Summer. Monica Sabolo

Lire Summer et retrouver l’écriture magnétique et poétique de Monica Sabolo.

Où est-elle, la belle, la brillante, la solaire Summer qui a disparu un jour d’été lors d’un piquenique au bord du lac Léman ? Nul ne le sait, personne n’a retrouvé cette sublime Summer âgée alors de dix-neuf ans. Elle était admirée par tous, y compris par son frère. Vingt-cinq ans après, toujours submergé par la culpabilité et la douleur, Benjamin s’interroge encore…

Depuis cette disparition, Benjamin, qui n’avait que 13 ans à l’époque, cherche à comprendre. Mais de façon bien étrange puisqu’il est étonnamment statique, comme si sa propre vie s’était arrêtée ce jour-là… Il ne pose aucune question auprès de ses parents, de la police, ne fait aucune recherche réelle, mais vit des nuits de cauchemar peuplées de visions de Summer au fond du lac Léman, submergé d’angoisses qu’il essaie vainement de résoudre auprès d’un psy… Impossible de se réaliser, de connaître une vie normale, tant qu’il ne saura pas.

Le lecteur tente de le suivre dans ses errances, mais avouons-le on se lasse un peu de ces lenteurs, de cette immobilité affective. Car dans cette famille qui a tout pour connaitre le bonheur absolu, facile – le confort financier, la beauté, le luxe – un grand vide affectif se dévoile au fil des pages. Un manque de communication et des non-dits, des secrets enfouis au plus profond, attisent les angoisses du jeune homme.

Pourtant, une intrigue semble poindre, qui aurait pu en faire un excellent thriller ou roman noir, l’écriture est souvent poétique, les descriptions ont des airs d’opéra dans ces paysages brumeux de bord du lac. Elles donnent à cette histoire un attrait magnétique qui fait que l’on continue, que l’on ne referme pas ce roman avant d’aller jusqu’au bout, pour savoir.

Du même auteur, j’avais lu Crans Montana, avec cette même impression d’être ferrée par l’écriture, mais jamais par l’intrigue qui me laisse avec une sensation de manque…

Roman lu dans le cadre de ma participation au jury des lecteurs du Livre de Poche 2019

Catalogue éditeur : Le Livre de Poche

Lors d’un pique-nique au bord du lac Léman, Summer Wassner, dix-neuf ans, disparaît. Elle laisse une dernière image : celle d’une jeune fille blonde courant dans les fougères, short en jean, longues jambes nues. Disparue dans le vent, dans les arbres, dans l’eau. Ou ailleurs ?
Vingt-cinq ans ont passé. Son frère cadet Benjamin est submergé par le souvenir. Summer surgit dans ses rêves, spectrale et gracieuse, et réveille les secrets d’une famille figée dans le silence et les apparences. Comment vit-on avec les fantômes ?

288 pages / Date de parution :  02/01/2019 / EAN : 9782253074168 / Editeur d’origine : JC Lattès

Toxique, Niko Tackian

Découvrir le commandant Tomar Khan, un nouvel enquêteur et avoir envie de suivre ses aventures, voilà qui est fait avec « Toxique » de Niko Tackian.

Domi_C_Lire_toxique_niko_takian

Paris, peu de temps après les vagues d’attentats de 2015. A la Crim’ du 36 quai des orfèvres, Tomar Khan n’est pas un flic ordinaire. Sa mère est une ancienne peshmerga. Cette combattante Kurde a fui la Turquie et les zones de guerre pour trouver une vie plus calme en France. C’était avant de connaitre la violence aveugle des hommes, cette violence sourde envers les femmes dans leur propre foyer. Violence à laquelle avait dû faire face Tomar, qui devait protéger à la fois sa mère et son petit frère. Mais le père est mort, la famille peut dormir tranquille, alors pourquoi Tomar est-il aussi inquiet

Une école maternelle dans la banlieue parisienne, la directrice vient d’être retrouvée assassinée dans son bureau. Un des professeurs,un certain Le Brun, était dans le bureau juste avant le drame. Le fait est établi, il n’est pas rentré chez lui… Voilà une enquête qui sera vite bouclée. Chacun va pouvoir regagner rapidement ses pénates.

Enfin, ça c’est sans compter sur le commandant qui repère tout de suite les violences pas tout à fait ordinaires… Cet homme à la fois fort et fragile, tourmenté par ses propres démons, a du flair pour les enquêtes. Alors pourquoi cette femme sans histoire, pourquoi cet homme sans antécédents, quel mystère cela cache-t-il ? Il va falloir interroger tous les témoins, passer au crible leurs témoignages, leurs personnalités… et trouver, caché par-là, la faille, le point faible, la femme toxique…

Ne pas en déflorer d’avantage, mais vous dire que cet auteur vous entraine dans les méandres de l’esprit de son commandant, et vous n’avez pas du tout envie d’en sortir ! C’est rythmé, plausible, différent, passionnant. Il y a les investigations autour du meurtre, mais surtout les réflexions sur le passé, la culpabilité, le destin, inéluctable, et la partie psychologique de l’enquête est passionnante.

Tomar est très  vite un intime que l’on a envie de suivre jusqu’au bout de ses nuits de questionnements et de souffrance intérieure. Les intrigues se mêlent et s’emmêlent pour le plus grand bonheur du lecteur pris au piège, qui tourne les pages les unes après les autres sans aucune envie de s’arrêter. Exactement le genre de polar que l’on a autant hâte de finir qu’envie de poser là pour le savourer lentement, en prenant son temps pour faire durer le plaisir.

💙💙💙💙

Catalogue éditeur : Le Livre de Poche

Janvier 2016. La directrice d’une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau. Dans ce Paris meurtri par les attentats de l’hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crim dépêche donc Tomar Khan, un des meilleurs flics de la Crim, surnommé le Pitbull, connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes. À première vue, l’affaire est simple. « Dans vingt-quatre heures elle est pliée », dit même l’un des premiers enquêteurs. Mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît.
 
Une personnalité toxique, une psychopathe comme vos pires cauchemars ne vous ont jamais permis d’en croiser.  Le Télégramme

320 pages / Parution : 03/01/2018 / EAN : 9782253092681 / Editeur d’origine : Calmann-Lévy

Sous les pavés la jungle, Simone Gélin

Vous rêvez d’une lecture tranquille ? Passez votre chemin. Vous rêvez d’une lecture qui va vous emporter, vous bousculer, à laquelle vous allez penser longtemps après avoir fermé la dernière page ? Foncez … et lisez « Sous les pavés la jungle » le dernier roman de Simone Gélin paru aux éditions Cairn, du Noir au Sud.

