Nicolas de Staël, la fureur de peindre

On ne peint jamais ce qu’on voit ou croit voir, on peint à mille vibration le coup reçu, à recevoir

Nicolas de Staël La fureur de peindre (© Pascal Gely)

Ils sont trois sur la scène du Lucernaire, au milieu de draps tendus comme les toiles de l’artiste. Un acteur, et deux musiciens qui improvisent un accompagnement musical chaque soir. Ils font revivre le temps d’un spectacle le talent, les émotions, les interrogations et la vie de Nicolas de Staël. Sur les toiles, des projections de certaines œuvres nous rappellent la fulgurance de sa créativité, les formes qui se dissolvent pour n’être plus que tonalités, aplats de couleurs, alternance entre l’éclat de tons chauds et de couleurs intenses et la mélancolie douce et froide de gris et de noirs.

Un peu plus d’une heure pour entrer dans l’univers de l’artiste, pour mieux comprendre son œuvre à travers les lettres qu’il a envoyées de 1943 à 1955 à ses amis, en particulier à René Char, mais aussi à Jeanne, à sa femme, à Paul Rosenberg, son galeriste new-yorkais, etc. Assez pour apprécier la qualité et la force de cette correspondance abondante, mélancolique parfois, passionnée et sincère, souvent poétique, jamais amère même dans l’adversité.

Les textes alternent les moments heureux avec ceux où le manque d’argent se fait sentir au point de demander de l’aide, la rencontre avec Jeannine sa compagne artiste comme lui puis le décès de cette dernière, la rencontre avec sa femme, puis avec Jeanne dont il tombe éperdument amoureux, enfin la réussite qui exacerbe ses questionnements sur la qualité de sa création et le plonge dans le doute et la dépression.

Les mots de Staël pour décrire sa peinture, ou celle de Vélasquez et des artistes qu’il admire au musée du Prado sont un émerveillement et une ouverture pour mieux appréhender son œuvre. Nicolas de Staël aura peint en quelques années des centaines de toiles, des nus, des marines, des paysages, des ciels et des nuages aux couleurs sans cesse réinventées…

Le temps passe trop vite, l’accompagnement musical donne une densité et une force aux textes et aux moments de sa vie ainsi abordés. L’acteur n’essaie pas d’être Nicolas de Staël, mais d’une certaine façon, à travers ses mots, il incarne cette créativité et cette recherche de perfection qui habitent cet artiste si singulier.

Ce qu’en dit le Lucernaire :

D’après lettres 1926-1955 de Nicolas de Staël (éditions le bruit du temps) et René Char, Nicolas de Staël, correspondances 1951-1954 (éditions des Busclats, © éditions des busclats pour René Char)

Adaptation et mise en scène Bruno Abraham-Kremer et Corine Juresco
Avec Bruno Abraham-Kremer (comédien) Hubertus Biermann (jeu et contrebasse) jean-baptiste Favory (électroacoustique)

À l’écoute des lettres de Nicolas de Staël, on est saisi de stupeur et d’émotion. Éblouis, on pénètre comme par effraction dans son atelier, au cœur de sa création, dans son monde de ciels et d’eau, de matières incandescentes… mais aussi dans l’intimité de sa vie, de ses amitiés, dont celle du grand René Char, de ses passions amoureuses. Le spectacle est une tentative de transmettre ce cadeau à tous : par la performance d’un trio d’acteur et de musiciens, faire renaître la vibration intérieure de l’artiste, sa poésie, la fulgurance de sa parole et « l’intensité de sa frappe » sur la toile blanche.

À propos de Nicolas de Staël

Je sais que ma vie sera un continuel voyage sur une mer incertaine …

Nicolas de Staël (Von Holstein) naît le 5 janvier 1914 à Saint-Pétersbourg, dans une famille aristocratique russe. En octobre 17, ils sont contraints de fuir la Révolution. Sur la route de l’exil, Nicolas perd successivement son père et sa mère, et en 1922, il est recueilli avec ses sœurs à Bruxelles par un couple russe, les Fricero. En 1933, il suit les cours de l’Académie Royale des Beaux-arts de Bruxelles.
En 1938, lors d’un voyage au Maroc, il rencontre la peintre Jeannine Guillou qui devient sa compagne et aura une immense influence sur lui. Le 22 février 42, Jeannine donne naissance à leur fille Anne.
En 1943, la famille retourne à Paris. Jeanne Bucher achète des dessins à Nicolas et prête un logement à la famille. Georges Braque manifeste sa sincère admiration pour le jeune peintre, et ils noueront des liens d’amitié très étroits. Ce sont des années marquées par la faim et les privations. Jeannine meurt en 1946. Peu de temps après, il épouse Françoise Chapouton dont il aura 3 enfants.
En 1949, le Musée national d’art moderne de Paris acquiert Compositions, il exige d’être accroché en haut de l’escalier pour être écarté du groupe des abstraits. En 1951, René Char, lui confie l’illustration de son livre Poèmes. Ce sera le début d’une amitié féconde.
À partir de l’année 1952, riche en création (plus de 240 tableaux), il expose en Angleterre, à Paris et aussi à New York, où il connaît un grand succès. L’exposition du 8 février 54 chez Paul Rosenberg se révèle un très grand succès commercial.
En 1954, il s’installe à Antibes, où vit Jeanne Polge, une amie de Char, mariée, dont il tombe éperdument amoureux. Malgré l’intérêt grandissant autour de son œuvre, Nicolas de Staël se suicide en se jetant du haut de son atelier à Antibes le 16 mars 1955. Il a 41 ans et laisse inachevée sa plus grande toile Le Grand Concert.

