Un homme dangereux, Émilie Frèche

Un homme dangereux, d’Émilie Frèche, ou jusqu’où est-on prêt à aller par amour ?

Que dire de cet homme dangereux, étrange mais si bien écrit. J’ai aimé et en même temps je me suis par moments trouvée en porte à faux avec cette histoire, suis-je dans le roman ou suis-je voyeur d’une vie qui n’est pas la mienne et dans laquelle je n’ai pas demandé à m’immiscer. C’est une position bizarre, mais quand on l’oublie on plonge ! On plonge dans les mots si bien posés d’Émilie Frèche, on vibre et on s’énerve pour cette Émilie narratrice que l’on souhaite plus énergique, que l’on a envie de bousculer pour qu’elle ne se laisse pas entrainer dans cette histoire d’amour malsaine qui la met dans une position d’attente, de soumission, de désespoir parfois, alors qu’on voit bien qu’elle ne peut y trouver que du chagrin et qu’elle va détruire l’équilibre instable sans doute mais confortable de sa vie actuelle .

Il y a tant de l’auteur dans ces pages qu’on ne sait plus trop où on navigue. Mais comme elle le dit elle-même (enfin, la narratrice) est-ce si important de savoir si c’est la réalité ou le roman, du moment que l’on croit à cette histoire, qu’elle nous fait rêver, aimer, détester aussi parfois cette femme équilibrée qui se laisse manipuler, qui attend, qui s’oublie, qui oublie ses enfants, son mari, sa famille et même sans doute son amant, pour un homme qui ne lui apporte que tourments et humiliations, qui la manipule mais auquel elle obéit obsessionnellement.

Car Émilie a rencontré presque par hasard Benoit, et sa vie en est bouleversée. Écrivains tous les deux, Benoit est beaucoup plus âgé, manipulateur, séducteur, il va souffler le chaud et le froid, l’inonder de sms, de messages, d’appels, de rendez-vous, puis au moment où elle répond, la laisser dans le vide du silence. Et avouons-le, nous en avons déjà rencontré des amies qui ont subi ce genre de relation, assaillies de messages jusqu’à ce qu’elles craquent, puis le silence, l’attente, l’angoisse, ferrées par ces manipulateur pervers narcissiques qui ont besoin d’humilier pour se sentir vivants. Quelle plongée, quel abîme, la perte de repères, l‘incompréhension, la soumission de celle qui ne veut pas paraitre… paraitre quoi en fait ? peureuse, hésitante, pas assez amoureuse ? Alors forcément chacun de se demander comment une femme intelligente et belle peut se laisser manipuler autant. Et c’est là toute la réussite du roman, qui présente la descente aux enfers d’une femme amoureuse avec autant de maitrise. J’ai apprécié la façon dont l’auteur décortique avec lucidité et réalisme cette relation malsaine.

Dominique Sudre avec Émilie Frèche
Avec Emilie Frèche au Salon du Livre de Paris © DCL-DS2015

Il y a également présente tout au long du roman la trame de l’antisémitisme de Benoit alors qu’Émilie est Juive. Puis ce moment où elle découvre ce qu’il est advenu de sa grand-mère après la guerre. Ah, ces silences des familles qui ne disent pas, ces secrets qui se transmettent de génération en génération pour le malheur de générations futures qui ne pourront pas les comprendre. Quelle intelligence de réussir à  briser la chaîne. J’ai aimé découvrir cette Émilie vivante et forte qui saura s’en sortir, aller au bout de ses interrogations et ne pas plonger dans sa propre histoire pour refaire à deux générations de distance les erreurs du passé.
J’ai particulièrement apprécié l’écriture ce roman que j’ai lu d’une traite.

Catalogue éditeur : Stock

« Pourquoi est-on toujours attiré par les histoires qui ne sont pas faites pour nous ? »

288 pages / Format : 135 x 215 mm / EAN : 9782234079854 / Prix : 19.50 €

Crans-Montana. Monica Sabolo.