Domi_C_Lire_sous_les_paves_la_jungleSi en mai 68 les murs affirmaient Sous les pavés, la plage aujourd’hui Simone Gélin nous entraine dans un univers où elle l’affirme haut et fort on trouve Sous les pavés, la jungle.

Il s’appelle Milo, simplement parce que sa grand-mère était d’origine italienne, il s’appelle Kevin, mais il ne sait pas pourquoi, puisque sa mère l’a abandonné à la naissance en lui donnant ce prénom qu’il trouve ridicule. Ils se rencontrent à la prison de Fresnes, arrivés là presque par hasard pour l’un, comme si c’était une évidence inéluctable pour l’autre.

Milo a trempé dans une sombre affaire d’attaque à main armée. Reconnu par un témoin, il clame haut et fort son innocence mais ne pourra échapper ni aux mois de préventive, ni à l’enfer carcéral. Dans cette jungle où le plus faible devient la proie du plus fort, il faut se terrer et se faire oublier pour continuer à exister tout en gardant un semblant d’humanité.
A Fresnes il fait la rencontre de Kévin, jeune homme fragile qui ne saura pas résister à la pression et à la violence sournoise tapie entre ces murs, pourtant acceptée par tous, y compris par les matons semble-t-il, car elle est le seul moyen d’en sortir un tant soit peu indemne. Il va se lier entre eux une étrange amitié qui va résister au mal comme au pire, y compris par-delà les murs.

Pendant ses mois de préventive, et pour ne pas perdre totalement la raison, Milo s’est longuement penché sur les secrets inavoués de son passé. Sa mère l’a élevé avec sa sœur, mais elle a perdu la raison depuis bien longtemps, il veut comprendre pourquoi. Une fois libéré, il cherche d’où il vient. Ses investigations vont l’entrainer vers le bassin bordelais, à la rencontre d’un grand père inconnu et la découverte de l’amour qui a foudroyé ses grands-parents sur les barricades, source de tous les mystères. Chemin faisant il va également croiser la route de Mounia, échappée de l’enfer de la jungle à Calais, cette jeune femme le fascine. Avec sa sœur Sophie, ils vont assister à l’évacuation de la jungle, au déplacement de ces migrants éternellement voués à être déplacés, de pays en pays, loin de leurs terres et à la merci des malfrats et des passeurs.

De folles aventures en course poursuite, nous allons suivre Milo et Sophie de Paris au Cap Ferret, de Fresnes à Calais, de leurs vies à celles de leur mère et grand-mère, personnages particulièrement énigmatiques, à la recherche de leurs racines, puis revenir dans un présent empli de mystère et d’espoir.

Des barricades de mai 68 à la jungle de Calais, d’hier à aujourd’hui, des basfonds de Bordeaux, aux cellules de Fresnes, l’auteur nous propose une réflexion sociologique terriblement actuelle. Elle nous entraine dans une course pour la vie, nous prend aux tripes, nous fait aimer follement ses protagonistes, chercher réparation, mais aussi l’amour, la vérité, la lumière, dans un univers de violence et de vengeance contrebalancé par une belle et étonnante humanité. Avoir foi en l’homme et croire en l’amour, la vérité, la loyauté ou la justice ne sont pas de vains mots sous la plume de Simone Gélin. On ouvre Sous les pavés, la jungle, puis on s’y attache, on se laisse emporter, on vibre, c’est assurément une jolie pépite littéraire !

💙💙💙💙💙


Catalogue éditeur :  Cairn, du Noir au Sud

Enfer de la prison, zone de non‐droit de Calais, jungle féroce de la vie, faune humaine, aujourd’hui, jaillit un cri comme un slogan d’une autre époque… Sous les pavés la jungle.

Lauréate 2017 du Prix de l’Embouchure pour son roman L’affaire Jane de Boy, remis lors du festival Toulouse Polars du Sud, Simone Gélin intègre la collection Du Noir au Sud en signant un polar social et politique. Plus de détails

ISBN :  9782350686127 / 11,00 € TTC / Format     12 x 18 / Nombre de pages 344 / Date de parution mars 2018

L’été diabolik. Thierry Smolderen & Alexandre Clerisse

‘L’été Diabolik’ dont parle la BD d’Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen, c’est l’été où Antoine se découvre un père qu’il croyait connaitre et où son monde se transforme.

DomiCLire_l_ete_diabolik.jpgL’histoire se déroule en deux temps, en 1967 et dix ans après. Nous sommes en pleine période de guerre froide, pendant cet été, Antoine, le narrateur, va vivre intensément des rencontres et des disparitions qui vont marquer son existence.

Tout commence par un tournoi de tennis, Antoine gagne, son père est ravi, celui de son adversaire beaucoup moins. Une bagarre éclate, de façon assez incompréhensible. A partir de cet épisode, tout s’enchaine et Antoine va aller de découvertes en découvertes, perplexe face à la tournure prise par sa vie à partir de ce moment-là.

Sur fond de guerre froide, avec un décor très années soixante où se mêlent habilement Mondrian dans une robe Yves Saint Laurent et les couleurs psychédéliques des bandes dessinées de l’époque, l’auteur nous dévoile habilement les angoisses de l’adolescence, les craintes de l’envahisseur et de l’espion venu de l’Est, les questions sur les apparences, les non-dits et sur ces secrets de famille qui ont des répercussions sur toute une vie.

C’est habile, on s’y laisse prendre, on est porté par un graphisme absolument superbe et original, en particulier par les couleurs vives, limites flashy, qui peuvent surprendre mais qui très vite donnent une atmosphère particulière à cette BD. Une belle réussite graphique pour un véritable plaisir de lecture.


Catalogue éditeur : Dargaud

Dessinateur : Alexandre Clérisse / Scénariste : Thierry Smolderen / Coloriste : Alexandre Clérisse

Un agent secret sorti de nulle part, un accident dramatique, une fille troublante et la disparition de son père, le tout en deux jours… Pour Antoine, 15 ans, l’été 1967 sera celui de toutes les découvertes. Après Souvenirs de l’empire de l’Atome, les auteurs proposent un nouveau cocktail détonant et jouissif : un scénario particulièrement haletant, entre espionnage et littérature, passé au mixeur graphique de Clérisse qui, cette fois, mélange les références des fumetti à David Hockney.
Espionnage, policier, années 1960, relations père-fils… Un cocktail détonnant !

