Un dimanche de révolution. Wendy Guerra

Dans son roman « Un dimanche de révolution » Wendy Guerra nous décrit Cuba autrement, vu de l’intérieur par les mots de Cleo, écrivain interdit de publication dans son pays.

DomiCLire_un_dimanche_de_revolution.jpgCleo est une poétesse et écrivain connue, dont les œuvres sont éditées dans de nombreux pays, Espagne, Etats-Unis, mais pas à Cuba. Cette étrange situation la met en porte à faux car elle n’est à sa place ni à l’étranger ni dans son ile, passant tantôt pour une espionne tantôt pour une infiltrée. A la mort accidentelle de ses parents deux ans plus tôt, Cleo a été soutenue par quelques rares amis, mais reste de longues heures chez elle, à écrire, à rêver d’ailleurs.
A Cuba, Cleo a seulement le droit de se taire et d’être surveillée à longueur de temps, y compris dans son propre appartement. Un de ses fidèles amis est d’ailleurs un de ces segurosos, ces agents de sécurité de l’État qui se mêlent à votre vie pour en rapporter tous les détails. Ses faits et gestes, ses relations, ses écrits, et jusqu’à ses amours, tout est contrôlé par un gouvernement omniprésent, omnipotent.
Un jour, Gerónimo, un bel étranger, acteur célèbre, entre dans sa vie. Il veut réaliser un film sur son père… Cleo l’accueille, va vivre une relation amoureuse intense avec lui, et découvrir des vérités sur sa famille qu’elle n’avait jamais imaginées. De révélations en surprises, elle consigne chaque jour dans son journal les péripéties d’une cubaine qui rêve de liberté, mais qui est en permanence suivie, épiée, analysée…

J’ai trouvé intéressant de comprendre et même ressentir l’oppression permanente, le doute, les interrogatoires, les fouilles, d’une police à qui tout est permis, d’amis qui ne sont que des indics du gouvernement. De ces vies si éloignées des nôtres qu’on a du mal à les imaginer. J’ai aimé l’écriture et les descriptions de l’ile, l’ambiance, la vie, et surtout l’analyse de la situation et l’impression malsaine qui s’en dégage.  Mais j’ai eu pourtant un peu de mal à accrocher jusqu’au bout. Car au final on a tendance à se demander ce qui retient Cleo sur son ile, elle qui n’y est jamais sereine ni libre, pourquoi ne pas faire comme tant d’autres cubains, partir vivre ailleurs en attendant des lendemains plus rieurs pour y retourner. Même s’il est certainement très difficile de partir, de quitter son pays quel qu’il soit pour devenir un émigré quand on a un pays à soi !


Catalogue éditeur : Buchet-Chastel

Traduit par Marianne Million Langue d’origine : Espagnol (Cuba)

« Sur cette île, la vie privée est comme l’hiver ou la neige, juste une illusion. »

Cleo est une poétesse et écrivaine reconnue partout dans le monde sauf sur son île, à Cuba. Là, on la soupçonne de pactiser avec l’ennemi. Ailleurs – à New York, à Mexico – les Cubains en exil se méfient aussi : elle pourrait bien être une infiltrée. Partout où elle cherche refuge, refusant de renier qui elle est – une femme cubaine, une artiste –, on la traque.

Plongée dans cette immense solitude, Cleo tente de travailler à son nouveau livre : la mort de ses parents l’a laissée exsangue, ses amours battent de l’aile. Alors quand apparaît à sa porte Gerónimo, un acteur hollywoodien qui prépare un film sur Cuba et détient des informations bouleversantes sur sa famille, sa vie bascule.

Tour à tour enquête – puis véritable quête –, vertigineuse histoire d’amour mais aussi chronique d’une vie dans une Cuba où le régime à bout de souffle s’immisce dans le quotidien jusqu’à l’absurde, Dimanche de révolution dresse un portrait sensuel, aimant et corrosif d’une génération toujours écrasée par les soubresauts de cette révolution qui n’en finit pas d’agoniser.

