Sommeil blanc. Emelie Schepp

La nouvelle reine du polar scandinave, Emelie Schepp revient avec « Sommeil Blanc » le deuxième tome de sa trilogie, et entraine ses lecteurs sur les traces de Jana, son enquêtrice de choc.

J’ai eu le plaisir de rencontrer l’auteur suédoise Emelie Schepp lors de sa venue à Paris pour la parution du premier opus de sa série, puis de nouveau lors de la parution de Sommeil Blanc au printemps. Comme tous ses lecteurs, j’ai découvert son héroïne Jana Berzelius dans Marquée à vie, et j’ai retrouvé avec plaisir la belle et froide procureur au passé trouble, toujours autant auréolée de mystère.

Le corps d’une mule vient d’être découvert sans vie dans un train reliant Stockholm à Copenhague, soulevant de nombreuses interrogations. C’est apparemment une jeune Thaïlandaise, mais d’où vient elle vraiment ? Qui est-elle ? Était-elle seule ?  Car il semble qu’elle a voyagé avec une seconde jeune femme. La découverte d’un deuxième corps, celui d’un toxico notoire, éveille de bien plus profonds soupçons… et Jana entre en scène, toujours poursuivie par les fantômes de son enfance, par les réminiscences de ces moments dont elle ne sait pourtant rien. Pourtant le voile se lève sur une partie du mystère, des noms apparaissent, on recherche l’identité du Vieux, on retrouve un certain Danilo, l’ennemi intime de Jana. Et l’on se demande comment elle va réussir à mener cette enquête sans être trop impliquée. Comment peut-elle se sortir de là sans risquer sa carrière ? Et qui est le commanditaire de ce sombre trafic, apparemment proche du cercle des relations de Jana.

Emelie Schepp nous entraine à la suite de Jana et de l’équipe d’enquêteurs que nous avions découverts dans le premier tome, en choisissant un thème actuel, celui des mules et du triste sort qui leur est parfois dévolu. Comme elle l’évoque lors de la rencontre, pour ce roman également, un long travail de recherche et des contacts aussi bien dans le milieu de la police que dans celui de la santé lui ont permis de présenter les faits de manière à la fois romanesque et réaliste.

Son intrigue se tisse, s’intensifie, et nous rêvons déjà de savoir comment Jana va s’en sortir, et quels démons devra-t-elle affronter dans le prochain opus ?

💙💙💙💙

Vous  souhaitez en savoir un peu plus ? Retrouvez également mon avis sur Marqué à vie ici. Et la rencontre avec Emelie Schepp.

Catalogue éditeur : HarperCollins

Une deuxième enquête de Jana Berzelius.
Quand une jeune Thaïlandaise utilisée pour faire passer de la drogue est retrouvée morte des suites d’une overdose, tous les indices tendent à prouver qu’un certain « Danilo » est lié à l’affaire. Un ennemi personnel que Jana Berzelius a bien l’intention de faire disparaitre. Ancien frère d’armes, il en sait trop sur son enfance sordide. En parallèle, l’équipe de Jana se concentre sur la recherche d’un magnat de la drogue qu’on dit d’une intelligence hors du commun. Tout en brûlant de connaitre son identité, Berzelius doit aussi veiller à ce que Danilo ne dévoile pas… la sienne.

Née en Suède, à Motala, Emelie Schepp appartient à la nouvelle génération d’écrivains nordiques, celle qui a succédé à des auteurs mondialement connus, comme Stieg Larsson. Après avoir remporté un prix d’Art dramatique et travaillé dans la publicité, Schepp fait des débuts très remarqués avec Marquée à vie, le premier volume de sa série « Jana Berzelius ». Déjà vendue dans 27 pays à ce jour, cette trilogie a conquis 200 000 lecteurs rien qu’en Suède.