168 pages / Format : 210×280 / EAN : 9782205073454

Rencontre avec Emelie Schepp auteur de « Marquée à vie » de passage à Paris

« Marquée à vie », le roman d’Emelie Schepp est édité par Harper Colins France. Retour sur la rencontre avec l’auteur fin mars.

Emelie a répondu à quelques questions…

Comment vient-on à l’écriture ?
Emelie Schepp était chargée de projet marketing pub pendant 10 ans, à cette époque  elle a rédigé de nombreux articles qui lui ont donné envie d’écrire de vrais textes. Alors qu’elle se posait la question de savoir comment commencer, elle a pris des cours pour créer des scénarios.
Là, elle a appris à composer des dialogues, développer des personnages, constituer l’environnement pour mettre en relief une histoire. Très inspirée par le cours, elle a écrit deux scénarios de films, les a envoyés à des éditeurs, mais aucune réponse. Lorsqu’elle a entendu un grand producteur dire que c’est cher en Suède de financer des films, elle s’est dit que si c’est cher pour lui, pour quelqu’un de pas connu, n’en parlons pas !
Plutôt écrire un livre alors ! On peut y mettre le nombre de scènes qu’on veut et faire tout ce qu’on veut. Comme elle exerçait toujours son métier, il était nécessaire de trouver du temps pour écrire. Elle se levait chaque jour à 4h30 pour écrire, puis partait au travail. Ensuite elle a écrit le soir, au lieu de regarder ces séries qu’elle affectionne et qu’elle regarde avec son mari, et enfin, il vaut mieux éteindre la télé, les réseaux sociaux, le téléphone, pour avoir un peu plus de temps !

Et pour l’édition ?
Au bout de 6 mois, la voilà avec un premier jet et l’idée de chercher un éditeur. En général en Suède il faut au moins 3 mois pour une réponse, quant au bout de deux mois elle reçoit une enveloppe, c’est la fête !  Mais … en fait c’était un refus. Pensant que c’est beaucoup trop dur d’être publiée, de toujours être dans l’attente d’une réponse, elle opte pour l’auto-publication.  Une couverture souple, un bon manuscrit et c’est parti. En 6 mois, elle vend 40 000 exemplaires ! C’est un record en Suède en 2013.  Depuis le livre est édité dans 29 pays et a déjà été vendu à un million d’exemplaires. Elle est élue “Best Crime author of the year” !

Elle se dit très justement que vu le nombre d’auteurs qui ont abandonné car ils n’avaient pas été acceptés par les maisons d’éditions, il existe peut-être des pépites inconnues dans quelques tiroirs !
« La Suède et un pays magique mais les gens sont bizarres », elle n’avait pas forcément envie d’écrire sur son pays, mais plutôt un livre qui donne aussi une vision du monde. Enfin, il existe de nombreuses formes de crimes, sanglants, horribles, ou cachés,  psychologiques, il y a du public et de la place pour tous.

Sa relation avec le public, le milieu de l’édition, de la diffusion ?
Aujourd’hui pour un auteur il faut absolument être sur tous les réseaux sociaux, Instagram, twitter, Facebook, etc. Une présence multiple est indispensable pour avoir le contact avec les lecteurs, mais aussi avec les vendeurs, les sites web, les diffuseurs et les revendeurs, il faut les rencontrer, leur montrer le livre, la couverture, leur dire comment elle souhaite qu’il soit positionné dans les rayons. Et malgré les réseaux sociaux, les rencontres en face à face sont vitales ! En fait c’est comme dans son ancien métier de responsable marketing mais là vend son livre au lieu de yaourts. D’ailleurs elle a toujours un exemplaire de son roman avec elle.

Ce qu’elle dit de « Marquée à vie »

DomiCLire_emelie_scheppIl y a toujours deux trames différentes dans chaque livre, une inspirée d’un fait réel (assassins d’enfants). L’auteur s’est longtemps posé des questions sur les enfants assassins, qui dès leur plus jeune âge sont formés pour tuer. Comment et pourquoi fait-on cela ? Dans le troisième tome, le thème qui l’intéresse c’est comment un infirmier peut travailler pendant des heures tout en étant capable de sauver des vies.

Et une autre avec son personnage principal, Jana. Là c’est son l’imagination qui prend le relais. Elle aime faire ces allers-retours entre le réel et son imagination. Son personnage -Jana- est complexe et double, elle est donc particulièrement intéressante. Dans le premier volume, elle veut savoir et comprendre qui elle est. Dans le deuxième, elle veut aller de l’avant.

Par contre, deux amis policiers ont lu et corrigé le livre pour le respect des protocoles. Enfin, elle adorerait que le livre soir adapté au cinéma.

Lire ma chronique de Marquée à vie.

Patrick Sénécal, auteur de « Le vide » et « Hell.com »

Entretien avec Patrick Sénécal, un auteur Québecois de talent. Sorti en 2009 au Canada,  Hell.com parait en juin chez fleuve noir. J’ai eu le plaisir d’assister à cette rencontre à Paris en mai, avec Babelio et Fleuve noir..

DomiCLire_Patrick_Senecal
Avec Patrick Sénécal, pendant le Quais du Polar à Lyon

 Patrick Sénécal, lorsque vous écrivez, savez vous ce qu’il va advenir de ses personnages ?

« Mes personnages meurent quand je veux ! » contrairement à ces auteurs qui disent se laisser emporter et guider par leurs personnages, Patrick Sénécal est seul maitre à bord de son roman. Il fait par contre un plan bien détaillé de ce qu’il veut écrire, des situations, et surtout il sait où il va et comment va se terminer son roman, mais ensuite les personnages arrivent et repartent au gré de l’écriture.

Pourquoi avoir créé un personnage aussi antipathique et une sorte d’anti-héros ?

« Parce que c’est plus intéressant, c’est d’ailleurs plus intéressant que difficile ». Quand on demande à Patrick Sénécal s’il sait à l’avance jusqu’où son personnage peut aller : oui, il en a posé les différents jalons, c’est-à-dire qu’il sait justement jusqu’où il veut aller, la trame est définie mais il ne la connait pas dans les détails.