Souvenirs, souvenirs… La jeunesse dorée est elle toujours la plus heureuse ?

A Crans-Montana, des années 60 aux années 80, c’est comme partout et de tous temps, les garçons observent les filles. Ici, les filles ce sont les trois C, Chris, Claudia et Charlie. Belles, effrontées, riches- mais à Crans-Montana, qui n’est pas riche ? -prêtes à tout pour vivre à fond leur adolescence, dans le luxe de cette station où elles  viennent skier en hiver et plonger en été. Tout va bien, la vie est belle, l’argent circule, le caviar et la drogue aussi, les fêtes dissolues, les belles voitures, les relations amoureuses, les beaux  italiens ténébreux et séducteurs, et Franco, le bel épicier dont mères et filles raffolent. Les années passent, l’enfance, l’adolescence aussi, l’ordinaire en somme. Les garçons  resteront éternellement amoureux d’un souvenir attendri, celui des trois C.

La plupart des familles sont juives, on est quelques années après la guerre,  dans les maisons et les chalets les mères silencieuses jouent un rôle, elles se côtoient sans pour autant réellement chercher à se connaître, dans les cadres les photos évoquent ces disparus dont on ne parle pas, ces membres amputés de familles à jamais meurtries. Les maris font fructifier leur fortune, l’argent part en Suisse, dans des sacs, des valises, dans les chaussettes, on ne sait jamais. Évocations par petites touches des périodes troubles de la guerre, de la révolution de mai 68, de l’élection de Mitterrand, qui perturbent profondément ces familles aisées. Mais c’est comme une trame de fond  opaque que j’aurai  aimé un peu plus ancrée dans le récit.

Pourtant, tout au long des pages, une tragédie se dessine, la tension monte, on comprend que quelque chose  d’inéluctable va arriver, qui fait que votre vie change à jamais, que plus rien ne sera comme avant. Que va-t-il arriver, à laquelle de ces filles, pourquoi et comment, alors qu’elles ont tout pour être heureuses, vont-elles passer leur vie, la réussir ou pas.  Le poids des non-dits sur les générations futures, l’insouciance apparente de la jeunesse dorée mais parfois désespérée, sont prégnants tout au long des pages, c’est au final un livre moins léger qu’il n’y paraît au départ.

💙💙💙

Catalogue éditeur : JC Lattès

Dans les années 60, à Crans-Montana, une station de ski suisse, des garçons observent, de loin, trois jeunes filles qui les fascinent : les trois C. Chris, Charlie et Claudia. Elles forment une entité parfaite, une sorte de constellation. Claudia, cheveux blonds, hanches menues, sourire enjôleur. Chris, boucles brunes, peau mate, ongles longs comme des griffes. Charlie, cheveux noirs, petits seins, longues jambes. Pour ces garçons elles sont un rêve impossible. Pendant les vacances d’été ou d’hiver, sur les pistes, à la piscine ou dans les night-clubs ils les regardent, sans jamais les aborder. Les années passent. Leur souvenir les poursuivra, comme un amour fantôme.
Les voix des garçons, puis des filles déroulent les destinées d’une jeunesse, dorée en apparence, mais qui porte les secrets, les fautes et l’indifférence des générations précédentes. Durant près de trente ans, tous tenteront de toucher du doigt quelque chose de plus grand, l’amour, la vérité, ou simplement le sentiment d’exister. Mais des espoirs romantiques de l’adolescence à l’opulence glacée des années fric, la vie glisse entre leurs doigts.

Parution : 26/08/2015 / 240 pages / 19.00 € / EAN : 9782709650458

Comment les grands de ce monde se promènent en bateau, Mélanie Sadler

Envie d’un moment de légèreté, on embarque avec Mélanie Sadler !

Quand Javier Leonardo Borges,  un vieux professeur d’histoire précolombienne de Buenos Aires fait une découverte inattendue dans les documents que vient de lui envoyer Hasan, son acolyte Turc, le voilà prêt, lui le sédentaire blasé, à retourner la terre pour comprendre,  trouver des preuves et enfin connaître la gloire qu’il mérite.

