A la rencontre de Gérard de Cortanze …

J’ai été embarquée par le personnage de Violette Morris, et par le dernier roman de Gérard de Cortanze « Femme qui court ». J’ai eu envie de lui poser quelques questions auxquelles il a bien voulu répondre. A votre tour de découvrir ses réponses ici…

A propos du roman « Femme qui court »

Pourquoi ce personnage de Violette Morris ? Comment avez-vous eu l’idée d’en parler ?

Ancien sportif de haut niveau – coureur de 800 mètres – j’ai toujours été passionné par les exploits des autres, et notamment par ceux des femmes dont on parle si peu… Même encore aujourd’hui… La question essentielle : comment se dépasser et apprendre à perdre ? Les victoires sont rares et les échecs fréquents. La phrase la plus imbécile a été prononcé par le baron Pierre de Coubertin qui vanta les charmes du nazisme, affirma que les femmes ne devaient pas faire de sport et que pour un sportif « l’essentiel était de participer »… Quelle absurdité, un sportif ne veut pas « participer » mais « vaincre », « gagner ».

Pour écrire ce roman, j’imagine qu’il vous a fallu de longues recherches. Cela représente combien de temps entre l’idée et la réalisation ?

Deux ans de travail. Recherches, archives, journaux d’époque, lectures diverses. Un travail de fourmi absolument passionnant. Surtout qu’il s’agissait dans ce livre d’aller à l’encontre d’une idée reçue, fausse, d’un détournement historique : prouver que Violette Morris, avait certes fait de la collaboration mais n’avait dénoncé personne, torturé personne, espionné personne et n’avait absolument pas été une « tortionnaire de la Gestapo » !

Violette est une femme en avance sur son temps et qui arrive à s’assumer. Elle présente également des failles et des blessures intimes, en particulier il me semble parce qu’elle a toujours recherché l’amour qu’elle n’a jamais trouvé auprès de ses parents. Est-ce la réalité ou est-ce voulu pour rendre plus crédible votre personnage ?

Violette était une jeune fille brisée par une enfance malheureuse. Délaissée par son père, militaire de carrière, qui n’accepta jamais qu’elle fasse du sport à une époque où le pratiquer, pour une femme, relevait de la pure rébellion. Rejetée par sa mère qui n’avait jamais pu se remettre de la mort prématuré d’un fils juste avant la naissance de Violette. Enfin, ni l’un ni l’autre ne pouvait accepter que leur fille soit lesbienne.

Comment  l’avez-vous ressentie,  est-ce un personnage attachant ?

J’ai voulu me mettre dans la peau de cette femme rejetée par tout le monde, mise au ban de la société, exclue, mais tellement attachante, tellement vraie. Ce roman avait pour titre Sommes-nous faits pour attendre toujours le bonheur ? Fils d’italiens, aristocrate piémontais par mon père, classe ouvrière napolitaine du côté de la mère – je sais ce que veux dire exclusion, rejet, mouton noir, intolérance, etc.

Quelle est votre relation avec vos personnages, est-il difficile de les laisser partir quand le roman est terminé, et ressentez-vous toujours pour eux une affection particulière ?

J’ai répondu en partie à cette question. Quand j’écris un livre, plus j’avance vers sa fin, plus je ralentis le rythme d’écriture jusqu’à ce qu’un nouveau livre vienne s’insinuer dans mes pages et prendre la place de ces dernières. Me disant, en somme : c’est mon tour, à moi maintenant. Une poussée contre laquelle je ne peux rien faire, et ne veux rien entreprendre. Qui emporte tout sur son passage. Souvent j’ai le sentiment d’être écrit plutôt que d’écrire.

Il me semble que vous aimez écrire sur des femmes ou des situations d’exception. Cependant vous le faites en les romançant, est-ce une forme voulue pour mieux les faire appréhender par plus grand nombre de lecteurs ?

La forme romanesque est moins contraignante que la biographie pure, laisse des espaces où mon art peut s’exercer. Je peux ainsi m’emparer d’un sujet, le mettre en relation avec mon univers. Je me sens avant tout narrateur, raconteur d’histoires.

Et … si j’ose vous demander, dans votre prochain roman, de quelle femme extraordinaire allez-vous nous parler ?

De Tina Modotti, qui fut ouvrière dans des usines de textile durant son enfance à Udine, en Italie, comédienne, actrice du cinéma muet, avant de devenir une formidable photographe qui hésita toute sa vie entre son art et l’engagement politique. États-Unis, URSS, France, Mexique, Allemagne à l’époque de la montée du nazisme, Espagne durant la guerre qui ensanglanta cette dernière. Une vie extraordinaire, incroyable. Qui mourut seule, dans un taxi, en janvier 1942, à Mexico. Lorsqu’on lui demandait « quelle est votre profession ? », elle répondait, non sans humour : « Les hommes ! »

Concilier le métier d’écrivain et celui d’éditeur ?

Vous avez écrit de très nombreux romans, et en même temps vous exercez le métier d’éditeur, est-ce facilement compatible ? Y compris pendant que vous écrivez vos propres romans ?

