Une prière à la mer. Khaled Hosseini

Ce livre n‘est pas une bouée, mais bien « Une prière à la mer », comme un cri d’amour lancé par Khaled Hosseini.

Domi_C_Lire_une_priere_a_la_mer_khaled_hosseini_1

Une prière pour ces hommes que l’on espère saufs lorsqu’ils traversent la méditerranée pour trouver refuge loin des terres hostiles de leurs pays d’origine. Afghanistan ou Syrie, là-bas la guerre fait rage et la vie des civils n’est plus depuis longtemps un bien précieux à protéger.

De cet auteur, j’avais aimé Les cerfs-volants de Kaboul, ce roman bouleversant et éclatant de vie et de douleur adapté à l’écran avec grande justesse, qui nous transportait dans cet autre monde, de l’autre côté de la mer. Puis Mille soleils splendides, digne successeur du premier roman.

Aujourd’hui Khaled Hossein nous revient avec ce court livre illustré par Dan Williams. En s’adressant à son fils Marwan, il s’adresse à tous ces enfants, ces hommes et femmes, migrants contraints à fuir leur pays en guerre pour le calme rêvé d’un pays d’accueil. Ils traversent tant de mers et tant de pièges que nul d’entre eux n’est certain d’atteindre l’autre rive, celle du salut, celle de l’espoir. Espoir irrémédiablement anéanti pour tous ceux qui sombrent en mer. Morts en mer pour ne pas mourir sur place, pour ne pas mourir sans espérer.

Ce livre est un hommage poignant et sincère à tous ces migrants qui cherchent le chemin de la liberté. Publié par les éditions Albin Michel, pour chaque livre vendu 1€ sera versé à l’association La Cimade.

💙💙💙💙

Catalogue éditeur : Albin-Michel

Marwan, mon cher enfant, je contemple ton profil éclairé par la lune, tes cils que l’on dirait calligraphiés, tes paupières closes dans ton sommeil innocent. Et je te dis : « Donne-moi la main. Tout ira bien. »

Né en 1965 à Kaboul, Khaled Hosseini est un auteur américain d’origine afghane. Il a écrit Les Cerfs-volants de Kaboul (Belfond, 2005), Mille soleils splendides (Belfond, 2007) et Ainsi résonne l’écho infini des montagnes (Belfond, 2013). En 2006, il a été nommé Ambassadeur de bonne volonté du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR). (Source la Cimade)

Édition cartonnée 12.00 € / 12 Septembre 2018 / 160mm x 247mm / EAN13 : 9782226437594

Publicités

Aucune pierre ne brise la nuit, Frédéric Couderc

Vous aimez les belles histoires d’amour ? Vous aimez mieux comprendre l’Histoire, surtout quand elle aborde des sujets encore étonnamment d’actualité ? Alors vous aimerez « Aucune pierre ne brise la nuit » le magnifique roman de Frédéric Couderc, à découvrir d’urgence.

Domi_C_Lire_aucune_pierre_ne_brise_la_nuit_frederic_couderc.jpg

A la fin des années 90, dans un musée au Havre, deux personnes contemplent le même tableau. Il s’agit de l’œuvre d’un inconnu, mais apparemment tous deux connaissent soit l’auteur du tableau, soit l’époque et le pays, l’Argentine, sujet de l’exposition temporaire « Français d’Argentine ». Lorsque Gabriel propose à Ariane de boire un verre, il ne s’attend certainement pas aux bouleversements qui vont suivre.

Lui est argentin, émigré en France depuis de nombreuses années, il a fui la dictature, les années sombres, et s’est réfugié dans une vie de marin solitaire. Elle est femme de diplomate, les pérégrinations de son mari l’on emmenée à Buenos Aire aux pires moments de la dictature. C’est d’ailleurs là qu’elle a eu le grand bonheur de pouvoir adopter sa fille chérie, Clara. Leurs destins se sont peut-être croisés à ce moment-là, tout comme ils se croisent à nouveau aujourd’hui.

Attiré par cette femme qui lui rappelle tant Veronica, son amour perdu d’Argentine, Gabriel le solitaire va nouer rapidement des liens étroits avec Ariane.

De discussions en découvertes, Ariane s’éveille à la réalité d’une vie dont elle ne soupçonnait rien. A Buenos Aire, elle vivait dans le cocon douillet des expatriés aisés et protégés. Elle comprend au contact de Gabriel les horreurs et la douleur qu’ont vécus les argentins lors de la dictature dans les années 70/80. Celles des jeunes enlevés par la junte, victimes de tortures, disparus à jamais lors des vols de la mort pratiqués par l’ESMA (Escuela de Mecánica de la Armada). Celles aussi des familles représentées par les grands-mères de la place de mai, qui tentent aujourd’hui encore de retrouver leurs petits-enfants, bébés volés par le pouvoir et la plupart du temps adoptés par les nantis protégés par la junte militaire.