Littérature étrangère    / Date de parution : 24/08/2017 / Format : 14 x 20,5 cm, 216 p., 19,00 EUR € / ISBN 978-2-283-03066-0

Publicités

Je m’appelle Lucy Barton. Elizabeth Strout

Découvrir Elizabeth Strout avec « Je m’appelle Lucy Barton » est une jolie surprise. Cet auteur, qui a reçu le prix Pulitzer en 2009 pour un précédent roman, a une façon très particulière de vous plonger dans l’intimité et la psychologie de ses personnages, sentiments et frustrations, amour et désamours deviennent ici le fil rouge de la relation entre une mère et sa fille.

DomiCLire_je_m_appelle_lucy_bartonLucy Barton, écrivain, mariée, deux enfants, a plutôt bien réussi sa vie.  Elle se souvient de cette époque, quelques années auparavant, où elle a été hospitalisée pendant de longues semaines à New-York, dans cette chambre d’hôpital d’où elle pouvait voir scintiller le Chrysler Building.

Suite à une banale opération, un complication inattendue la contraint à rester de longs jours alitée. Ses filles sont encore petites, son mari doit gérer le quotidien, aussi, cherchant à pallier à sa solitude, il fait venir la mère de Lucy.

Cette mère avec qui elle n’avait pas parlé depuis des années, va la veiller nuit et jour assise sur une chaise au pied de son lit. Et elle parle cette mère, même si elle ne répond pas aux questions de Lucy. Elle meuble les heures avec des souvenirs, des anecdotes, et cette relation pour le moins étrange avec une mère pourtant absente va se transformer en moments d’amour non-dits, de silences à l’ombre d’une vie, d’une enfance difficile mais pour lesquels Lucy ne semble pas avoir de ressentiment.

Au milieu de cette logorrhée sans fin, Lucy va égrener elle aussi les souvenirs de son enfance à Amgash, dans l’Illinois. Car l’enfance de Lucy, on le comprend vite, a été très difficile. Une famille pauvre, qui habite dans un garage, n’ayant pas les moyens de se procurer l’essentiel, encore moins le superflu. Le père, terrible, absent, les abus que l’on devine. Cette différence sociale, la promiscuité, la  pauvreté extrême, qui ne permet pas d’inviter des camarades d’école, de pouvoir échanger sur toutes ces choses que l’on partage enfants ou adolescent et qu’elle ignore.

Elle attend un mot de sa mère, une expression de ses sentiments, un élan qu’elle n’aura jamais. Et pourtant, l’amour est là, entre une mère et sa fille qui se comprennent sans se parler, qui s’aiment sans se le dire, qui ont besoin l’une de l’autre sans jamais vouloir être ensemble.

Lucy pense à ces moments qui lui ont permis d’évoluer, de lui faire comprendre  que le passé nous construit, que l’enfance, la famille, sont les bases de ce que l’on devient. Roman étrange, qui dégage une forme d’optimisme dans sa grande tristesse apparente. Si la solitude et la pauvreté sont extrêmes, elles n’y sont pas vécues comme des freins à mener une vie normale et heureuse. Et où transparait l’amour, d’une mère, d’une fille, jamais dits, mais tellement évidents, malgré les silences.


Catalogue éditeur : Fayard

Hospitalisée à la suite d’une opération, Lucy Barton reçoit la visite impromptue de sa mère, avec laquelle elle avait perdu tout contact. Tandis que celle-ci se perd en commérages, convoquant  les fantômes du passé, Lucy se trouve plongée dans les souvenirs de son enfance dans une petite ville de l’Illinois – la pauvreté extrême, honteuse,  la rudesse  de son père,  et  finalement son départ pour New York, qui l’a définitivement isolée des siens. Peu à peu, Lucy est amenée à évoquer son propre mariage, ses filles, et ses débuts de romancière dans le New York des années 1980. Une vie entière se déploie à travers le récit lucide et pétri d’humanité de Lucy, tout en éclairant la relation entre une mère et sa fille, faite d’incompréhension, d’incommunicabilité, mais aussi d’une entente muette et profonde.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre Brévignon

Publié aux États-Unis en janvier 2016 / EAN : 9782213701356 /Parution : 30/08/2017 /208 pages /Format :135 x 215 mm

Un certain M. Piekielny. François-Henri Désérable

Si vous aussi, vous avez aimé « Evariste » et le talent singulier de François-Henri Désérable, alors découvrez vite son dernier roman « Un certain M. Piekielny ».