J’ai écrit plus de 90 livres et ai passé ma vie à faire mille choses en même temps. C’est mon rythme, ma respiration. C’est comme ça. Je ne cherche pas à comprendre. Un jour, ma fille aînée m’a dit, alors qu’elle n’était qu’une enfant, que je me noyais dans le travail pour ne pas voir la réalité. Je suis certain qu’elle a tort. Je pencherai plutôt vers une forme de générosité, d’expansion permanente. J’ai un besoin immense de connaître, de savoir, de partager. Les autres peuvent tellement nous apprendre. Par les « autres » j’entends tout ce qui est différent de moi, tout ce qui m’étonne, me bouleverse, me fait me poser des questions. Et tel est bien le cas de Violette Morris. Publier les livres des autres, parler des livres des autres dans la presse, publier ses propres livres = travail identique : de l’écriture, toujours de l’écriture ; des personnages, toujours des personnages. Toujours des vies, toujours des vies racontées.

Quel lecteur êtes-vous ?

Si vous deviez me conseiller un livre, que vous avez lu récemment, ce serait lequel et pourquoi ?

Je suis ce qu’on appelle un lecteur compulsif. Il y a longtemps, un ophtalmologue de la vieille école m’a dit que je devrais lire un peu moins. « Regardez, m’a-t-il dit, les bergers de mon enfance ne portaient jamais de lunettes ! » Mais ma destinée n’était pas de garder des chèvres ou des moutons… Vous me demandez quel livre je suis en train de lire. Je lis et relis les classiques. J’ai une passion pour Jean Giono. Le hussard sur le toit, Un roi sans divertissement sont des romans dont je ne me lasse jamais de tourner les pages.

Un grand merci Gérard de Cortanze pour ces réponses à mes questions, pour nos échanges autour de votre dernier roman et pour l’accueil dans vos bureaux , une superbe rencontre et encore de beaux livres à découvrir !

Retrouvez ma chronique de Femme qui court ici. On pourra lire aussi mon avis sur la BD Violette Morris.

Publicités

Les grandes et les petites choses. Rachel Khan

Une belle découverte « Les grandes et les petites choses » le roman-autobiographique de la talentueuse Rachel khan.

Domi_C_Lire_Rachel_khanMais ce livre est un petit bijou ! D’abord on s’imagine entrer dans un roman, un bon roman, au style léger et joyeux, alors qu’il y a une telle profondeur dans ce qui est dit, et surtout ce qui est vécu par l’auteur !

Ensuite, on découvre le personnage, Nina Gary, ou Rachel Khan, sportive de haut niveau, juriste aux multiples diplômes universitaires, conseillère à la culture du cabinet de Jean-Paul Huchon en ile de France, et aujourd’hui actrice, rien de moins.

Sous une narration humoristique on sent une profonde humanité et une grande érudition. Car comment Nina peut-elle prendre apparemment à la légère ce qui lui arrive dans les vestiaires du stade, et qui est juste terrible. Si ce n’est en comparant avec ce qu’a enduré et souffert la famille de sa mère, déportée, exterminée car juive, ou la famille de son père, descendant d’esclave en Gambie…

Nina à des parents qui rappellent fortement ceux de Rachel bien sûr ! Une mère juive qui est libraire et se réfugie dans ses livres pour ne pas dire, ne pas parler ; un père prof d’anglais d’origine africaine, un grand-père qui parle Yiddish à la maison, rescapé des camps, souvenir vivant de ce que peut être l’horreur.

Alors, oui, Nina est juive, oui, Nina est noire, Nina est blanche par sa mère, Nina est également musulmane et animiste par son père, et Nina est faite pour la course, car c’est bien connu les noirs courent vite ! … Mais comment vivre lorsque où que l’on se tourne, on devient une minorité visible ? Elle y réussira, et ce roman est un excellent moyen de nous le montrer.

J’ai passé un excellent moment de lecture en compagnie de Nina, admirative de sa force de caractère, de son sens de la famille, de son amour de la vie avant tout, et avec quelle dérision elle réussit à rendre stupides à nos yeux de lecteurs ceux qui soulignent les différences au lieu de les accepter. Une belle leçon de vie.

Lire l’interview de Rachel Khan par Karine Papillaud pour lecteurs.com

 les 68 premieres fois DomiClire


Catalogue éditeur : Anne Carriére

Nina Gary a 18 ans ; alors qu’elle tente de devenir une femme, elle réalise que quelque chose cloche. Entre son père gambien qui marche comme un tam-tam, son grand-père à l’accent de Popek qui boit de la vodka, entre le trop d’amour de sa mère cachée pendant la guerre, le rejet de la fac et la violence de la  rue, elle est perdue. Noire, juive, musulmane, blanche et animiste, elle en a gros sur le cœur d’être prise pour une autre, coincée dans des cases exotiques où elle ne se reconnaît pas. Alors, elle court.