Ce qu’il vient de découvrir bouleverse la totalité des recherches et des parutions qu’il a produit depuis le début de sa carrière. Quelle histoire cette rencontre improbable d’une déesse aztèque et du palais de Topkapi,  quel bouleversement de l’Histoire peut être ? Une présence précolombienne dans l’univers du sultan Suleyman le magnifique ? Le dernier des empereurs aztèques serait parvenu à échapper à Cortés, aurait traversé l’océan et réussi à rejoindre le palais du sultan à Constantinople ?

Mêlant habilement de chapitre en chapitre les aventures des deux chercheurs et le récit passionné de Roxelane, la belle prisonnière du Harem qui a su conquérir le cœur du sultan, Mélanie Sadler nous emporte dans un récit rocambolesque et plein d’humour que l’on pourrait aisément imaginer en BD.

Comment les grands de ce monde se promènent en bateau est certainement de la fantaisie littéraire écrite avec beaucoup d’humour et d’érudition, un clin d’œil à l’Histoire, de France, de Turquie et précolombienne, mais pas seulement. Car en fermant ces pages, j’avoue je me pose quelques questions sur la crédibilité de certaines recherches, la possibilité de supercheries, la possibilité de détecter de faux ou au contraire de véritables documents. Sans parler de la possibilité pour d’adroits faussaires de mener en bateau quelques vieux chercheurs insatisfaits de leurs carrières d’universitaires, à l’image de ce J.L Borges, qui n’a rien d’un auteur de fiction (allusion bien sûr à Jorge-Luis Borges, auteur que j’affectionne particulièrement pour entre autre son roman  Fictions)

Catalogue éditeur : Flammarion

Un vieux prof d’Histoire précolombienne, Javier Leonardo Borges, rendu soudain fringant par une mystérieuse découverte ; son collègue stambouliote qui fouine dans les mosquées à la tombée de la nuit ; un manuscrit turc du XVIe siècle dans lequel, anachronisme insensé, une déesse aztèque se pavane ; et un sultan, Suleyman le Magnifique, qui confie pour la première fois son terrible secret. Leur point commun ? Être au cœur d’une incroyable supercherie dont la révélation pourrait bien changer notre regard sur l’Histoire officielle. Des couloirs de l’université de Buenos Aires au palais de Topkapi, entre parchemin codé et crypte secrète, Mélanie Sadler mêle avec beaucoup de virtuosité fantaisie littéraire et roman d’aventure. Ce livre emprunte aussi bien à Borges qu’à Hergé dans le seul dessein de nous mener tous sacrément en bateau.

152 pages – 134 x 209 mm / EAN : 9782081336506 / ISBN : 9782081336506 / Paru le 07/01/2015

Bride Stories 1, Kaoru Mori

Plonger dans l’univers des manga avec cette superbe série Bride Stories

Bride Stories  est ma première expérience de manga. Même si je savais qu’il faut lire les pages de droite à gauche, mais également dans la page, les habitudes sont ancrées en nous et les réflexes m’ont parfois fait reprendre la lecture dans l’autre sens, et là bien sûr, il n’est pas facile de suivre ! Une fois passé ce léger inconvénient, la lecture est agréable et l’on se laisse gentiment prendre par les aventures de ces jeunes mariées. Il y a au moins 7 tomes, et j’ai déjà bien envie de lire la suite. Brides Stories, cette série de Kaoru Mori, relate des histoires de jeunes mariées, au 19ieme siècle, en Asie centrale sur la route de la soie.  

bride 2

Je me suis plongée avec délice dans ce manga superbe. Le fil conducteur de ces aventures est un ethnologue anglais, Henri Smith, que l’on aperçoit de temps en temps  au fil des pages, et qui étudie avec attention la vie et les coutumes  des habitants de ces villages. Dans ce premier épisode, nous découvrons Amir, une jeune femme de 20 ans que sa tribu, les Hargal, vient de donner en mariage à Karluk, un jeune homme de … 12 ans !