Nicolas de Staël réalise au cours d’une carrière fulgurante, entre 1942 et 1955, l’une des productions artistiques les plus libres et reconnues de l’après-guerre, dépassant l’opposition apparente entre abstraction et figuration. L’œuvre de Staël s’inscrit comme un événement unique dans la peinture du XXe siècle

Quand : du 30 septembre au 15 novembre 2020 du mardi au samedi à 19h et le dimanche à 16h
 : théâtre du Lucernaire 53, rue Notre-Dame-des-Champs 75006 Paris

Mère Teresa Ombre et Lumière, au Théâtre le lucernaire

Mère Teresa Ombre et Lumière, sur un texte de  Joëlle Fossier et une mise en scène Pascal Vitiello, avec une actrice magistrale, Catherine Salviat, sociétaire honoraire de la Comédie-Française

 

Je suis allée voir cette pièce avec deux amies, l’une d’elle a travaillé plusieurs mois avec Mère Teresa et ses équipes et l’a rencontrée. Ce fut un grand moment d’émotion de retrouver dans le jeu de Catherine Salviat ce personnage magnifique dont chacun a entendu parler, quelles que soient nos croyances, ou pas d’ailleurs. Mère Teresa, une femme hors du commun, qui a su très tôt ce qu’elle voulait être, ce qu’elle voulait faire, aider, donner, sans limite qui aura connu la foi, mais aussi le doute, qui croyait au miracle, celui de la providence qui lui a toujours apporté ce qu’il manquait quand il le fallait.

Une belle représentation, dans le cadre intime de cette toute petite salle, puisqu’il faut monter « au paradis » pour une heure magique portée par le jeu magistral de Catherine Salviat, lumineuse et habitée par son personnage.

Cette pièce est montée par le Lucernaire dans le cadre d’un triptyque : « Femmes d’exception, mes seules en scène » : Comtesse de Ségur, née Rostopchine, Mère Teresa, Ombre et Lumière, Inoubliable Sarah Bernhardt. Pour Joëlle Fossier, l’auteur, ce sont « Trois destins hautement maîtrisés malgré les périls. De ces trois destins se dégagent une telle force, une telle vitalité, un tel rayonnement, un tel encouragement moral qu’il m’a semblé important de les rendre au théâtre. Une manière originale de leur manifester mon admiration. »

C’est au Théâtre le lucernaire, 53 Rue Notre Dame des Champs, 75006 Paris, jusqu’au 4 novembre.

 


Ce qu’en dit le Théâtre du Lucernaire :

En toile de fond, la misère. Pour la combattre, Mère Teresa aura soulevé des montagnes. Soldat de l’Église, elle aura fait preuve d’une incroyable capacité d’« Executive Woman » au service de Dieu, pour surmonter les obstacles et remplir sa mission : s’engager corps et âme auprès « des plus pauvres d’entre les pauvres ». L’Inde, qui fut aussi son pays d’adoption, fait partie intégrante de son destin. Icône universelle, elle nous prouve par l’exemple de sa vie qu’une sainte n’est pas un pur esprit, mais une femme qui n’a de cesse de donner le meilleur d’elle-même au quotidien.
Une magnifique figure d’amour, d’humour et d’autorité. Sans complaisance ni réticence, elle nous raconte son pas de deux ombrageux avec Dieu et les hommes…
Mère Teresa ! Que de lucidité chez cette religieuse consciente des manques et des défauts de chacun à commencer par les siens. Humble servante de Dieu, professeur zélée, elle aurait pu s’installer dans un confort tranquille. Mais, fidèle à ses convictions, elle s’en arrache, une seule tâche comptant à ses yeux : combattre la misère. Comment elle s’est employée de toutes ses forces à faire basculer sa vie pour la combattre !
Sans compter un cœur immense si prompt à aimer, si douloureux quand il doute, quand il s’abîme dans une incommensurable détresse… La foi perdue mais heureusement retrouvée. Le « miracle » fut la substance même de son être. Sa personne en elle-même est un miracle. Un legs inépuisable.

Tous les vendredis soir, le Lucernaire vous donne rendez-vous pour prolonger votre expérience de spectateur autour d’un verre. Rencontre avec l’équipe artistique le vendredi 22 septembre 2017 à l’issue de la représentation.

L’agenda des rendez-vous du vendredi : http://www.lucernaire.fr