Et d’ailleurs là, quelle va être à la fin ? Le pire ? Hell.com ne va pas s’arrêter ? Ou le meilleur : la rédemption de Simon ?

Le plus excitant pour l’auteur, ce n’est pas d’écrire les scènes de violence, de viol, de meurtre, mais bien au contraire tout ce qu’il y a autour, les autres moments, la musique, les décors, etc. Et le lecteur doit pouvoir évacuer ses propres peur dans le roman. L’auteur est père lui-même, donc il était important pour lui de parler de la relation avec le fils. Son personnage risque de perdre son âme, il faudrait qu’il la retrouve en sauvant son fils. Mais saura-t-il écouter les signaux qui lui disent de changer ? L’influence peut-elle réellement rendre un homme meilleur ? Si l’auteur est séduit par l’humanisme et l’écriture de Romain Gary ou par d’autres auteurs, il avoue qu’il y a forcément toujours un peu de soi, de son inconscient, dans ses écrits.

A propos des personnages, en guerre contre la justice :

Charron est en guerre contre Dieu, d’ailleurs le roman suivant de Patrick Sénécal a pour titre « Contre Dieu ». L’auteur trouve intéressant que des gens puissent être en guerre contre Dieu, contre ce qui est bon, la justice, le droit. Certains ne le voudraient pas, par contre, pour le personnage de Charron, c’est délibéré, mais sans doute aussi fait par désespoir. Il n’est absolument pas fou et sait parfaitement ce qu’il fait, c’est en cela qu’il est encore plus cynique peut être.
Comme il nous le dit aussi (et en fait comme le lui dit « sa blonde » selon l’expression québécoise consacrée !) écrire là-dessus est sans doute une façon de dompter ses propres peurs. Quand on a l’impression qu’on a les choses en main, qu’on contrôle, c’est rassurant. Et si l’écriture servait aussi à le rassurer ? Par exemple sur ses propres capacités à être un bon père ?

Est-il parfois tentant de faire revenir certains personnages dans d’autres romans ?

Oui, d’ailleurs c’est le cas dans celui-ci. Il y a en a un qui revient déjà dans trois romans. Un personnage plutôt maléfique. Mais après tout, le bonheur est quelque chose de bien plat à raconter. Par exemple, Charron ne meurt pas, mais il n’a aucune raison de revenir dans un autre roman ; par contre, Michele Beaulieu est dans plusieurs romans, à des époques et des évolutions différentes de sa vie. Dans Hell.com c’est la patronne du bordel dans lequel se passe la première soirée Donjon.
Le personnage de l’ex-femme de Daniel est assez compliqué. Elle sert surtout à montrer le besoin de se défouler de Daniel, car il est arrivé à un point où tout est trop dur, trop difficile, il est à bout et au bout… Son exaspération montre à quel point il a souffert, il en veut à son ex et a des blessures toujours à vif qui vont l’emmener là où il se trouve avec Hell.com. De plus, il ne sait plus comment aimer, la démonstration de l’amour lui est trop difficile, que ce soit envers Marie ou envers son fils, du coup elle ne peut plus être visible non plus dans ses actes.

Écrire sur la violence, sur le mal, est-ce facile ?

Pour l’auteur, ce qui est difficile à écrire, ce ne sont pas les scènes de meurtres ou de torture, c’est au contraire tout ce qu’il y a avant et après et qui va rendre crédible aux yeux du lecteur la scène terrible qui va arriver. Il faut une cohérence entre les scènes et dans les personnages, pour que ça touche le lecteur « et que je puisse me dire que lorsque vous fermez mon livre, vous y pensez encore ! ». Ensuite, le plus difficile est de ne pas surenchérir à chaque livre, car on attend un peu l’auteur au tournant. Aussi est-il nécessaire de passer à autre chose, comme avec « Contre Dieu », pour ne pas tomber dans le piège de la surenchère.
Chaque scène doit servir l’histoire, elle est écrite, réécrite, pour que tout fonctionne, rien n’est gratuit dans la scène, surtout pour les scènes de violence qui sont écrites et réécrites plusieurs fois, car il ne faut pas y inscrire que le nécessaire. Elles doivent se situer dans un cadre précis et cohérent, souvent agréable, tranquille et leur description doit permettre de s’y projeter. Comme ça elles ont encore plus d’impact sur le lecteur.

Avec Hell.com, Patrick Sénécal nous montre que l’homme a toujours le choix, que tout n’est pas mal ou bien, ni simple ou difficile. Et que le personnage le plus antipathique qui soit à quand même une chance de rédemption !

Relire mon avis sur Le vide

Je me souviens. Martin Michaud

« Le tabarnac ! Y est parti avec mon char ! » Ça vous dit de partir au Québec ? Alors embarquez avec Martin Michaud, tournez les pages de « Je me souviens », son polar intense et dépaysant, et vous ne serez pas déçus !

https://i1.wp.com/static1.lecteurs.com/files/books-covers/678/9782875801678_1_75.jpg

En voyant Je me souviens de Martin Michaud, j’ai pensé à mes cousins canadiens, à cette phrase longtemps inscrite sur la plaque de leurs voitures au Québec, et j’ai eu envie de découvrir ce maitre du polar proposé par les éditions Kennes. Apparemment un auteur qui marche bien chez nos cousins, et comme je les comprends. On a vraiment du mal à lâcher ce lourd et imposant pavé, et si le format peut laisser dubitatif face à l’effort qui s’annonce, j’avoue, je l’ai un peu laissé de côté, me demandant comment l’aborder ! En fait les pages tournent seules et il bien difficile de s’arrêter.

Montréal, à la veille des fêtes de fin d’année, la neige a commencé à recouvrir les rues et les paysages, habillant le récit d’une atmosphère particulière dont on s’imprègne au fil des pages. Le sergent-détective Victor Lessard est de retour à la Section des crimes majeurs, après quelques péripéties et un accident (à aller explorer dans les opus précédents pour ceux qui comme moi découvrent la série, mais sans que cela gêne la lecture). Il a une coéquipière, Jacynthe Taillon, forte femme au caractère bien trempé avec laquelle il forme un duo totalement désassorti mais qui fonctionne, nous faisant penser à Adamsberg et Rétancourt ou à l’inspecteur Thomas Lynley et à sa fidèle adjointe Barbara Havers.

