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sophie Aslanides

Prix du meilleur polar des lecteurs de points 2014Comment Mary Barsad, si douce, a-t-elle pu abattre son mari de sang-froid ? Elle a tout avoué. Et les mobiles ne manquent pas : infidèle, magouilleur, il aurait peu avant sa mort enfermé les chevaux de course auxquels elle tenait tant dans sa grange, avant d’y mettre le feu. Mais le shérif Walt Longmire se méfie des évidences. À Absalom, Wyoming, il décide de mener sa propre enquête…

Craig Johnson est né en 1961 et a exercé des métiers aussi divers que policier, professeur d’université, cow-boy, charpentier et pêcheur professionnel avant de s’installer définitivement dans l’Ouest, sur les contreforts des Bighorn Mountains, dans le Wyoming. La série Walt Longmire fait l’objet d’une adaptation télévisée depuis 2012.

« Craig Johnson possède l’art et la manière d’écrire un polar en se jouant de tous les clichés, de tous les codes. » France Inter

7,95€ // 384 pages / Paru le 21/05/2015 / EAN : 9782757853276

Une disparition inquiétante. Dror Mishani.

Une enquête policière qui nous entraine en Israël et nous fait découvrir de nouveaux horizons

Une disparition inquiétante de Dror MishaniAvec « Une disparition inquiétante » de Dror Mishani je fais la connaissance d’Avraham Avraham, un policier peu commun, un peu décalé, déstabilisant et pas forcément attachant. Mais tout le monde n’est pas en permanence au top ni à 200% de ses capacités ou capable de travailler à la perfection, au contraire, les incohérences, les baisses de régime, le manque d’intérêt ou d’attention font aussi partie de nos vies. Alors oui, Avi Avraham, ce personnage de flic complètement dépassé par la situation, est sans doute une compilation de quelques personnes que nous pourrions rencontrer dans la réalité et s’il n’est pas de prime abord sympathique, il en devient malgré tout intéressant par sa crédibilité et son réalisme.

Lorsqu’une mère vient au commissariat faire part de ses inquiétudes depuis la disparition de son fils Ofer Sharabi, notre commissaire est peu enclin à lancer une recherche. Il est pressé de rentrer chez lui se poser devant sa télé pour analyser et critiquer les séries policières américaines et en découvrir les incohérences. Etonnant, car lui n’est pas à une incohérence près dans son travail, mais il est plus facile de voir ce qu’il se passe chez les autres que de faire sa propre introspection.

L’enquête sur ce qui s’avère finalement être une disparition inquiétante va démarrer, puis piétiner, s’enliser, prendre de mauvaises directions et en oublier certaines autres. Il y a peu de témoins, ou alors des témoins qui vont dérouter plutôt qu’aider les enquêteurs, je pense en particulier au comportement trouble du voisin de la victime, l’étrange professeur d’anglais Zeev Avni. En fait il y a peu d’éléments pour la faire avancer. Cela semble refléter la vraie vie de la police où tout n’est pas aussi simple et rapide que dans les séries télé.

Les rivalités entre collègues, la personnalité de Sharpstein, nouvel arrivant qui veut affirmer sa différence et ses compétences, Ilana, la directrice du service qui prend des initiatives sans prévenir Avi Avraham alors qu’il dirige l’enquête, le voyage d’étude en Belgique qui se solde par une somme d’heures perdues et quelques rencontres plus ou moins agréables, la mère un peu trop possessive, sont autant de scènes qui ancrent le personnage dans une réalité qui happe le lecteur et lui donne envie de poursuivre sa lecture. Et bien lui en prend car de fausses pistes en hésitations, l’enquête s’avère bien plus complexe et intéressante que ce que l’on imagine de prime abord. J’aborde ici pour la première fois l’univers d’un policier en Israël et je suis prête à découvrir ses prochaines enquêtes.

💙💙💙💙

Roman lu dans le cadre du jury de l’édition 2015 du Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points


Catalogue éditeur : Points

Traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz

Prix du meilleur polar des lecteurs de points 2014Un adolescent ne disparaît pas comme ça. Il fugue quelques heures, un jour, deux tout au plus, puis réapparaît. Avraham Avraham, commandant de police de la banlieue de Tel-Aviv, le sait. Les crimes spectaculaires, c’est bon pour la série New York Police District. Pourtant Ofer Sharabi, seize ans, ne rentre pas. Ni le lendemain, ni le jour d’après. Et si Avraham s’était trompé depuis le début ?

