Bénie soit Sixtine, Maylis Adhémar

Un premier roman perturbant sur les dérives sectaires des religions

Sixtine, comme la chapelle, est la sixième enfant d’une famille qui se doit d’être nombreuse pour plaire à dieu. Sixtine, aussi pieuse que fragile et vulnérable, élevée dans la religion traditionaliste catholique. Lorsqu’elle rencontre Pierre-Louis Sue de la Garde, son chemin est tout tracé, devenir son épouse, puis après une nuit de noce catastrophique mais conforme aux diktats d’une religion qui veut que l’on s’unisse pour procréer, femme au foyer et future mère de son premier enfant. Ce fils, car il ne peut en être autrement, se nommera Foucault en l’honneur du père de Foucault, et qu’importe si cela ne lui convient pas, puisque son époux et sa belle famille en ont décidé ainsi.

Pierre-Louis Sue de la Garde est un mari modèle, mais c’est surtout un forcené de la religion catholique intégriste. Anti mariage pour tous, anti homosexualité, anti PMA, anti immigration, comme il se doit dans ce milieu très fermé que l’on peut qualifier de sectaire. Il est le premier à aller casser du manifestant avec la milice des Frères de la Croix.

Sixtine vit un calvaire auprès de ce mari qu’elle comprend de moins en moins, dans cette famille qui l’accapare, en prière, chapelets, contritions et génuflexion. Jusqu’au jour où le malheur arrive. Elle ouvre enfin les yeux et voit le monde qui l’entoure tel qu’il est, et cette famille et ses règles strictes qui la gouvernent telles qu’elles sont. À compter de ce jour, elle décide de fuir pour enfin s’émanciper, vivre sa vie de femme, de mère, de croyante, mais hors des préceptes intégristes qui annihilent toute volonté prônés par sa belle-famille et les Frères de la Croix.

Un premier roman perturbant qui montre avec justesse les dérives sectaires de toute religion à partir du moment où elle devient intégriste et omnipotente. J’ai aimé suivre l’éveil et l’émancipation de cette jeune femme qui découvre enfin de pouvoir de dire non, de décider, de se révolter et de vivre sans suivre les directives que les siens tentent de lui imposer, sans pour autant renier sa foi ou sa religion, mais en acceptant d’en rejeter les extrêmes. Mais cette deuxiéme partie semble parfois utopique, même si on souhaite qu’elle puisse être réaliste. En parallèle, le lecteur retrace le parcours de sa mère, qui vient très jeune elle aussi à la religion et Sixtine découvre un secret de famille particulièrement troublant.

Un roman de la sélection 2021 des 68 premières fois

Catalogue éditeur : Julliard, Pocket

Sixtine, jeune femme très pieuse, rencontre Pierre-Louis, en qui elle voit un époux idéal, partageant les mêmes valeurs qu’elle. Très vite, ils se marient dans le rite catholique traditionnel et emménagent à Nantes. Mais leur nuit de noces s’est révélée un calvaire, et l’arrivée prochaine d’un héritier, qui devrait être une bénédiction, s’annonce pour elle comme un chemin de croix. Jusqu’à ce qu’un événement tragique la pousse à ouvrir les yeux et à entrevoir une autre vérité.
Bénie soit Sixtine est avant tout l’histoire d’un éveil et d’une émancipation. Entre thriller psychologique et récit d’initiation, ce premier roman décrit l’emprise exercée par une famille d’extrémistes sur une jeune femme vulnérable et la toxicité d’un milieu pétri de convictions rétrogrades. Un magnifique plaidoyer pour la tolérance et la liberté, qui dénonce avec force le dévoiement de la religion par les fondamentalistes.

Née en 1985, Maylis Adhémar vit à Toulouse où elle travaille en tant que journaliste indépendante. Bénie soit Sixtine est son premier roman.

EAN : 9782260054542 / pages : 304 / 19.00 € / Date de parution : 20/08/2020

Le Berger, Anne Boquel

Un premier roman qui interpelle sur l’influence grandissante des mouvements sectaires

Qui ne se souvient pas de terribles faits divers comme celui du décès de soixante quatorze personnes en Suisse, en France et au Canada. Elles appartenaient toutes à une secte : l’Ordre du Temple Solaire. Mais de tout temps, et sans doute encore plus lors de situations économiques et sociales difficiles comme peut l’être une période pandémique comme celle que nous vivons depuis 2020, il est dramatique de constater que les sectes sont toujours influentes.

Forts de cette remarque, comment ne pas avoir envie de découvrir le premier roman de Anne Boquel, Le Berger. Car aujourd’hui, il faut aussi en être averti, ce ne sont plus les sectes de Charles Manson, l’église de Scientologie ou le Temple solaire qui dominent, mais bien une émergence de nouveaux groupes sectaires. Si les gouvernements tentent de lutter contre ces dérives, le silence et le secret qu’elles imposent rendent cette lutte fort difficile.