DomiCLire_un_certain_m_peikielny.jpgL’auteur est jeune, il a un style bien à lui qui nous entraine dans ses biographies romancées à sa façon. Car sous des airs de romans, il s’agit bien avec « Un  certain M. Piekielny » d’une biographie de cet auteur au grand talent qu’était Romain Gary.

En mai 2014, l’auteur est bloqué en Lituanie, il  a quelques heures à tuer dans les rues de Vilnius. Il passe incidemment devant une maison dans laquelle a vécu Roman Kacew, de 1917 à 1923, bien avant qu’il ne devienne Roman Gary. Une plaque commémorative  lui rappelle cet épisode, il se remémore alors cette phrase gravée dans sa mémoire et titrée du chapitre VII de La Promesse de l’aube, le roman édité par Gallimard en 1960, phrase que Romain Gary attribue à son voisin, cette triste souris grise : Promets-moi de leur dire : au n°16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait M. Piekielny…

Mais nous passons tous, chaque jour, devant des maisons et surtout des plaques commémoratives, des informations qui nous traversent, nous intéressent, mais de là à en faire un roman ? François-Henri Désérable est un fan absolu de ce roman qu’il a lu et relu un grand nombre de fois, la promesse de l’aube, et de son auteur, et à partir de cet instant, il n’aura de cesse de retrouver des traces de cet homme, le voisin, la souris triste.

Prétexte donc à nous parler d’avantage du romancier que de M. Piekielny, l’auteur nous entraine à la suite de Romain Gary. Il va le suivre, le chercher, tenter de le découvrir, lui qui apparemment le connait si bien. Avec un style bien particulier, qui tient presque du dialogue avec le lecteur, et dans lequel l’auteur se met également en scène, il nous dévoile quelques parts d’ombre de celui qui a réussi ce que sa mère avait toujours rêvé pour lui, devenir un grand écrivain, diplomate, aviateur, auteur à succès qui par deux fois a reçu le prix Goncourt. Il va le suivre de Vilnius à Nice, pendant la guerre et lors de ses succès, vivre intensément  avec ses personnages, et regretter amèrement comme tant d’autres la mort de l’écrivain qui a préféré tirer sa révérence un jour de 1980.

Intéressante approche de l’auteur, qui évoque la possibilité pour Romain Gary d’avoir utilisé sa souris triste pour donner corps à tous ces juifs qui ont vécu la barbarie nazie au cœur du ghetto de Vilnius. M. Piekielny est alors un symbole de vie, immortel à sa façon, puisque Romain Gary en parle dans le monde entier, partout et à tous les grands qu’il va rencontrer en particulier lorsqu’il sera ambassadeur.

Bien que parfois elle me déroute, j’aime cette écriture étonnante, très singulière. L’auteur nous fait découvrir des biographies et des personnages historiques sous des airs de romans et d’échange, en y mettant beaucoup de son propre personnage, vécu ou romancé, et là, qu’importe !

DomiCLire_deserable_les_correspondances_manosque.jpg

A conseiller si vous n’êtes pas un fervent lecteur de biographies ou de romans historique, mais que vous avez envie d’apprendre et d’apprécier une écriture différente, pleine d’humour et malgré tout de sérieux.