Dror Mishani est un universitaire israélien spécialisé dans l’histoire du roman policier. Il est aussi critique littéraire et éditeur de romans policiers.« La nouvelle voix du polar israélien. » Le Soir (Bruxelles)

Le cercle Points - Créateurs de lecteursPoliciers, thrillers & romans noirs / 384 pages
Paru le 05/03/2015 / EAN : 9782757851739

Thèse sur un homicide. Diego Paszkowski.

Dans Thèse sur un homicide, Diego Paszkowskt se pose cette question primordiale : la justice est-elle réellement aveugle ? 

Thèse sur un homicide de Diego PaszkowskiPaul Besançon, brillant étudiant en droit, suit pendant un été le stage du célèbre professeur Roberto Bermudez à l’université de Buenos Aires, stage qui se déroule pendant huit cours les vendredi soir. A priori, tout pourrait être clair et simple, un étudiant brillant qui vient se perfectionner en droit pénal, un professeur renommé et pourtant un brin alcoolique depuis que sa femme l‘a quitté, une intrigue ordinaire.

Mais non, tout d’abord, nous apprenons que les parents de Paul l’ont envoyé en Argentine car ils ne savent plus comment gérer ce fils particulièrement étrange et avec qui ils ne ressentent aucune affinité, bien au contraire. Paul voue une admiration malsaine à une actrice connue, Juliette Lewis, et celle-ci devient rapidement le fil rouge de l’intrigue. Ensuite, Roberto professeur connu et reconnu, a une personnalité bien tranchée et est très exigeant. Alors bien évidement le lecteur s’attend à voir s’affronter ces deux personnalités tout au long de ces chapitres qui se succèdent en dévoilant en alternance le point de vue de chacun. Et c’est bien ce qui arrive, mais quel ennui parfois je dois avouer. Le roman est composé de phrases qui tiennent d’une logorrhée interminable, sur des adresses, des cafés, du thé Earl Grey, des nombres de pas ou de marches pour atteindre un objectif, nombre de pas sans cesse comptés, qui sont là pour accentuer le côté délirant du personnage principal mais qui n’apportent rien aux chapitres.

Rapidement cependant, une intrigue se dessine, Paul a décidé de prouver à ce grand professeur et à ce juriste d’exception que la justice est aveugle. Pour cela, Paul fait preuve d’un cynisme, d’un mépris de la vie, de l’individu, pour simplement réaliser son ambition d’être unique et différent, d’arriver à accomplir ce que d’autres n’ont pas réussi. Idée de départ intéressante mais parfois lassante.

Par contre j’aime beaucoup le dénouement qui, s’il n’est pas plus juste que la justice elle-même, satisfait notre soif de voir punir un coupable. Au jeu du tel est pris qui croyait prendre, la manipulation, la finesse, la vengeance, la solidarité, l’intelligence, finissent par avoir raison du machiavélique Paul Besançon. Je n’ai pas eu de coup de foudre pour ce roman, dommage car j’aimais assez l’idée de découvrir un autre pays, d’autres auteurs de polars. Mais comme je connais très mal ceux d’Amérique latine, la découverte est malgré tout intéressante.

Roman lu dans le cadre du jury de l’édition 2015 du Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points


Catalogue éditeur

Traduit de l’espagnol (Argentine) par Delphine Valentin.

Prix du meilleur polar des lecteurs de points 2014

Paul Besançon est un élève brillant, intelligent, méthodique. En droit pénal, c’est important. Son professeur, l’éminent juriste Roberto Bermúdez, en convient, mais il y a une lueur dans son regard qui confine à l’insolence. Comme s’il voulait défier la loi, comme s’il voulait le défier lui. Un soir, l’élève interpelle le maître : « Imaginez qu’on trouve une femme assassinée, violée, étranglée… ».

Diego Paszkowski, né à Buenos Aires en 1966, dirige des ateliers d’écriture à l’université. Thèse sur homicide s’est venu décerner le prix du meilleur roman de l’année par le grand quotidien argentin La Nación. Il a été adapté au cinéma.