Paru le 10 janvier 2018 / Harper Collins Noir N°15 / 400 pages / EAN 9791033900764

Publicités

Piégée. Lilja Sigurdardóttir

C’est toujours un grand plaisir la découverte d’un auteur de polar venu du froid et ayant un vrai talent pour nous tenir en haleine ! Avec « Piégée » Lilja Sigurdardóttir met la barre haut et avouons-le, on aime ça !

DomiCLire_piegee

Dans Piégée, son premier roman, Lilja Sigurdardóttir propose une intrigue qui mêle manipulation, sentiments, angoisse, enquête… pour mener son lecteur par le bout du nez !
Sonja, jeune femme divorcée, espère récupérer la garde de son fils Thomas. Ses problèmes financiers et sa relation homosexuelle avec Agla lui ont porté préjudice lors de la séparation, et c’est chez Adam, son ex, que Thomas passe la plupart de son temps.
Sonja est « piégée » et se retrouve à passer de la cocaïne, faisant de nombreux aller-retour depuis Londres ou Copenhague vers Reykjavík. C’est presque devenu une professionnelle du trafic. Les astuces pour échanger les bagages, pour éviter les fouilles, elle connaît. Elle sait aussi qu’il faut se méfier des donneurs d’ordre et ne croire en personne. Mais elle espère surtout arriver à sortir de ce piège pour reprendre une vie normale et obtenir la garde définitive de son fils.

C’est compter sans la ruse d’Adam, qui veut être le seul dans la vie de leur fils ; sans l’absolue nécessité de Bragi, le douanier attentif – dont la femme très malade nécessite des soins importants – averti et expérimenté il va rapidement avoir des doutes sur Sonja et sur sa doublure si parfaite de femmes d’affaires ; sans Agla et les sordides histoires de trafic financier dans lesquelles elle est empêtrée jusqu’au cou et qui pourraient lui porter à nouveau préjudice et par ricochet la pénaliser à nouveau.

L’action se situe pendant l’éruption volcanique, en Islande. Ah ce volcan, il en aura causé des dommages indirects ! L’intrigue bien menée embarque le lecteur et jusqu’au final on vibre, on applaudit, on déteste, on espère, dans l’attente du pire ou du meilleur. Les multiples niveaux d’intrigue laissent présager des suites intéressantes à ce premier tome d’un trilogie annoncée. Qu’il s’agisse du rapport de forces inégal fait de manipulation et de soumission entre Sonja et son ex, ou de sa relation amoureuse si mal assumée qu’elle en devient ambigüe, le tout pendant sur fond de crise financière en Finlande et de trafic en tous genres, du coup on ferme ce tome et on attend impatiemment la suite !

Un bon polar porté par la traduction de Jean-Christophe Salaün, spécialiste de l’islandais, que j’avais découvert grâce à un épisode des carnets de l’édition de lecteurs.com

💙💙💙💙

Catalogue éditeur : Métailié

Titre original : Gildran / Langue originale : Islandais (Islande) Traduit par : Jean-Christophe Salaün

Sonja a été contrainte de devenir passeuse de cocaïne pour retrouver la garde de son petit garçon. Elle doit jouer au chat et à la souris avec des narcotrafiquants féroces, un ex-mari pervers, un avocat ambigu, une compagne envahissante.
Elle doit se montrer de plus en plus inventive, de plus en plus audacieuse. Elle doit sortir du piège dans lequel elle s’est laissé enfermer. Seule certitude, Tómas son petit garçon, lui, ne vit que pour ses week-ends auprès de sa si jolie maman.
Il y a aussi, à l’aéroport de Keflavík, Bragi, le vieux douanier, très intrigué par cette jeune femme élégante et décidée qui traverse régulièrement les salles d’embarquement.
Entre malversations et trafic de drogue, Piégée est un thriller original et brillant, mêlant une intrigue pleine de suspense, des personnages attachants et une description fantastique de la capitale de l’Islande pendant l’hiver 2010-2011, couverte de cendres et sous le choc du krach financier.

Nominé pour le Drop of Blood, le prix islandais du roman policier 2016.