C’est bien sûr totalement idyllique, cette jeune femme si belle aux habits extraordinaires semble être adoptée avec beaucoup de gentillesse par toute sa belle-famille. Elle est très douée pour la chasse, elle sait coudre et cuisiner, montre de la compassion et du sentiment pour son jeune époux, c’est une vraie perle ! Qu’importe, l’aventure se déroule, prétexte à présenter la vie paysanne, les artisans, les coutumes vestimentaires, les bijoux, la chasse aux lapins, les chevauchées, la vie dans la yourte. C’est agréable et on a juste plaisir à tourner les pages.

bride1

L’histoire est portée par un graphisme incroyablement beau, d’une grande finesse et très  détaillé. C’est une véritable dentelle graphique qui présente le travail du bois, les tissus, les vêtements, les yourtes, les animaux avec un réalisme et une poésie incroyables. Je suis peut être légèrement iconoclaste, mais dommage que les mangas ne soient pas colorés, surtout quand on voit la couverture du premier tome.

Catalogue éditeur : Ki-oon

Parution : 25-10-2012 Format : 17 x 24 cm / Nombre de pages : 192 / Prix de vente : 14 € / ISBN : 978-2-35592-450-7

Dark Horse. Craig Johnson.

Dark Horse, de Craig johnson, un western moderne qui va vous embarquer loin de sentiers battus

Dark Horse de Craig Johnson

Un meurtre sans mystère, Mary Barsad, retrouvée prostrée une arme à la main, a tout avoué : l’écurie en cendre, la maison sinistrée, le crâne du mari criblé de balles.

Alors pourquoi faut-il que le Shérif Walt Longmire, chez qui Mary est placée en résidence, soit aussi septique ? Sans doute parce qu’il a une longue habitude des humains, des signes, indiens ou pas, et qu’il est capable de se fier à son intuition. Alors voilà le lecteur plongé dans cette ambiance de western moderne, qui entrouvre la porte du bar que l’on imagine un peu branlante- d’ailleurs il manque quelque lettre à l’enseigne du « AR »- confronté à l’émigrée en situation  irrégulière et à son fils mi cheyenne et tellement malin, à Henri dit « la Nation Cheyenne », ce vieil indien solitaire, au Shérif du comté voisin, et surtout à une enquête qui ramène Walt Longmire  à Absalom, dans le Wyoming, en fait dans les pas de son enfance, dans ce village où il essaie malgré tout de mener son investigation sous couverture.

DARK HORSES
Les chevaux Henson
de la baie de Somme
© DCL-DS2015

Dès le début l’intrigue est posée : le shérif ne croit pas en la culpabilité de Mary. Nous allons donc le suivre dans deux périodes en parallèle, le présent et quelques jours auparavant, donnant un rythme intéressant à ce polar où l’on ressent tout au long de pages  les langueurs des grandes plaines, la violence du climat, la fidélité des bêtes,  je vous laisse découvrir celle de Wahoo Sue, la complicité du cavalier, la magie de paysages parfois si hostiles à l’homme.

L’enquête se déroule, mais pas seulement. Il y a toute cette magie autour, parfois violente, mais que l’on ressent au fil des pages. Il y a force détails, descriptions, qui rendent humains et proches  les paysages et qui donnent envie de tourner les pages. Belle expérience de polar avec ce shérif atypique et attachant, dont on devine les atermoiements personnels au fil du récit, mais qui ne nuisent absolument pas au déroulé de l’intrigue. J’avoue, j’ai toujours dans la PAL « Enfant  de poussière » du même auteur et il me tarde à présent  de le lire.