De découvertes en soupçons, Ariane comprend que Clara, peut-être… Aussi lorsqu’elle décide de quitter son mari pour enquêter, de partir en Argentine avec Gabriel, puis avec Clara, c’est tout un pan de l’histoire de ce pays que nous dévoile l’auteur à travers son histoire. Mêlant adroitement une belle et intense histoire d’amour – parfois trop belle pour être possible d’ailleurs, tant la douleur et le chagrin peuvent être des obstacles puissants à accepter le bonheur quand il se présente – à une réalité historique édifiante et douloureuse. Le rôle des militaires, la violence de la dictature, les tortures subies par les desaparecidos, le rôle des français de l’OAS en soutien aux tortionnaires argentins, rien ne nous est épargné et c’est tant mieux. Et si le récit foisonne de détails, ils ne sont jamais prégnants et n’effacent pas le plaisir de la lecture, même si avouons-le ils nous tirent parfois quelques larmes, ils nous procurent de grandes émotions.

Ce que j’aime particulièrement dans les romans de Frédéric Couderc, c’est qu’il arrive à créer un subtil équilibre entre l’intrigue romanesque qui fait que l’on s’attache aux personnages et le thème et la vérité historique qui sont particulièrement bien maîtrisés et nous font paraitre un peu moins ignorants. Même si je connaissais en partie ce sujet-là, ayant été attentive également aux drames des bébés volés en Espagne, j’ai trouvé passionnant de mieux comprendre et d’en savoir plus.

Aucune pierre ne brise la nuit est porté par une écriture superbe, fluide, précise et juste, chaleureuse malgré le thème. J’avais déjà été emballée par le précédent roman Le Jour se lève et ce n’est pas le tien qui se passait à Cuba, et nous parlait de ce personnage méconnu qu’était Camillo Cienfuegos. J’ai été de la même façon emportée par la trame romanesque et par l’intrigue de celui-ci, je ne peux que vous conseiller de le découvrir !

💙💙💙💙💙

Si ce thème vous intéresse, lire également Condor, de Caryl Férey, qui évoque L’opération Condor cette vague d’assassinats réalisés en masse sous couvert de lutte contre la guérilla,  conduite conjointement par les services secrets du Chili, de l’Argentine, de la Bolivie, du Brésil, du Paraguay et de l’Uruguay,  à cette même période,  au milieu des années 1970.
A propos des bébés volés, il y a eu également le même phénomène dramatique en Espagne, y compris après les années Franco. Lire à ce sujet Mala Vida de Marc Fernandez.


Catalogue éditeur : Héloïse d’Ormesson

Dans un musée du Havre, la rencontre entre Gabriel et Ariane n’aurait pas dû avoir lieu – lui le réfugié argentin, elle la femme de diplomate. Mais devant la mystérieuse toile d’un peintre de Buenos Aires, les fantômes du passé ressurgissent, tout comme les ombres de la passion. À l’heure où les enquêtes sur les trente mille disparus sous la dictature reprennent, chacun s’embarque alors dans une quête où la vérité menace d’être plus dévastatrice encore que le mensonge…
Porté par un souffle romanesque puissant, Aucune pierre ne brise la nuit explore les cicatrices infligées par la junte militaire, et rend hommage aux victimes sans sépulture. Une histoire haletante qui sonde les tourments de la recherche identitaire et de l’amour interdit.
320 pages | 19€ / Paru le 3 mai 2018 / ISBN : 978-2-35087-456-2
© Romain Baillon/Millennium Images, UK

A la rencontre de Louis-Philippe Dalembert

Louis-Philippe Dalembert, lauréat en 2017 du Prix Orange du Livre et du Prix Pages des Libraires France Bleu  pour son roman « Avant que les ombres s’effacent ».

Domi_C_Lire_louis_philippe_dalembert.jpg

J’avais eu beaucoup de plaisir à découvrir Avant que les ombres s’effacent au printemps 2017, puis à le relire pour la sélection du Prix du meilleur roman des lecteurs de Points 2018.