« C’est brillant, parfois magique. » Le Nouvel Observateur

« Thèse sur un homicide est la mise en place très précise et très explicite d’une bombe narrative à retardement. » Le Matricule des Anges

Le cercle Points - Créateurs de lecteurs 6,4€ // 192 pages / Paru le 19/03/2015 / EAN : 9782757846414

Incision. Marc Raabe.

Incision de Marc RaabePlongez dans l’univers glauque de Gabriel et vous ne serez pas déçus. A onze ans, après avoir assisté à une scène particulièrement difficile, Gabriel sauve son petit frère David des flammes qui dévastent la maison familiale. Leurs parents décèdent dans l’incendie, Gabriel et son frère sont séparés par la vie et les circonstances. A quarante ans passés, Gabriel  travaille pour Youri, son tuteur, propriétaire de Phyton, une société de surveillance. Il vient d’entamer une relation avec Liz Anders, une jeune et jolie journaliste. Quand Liz est enlevée et disparait, l’univers de Gabriel, à l’équilibre déjà bien instable, s’écroule. La course contre la montre peut commencer, rythmée de façon efficace par un agenda qui s’égrène au fil des chapitres.

L’intrigue est prenante, la tension monte et les différents personnages apportent à tour de rôle leur vision des événements, mettant à jour peu à peu un passé sordide, violent, qui les poursuit jusque dans leur présent. Les traitements hors du temps des maladies mentales, les troubles psychiques,  l’amnésie, les chocs post traumatiques,  l’incompréhension de certaines pathologies par les spécialistes  et leurs effets dans la vie des malades, mais aussi les angoisses, les douleurs, les peurs, sont particulièrement bien traités.

Gabriel est un personnage ambigu au départ, on est peu enclin à l’apprécier, puis les sentiments du lecteur évoluent avec la compréhension de ses craintes, de ses peurs, de ses désirs de s’en sortir. C’est prenant et haletant, je n’ai pas eu envie de lâcher cette intrigue dans un pays que je connais mal mais qui est bien décrit. Un premier roman à l’intrigue aboutie et des personnages singuliers vous feront passer un excellent moment de lecture.

Roman lu dans le cadre du jury de l’édition 2015 du Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points


Catalogue éditeur

Prix du meilleur polar des lecteurs de points 2014Traduit de l’allemand par Georges Sturm / Policiers, thrillers & romans noirs

L’un a tout oublié pour survivre. 

L’autre tue pour se souvenir.

Gabriel a onze ans. Il est pieds nus en haut de l’escalier de la cave. Bien qu’il porte le pyjama de son héros Luke Skywalker, il a peur. Personne n’a le droit d’entrer dans le labo photo de son père. Personne. Mais l’imposante porte métallique, habituellement cadenassée, est ouverte…

Trente ans plus tard, Gabriel est adulte. Il a effacé cette nuit tragique de sa mémoire. S’il veut retrouver sa compagne disparue, il va devoir se souvenir. Et vite.

« Un thriller cauchemardesque. » Der Spiegel

Le cercle Points - Créateurs de lecteurs8,1€ /528 pages  / Paru le 08/01/2015 / EAN : 9782757849026

Terminus Belz. Emmanuel Grand.

Terminus Belz de Emmanuel GrandUne île, un polar
à découvrir ou à relire !

Terminus Belz, le premier roman d’Emmanuel Grand, tient à la fois du polar et de la fantasy. Il aborde des problèmes de société, émigration, travail, peur de l’inconnu, mais surtout il atteste d’un véritable travail d’écriture. L’action se passe en Bretagne, le lieu est important car il est un point d’ancrage de l’histoire.

Marko Voronine quitte  l’Europe de l’Est avec deux autres compagnons et une jeune fille de quinze ans, ils espèrent trouver une vie meilleure en Europe. Mais le voyage ne s’est pas passé comme prévu. Ils doivent fuir et se cacher quelque temps pour échapper à la mafia Roumaine et se faire oublier. Une fois arrivés en France, ils se séparent, Marko part plein Ouest vers la Bretagne. Très vite, lui qui n’a pas le pied marin, trouve un emploi sur l’ile de Belz à bord du bateau de Joël Caradec. Là il va se faire passer pour un grec. Trop compliqué d’avouer qu’il arrive d’Ukraine et sans papier en cette période où l’on renvoi les étrangers en situation irrégulière.