Roman lu dans le cadre de ma participation au Prix du meilleur polar des lecteurs de Points 2015

Catalogue éditeur : Points

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sophie Aslanides

Comment Mary Barsad, si douce, a-t-elle pu abattre son mari de sang-froid ? Elle a tout avoué. Et les mobiles ne manquent pas : infidèle, magouilleur, il aurait peu avant sa mort enfermé les chevaux de course auxquels elle tenait tant dans sa grange, avant d’y mettre le feu. Mais le shérif Walt Longmire se méfie des évidences. À Absalom, Wyoming, il décide de mener sa propre enquête…

Craig Johnson est né en 1961 et a exercé des métiers aussi divers que policier, professeur d’université, cow-boy, charpentier et pêcheur professionnel avant de s’installer définitivement dans l’Ouest, sur les contreforts des Bighorn Mountains, dans le Wyoming. La série Walt Longmire fait l’objet d’une adaptation télévisée depuis 2012.

Craig Johnson possède l’art et la manière d’écrire un polar en se jouant de tous les clichés, de tous les codes. France Inter

7,95€ // 384 pages / Paru le 21/05/2015 / EAN : 9782757853276

Au revoir là-haut Pierre Lemaitre

Parce qu’il est aussi en poche, vous parler du fabuleux roman de Pierre Lemaitre « Au revoir là-haut », Prix Goncourt 2013

C’est la fin de la guerre de 14/18, dans quelques jours l’armistice va être enfin signé. Pourtant, quelques officiers rêvent encore de galons. Terrain propice aux coups d’éclats, pour la gloire, et au prix de la mort des soldats, si communs et de peu de valeur.
C’est un début prometteur, c’est avant tout la rencontre improbable d’Édouard et Albert sur ce terrain miné d’obus et la source d’une amitié sans faille, mais fort bancale. Édouard ne peut plus s’en sortir sans Albert, Albert est éternellement redevable envers Édouard.
La démobilisation est difficile, entre un jeune naïf et craintif et une gueule cassée qui fuit le monde, difficile de s’en sortir. Pourtant Édouard, malin, brillant, habile, va monter une arnaque magistrale avec l’aide indéfectible et sans faille du gentil Albert.
La situation est dramatique, la période aussi. Et pourtant, quel cynisme, quel humour, quel génie dans cette écriture qui nous prend et ne nous lâche plus.

L’auteur nous donne une vision du monde et de la guerre, du courage et de la loyauté, du patriotisme, des hommes et de la vie, bien froide, impressionnante de réalisme et pourtant impossible. Alors que leur destin les entraine vers le néant de l’après-guerre, merci aux nations reconnaissantes envers ceux qui lui ont tout donné, débrouillez-vous messieurs, l’administration et le pays vous ont un peu oubliés. On se surprend à suivre nos compères dans leur délire et à souhaiter les voir réussir. C’est magistral, j’ai adoré, impossible de lâcher ce livre !

Catalogue éditeur : Albin-Michel

« Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d’avantages, même après. »

Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts…
Fresque d’une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d’évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l’après-guerre de 14, de l’illusion de l’armistice, de l’État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l’abomination érigée en vertu.
Dans l’atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.

Livre de Poche Date de parution: 22/04/2015 / EAN : 9782253194613 / 624 pages / Prix : 8,70€

Albin-Michel Paru le 21 Août 2013 / 576 pages / EAN13 : 9782226249678 / Prix : 22.50€

Mieux vivre au travail. Protégez vous du stress par la méditation et la relaxation, Clarisse Gardet

Un livre audio à emporter et écouter partout

THE BOX

J’ai eu le plaisir de recevoir ce livre audio avec une superbe Thé Box en juillet offert par le site MYBOOX mais je n’ai pas encore pris le temps d‘en parler. C’est ma première expérience de livre audio. Celui-ci m’a semblé intéressant car il comporte des exercices, des astuces, abordant différents sujets qui donnent des clés et quelques astuces pour mieux vivre sa journée au travail.  J’ai apprécié la diversité des thèmes, mais  surtout, ce qui me semble primordial dans un livre audio, j’ai bien aimé les différentes voix, posées, agréables, qui mettent en confiance. J’ai également constaté que pour chaque thème les exercices sont faciles à réaliser où que l’on soit.