Louis-Philippe Dalembert a accepté de répondre à quelques questions, sur ce roman qui poursuit un joli chemin auprès des lecteurs, mais également sur son actualité.   Avant que les ombres s’effacent est un roman qui évoque longuement la Seconde Guerre mondiale et le rôle joué par Haïti pour sauver les Juifs, mais également pour un aussi petit pays, la volonté d’entrer dans la ronde des nations pour s’opposer à Hitler.

Qu’est-ce qui vous a fait choisir ce sujet-là plutôt que celui que tout le monde aurait imaginé, le tremblement de terre à peine évoqué dans le roman ?

D’abord, parce que mon roman précédent, Ballade d’un amour inachevé (Mercure de France, 2013), portait sur le séisme… de L’Aquila (Italie, 6 avril 2009). Ensuite, comme vous avez pu le lire, Avant que les ombres s’effacent est dédié « Aux réfugiés d’hier et d’aujourd’hui ». Même si comparaison n’est pas raison et que chaque contexte relève de ses propres spécificités, on ne peut s’empêcher de voir quelques similitudes avec ce qui se passe aujourd’hui en Méditerranée : tous ces gens qui fuient, au risque de leur vie, les guerres, la dictature, les catastrophes climatiques, la misère… En 39-45, il s’agissait de tendre la main, ou pas, aux Juifs d’Europe et aux autres réfugiés. Haïti à sa petite échelle l’avait fait en proposant d’accueillir les Juifs, comme l’Allemagne tout récemment a ouvert ses frontières à un million de réfugiés. À l’époque déjà, pour ne pas accueillir les Juifs, certains gouvernements occidentaux prétextaient que, parmi les réfugiés, il pouvait y avoir des espions nazis. Aujourd’hui, ce sont les « terroristes » islamistes qui font figure de repoussoir.

Les prix littéraires
Vous êtes le lauréat du Prix Orange du Livre 2017, mais aussi du Prix Pages des Libraires France Bleu 2017, deux prix décernés par des jurys composés d’auteurs, de libraires et de lecteurs.
Que vous a apporté le fait de gagner ces Prix ? des rencontres avec les lecteurs, un peu plus de notoriété, un autre lectorat ?…

D’abord, un battage médiatique extraordinaire, tant dans la presse qu’à travers les réseaux sociaux. Cela a contribué à prolonger la durée de vie du livre, paru en mars 2017, jusqu’à se retrouver finaliste de deux prix d’automne, le Grand Prix du roman de l’Académie française et le Prix Médicis.

Cela s’est aussi traduit par un nombre incalculable d’invitations à des salons du livre, dans des médiathèques, des lycées, en France et à l’étranger. À la fin de l’année, moi qui suis pourtant un globe-trotter, j’étais sur les rotules.

Et ce n’est pas fini. Cette année, le livre a obtenu le Prix littéraire des lycéens et apprentis de l’Essonne, et figure dans la sélection Prix Meilleur Roman Points. Il vient tout juste de paraître en poche chez Points-Seuil dans la collection « Grands Romans ».

Cette année, vous êtes membre de plusieurs jurys, mais quand on est dans son propre travail d’écriture, est-ce un plaisir ? Est-ce au contraire difficile de lire d’autres auteurs ?

Pour moi, oui, c’est assez difficile. Quand je suis en pleine rédaction d’un nouveau roman, comme actuellement, j’ai du mal à entrer dans d’autres univers. Quand j’écris, j’ai tendance à y consacrer tout mon temps, sans partage. En étant membre de trois jurys (il faut y ajouter celui de la Société des gens de lettres), cela m’oblige à une autre discipline : à savoir travailler dès le matin, et me plonger, en milieu ou fin d’après-midi, dans la lecture des livres sélectionnés. Au bout du compte, c’est positif, car ça me fait avancer « plus vite » dans mon propre travail.

Quel lecteur êtes-vous ?
Si vous deviez me conseiller un livre, que vous avez lu récemment, ce serait lequel et pourquoi ?

Je citerais deux romans : Un océan, deux mers, trois continents (Actes Sud) de Wilfried N’Sondé et Diên Biên Phu (Sabine Wespieser) de Marc Alexandre Oho Bambe.

Le premier retrace l’histoire méconnue de Dom Antonio Manuel. De son vrai nom Nsaku Ne Vunda, originaire du Bakongo, il est mort à Rome en 1608. Son buste de pierre noire, voulu par le pape Paul V, trône à l’entrée de la Basilique Sainte-Marie-Majeure, là même où il est enterré. À Rome également, on retrouve un portrait de lui, qui date de 1615-1616, dans la salle des Cuirassiers, au Palais du Quirinal.

