Wanderer. Sarah Léon

Wanderer, de Sarah Léon est un beau premier roman porté par la mélodie de mots et des sentiments. Une jolie découverte d’une auteure révélée par le prix Clara

DomiCLire_wanderer_sara_leon.jpgHermin est compositeur, il vit retiré dans une maison aux confins du Bourdonnais. Un soir d’hiver et de neige, Lenny, un de ses anciens élèves, mais surtout celui qui a été son protégé et son ami, et qui est devenu un pianiste talentueux, vient frapper à sa porte.
Dix ans auparavant, Lenny était un adolescent misérable, élevé par une tante poitrinaire et porté par un seul rêve, devenir un grand pianiste. Hébergé et pris sous l’aile protectrice d’Hermin, l’adolescent se révèle doué, mais terriblement possessif envers son protecteur. Jusqu’au jour où il disparait de la vie d’Hermin. Sa rencontre avec son mentor sera pourtant décisive et lui permettra d’accéder au plus haut niveau de maitrise du piano.

Étrange visite de celui que le compositeur n’a plus revu depuis si longtemps. Pendant ces dix longues années, aucun n’a repris contact, mais chacun a suivi le parcours de l’autre. Aujourd’hui, dans un huis clos porté par la musique et la création, les silences et les cris, des parts du mystère seront enfin dévoilées. Pourquoi cette fuite, pourquoi cette ultime visite, pourquoi celui qui est aujourd’hui devenu un homme au talent reconnu de tous souhaite-t-il tout abandonner. Ultime tentative de Lenny pour faire comprendre ou accepter l’étrangeté de cette relation qu’Hermin nomme une profonde amitié, mais qui n’a définitivement pas la même valeur ni le même sens aux yeux de Lenny.

C’est une belle écriture, très musicale, portée par les notes, la création, l’évolution de la mélodie de Schubert omniprésente dans le roman. Le récit du présent alterne avec les réminiscences indispensables du passé, souvenirs d’Hermin en italique dans le texte, pour une meilleure compréhension de ces non-dits, de ces échanges incomplets, de cette attente vitale et de ces révélations. Un peu déconcertée au début par ces incessants aller-retour dans le temps, j’ai vite apprécié la coloration musicale et hivernale de ce roman, son côté sombre aussi, cette tristesse qui en émane, au plus profond d’un hiver de glace, comme en écho à l’hiver d’une vie et à celui d’une profonde amitié.


Catalogue éditeur

Porté par une mélodie schubertienne, Wanderer est un premier roman d’une délicatesse rare, un adagio crépusculaire au cœur de l’hiver, une ode subtile au romantisme allemand.

Date de parution : 03/03/2016 / Éditeur : Héloïse d’Ormesson / EAN : 9782350873572

http://www.editions-heloisedormesson.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s