L’enquête est multiforme, l’auteur nous plonge, après quelques scènes de meurtre assez sordides à la Jean-Christophe Grangé (et moi qui ne voulais plus en lire !) mais en légèrement plus soft, dans toutes sortes d’ambiances, meurtres au relents moyenâgeux, recherche d’un tueur en série, assassinat et enlèvement politiques, enquête dans un hôpital psychiatrique où se seraient pratiquées des recherches plutôt louches des années en arrière, recherche et expérimentations qui n’auraient pas été sans risques pour les cobayes, résurgences des théories du complot de l’assassinat de Kennedy, tout y est. Nous suivons Victor Lessard alors qu’il cherche à assembler les pièces du puzzle avec son équipe de choc. Personnalités décalées et complémentaires, une équipe de flics comme on l’imagine, en cohérence avec des caractères et des relations de travail classiques.

Et bien sûr, en parallèle sa vie n’est ni calme ni sereine, divorcé, une petite amie plus jeune avec qui il faut assurer, des enfants qui s’embraquent sur des chemins un peu tordus, des collègues perturbés, il a malgré tout de l’empathie pour son supérieur dont la femme est gravement malade, il assure sur tous les fronts. Au début, j’ai eu un peu de mal à plonger dans sa vie privée qui me paraissait peu réaliste, comme s’il fallait meubler , mais finalement tout s’imbrique parfaitement.

Au final, un très bon polar, une écriture qui sait faire monter le suspense, découpé en chapitres courts qui font facilement intégrer la taille du bouquin. J’ai adoré les formules, les tournures, le langage, dans lesquelles je retrouvai avec un bonheur total les expressions entendues lors de rencontres avec ma famille canadienne, un régal !

💙💙💙💙💙

quebecbis

Du même auteur, retrouvez ma chronique de Violence à l’origine

Catalogue éditeur : Kennes

À Montréal, juste avant Noël, un homme et une femme meurent le cou transpercé par ce qui semble être un instrument de torture sorti tout droit du Moyen Âge. Auparavant, ils ont entendu la voix de Lee Harvey Oswald, l’assassin présumé du président Kennedy.
Un sans-abri se jette du haut d’un édifice de la place d’Armes.

Ayant séjourné à plusieurs reprises en psychiatrie, il prétendait avoir participé, avec le FLQ, à l’assassinat de Pierre Laporte. Sur le toit, avant de sauter, il laisse deux portefeuilles, ceux des victimes. La série de meurtres se poursuit, les cadavres s’empilent…
De retour à la section des crimes majeurs, le sergent-détective Victor Lessard mène l’enquête avec, pour le meilleur et pour le pire, la colorée Jacinthe Taillon.
Je me souviens parle d’identité à bâtir, de mémoire à reconstituer et de soif d’honneur.

Date de parution : 30/09/2015 / EAN : 9782875801678  / Nombre de page : 634

à la rencontre de Danielle Thiéry

DANIELLEDERAPAGES

Retour sur une rencontre avec Danielle Thiéry autour de ses romans, en particulier Dérapages et de ses projets.
Danielle, comment imagines-tu les personnages de tes romans ? Est-ce que tu t’appuies sur des personnes que tu connais
 ?
Oui, j’imagine quasiment toujours un homme ou une femme derrière les personnages, quelqu’un qui existe ou qui a existé. J’ai besoin de visualiser la personne pour que le rôle soit incarné, y compris pour écrire un scénario, il m’est impossible de créer un personnage au doigt mouillé, j’ai besoin de remonter très loin en arrière et de travailler sur son histoire, sur sa légende, pour lui donner de l’épaisseur.  C’est particulièrement important pour l’écrit.  Et notamment pour les descriptions physiques. Dans un film on a l’image, on est obligé de faire avec ce qu’on nous montre, dans un livre on peut faire comme on veut. Pour autant, je me contente souvent d’une description laminaire pour que le lecteur imagine son propre personnage, je donne seulement quelques clefs pour le définir et le situer « un grand brun fatigué, la quarantaine » ça suffit, on a compris. Sauf, bien entendu, si le détail sert l’histoire.

Mais alors, certains grands flics se sont-ils reconnus par exemple ?
Non, pas vraiment, pourtant certains auraient dû, mais peut-être ne sont-ils pas lucides sur eux-mêmes ? Parfois d’autres croient reconnaitre un tel ou un tel, et pourtant ce n’est pas celui qui a inspiré le personnage. Il faut toujours laisser un écran de fumée, ne pas être trop réaliste pour que le lecteur ne soit ni coincé ni verrouillé. Il doit respirer, même si le chemin qu’on lui fait prendre est assez balisé. La première règle c’est de s’amuser quand on écrit des polars et d’emmener son lecteur là où l’on souhaite…