Lucie est conservatrice d’un petit musée d’art religieux à Bessancourt dans l’Oise. Une vie plutôt fade et sans saveur, mais somme toute assez ordinaire, comme doit l’être sans doute celle de nombre d’entre nous. Pourtant, l’amour se fait attendre, les déjeuners du dimanche chez les parents n’ont rien de très amusant, et son métier dans ce petit musée n’est ni très passionnant ni valorisant. Alors quand sa collègue lui propose à plusieurs reprises de se joindre à elle pour participer aux réunions de La Fraternité, ce groupe de prière et de solidarité qui lui apporte tant de chaleur et de bien-être, Lucie n’hésite pas très longtemps.

L’expérience est au départ déstabilisante, car elle se demande comment s’intégrer à ces groupes qui semblent si unis, si fusionnels et aimants. Mais peu à peu, la communauté lui ouvre les bras. Le goût de communion par la prière et ses bienfaits pour son âme, l’oubli de sa solitude et la fraternité trouvée avec ce groupe lui apportent tout le bien-être dont elle n’osait même plus rêver. Même si les effets bénéfiques de la prière, la richesse de la vie intérieure promise, ne lui semblent pas si réels que ça, c’est dans le groupe qu’elle trouve enfin un remède à sa solitude.

Et il faut dire que l’aura du Berger, sa présence, sa voix, sont des facteurs essentiels de son désir d’intégrer encore mieux le groupe. Car le Berger est le maître des célébrations, celui qui désigne les élus, celui que tous vénèrent et rêvent d’approcher, prêts à tout faire pour le satisfaire. Donations, dons d’argent, soumission physique ou spirituelle, tous les moyens sont bons pour lui plaire.

Lucie accepte de se plier à cette nouvelle façon de penser de moins en moins par soi-même mais maintenant toujours en conformité avec les règles, de se nourrir de moins en moins car le jeûne est bénéfique à la spiritualité, de dormir le moins possible car le travail au bénéfice de La fraternité doit être la priorité de tous. Toutes ces contraintes vont désormais diligenter sa vie. Le silence, le secret, l’absence de contact avec tous ceux qui peuplaient sa vie d’avant vont aussi être exigés.

Lucie rentre dans ce cercle malsain qui l’isole de plus en plus, qui la soumet chaque jour d’avantage à la volonté du Berger. Nourriture spirituelle, violence sexuelle, soumission, dons d’argent, de temps, de travail, rien n’est épargné aux fidèles qui suivent les préceptes de la secte.

Étonnant premier roman, qui malgré quelques lourdeurs et répétitions a le mérite de mettre en lumière un problème hélas bien plus actuel et prégnant que ce que l’on croit généralement. La soumission, l’acceptation des règles de ces sectes qui obèrent toute conscience du bien et du mal, et leur pouvoir sur de nombreux adeptes sont hélas bien réelles.

On suit les atermoiements de Lucie, son cheminement et sa soumission, jusqu’au point final, avec étonnement et quelques questionnement face à l’acceptation des contraintes, à la docilité du comportement de certains individus. Car il est évident que certains manipulateurs sont passés maîtres dans la soumissions des plus faibles, des âmes perdues, ou de tous ceux qui sont en recherche d’une forme de spiritualité qu’ils ne trouvent pas ou plus dans les grandes religions ou dans les principaux courants philosophiques. Et si l’auteur nous disait également d’être attentifs pour ne pas passer à côté des silences, des fuites, de ceux qui nous entourent ? Et de toujours se méfier du si facile « ça n ‘arrive qu’aux autres ».

Pour compléter la lecture : La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) observe et analyse le phénomène sectaire, coordonne l’action préventive et répressive des pouvoirs publics à l’encontre des dérives sectaires, et informe le public sur les risques et les dangers auxquels il est exposé. « Aujourd’hui cela représente plus de 500 groupes en France, soit 140 000 personnes dont 90 000 enfants et adolescents. Cela concerne toutes les classes sociales. Les femmes, plus souvent en situation de précarité ou victimes de prédations sexuelles, sont particulièrement touchées »

Catalogue éditeur : Seuil

Lucie est conservatrice d’un petit musée de l’Oise. Rien ne va vraiment mal dans sa vie, rien ne va vraiment bien non plus. Le jour où une amie l’embarque dans un groupe de prière, son existence prend une couleur plus joyeuse. Elle se sent revivre. D’autant que le Berger et maître à penser de la communauté lui fait intégrer le cercle restreint des initiés. Sans le mesurer, elle consacre bientôt toute son énergie à la Fraternité, négligeant son entourage. L’incompréhension gagne ses proches, qui, désarmés, la voient s’éloigner d’eux. Mais, lorsqu’ils s’en inquiètent, leurs questions se heurtent au silence. Dans son désordre enfiévré, jusqu’où Lucie poussera-t-elle le zèle ?

Premier roman captivant, poignant portrait d’une jeune femme en plein désarroi, Le Berger dépeint sans complaisance la réalité sordide des mouvements sectaires, tout en s’interrogeant sur la quête de spiritualité dans nos sociétés individualistes.

Anne Boquel vit et enseigne à Lyon. Elle a coécrit avec Étienne Kern plusieurs essais remarqués sur la littérature et les écrivains.

Date de parution 04/02/2021 / 18.50 € TTC / 288 pages /EAN 9782021459654