Retrouvez également mon avis sur Evariste


Catalogue éditeur : Gallimard

« »Quand tu rencontreras de grands personnages, des hommes importants, promets-moi de leur dire : au n° 16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait M. Piekielny… »

Quand il fit la promesse à ce M. Piekielny, son voisin, qui ressemblait à « une souris triste », Roman Kacew était enfant. Devenu adulte, résistant, diplomate, écrivain sous le nom de Romain Gary, il s’en est toujours acquitté : « Des estrades de l’ONU à l’Ambassade de Londres, du Palais Fédéral de Berne à l’Élysée, devant Charles de Gaulle et Vichinsky, devant les hauts dignitaires et les bâtisseurs pour mille ans, je n’ai jamais manqué de mentionner l’existence du petit homme », raconte-t-il dans La promesse de l’aube, son autobiographie romancée.

Un jour de mai, des hasards m’ont jeté devant le n° 16 de la rue Grande-Pohulanka. J’ai décidé, ce jour-là, de partir à la recherche d’un certain M. Piekielny.»

Collection Blanche, Gallimard  / Parution : 17-08-2017 / 272 pages, 11 ill., 140 x 205 mm  Achevé Genre : Romans et récits Catégorie > Sous-catégorie : Littérature française > Romans et récits / Époque : XXIe siècle / ISBN : 9782072741418

La serpe. Philippe Jaenada

Vous aimez les enquêtes ? Vous aimez être surpris, amusé, emporté, bousculé dans vos certitudes, alors ce roman est pour vous. Lisez « La serpe » de Philippe Jeanada.

DomiCLire_la_serpe_philippe_jaenadaLa Serpe, j’ai envie d’y mettre une majuscule alors qu’en général je suis plutôt fâchée avec, tant ce roman m’a impressionnée, fait rire aux éclats, bouleversée, amusée. Merci monsieur Jaenada, Philippe (ou Phlipppe  on ne sait plus) oui, parce qu’il nous fait aussi flipper parfois, le Phlipppe, c’est sûr.

Alors bien sûr il y a l’intrigue, la base, le sujet proprement dit. Ou du moins la révélation par un copain de maternelle – enfin oui, vous savez bien, quand on va chercher nos loulous devant l’école et qu’on bavarde avec les papas de leurs copains qui deviennent des amis et tout et tout- donc le sujet c’est Henri Girard, le grand père, et c’est Emmanuel qui le confie à l’auteur, en lui disant qu’il devrait se pencher sur le cas de ce grand-père totalement atypique, qui a connu l’occupation, puis bourlingué en Amérique du sud, en est revenu avec un roman « Le salaire de la peur » écrit sous le nom de George Arnaud – dont nous avons tous vu au moins une fois le film avec un inoubliable Montant secondé par Lino Ventura. Enfin, moi c’est du camion dont je me souviens, et de la pétoche de le voir exploser tout au long du film – a eu de nombreux mariages et vécu des vies multiples et trépidantes, au service des autres en particulier.

Donc George Arnaud est un bourlingueur, aventurier, homme au grand cœur pourfendeur des causes impossibles, mais était dans sa jeunesse un homme pas facile, capricieux, violent, méprisant. Il a fait les 400 coups, dépensé sans compter l’argent de papa, soutiré tout ce qu’il pouvait à sa tante, abusé sans vergogne de la bonté de toute la famille, marié par erreur, juste pour prouver à papa qu’il pouvait s’opposer à ses volontés ou ses conseils. Bref, un petit morveux impossible et très peu recommandable. Et cerise sur le gâteau, ce jeune homme est accusé en 1941 d’avoir sauvagement assassiné à coups de serpe son père, sa tante, la bonne, de façon violente, un véritable massacre, dont il est bien étrangement le seul rescapé, dans ce château du Périgord fermé de l’intérieur. Enquête, bâclée sans doute, puisque le coupable est tellement évident… Procès, et coup de Trafalgar, acquittement, changement complet de vie pour Henri Girard, celui qui aura donc vécu des vies multiples sans que jamais la lumière ne soit faite sur l’affaire qui a changé sa vie.