Quand tu écris, tu sais où tu vas, tu connais la fin ?
Oui, c’est indispensable. Le polar a des exigences de construction et il faut savoir où on va d’emblée faute de devoir tout refaire parfois en cours de route ! En revanche, il m’est impossible de commencer à écrire sans un déclic fort. Je peux avoir une idée par minute et mille sujets en tête, ce n’est pas suffisant car l’envie d’écrire naît toujours d’un déclic. Pour Dérapages par exemple, c’est un rêve qui m’a trotté dans la tête longtemps : moi dans une voiture, un bébé sur le siège arrière, arrive un incident, et quand je me retourne, plus de bébé. C’était fort et troublant. Ce rêve me dérange mais je ne me livre pas à une introspection à son sujet. Je me demande seulement où il peut me mener. Et je réfléchis, je mouline, les idées, les scènes. Une chose en amène une autre, ce n’est pas forcément à partir du rêve que je tire le fil, mais je le garde quelque part dans ma tête pour le jour où ! Je creuse des pistes, je me documente, je prends des notes. J’abandonne des pistes, en ouvre d’autres. Pour  Dérapages j’ai été amenée à m’intéresser au lait maternel, puis à une découverte des années 1950 en Russie… Et peu à peu la mayonnaise prend. Chaque ingrédient en soi n’est rien sans les autres. Le rêve va prendre place parmi eux. De même, le lait maternel,  le seul élément qu’on ne sait pas reproduire… On sait faire des yeux, de la peau, un cœur, même si ce n’est pas parfait, mais le lait maternel on ne sait pas faire. Ce sujet m’a passionnée et une intrigue a émergé autour. Mais ça ne suffisait pas, il fallait construire une histoire pour embarquer le lecteur, le bluffer. A partir d’un rêve… qui va être le fond, le terreau dans lequel je vais semer mes graines mais il faut que je trouve une harmonie, que ça prenne.
Donc je n’écris pas d’emblée, sauf quelques scènes, pages, chapitres, vers lesquels je retourne – ou pas – ensuite, comme la scène de départ de Dérapages , jetée sur le papier sous le coup du rêve mais qui, à l’issue va complétement changer.  Et au fur et à mesure que j’avance dans la construction mentale de l’histoire, les personnages, les situations évoluent. Je ne commence à écrire vraiment que lorsque je sais exactement l’histoire que je veux raconter. C’est encore plus vrai pour Dérapages où de nombreux points exigeaient de me documenter, de faire des recherches, puis de rendre ces éléments accessibles au lecteur. Alors bien sûr, les tatillons vont trouver que c’est une science de comptoir, mais c’est volontaire : je dois d’abord comprendre pour rendre mon sujet totalement abordable, ne pas être dans l’exigence scientifique mais bien m’adresser au lecteur qui ne veut pas connaitre l’exposé scientifique, il faut lui exposer le but recherché en utilisant des mots simples. Je me sers d’ailleurs souvent d’un de mes personnages comme vecteur : il ne comprend pas, il demande la vulgarisation du propos scientifique, et cela va servir au lecteur qui se moque un peu de l’expertise scientifique pour s’attacher à l’histoire.
Dans ce roman, une partie de l’histoire se passe à Lille, je suis allée voir les différents services. Je  connais aussi l’Eurostar pour avoir passé quelques années dans la police ferroviaire. J’ai également voulu positionner la commissaire Marion dans un service moins connu que le 36 quai des orfèvres. Même si le 36, évidemment, ça parle à tout le monde… On voit d’emblée la tour pointue, l’escalier, le bureau de Maigret et son fauteuil, on sait implicitement de quoi on parle, il y a eu tant de descriptions, de films… Mais peut-être un peu trop, justement. D’où l’idée de mettre l’accent sur un service spécialisé dans les affaires les plus dures car il est intéressant d’en parler pour le faire connaitre. Ce service (l’Office de répression des violences faites aux personnes)  travaille avec des psycho-criminologues, ce qui est une donnée nouvelle et intéressante car ces spécialistes aident à l’enquête, ils apportent une véritable expertise psy, notamment sur des affaires anciennes ou non élucidées. Ils établissent des profils d’auteurs de crimes, mais ce n’est pas un « profilage » de cinéma, ils essaient de trouver une ligne directrice, des éléments formels, de croiser des éléments, de retrouver des constantes dans certains dossiers, etc. Un esprit de flic enquêteur renâcle parfois à ce type de prestation, mais c’est intéressant – passionnant – de voir comment ils travaillent. Au moment de mes recherches, ils travaillaient sur l’affaire de Berck-plage – une fillette noyée dans la Manche par sa propre mère – et cela m’a donné l’envie d’y situer une partie de mon histoire.

La fin de « Dérapages » semble introduire une suite, est-ce possible ?
Non, il n’y en aura pas, a priori. A la fin de l’histoire, les lecteurs pensent ne pas avoir toutes les réponses et c’est logique puisque c’est voulu ! J’aime laisser planer quelques mystères et ne rien décider de définitif pour un personnage ou un autre. Une personne a disparu, personne ne sait ni ne saura, dans ce livre en tout cas, où et comment. Mais qui sait si, dans quelques années, je n’aurai pas envie de la faire revenir dans une histoire ? Alors oui, le lecteur veut une suite, mais pas moi !  Ce serait comme faire du réchauffé, non ?

Mais pourtant il y a eu Crimes de Seine et  Jour de gloire
En effet, la fin de Crimes de Seine est un cliff-hanger. On pense avoir résolu tout le problème et… on s’est trompé. Cette fin, arrivée tout spontanément en cours d’écriture, m’a poussée à écrire une suite. Mais ce n’est jamais obligatoire et je dirais même que c’est risqué.  Car d’une part, l’honnêteté oblige à le préciser au lecteur qui, du coup, se sent obligé de lire un livre qui ne l’attire pas  forcément ou en tout cas moins que l’autre et d’autre part, bien qu’il soit en demande sur le coup, le lecteur oublie vite ce qu’il a lu de l’histoire. Il ne retient généralement que ce qui concerne les personnages lorsqu’ils sont récurrents comme c’est le cas de Marion.
Moi, j’avoue, dans Dérapages, j’ai bien aimé le clin d’œil final ! Oui, bien sûr, mais c’est surtout une métaphore, un moyen de montrer que rien ne change, qu’il y aura toujours des manipulateurs, des gens qui veulent se servir du reste de l’humanité à leur propre bénéfice. La vie est un éternel recommencement, non ?