Mais sur une ile, les inimitiés sont nombreuses, les tensions, aussi, il y a peu de travail et la vie des marins est dure. Ceux qui n’ont plus d’emploi se retrouvent à « l’escale » le bar de l’ile, et parlent de cet étranger qui est venu voler leur travail. Les marins sont habitués à une vie dure et exigeante, la mer donne mais prend aussi beaucoup. Ils parlent, boivent, se disputent souvent, des tensions fortes éclatent, le ressentiment, les vieilles histoires ressortent et avec elles les légendes et les peurs irrationnelles. Celle de l’Ankou par exemple, où la mort vient rôder et chercher ses nouvelles proies.

L’auteur nous fait vivre dans l’ambiance particulière d’une petite ile. A Belz, au bout du monde, hors saison personne ne vient troubler les habitudes des locaux. Marko pensait être transparent, isolé sur cette ile alors qu’on ne parle que de lui. Il se lie d’amitié avec Caradec, son employeur solitaire et bourru, mais  aussi avec Papou, personnage étrange et marginal, et avec Venel, un libraire plus amoureux des livres que des hommes. Les habitués de « l’escale », repère de tous les marins, ivrognes en mal d’emploi, haineux ou envieux, triste ou désespérés, n’ont rien de mieux à faire qu’à parler de l’intrus. Il y a un patron de bar et des marins attachants, un curé un peu étrange aussi, dont on ne sait pas trop quel rôle il joue lorsqu’il parle de Satan, du bien et du mal

Les personnages gagnent en autonomie au fil des pages. Ils s’imposent peu à peu, on les imagine avec leurs vies, leurs craintes, leurs peurs des légendes encore si vivantes dans certaines régions isolées. Et il n’y a pas plus isolé qu’une ile ! Dans cette Bretagne si vivante, frappée par les orages, fouettée par les embruns, la houle et les tempêtes, mais aussi les pertes d’emploi et la vie difficile des marins, on voit les bateaux, là, au bord, on voit vivre les marins sans travail, on devine leur désespoir, accoudés au comptoir. Et Marko cherche sa place au milieu d’eux, avec son histoire et son passé, présent sans trop y être, avec sa course contre la montre pour fuir cette mafia Roumaine qui le recherche.

L’intrigue coule à un beau rythme, créant une ambiance avec des personnages singuliers et attachants. On retient son souffle, on sent la tempête arriver, l’Ankou survole les pages et les craintes et éveille l’imaginaire du lecteur quand l’intrigue se mêle à la légende. J’aime en particulier le passage où chaque personnage est décrit dans un même instant, chacun son tour, tenant le lecteur en haleine, en attente du pire et du dénouement.

C’est un polar qui mêle le suspense et la légende, une étude sociologique de la vie de marins et une histoire d’amour sans que ce soit pesant. D’Est en Ouest c’est un vrai voyage à un rythme soutenu et intense, très original et particulièrement bien écrit. Bref, allez y vous ne serez vraiment pas déçus !

Roman lu dans le cadre du jury de l’édition 2015 du Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points 


Catalogue éditeur

Enez Ar Droc’h. L’île des fous, comme l’appellent les locaux. Pour Marko Voronine, clandestin traqué par la mafia roumaine, Belz semblait l’endroit idéal pour se faire oublier. Mais dans cette enclave portuaire, les étrangers ne sont pas aimés et Marko se brouille avec un marin, Jugand. Quelques jours plus tard, son cadavre mutilé est découvert. Marko sait son temps compté et la fuite impossible.

Emmanuel Grand, né à Versailles en 1966, a passé son enfance en Vendée, à vingt kilomètres de la côte atlantique. Terminus Belz est son premier roman.

« Tantôt thriller qui dégrise, tantôt roman social inspiré, Terminus Belz déploie sa belle architecture et son écriture musicale jusqu’à la dernière page. » Télérama

« À la fois un excellent polar breton, ukrainien, roumain, mafieux et fantastique. »

Le Figaro littéraire

Prix du meilleur polar des lecteurs de points 2014Policiers, thrillers & romans noirs Le Cercle Points

7,9€ / 408 pages  / Paru le 08/01/2015  / EAN : 9782757842812