Pas la peine d’en dire plus, à vous de lire, parce qu’il n’y a qu’en le lisant que vous saurez vous aussi. Car Philippe Jeanada est bel et bien parti enquêter sur Henri Girard, ce grand père intriguant. On l’imagine tout à fait avec ses accessoires à la Sherlock Holmes, un peu plus moderne sans doute (quoi que, la Mériva, elle a un voyant qui passe au rouge quand même ! ). Pendant de longs jours, des mois sans doute, il mène une enquête minutieuse, remonte les pistes, explore les méandres de plusieurs vies et les archives de la France sous l’occupation, s’embarque dans les sentiers comme dans les impasses, ne laisse aucun indice de côté, aucun interrogatoire, chaque mot est pesé, analysé, comparé. Du coup on souhaiterait presque que l’auteur reprenne le service des cold case de notre police tant son enquête est dense et exhaustive. Analyse précise qui explore la vie, les sentiments de ce jeune homme mal dans son époque, certainement incompris, et que l’auteur nous montre sous toutes ses facettes, celles qu’on lui a prêté, et ce qu’il était sans doute au plus profond. C’est presque à je t’aime moi non plus qu’il nous fait jouer avec son personnage tant il est complexe.

On est loin du thriller classique, et ce roman est un véritable régal. j’avoue, je n’ai pas encore osé lire La petite femelle, impressionnée par la taille de ce pavé qui est toujours sur ma PAL, mais ne devrait plus y rester trop longtemps. Du coup, je découvre avec La serpe le style et l’écriture de l’auteur, et j’adore tout simplement. La narration, l’enquête, l’humour détonnant et décapant, le côté je me prend pas au sérieux, et pourtant vous voyez bien, forcément, à quel point je le suis. Car l’auteur vous embarque dans sa vie (ou dans sa représentation romanesque, mais là qu’importe si c’est véridique ou pas) et pas seulement dans son roman, dans son vécu, chaque jour, on part avec lui au restau, dans la voiture, en famille, on voit le foulard de soie d’Anne-Catherine, la tendresse d’un père pour son fils Ernest, un couple au restaurant, l’hôtesse de l’hôtel, tout y est, c’est dense, précis, et en même temps, on rigole, non, on éclate de rire parfois (si, vous verrez, quand le copain pupuce se réveille, la nuit ! extraordinaire, non  ?), puis on attend, on craint aussi, on espère, on cherche à comprendre, mais où va-t-il, enfin, voyons, il va nous perdre dans son tunnel ! Et il y arrive, il nous trouble, on se laisse emporter par sa faconde, son style, son enquête, ses mots, un régal que je ne peux que vous conseiller. Et surtout ne faites pas comme moi, même si parfois on voudrait qu’il y ait un peu moins de pages, ne vous laissez pas impressionner par sa taille, allez-y, foncez, car le plaisir de le lire est totalement proportionnel au nombre de pages !

Et si ce roman ne reçoit aucun prix littéraire, alors là je n’y comprends rien, mais je suis certaine qu’il emportera la faveur de ses lecteurs. Et moi en fermant la dernière page, j’avoue, je n’étais pas loin d’aller me verser un petit whisky en allant relire tout le club des cinq.


Catalogue éditeur : Julliard

Un matin d’octobre 1941, dans un château sinistre au fin fond du Périgord, Henri Girard appelle au secours : dans la nuit, son père, sa tante et la bonne ont été massacrés à coups de serpe. Il est le seul survivant. Toutes les portes étaient fermées, aucune effraction n’est constatée. Dépensier, arrogant, violent, le jeune homme est l’unique héritier des victimes. Deux jours plus tôt, il a emprunté l’arme du crime aux voisins. Pourtant, au terme d’un procès retentissant (et trouble par certains aspects), il est acquitté et l’enquête abandonnée. Alors que l’opinion publique reste convaincue de sa culpabilité, Henri s’exile au Venezuela. Il rentre en France en 1950 avec le manuscrit du Salaire de la peur, écrit sous le pseudonyme de Georges Arnaud.