Danielle, avec Dérapages, tu signes ton onzième roman avec Edwige Marion. La question qui me taraude, c’est : as-tu parfois envie de la laisser tomber, et d’ailleurs, c’est ce que tu as fait avec Des clous dans le cœur …
Des clous dans le cœur était une expérience particulière. Pour concourir pour le Prix du quai des Orfèvres, il faut envoyer un manuscrit original et anonyme. Personne, dans le jury ne doit identifier  l’auteur sinon il est rejeté. Il me fallait donc mettre en scène des personnages sans Marion qui, elle, est assez connue maintenant. Des clous dans le cœur se passe à Versailles, j’avais passé trois mois avec la PJ de Versailles pour écrire l’histoire de ce service et l’idée d’écrire aussi un roman qui se passerait là-bas m’est venue naturellement au contact des enquêteurs et de leurs histoires. J’ai fait ce roman et me suis demandé ce que j’allais en faire. J’ai envoyé le manuscrit au 36 (qui assure le secrétariat  de l’opération) et j’ai reçu le prix !!  C’est un moment merveilleux, tout auteur qui concourt a toujours un espoir bien sûr mais celui-là je l’ai vécu comme un rêve. J’ai surtout aimé écrire ce livre et mes lecteurs ne m’ont pas tenu rigueur d’avoir mis en scène des personnages différents, cette fois. Pour être honnête, mes lecteurs habituels ne sont pas forcément les mêmes que les lecteurs du prix du quai des Orfèvres. Et, parfois, dans les salons, les uns comme les autres étaient surpris car ils n’avaient pas fait la relation !
Je pensais que pour ce prix il ne fallait pas être déjà connu ou que c’était un prix de premier roman…En plus, des livres primés certaines années ressemblent à des premiers romans, je trouve… d’où peut-être la confusion ! C’est ce que pensent beaucoup de lecteurs, en tout cas.
Eh bien non, pas du tout ! Tout le monde peut concourir pour ce prix, la preuve, même un auteur qui a de la « bouteille » et de nombreux livres à son actif… Il suffit d’envoyer un manuscrit ! Bien sûr, les critères d’attribution – hormis les exigences littéraires – reposent sur la connaissance de la procédure, des pratiques policières ou judiciaires mais c’est tout. Et quand on regarde bien, il n’y a pas tant de flics que cela qui l’ont eu.
Pour ce qui concerne Marion, oui, j’ai essayé de la faire disparaître ! Un personnage récurent est lourd à trainer et on a l’impression parfois de tourner en rond. Il faut la faire évoluer, il faut parler de son entourage, mettre en scène de nouvelles têtes pour éviter l’ennui. Et même si je la place dans une situation critique le lecteur n’a pas peur pour Marion car il sait qu’elle revient… Le premier titre où Marion apparaît (le Sang du bourreau, aux Éditions JC Lattès, en 1996)  était au départ un livre unitaire. Marion est une jeune commissaire, une femme dans un métier d’homme… Elle est sans famille, n’a ni mère ni père ni sœur ni frère, parce que je voulais mettre l’accent sur sa famille de substitution : ses flics. Puis l’éditeur a demandé un autre opus avec elle, et de fil en aiguille c’est devenu compliqué car on me demandait toujours quelle était son histoire. D’où le livre Origine inconnue qui est un éclairage sur l’histoire de mon personnage. Il va être réédité aux Éditions J’ai Lu, début novembre 2015.

C’est difficile pour un lecteur qui est attaché à son personnage, par exemple quand Elisabeth George, a fait disparaitre, non pas son flic fétiche, Linley, mais Helen, sa femme, j’ai arrêté de lire ses polars ! Par contre Henning Mankell avait eu la finesse de rendre son flic fétiche malade d’Alzheimer, il pouvait donc encore exister, sinon le lecteur est déçu en général, non ?
Quand Conan Doyle a décidé de tuer Sherlock Holmes, il y a eu des manifs sous ses fenêtres pour exiger son retour ! Pour l’auteur l’envie de se séparer de son héros survient forcément un jour ou l’autre. Edwige Marion a reçu une balle dans la tête dans Crimes de Seine mais j’ai eu des réactions de lecteurs qui voulaient « sauver Marion », ce n’était donc pas possible de l’éliminer. Mon éditeur allemand, et pas seulement lui, ne voulaient pas  que Marion disparaisse. Alors, je l’avoue, j’ai cédé, je l’ai juste mise un peu à l’écart dans les deux romans suivants. Et dans Dérapages, elle reprend du service. Elle n’est plus au placard, mais son aventure – une balle dans la tête ce n’est pas rien – en a fait un nouveau personnage. Elle a changé de personnalité, et comme elle a beaucoup de séquelles, elle est devenue une autre. Elle s’efface, progressivement, en se modifiant. Et, c’est vrai, Marion, j’en ai fait le tour ! La colocation, c’était bien un temps, mais il faut savoir en définir les limites !  (Tiens, c’est un peu comme si Danielle vivait avec Marion !) Car j’use parfois d’artifices pour la garder présente.

Imagines-tu que des personnages secondaires, comme Abadie ou Valentine prennent de l’importance ? Oui, mais non !! Marion sera encore présente dans mes livres mais elle va sans doute s’estomper ! Et ce ne sera pas forcément eux qui prendront le relais car ils sont, comme elle, un peu usés aussi !
Ce qui veut dire que le suivant est déjà commencé ? Oui bien sûr, la trame est prête, le texte, l’histoire.

Mais je croyais que tu faisais une pause, momentanément, dans le roman ?
Oui, je voulais souffler car Dérapages M’a donné du fil à retordre, nécessité des recherches à l’Institut Pasteur, à cause des aspects scientifiques, je me suis bien pris la tête comme on dit. Et puis, j’ai d’autres ouvrages en cours, un livre jeunesse (Panique au grand stade, aux éditions Syros, sortie en janvier 2016), un livre en collaboration avec un psy, Le souffleur, sortie en mars 2016 chez Mareuil Editions… Un projet d’autobiographie aussi, une reprise de la Petite fille de Marie Gare, en fait… qui évoquera mon expérience de femme-flic,  mais aussi quelques considérations sur le monde, sur la police, des anecdotes… Donc j’avais besoin d’une pause et  envie d’arrêter, très provisoirement, les romans. Et puis un matin, dans le métro, je suis tombée sur un fait divers. Et là, le déclic, une fois de plus… Une histoire de fou ! La vie d’un écrivain est ainsi faite que rien ne s’arrête jamais…

Daniellebis


Danielle Thiéry  a été une des premières femmes commissaires de police en 1976. Puis, la première à décrocher le grade de divisionnaire, en 1991.  Elle a écrit un livre inspiré de la vie de son arrière-grand-mère. La petite-fille de Marie-Gare relate l’histoire d’une enfant abandonnée dans une gare en 1873 et qui dut à un commissaire de police de s’appeler Marie, Joséphine, Gare… Le livre nous entraîne aussi sur le parcours de ces pionnières de la police française, dans son expérience du transport aérien et de la Police ferroviaire. Mais l’histoire s’arrête il y a 20 ans, au moment du détournement de l’airbus d’Air France à Alger, en 1994. Si l’on en croit l’auteur, la suite est en cours d’écriture et sera publiée en 2015 ou 2016.
Danielle écrit des romans, et également des documents tels que L’histoire de la BRI de Paris, la fameuse brigade antigangs, et Police Judiciaire, Cent ans avec la Crim de Versailles. Ce service, grande sœur de la Crim du 36,  fut la première brigade mobile – les fameuses Brigades du Tigre de Clémenceau – devenue à l’époque contemporaine la DRPJ de Versailles. Un véritable travail d’enquêtes, de recherches et de compilation d’évènements criminels où il faut certes raconter des histoires, mais surtout éclairer l’histoire criminelle par l’histoire tout court.