Le second évoque le retour, vingt ans après la défaite de Diên Biên Phù, d’un soldat français au Viêtnam. Il plaque tout, épouse et enfants, pour revenir sur les traces d’une femme qu’il a connue et aimée pendant la guerre coloniale. Une guerre dont il a pu sortir vivant grâce à son frère d’armes, le tirailleur sénégalais Alassane Diop.

Deux romans forts, à l’écriture exigeante, poétique, qui vibrent d’amour, d’amitié et de tolérance.

Existe-t-il un livre que vous relisez ou qui est un peu le fil rouge de votre vie ?

L’Ancien Testament. Ça me raccroche à la féérie de l’enfance (ses tabous, ses joies, ses peurs) et à ma famille.

avant_que_les_ombres_s_effacent.jpg

Merci cher Louis-Philippe pour vos réponses et votre disponibilité !

Pour lire ou relire mes chroniques  :

Un soir à Sanary. Michèle Kahn

Dans « Un soir à Sanary », de Montparnasse à Sanary-sur-Mer, des années 30 aux années de guerre, l’exode des artistes et un pan de l’histoire dévoilés par Michèle Kahn.

https://i0.wp.com/www.lepassage-editions.fr/Nouveaux_fichiers/9782847423303.jpgPendant les années 30, les peintres et différents artistes sont venus de tous les pays confronter leur talent et exercer leur passion à Montparnasse. Ce que l’on connait moins, c’est lorsque ces peintres, ces auteurs, ces artistes, se sont retrouvés à Sanary-sur-Mer, et surtout pourquoi. Sous la forme d’un roman épistolaire, Michèle Kahn nous fait découvrir un pan de leur Histoire. Nous faisant comprendre la difficulté de ceux qui ont fui pour se retrouver un jour traqués, chassés, à leur tour, du fait de leur nationalité, simplement parce qu’ils n’ont pas vécu à la bonne époque…

Nous sommes en 1945 à Breuil près de Sanary-sur-Mer, le critique d’art Max Hoka répond aux courriers de son Gryllon, cette jeune artiste peintre qu’il a connue enfant, et de lettre en lettre il dévoile des pans de sa vie. Au début des années 30, les artistes vivent en Belgique, en Allemagne ou en Autriche, la plupart d’entre eux sont juifs. Hitler sévi déjà en Allemagne, sa politique inquiète à raison ceux qui anticipent déjà sa dramatique et funeste ascension. Alors Paris devient lieu de refuge, puis le sud de la France, avant de pouvoir s’installer ailleurs.

Tout au long de ses lettres, Max dévoile ce moment important de l’histoire de ceux qui, répertoriés comme « ressortissants d’une puissance ennemie » sont traités comme tels alors que le retour vers leurs pays d’origine signerait leur mort. Le lecteur découvre l’accueil des locaux, l’entraide et la solidarité, le soutien des populations locales, malgré les risques encourus. Puis l’internement des hommes dans les camp de concentration des Milles à Aix-en-Provence, ou celui des femmes dans le camp de Gurs dans les Pyrénées, et ce voyage totalement surréaliste des hommes dans ce train qui pendant des dizaines d’heures iront de Marseille à Bayonne et retour.

L’écriture de Michèle Kahn est intéressante car elle nous permet de suivre les parcours de ces artistes, leurs pérégrinations, leurs difficultés, et la solidarité des habitants, avec une profusion de détails qui démontre une réelle connaissance de cet épisode sans pour autant noyer le lecteur. Le roman épistolaire, les courriers de Max en réponse aux questions que l’on devine (puisqu’à aucun moment nous ne lirons les lettres de son Gryllon) donne un rythme à la densité des informations, décrites sous forme de souvenirs, et les rendent crédibles.


Catalogue éditeur : éditions Le passage

À Cologne, scène mondiale de l’art moderne, dans les années 30, le jeune critique d’art Max Hoka épouse Rosa, une femme rayonnante, et croit trouver le bonheur… lorsque les nazis s’emparent de l’Allemagne. Opposants, Max et Rosa doivent s’enfuir. Après une halte à Paris, ils s’établissent à Sanary-sur-Mer, petit port de pêche varois surnommé « Montparnasse-sur-Mer » ou « capitale de la littérature allemande » depuis que tant d’artistes allemands et autrichiens y ont déjà trouvé refuge, appréciant le charme et la sérénité d’un lieu où Thomas Mann, Bertolt Brecht et même le britannique Aldous Huxley ont imprimé leur marque

Collection : Littérature / Pages : 288 / Format : 14 x 20,5 cm / ISBN: 978-2-84742-330-3