Se relaxer : Se relaxer debout, sur le trajet, dans les transports, dans une file d’attente, se relaxer assis au bureau. Pour aider le mental à se poser et à retrouver son calme. Et ce discrètement, en faire une habitude pour une sérénité retrouvée. Modifiant le rapport à soi et à son environnement. Astuces et exercices à retenir et à pratiquer.

Méditation : Abandonner les idées reçues,  par exemple ne plus penser que pour méditer il faut faire le vide dans sa tête et surtout être au calme. En fait, il faut pratiquer et simplement chercher à Être ! Évacuer tout désir de réussir, qui ne fait qu’engendrer tension et lutte pour y arriver, mais plutôt envisager une autre manière d’être, hors tension, et là apparemment on ne peut pas « rater ».

J’apprends à être zen : Soutenir son attention, arriver à dormir, se concentrer ce n’est pas toujours facile. Le livre audio donne des astuces, des expérimentations pour améliorer sa vie au quotidien.

Sophrologie : Présente une idée excellente, apprendre à dormir mieux en prenant en compte ses besoins réels, en étant attentif aux signes qui montrent qu’il faut lâcher ses activités pour aller dormir (là j’avoue que je ne suis pas au top !). Avant tout se dire que « le sommeil est un ami de confiance auquel on peut s’abandonner », profiter de chaque instant, y compris des moments de repos, de récupération physique et psychique et surtout bien penser que ce n’est pas du temps perdu mais au contraire indispensable à son équilibre.

Au final, ce livre audio est un excellent conseiller que l’on peut facilement emporter et écouter partout, y compris sur le trajet vers son bureau.

Merci à MyBoox pour cette expérience Audiolib. Et quel régal pour les papilles les saveurs découvertes dans la Thé Box !

Catalogue éditeur : Audiolib

Les éditions Audiolib lancent une nouvelle collection « Bien-être et spiritualité »

Les pressions de plus en plus fortes dans le monde du travail génèrent pour beaucoup d’entre nous des tensions physiques et des perturbations émotionnelles. Elles se répercutent sur nos performances professionnelles, jusqu’à diminuer nos capacités, ainsi que notre qualité de vie.
Heureusement, vous pouvez facilement apprendre à vous ressourcer à tout moment par un entraînement simple !
Clarisse Gardet a conçu ces séances accessibles à tous et faciles à mettre en œuvre. Elles vous permettront de prendre du recul face à des situations difficiles, de récupérer votre énergie, mais aussi de ne pas vous laisser entraîner dans une spirale négative.
Découvrez dans ce coffret 6 séances complémentaires de relaxation (respiration réparatrice, respiration apaisante, respiration dynamisante, debout sans tension, relaxation assis, relaxation profonde) et 5 séances de méditation (se poser et se recentrer, être présent au souffle, moduler son attention, voir les rouages de son esprit, toucher son cœur) accompagnées d’un livret 12 pages.

Date de parution : 13 Mai 2015 / Éditeur d’origine : Audiolib / Durée : 2h05 / Prix public conseillé: 19.00 € / Format : Un CD de 6 séances de respiration-relaxation et 5 méditations guidées par lauteure + livret 12pPoids (Mo): 287 / EAN Physique: 9782356419446

Constellation. Adrien Bosc.

Découvrir sous la plume d’Adrien Bosc les dernières heures des passagers du Constellation

Domi_C_Lire_constellation_adrien_bosc_stock.jpgConstellation, le super avion d’Air France décolle d’Orly le 27 octobre 1949 avec trente-sept passagers et onze membres d’équipage, il s’écrase au large des Açores la même nuit. En cette année du centenaire de Piaf, chacun se souviendra qu’à son bord il y avait celui qui devait la rejoindre à New York pendant sa tournée américaine, son grand amour de l’époque, le boxeur Marcel Cerdan.