Ne meurs pas sans moi. Suzanne Stock.

Dans son premier roman, « Ne meurs pas sans moi », Suzanne Stock aborde le thème de la trahison et de la culpabilité sous l’angle étonnant du fantastique.

Dans ce roman travaillé tout en flash-back, nous suivons Sandra aujourd’hui et Sandra enfant, à huit ans, malmenée par une mère qui ne trouve plus aucun plaisir dans son couple et agit de façon particulièrement dure avec sa fille, et aimée par un père qui tente de combler le vide affectif. Malgré cette enfance difficile Sandra est une jeune femme à qui tout semble réussir. Elle a tout pour être heureuse, avocate à New York, elle a un amant presque parfait, une amie d’enfance fidèle et un père qui l’adore et la soutient. Puis nous la retrouvons aujourd’hui, alors qu’elle attend Claire, sa meilleure amie. Jusqu’au jour où elle découvre la trahison de son amant, et là, tout bascule…

Vont s’en suivre des réminiscences de souvenirs étranges, des visions, des hallucinations assez incompréhensibles, à la limite du fantastique, pas éloignées des pires visions de films d’épouvante où d’horribles yeux rouges vont poursuivre Sandra, visions dans lesquelles je me suis parfois un peu perdue. Puis l’histoire se déroule, surprenante, étrange, qui pose certaines questions, qui ne sont pas forcément celles qu’on imagine à priori. Impossible d’en dire plus sans dévoiler une partie de l’intrigue, donc là c’est à vous de lire !

Pour un premier thriller, l’intrigue est originale et tient le lecteur en haleine, abordant plusieurs thèmes, culpabilité, amour maternel, vengeance, trahison, et malgré le côté fantastique un peu trop développé à  mon goût. Et même si une accro aux polars comme je le suis a vite fait d’en dénouer quelques fils, il faut cependant aller au bout de l’histoire pour tout comprendre !

Roman lu dans le cadre du jury de l’édition 2015 du Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points


Catalogue éditeur

Sandra Denison aime la vie. Rien ne semble pouvoir arrêter cette brillante avocate new-yorkaise, qui collectionne les succès professionnels comme les hommes. Sûre d’elle, elle ne regarde jamais en arrière. Car le terrible drame de son enfance la ronge. Elle revoit encore les flammes lécher les murs de la maison, se refermer comme un piège infernal sur sa mère. Et ces étranges yeux rouges qui la fixent…

Née en 1975, Suzanne Stock est journaliste. Ne meurs pas sans moi est son premier roman.

Prix du meilleur polar des lecteurs de points 2014« Coup d’essai, coup de maître ! » Le Républicain lorrain
6,9€ / 192 pages  / Paru le 03/09/2015 / EAN : 9782757846483

Policiers, thrillers & romans noirs

Cadres noirs, Pierre Lemaitre

Cadres Noirs, une intrigue dans le monde parfois bien sombre de l’entreprise, qui prend le lecteur et ne le lâche plus par Pierre Lemaitre

De Pierre Lemaitre, j’ai d’abord découvert le fabuleux « Au revoir là-haut » et son regard porté sur les personnages, sur l’Histoire, celle des peuples qui s’écrit avec la multiplicité des individus et avec la vie et le sang des hommes, puis « Robe de marié », ma première expérience Lemaitre en polar / thriller. D’où bien sur mon envie d’en découvrir plus de cet auteur dont j’ai apprécié le regard affuté sur la société, sur les travers humains, l’analyse psychologique des personnages, un brin cynique et jamais larmoyante même quand tout est sombre.

Avec Cadres noirs, nous ne faisons pas une incursion dans le monde du Cadre Noir de Saumur, mais bien plutôt dans celui bien noir de la vie des cadres en entreprises, ces entreprises capables de broyer les individus pour arriver aux objectifs fixés par des actionnaires, des gestionnaires, des patrons bien éloignés des réalités et des souffrances du terrain.

Ici, nous allons suivre les pérégrinations d’Alain Delambre, la cinquantaine, âge critique pour trouver du travail car considéré depuis longtemps comme un sénior par l’entreprise.  C’est un cadre RH au chômage depuis plus de quatre ans. Lui qui a été capable d’accepter toutes sortes de petits boulots sous-payés et bien en deçà de ses capacités, pour rester un peu actif, et alors qu’il désespère, une lueur d’espoir va lui permettre d’envisager  un poste à sa mesure. Pour cela il va devoir se plier à un jeu de rôle méprisable envers les cadres de l’entreprise qui pourrait l’embaucher.

Mais tout va soudain déraper et si parfois l’emballement d’Alain Delambre m’est apparu impossible, j’ai cependant eu envie de connaitre et de comprendre pourquoi et comment il allait s’en sortir. L’analyse du monde du travail, de l’entreprise, le rejet des séniors par le monde des RH et du management, la psychologie du chômeur de longue durée, le machiavélisme, le séminaire de motivation parfaitement débile, mais aussi le désespoir, la manipulation, la vie d’une famille qui dérape quand les rôles sont difficile à tenir, parce que dans la couple  l’un des deux ne trouve plus sa place, tout est bien analysé, décortiqué, transposé en une intrigue qui prend le lecteur et ne le lâche plus, même si par moment on n’y croit pas, on a du mal à comprendre la bêtise de ce personnage qui se dévoilera peut être bien plus malin et surprenant que prévu.

Catalogue éditeur : Calmann-Lévy Le Livre de Poche

Alain Delambre est un cadre de cinquante-sept ans complètement usé par quatre années de chômage. Ancien DRH, il accepte des petits jobs qui le démoralisent. Au sentiment d’échec s’ajoute bientôt l’humiliation de se faire botter les fesses pour cinq cents euros par mois… Aussi quand un employeur, divine surprise, accepte enfin d’étudier sa candidature, Alain Delambre est prêt à tout, à emprunter de l’argent, à se disqualifier aux yeux de sa femme et de ses filles, et même à participer à l’ultime épreuve de recrutement : un jeu de rôle sous la forme d’une prise d’otages. Il s’engage corps et âme dans cette lutte pour retrouver sa dignité. S’il se rendait compte que les dés sont pipés, sa fureur serait sans limite. Et le jeu de rôle pourrait alors tourner au jeu de massacre…

448 pages / Date de parution: 02/03/2011 / EAN : 9782253157212 / Editeur d’origine: Calmann-Lévy