Jamais le mystère du triple assassinat du château d’Escoire ne sera élucidé, laissant planer autour d’Henri Girard, jusqu’à la fin de sa vie (qui fut complexe, bouillonnante, exemplaire à bien des égards), un halo noir et sulfureux. Jamais, jusqu’à ce qu’un écrivain têtu et minutieux s’en mêle…

Un fait divers aussi diabolique, un personnage aussi ambigu qu’Henri Girard ne pouvaient laisser Philippe Jaenada indifférent. Enfilant le costume de l’inspecteur amateur (complètement loufoque, mais plus sagace qu’il n’y paraît), il s’est plongé dans les archives, a reconstitué l’enquête et déniché les indices les plus ténus pour nous livrer ce récit haletant dont l’issue pourrait bien résoudre une énigme vieille de soixante-quinze ans.

Parution : 17 Août 2017 / Format : 140 x 225 mm / Nombre de pages : 648 / Prix : 23,00 € / ISBN : 2-260-02939-6

Leur séparation. Sophie Lemp

Dans « leur séparation », Sophie Lemp parle non pas d’eux, mais d’elle, comment un enfant vit cette  séparation qui le touche mais dans laquelle il n’est à aucun moment acteur.

DomiCLire_leur_séparationLeur séparation, c’est celle des parents que cette petite fille apprend incidemment, à la sortie de l’école, par sa mère venue la chercher là, en 1987-1988. De ce jour, la vie ne sera plus la même, plus de fête ensemble, plus de parents réunis aux vacances, plus de fous-rires ou de chagrins à partager, mais bien deux vies. « Double enfance » disait Julien Clerc dans cette chanson qui évoquait si bien cette séparation forcée jamais demandée par des enfants victimes passives de la vie qui passe et qui sépare les couples qui ne s’aiment plus.

Vingt-huit ans après, l’enfant devenue femme se souvient de cette vie qui a changé à jamais. De l’avant et de l’après, Espérant innocemment que l’amour que ses parents ont pour elle va pouvoir les souder, se demandant ensuite qui est le coupable, de l’enfant ou des parents. Difficile chemin de ceux qui subissent le désamour d’un couple et ses conséquences sur une vie. Les Noëls, les vacances, les rentrées scolaires, tous ces instants qui ponctuent une vie et qui seront à jamais vécus séparément. Puis vient souvent le remariage, les frères et sœurs – qui arrivent dans ces nouveaux foyers dont ils ne feront jamais réellement partie – qui partagent une vraie vie de famille. Car on le comprend en lisant ces lignes, ces enfants se sentent alors élément rapporté, jamais vraiment à sa place, ni accepté ni rejeté…

J’aime l’écriture de Sophie Lemp, cette façon pudique et réaliste de parler des sentiments des enfants lors d’un divorce, lors de « leur séparation » celle des parents, qui devient la leur. On en parle peu, et pourtant ils ne sont ni acteur ni coupable, mais avant tout victime indirecte souvent trop peu prise en compte.

J’ai un coup de cœur pour cette auteur qui tout au long de ces pages nous parle comme à une amie intime, doucement, sobrement, délicatement. Elle évoque avec justesse le chagrin, les blessures invisibles, la différence, la solitude dans la famille éclatée, puis dans les familles recomposées où il est si difficile de trouver sa juste place.

Voilà un roman court, beau et émouvant. Tout en sobriété et sans ressentiments, sans reproches, évoquant avant tout le bouleversement de la vie d’une petite fille.


Catalogue éditeur : Allary

Sophie Lemp fête ses dix ans quand ses parents divorcent. Trente ans plus tard, c’est avec le regard d’une petite fille devenue adulte qu’elle revit cette séparation.

Pourquoi cette blessure, commune à tant d’enfants, est-elle si difficile à cicatriser ?

100 pages / 14,90€ / parution 07 septembre 2017 / EAN : 978-2-37073-147-0

« Je me promets d’éclatantes revanches ». Valentine Goby

Émotion, courage, tristesse, colère, survie, devoir de mémoire, que de mots, de sentiments contradictoires se succèdent à la lecture du très beau récit de Valentine Goby « Je me promet d’éclatante revanches » publié par les éditions L’iconoclaste.

