Mon inventaire 2018

Une année 2018 particulièrement riche en découverte de beaux romans, de nouveaux auteurs et en rencontre avec les auteurs, les blogueurs, les lecteurs qui partagent cette passion pour la lecture que d’aucuns pourraient trouver dévorante.

Essayer de faire un bilan est d’autant plus difficile, mais dans ma liste à la Prévert cette année je veux retenir …

Ce roman récit qui m’a tellement émue qu’il est hors concours…

Philippe Lançon & Le lambeau

Ces romans qui m’ont fait vibrer et qui, chacun à leur façon, m’ont apporté quelque chose

Franck Balandier & APO

Frédéric Couderc & Aucune pierre ne brise la nuit

Catherine Cusset & Vie de David Hockney

Diane Ducret & La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose

Simonetta Greggio & Elsa, mon amour

Olivier Liron & Einstein, le sexe et moi

Véronique Mougin  & Où passe l’aiguille

Joachim Schnerf  & Cette nuit

Angélique Villeneuve & Maria  

Valentin Spitz  & Juliette de Saint-Tropez

Ces premiers romans bouleversants …

Martin Dumont  & Le chien de Schrödinger

Violaine Huisman  & Fugitive parce que reine

Jean-Baptiste Naudet  & La blessure

Ce premier roman étranger solaire et tellement poétique

Shih-Li Kow  & La Somme de nos folies

Une BD

Halim  & Petite maman

Ces romans policiers ou thrillers qui m’ont sortie de mon quotidien !

Simone Gélin & Sous les pavés la jungle

Jean-Pierre Rumeau & Le vieux Pays

Tim Willocks & La mort selon Turner

Ces romans en format poche, à lire à faire lire…

Laurent Seksik & Romain Gary s’en va-t’en guerre

Benedict Wells & La fin de la solitude

Claudio Fava & Silencios

Et vous ? Qu’avez vous lu, aimé, quels livres avez-vous envie de partager de votre année 2018, quels conseils pour l’année qui vient ?

Publicités

Elsa, mon amour. Simonetta Greggio

Dans « Elsa, mon amour » Simonetta Greggio raconte Elsa Morante, et peu à peu c’est Elsa qui nous parle… un beau roman de cette rentrée littéraire, publié chez Flammarion.

Domi_C_lire_elsa_mon_amour_simonetta_greggio_flammarion.jpgSimonetta Greggio nous fait vivre les moments forts de la vie d’Elsa jusqu’à sa mort en 1985. Et c’est toute la magie de son roman qui nous révèle au creux de l’oreille  l’enfance, les souvenirs, la vie d’Elsa Morante, comme si nous étions à côté d’elle. Cette vie qui aura toujours comme fil rouge l’écriture, oxygène indispensable à sa survie.

Elsa la brune à la chevelure indomptée est née pauvre en 1912 à Rome, cette ville où elle habitera jusqu’à sa mort. Adoptée comme ses frères par son beau-père, elle devient alors Morante. Toute petite déjà, elle écrit des nouvelles que sa mère va vendre dans les rédactions.

Nous la suivons dans cet entre deux guerres, de son enfance pas toujours facile à sa vie de femme. Vers 1930, elle abandonne ses études du fait de sa grande pauvreté, vivotant en écrivant et en donnant des cours. Puis elle épouse Alberto Moravia en 1941. Elsa aura vécu cinquante ans mariée à Moravia, pendant 23 ans ils vivent ensemble puis pendant 27 ans séparés mais toujours mariés. Moravia jaloux ? Sans doute pas, mais résigné. Moravia qui a toujours su qu’il était un écrivain mais que sa femme avait beaucoup plus de talent et de génie que lui.

Tout au long des pages, Elsa égrène ses souvenirs, elle nous fait vivre ses instants passés avec les plus grands noms du milieu artistique italien des années 50 qui ont croisé sa route, de Visconti à Pasolini ou Fellini pour ne citer qu’eux. Mais aussi les années de guerre, puis celles du succès, de la séparation du couple, des amours tragiques et du suicide de ceux qu’elle aime…

Je découvre cette auteur qui a déjà écrit, toujours en français, de nombreux romans sans concession où elle évoque le plus souvent l’histoire politique de la corruption en Italie. Simonetta a été journaliste avant d’être écrivain et cela se sent. Comme dans ce roman, où la documentation semble bien évidement importante et réelle, mais tout l’art et le talent de l’écrivain est de faire en sorte que cela n’apparaisse à aucun moment, si ce n’est dans quelques entrées de chapitres en italique qui permettent au lecteur de prendre ses marques dans la réalité. En dehors de ça, il est plongé dans la tête et dans la vie d’Elsa. On sent toute l’ardeur, la rage de vivre, d’écrire, d’aimer de cette femme singulière, et son sens du tragique à l’italienne transparait également dans ces mémoires. J’ai vraiment aimé me laisser porter par cette écriture pour tenter de comprendre cette vie, ces rêves, ces chagrins et ces bonheurs…

💙💙💙💙


Catalogue éditeur : Flammarion

Qui était cette enfant qui dormait avec les chats errants ? En 1957, avec L’Île d’Arturo, Elsa Morante est la première femme récompensée par le prix Strega. Avec La Storia, publié en 1974, elle figure dans la liste des 100 meilleurs livres de tous les temps. Ce roman, intime et sensuel, redonne sa voix à Elsa Morante. Ce roman est l’histoire de sa vie.

En librairie le 22 août 2018

Née en 1912, Elsa Morante a vécu à Rome. Elle publie son premier recueil de nouvelles, Il Gioco segreto en 1941. Il contenait un certain nombre de nouvelles qui font partie du Châle andalou. Son roman, Mensonge et sortilège, a remporté le prix Viareggio en 1948 et l’a révélée au grand public. Le prix Strega lui a été décerné pour L’Île d’Arturo en 1957. Elle est décédée le 25 novembre 1985. (Source Gallimard)