C’est la solution qu’elle a trouvée pour échapper aux injustices et fuir les a priori d’une société trop divisée pour sa construction intime. Elle fait le choix de  la vitesse pour se prouver qu’elle a un corps bien à elle et se libérer de l’histoire de ses ancêtres, trop lourde pour ses épaules. Un mouvement permanent pour s’oublier, et tout oublier de la Shoah, de l’esclavage, de la colonisation et de la reine d’Angleterre. Courir pour se perdre, s’évader, se tromper, être trompée, se blesser, se relever peut-être. Ne plus croire en rien, seulement au chronomètre et en l’avenir des 12 secondes qui vont suivre. Sentir ses muscles, pour vivre enfin l’égalité – tous égaux devant un 100 mètres, à poil face au temps. Entre les grandes et les petites choses,  c’est l’histoire de Nina Gary, une jeune fille qui court pour devenir enfin elle-même.

ISBN : 978-2-8433-7814-0 / Nombre de pages : 250 / Parution : 18 février 2016 / Prix : 18 €

Le cœur du Pélican. Cécile Coulon

Le cœur du pélican, c’est celui d’Anthime, celui qui court et fuit ses peurs et ses espoirs déçus pour se retrouver, ou se perdre.

 « Le cœur du Pélican », c’est l’histoire d’Anthime, un jeune garçon qui vient d’aménager avec ses parents dans une nouvelle ville. Lors d’un piquenique bien peu fraternel, par peur de paraitre pleutre ou faible, il va courir de toutes ses forces et se découvrir des appétences et un talent insoupçonné pour la course.  Brice, ancien coach un peu alcolo sur le retour, décide de le prendre en main et de l’emmener à la victoire. Admiré au lycée comme sur la piste, Anthime se laisse griser par le succès, les garçons le respectent, les filles l’adulent, en particulier sa voisine Johanna. Il partage un amour ambigu et fraternel avec Helena, sa sœur, sa moitié, celle qu’il admire et qui le comprend sans qu’il ait besoin de parler. Mais Anthime est jeune, son entraineur le pousse au-delà de ses capacités d’adolescent, trahit pas ses tendons, il s’écroule lors d’une course primordiale pour le reste de sa jeune carrière. Ses rêves et son aura s’effondrent aussi vite qu’ils s’étaient formés. Ses espoirs de victoire anéantis à jamais, il se terre, et finalement épouse Johanna, sa voisine amoureuse, envahissante et fade, il est l’homme de sa vie, mais elle n’est pas la femme de la sienne. Vingt ans plus tard, Anthime, père de famille, époux blasé et amer, a pris du gras et du ventre. Des réflexions désobligeantes déclenchent un sursaut dans son quotidien triste et résigné. Le voilà qui s’entraine, puis qui part dans une course éperdue à travers le pays, à la façon d’un  Forest Gump, ou d’un Harold Fry (La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry). Il court ! Il court vers sa vie, son passé, ses échecs, ses espoirs et ses questionnement, vers tout ce qu’il n’a jamais su accomplir, vers ce qu’il aurait dû être, il court pour se retrouver. A la façon de ces marcheurs qui sur le chemin de saint Jacques cherchent non pas la foi, mais bien leur propre être intérieur, qui cherchent à se comprendre et à mieux se connaitre. Il y a une extraordinaire dose de désespoir dans sa course. Il court longtemps, il court loin, sans espoir de retour, il fuit sa femme, ses enfants, sa sœur, son passé.

J’avais entendu et lu beaucoup de bien de ce roman d’une auteure particulièrement jeune, mais je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. Le texte est particulièrement bien écrit, et j’ai particulièrement apprécié la première partie, pourtant certaines incohérences ne m’ont pas permis d’y adhérer entièrement. Car comment imaginer des parents incapables de suivre l’entrainement de leur gamin et de le protéger, laissant faire l’impossible qui le mène à l’échec d’une vie ? Comment imaginer cet homme médiocre à la colère rentrée pendant vingt ans, assis à faire du gras sur sa terrasse, vivant à côté de sa femme et de ses enfants, sans arriver à dépasser l’échec de son adolescence ? Comment imaginer un homme de 40 ans aussi plein de rage rentrée, soudain capable de se relever seulement pour faire autant de mal à tous ceux qui l’entourent, avec autant de colère et de violence. Malgré tout l’écriture est belle et maitrisée, gravée au scalpel sur les muscles et les douleurs retrouvées d’Anthime, on devine ses peurs et ses tourments, sa fuite et ses espoirs, on y ressent cette fatalité qui le frappe,  inéluctable, même si on n’y adhère pas toujours.

💙💙💙💙

Catalogue éditeur : Viviane Hamy

Porté par une extrême émotion, Le Cœur du Pélican nous parle de la gloire et de sa fragilité, du sport et de sa souffrance. Il raconte le courage et la destinée à la fois banale et extraordinaire d’un homme qui réussit, connaît le succès, tombe et se relève. Cécile Coulon parvient formidablement à incarner ses personnages aux prises avec leurs désirs et aveuglés par les non-dits.

Parution : 15/01/2015 / ISBN : 9782878586015 / Pages : 240 p.