DomiCLire_je_me_promet_d_eclantes_revanchesTiens, Valentine Goby a une revanche à prendre ? Sur la vie ? Sur l’écriture ? Sur quelqu’un ? Voilà un titre qui pourrait nous le faire penser, mais non, absolument pas. Valentine nous parle de revanche, mais avant tout de rencontre, de partage, de découverte, et de la vie, après…

La découverte c’est celle d’un auteur dont on parle trop peu, Charlotte Delbo.

Charlotte a vécu sans doute à la plus mauvaise époque, déportée dès 1943 à Auschwitz, dans « le convoi du 24 janvier », là où étaient déportés essentiellement les juifs ou les Tziganes, puis à Ravensbrück. Charlotte arrivée là du fait de ses idées politiques, elle la communiste qui a perdu très tôt son mari, celui qu’elle aime tant, fusillé au Mont Valérien. Charlotte morte en 1985 après des années à travailler pour l’ONU, à écrire, à porter la parole de tous ceux qui se sont tus, qui ont disparu dans les camps d’extermination. Charlotte « revenue d’entre les morts » pour vivre, intensément, ardemment, passionnément et obtenir cette « éclatante revanche » sur l’horreur, la mort, la haine. Charlotte Delbo, passeur d’âmes, d’émotions, celle qui témoigne, qui explique, qui soulève l’indignation face à l’horreur indicible. Elle écrit, des poèmes, des récits, elle raconte les femmes, les regards, la peur, la maladie, des destins, des trajectoires brisées. Charlotte, auteur et femme à découvrir, assurément !

Alors, oui, Valentine Goby nous donne envie, de lire, de connaître, de comprendre cette femme dont on ne sait presque rien. Quel livre étrange, qui fait revivre avec amour et passion cette auteure jusqu’alors  inconnue.

Je ne sais pas ce que je préfère chez Valentine Goby, son écriture, ou le fait qu’elle nous éveille a des faits de société, à des événements historiques, en les mettant par son récit et la façon dont elle s’en empare, à notre portée. Je pense bien sûr à Kinderzimmer, où elle parle des pouponnières du camp de Ravensbrück, ou à Un paquebot dans les arbres  qui évoque la maladie, la tuberculose, les difficultés que cela engendre d’être malade avant les début de la sécurité sociale, avec beaucoup de retenue et de sobriété, de réalisme également, mais sans jamais faire de son lecteur un voyeur de l’insupportable.

Une fois encore, l’écriture est belle et son apparente simplicité rend la lecture abordable pour chacun, permettant à ses lecteurs d’entrer en communion avec son sujet, de voir, sentir et savoir, un peu comme Charlotte en somme. Si Charlotte Delbo craignait l’oubli, merci à Valentine Goby de nous la restituer dans cette vie et ce chemin si difficile vers l’après, quand les lendemains souffrent du poids des morts, du poids des souvenirs, mais que la parole portée est essentielle.


Catalogue éditeur : L’iconoclaste

Un manifeste pour la littérature à la lumière de Charlotte Delbo.
« J’ai ouvert Aucun de nous ne reviendra, et cette voix m’a saisie comme nulle autre. Je suis entrée à Auschwitz par la langue. »

L’une, Valentine Goby, est romancière. L’autre, c’est Charlotte Delbo, amoureuse, déportée, résistante, poète ; elle a laissé une œuvre foudroyante. Voici deux femmes engagées, la littérature chevillée au corps. Au sortir d’Auschwitz, Charlotte Delbo invente une écriture radicale, puissante, suggestive pour continuer de vivre, envers et contre tout.
Lorsqu’elle la découvre, Valentine Goby, éblouie, plonge dans son œuvre et déroule lentement le fil qui la relie à cette femme hors du commun. Pour que d’autres risquent l’aventure magnifique de sa lecture, mais aussi pour lancer un grand cri d’amour à la littérature. Celle qui change la vie, qui console, qui sauve.

