Mon année de repos et de détente, Ottessa Moshfegh

Ottessa Moshfegh  propose un roman étrange et déroutant, une introspection poussée à son paroxysme

Mais quelle drôle d’idée, rester chez soi, confinée, pour dormir, dormir, dormir pendant un an. C’est ce qu’a décidé de faire l’héroïne de ce roman, une jeune femme de 26 ans. Elle veut prendre une année de repos, se terrer au moins pendant douze mois pour se réveiller en septembre 2001. A dose forcée, grâce à une quantité assez délirante de somnifères de toute sorte, pour changer sa vie, passer à autre chose, se régénérer dans l’oubli !

Elle a hérité de la fortune de ses parents à leur mort, une mère qui s’est noyée dans l’alcool et les médicaments (ah, décidément) un père mort d’un cancer, la voilà à l’abri du besoin. Appartement sur la quatre-vingt quatrième rue de Manhattan, toilettes, bijoux, meubles, un magnétoscope et tous les films à voir et revoir à l’infini, elle ne manque de rien. Elle a même quitté la galerie d’art dans laquelle elle avait trouvé un travail.

Reva sa seule amie est toujours là, fidèle, elle l’accompagne même lorsqu’elle la rejette et la suit dans ses délires. Avec Reva, nous allons la suivre tout au long d’interminables journées et nuits de coma médicamenteux, à se souvenir de l’enfance, de l’adolescence, des parents, des amis, de Trevor son étrange amoureux et de leur relation malsaine. Tous ces souvenirs d’une vie qu’elle veut oublier dans ce sommeil forcé quelle imagine réparateur.

Tout cela est rendu possible grâce à la plus délirante et la plus folle des psychiatres, cette Dr Tuttle qu’elle a déniché dans l’annuaire par hasard, qui ne l’écoute jamais et lui fait toutes les ordonnances les plus délirantes possibles, avec tous les médicaments qu’elle lui demande. Elle va essayer tous les psychotropes présents sur le marché, des anxiolytiques aux hypnotiques.

Malgré une héroïne à laquelle je n’ai pas su m’attacher, voilà un roman singulier à la fois déroutant, intrigant et lucide. Un roman qui dit la solitude extrême, le besoin d’effacer le passé pour repartir à zéro dans un monde qui ne convient plus. On regarde le personnage principal agir en étant totalement abasourdi, interrogateur, perplexe mais aussi inquiet sur la façon que peuvent avoir les jeunes d’appréhender leur vie dans un monde qui va trop vite, trop loin. Je n’y ai pas vu vraiment d’humour, plutôt l’expression d’un véritable mal être et d’une sacré dose de désillusion.

Catalogue éditeur : Fayard

Les tribulations assoupies de cette Oblomov de la génération Y forment un récit hilarant  qui est aussi une charge au vitriol contre les travers de notre époque.

Jeune, belle, riche, fraîchement diplômée de l’université de Columbia, l’héroïne du nouveau roman d’Ottessa Moshfegh décide de tout plaquer pour entamer une longue hibernation en s’assommant de somnifères. Tandis que l’on passe de l’hilarité au rire jaune en découvrant les tribulations de cette Oblomov de la génération Y qui somnole d’un bout à l’autre du récit, la romancière s’attaque aux travers de son temps avec une lucidité implacable, et à sa manière, méchamment drôle.

Parution : 21/08/2019 / Pages : 304 / Format : 135 x 215 mm / Prix : 20.90€ / EAN : 9782213711515 / Prix Numérique : 14.99 € / EAN numérique : 9782213711256

Nocturno, Petite fabrique de rêves. Isol

Un livre pour faire des rêves, magique et poétique, pour le plus grand bonheur des petits qui vont peut-être enfin aimer aller au lit !

domi_c_lire_noctruno_syrosMais que ce livre est une jolie idée, et en plus il a tellement de charme. Déjà la couverture vous emporte au pays des rêves… un phare éclaire la nuit, comme une promesse rassurante de sommeil tranquille.

Un joli graphisme, des pages dessinées sur un fond noir comme la nuit et constellées d’étoiles, une couverture rigide pour le faire tenir debout, voilà le livre qui brille dans le noir pour faire de beaux rêves. Ensuite, il faut tourner les pages pour comprendre. Mais surtout, il faut laisser la page quelques minutes sous une lampe avant d’éteindre la lumière, et bien sûr les images secrètes apparaitront lorsque toutes les lumières seront éteintes. Des dessins fluorescents vont s’éclairer pendant la nuit, pour emporter l’imagination des plus petits au pays des baleines avec le rêve du pécheur distrait, ou dans le rêve du livre sur lequel on s’est endormi, dans le rêve d’un autre, et dans bien d’autres, puisqu’il y en a dix en tout. Et idée lumineuse s’il en est, le tout dernier est celui qui sera dessiné par l’enfant qui recevra ce livre en cadeau !


Catalogue éditeur : Syros

L’auteure : Isol est un illustrateur, dessinateur, graphiste, écrivain, chanteur et compositeur. Elle est née en 1972, vit et travaille en Argentine. Elle a commencé sa formation artistique à l’Escuela Nacional de Bellas Artes, «Rogelio Yrurtia», des études pour devenir professeur d’art, suivie par quelques années à l’Académie des Beaux-Arts de Buenos Aires.
Dès 3 ans / 15 × 24 cm 32 p. / 15,90 € / ISBN : 978-2-74-851739-2