Format 135 x 185 mm / Prix 17 € / Nombre de pages 192 / Parution 30 août 2017

 

Le fils du héros. Karla Suarez

De l’Histoire de l’île à l’histoire du fils, Karla Suárez fait vibrer l’âme cubaine dans ce qu’elle a de plus intime.

DomiCLire_le_fils_du_heros.jpgLe fils du Héros, c’est Ernesto. D’une enfance bouleversée par la mort de son père en Angola, aux brillantes études puis au mariage qui l’ont amené à vivre à Berlin puis à Lisbonne, il se raconte. Alternant le passé et le présent, Ernesto nous fait comprendre que toute sa vie est une quête de ce héros, ce père, cet absent tellement prégnant par une présence imposée par les autres, dans ce régime castriste qui vénère ses militaires morts pour la patrie sur les lointaines terres d’Afrique.

Obsédé par la quête de ce père inconnu, Ernesto va laisser se déliter son couple, et malgré tout l’amour qu’elle lui porte, sa femme le quittera, ne pouvant pas lutter contre cette recherche familiale, introspection intime en même temps qu’introspection dans l’histoire récente du Cuba. Pourquoi cette guerre, comment tant d’hommes si jeunes sont-ils partis pour mourir là-bas, et au nom de quelle liberté ?

La plaie est profonde, Ernesto élevé en « fils de » cherche à comprendre son père,  souffre de cette absence qui a fait de lui un être à part, un des rares de son école à pouvoir être fier, mais fier de quoi, du vide, de l’absence, de savoir sa mère terriblement solitaire ?

A Lisbonne où il s’est installé, il se lie d’amitié avec un étrange cubain, Berto, qui  semble renier son passé, mais qui a forcément combattu lui aussi en Angola. Mais qui est au fond Berto, si secret mais qui aurait sans doute beaucoup à raconter à Ernesto. L’auteur nous plonge au fil de son récit dans des décennies d’évolution du régime de Castro, son soutien au régime socialiste soviétique face à l’impérialisme américain, son ingérence en Afrique, et montre l’absurdité de ces combats.

J’ai eu du mal à entrer dans ce récit, puis rapidement je me suis laissée porter par cet  enfant sans père, ce mari qui oublie de vivre avec sa femme pour courir après les ombres, ce cubain qui ouvre enfin les yeux sur l’absurdité du régime et des guerres. Et bien sûr, j’ai adoré l’intrigue et la créativité de l’auteur. Reliant l’intime à l’Histoire, Karla Suarez nous entraine dans les méandres historiques de son pays, et nous donne énormément d’émotion à suivre son fils de héros, une jolie découverte.


Catalogue éditeur : Métailié

Traduit de l’Espagnol (Cuba) par : François Gaudry

Ernesto a 12 ans lorsqu’on lui annonce la mort de son père dans les troupes cubaines envoyées en Angola. Fini les aventures trépidantes avec ses amis Lagardère et la belle capitaine Tempête, lui, le courageux comte de Monte-Cristo, se voit obligé de devenir “le fils du héros”, une tâche particulièrement lourde dans un pays socialiste.
Plus tard, obsédé par cette guerre dans laquelle son père a disparu, il étudie avec passion cette période sur laquelle les informations cubaines ne sont pas totalement fiables. Il tente alors de reconstruire l’histoire de la mort de son père et se rend compte que tout ne s’est pas passé comme il l’a imaginé. Faire la guerre est plus compliqué que ce qu’on croit.
Oscillant entre passé et présent, entre douleur et passion, Karla Suárez trace avec ironie et lucidité le portrait d’une génération écrasée par une vision héroïque de l’histoire et qui a dû construire, à travers les mensonges et les silences de l’idéologie étatique, ses propres rêves et ses propres voies vers la conquête de la liberté individuelle.

 « Karla Suárez a su écouter toutes les voix qui s’élèvent dans la société cubaine. Le roman que Cuba attendait depuis longtemps. » Público

Titre original : El hijo del héroe / Publication : 31/08/2017 /Nombre de pages : 256 / ISBN : 979-10-226-0693-6 / Prix : 20 €