Cet oiseau chromé est aussi appelé l’avion des stars et ce voyage ne fait pas exception puisqu’à son bord on trouve essentiellement des passagers très connus comme Marcel Cerdan ou la violoniste Ginette Neveu et d’autres beaucoup moins célèbres mais qui appartiennent à cette élite de nantis qui peut se permettre financièrement ce voyage. Il y a aussi quelques passagers d’opportunité tels ces bergers Basques ou cette ouvrière bobineuse de Mulhouse, ces anonymes qui sont du voyage car la traversée leur a été offerte, à eux qui s’envolent pour démarrer une nouvelle vie sur le nouveau continent.

Tout au long de ce roman qui tient d’avantage du récit et de l’enquête journalistique, nous allons découvrir les trajectoires des différents passagers, comment ils se retrouvent sur ce vol, mais aussi découvrir les autres, ceux qui gravitent autour d’eux, ou même ceux qui auraient dû y être et que le hasard a empêché de s’embarquer. Les chapitres alternent rapidement entre la vie de chacun des passagers, donnant ainsi une réalité et une seconde existence à ces hommes et ces femmes oubliés de l’histoire, et la réalité du vol, puis de la catastrophe, de l’enquête qui s’est déroulée à l’époque, des réactions de par le monde, donnant du rythme au roman. J’ai été un peu déstabilisée par la fin, les lignes sur Blaise Cendras me semblent tombées de je ne sais où.

HUDSON
Sur les bords de l’Hudson, dans le comté de Westchester © DCL-DS2015

Ah oui, j’avoue aussi un élan d’affection particulier pour la famille Hennessy qui vivait dans le comté de Westchester dans l’état de New York, puisque je viens d’y passer quelques jours, j’imagine parfaitement Simone Hennessy à Dobbs ferry et les bords de l’Hudson River.

WESTCHESTER

J’avais lu beaucoup de commentaires sur ce livre présent en 2014 dans de nombreuses sélections de prix littéraires et au final j’ai bien aimé, même si je l’imaginais et l’aurais souhaité un peu plus romancé. Pourtant il me semble que sous sa plume implacable et fluide, Adrien Bosc a trouvé un juste équilibre entre ce qui peut être imaginé, le résultat de ses enquêtes, de son travail de recherche, et les hasards, les rencontres, les dates qui se retrouvent et se rejoignent, coïncidences certainement dues à la volonté de l’observateur qui analyse le passé, mais qu’il est toujours intéressant de rapprocher. Et l’auteur pose quelques questions au passage : le destin, le hasard, les circonstances qui font que vous  êtes là où vous devriez être, pour le meilleur ou pour le pire parfois, comme si dans les constellations était écrit une part de notre destin, de notre histoire.

💙💙💙💙

Lire aussi mon avis sur le roman d’Adrien Bosc Capitaine


Catalogue éditeur : Stock

Le 27 octobre 1949, le nouvel avion d’Air France, le Constellation, lancé par l’extravagant M. Howard Hughes, accueille trente-sept passagers. Le 28 octobre, l’avion ne répond plus à la tour de contrôle. Il a disparu en descendant sur l’île Santa Maria, dans l’archipel des Açores. Aucun survivant. La question que pose Adrien Bosc dans cet ambitieux premier roman n’est pas tant comment, mais pourquoi ? Quel est l’enchaînement d’infimes causalités qui, mises bout à bout, ont précipité l’avion vers le mont Redondo ? Quel est le hasard objectif, notion chère aux surréalistes, qui rend « nécessaire » ce tombeau d’acier ? Et qui sont les passagers ? Si l’on connaît Marcel Cerdan, l’amant boxeur d’Édith Piaf, si l’on se souvient de cette musicienne prodige que fut Ginette Neveu, dont une partie du violon sera retrouvée des années après, l’auteur lie les destins entre eux. « Entendre les morts, écrire leur légende minuscule et offrir à quarante-huit hommes et femmes, comme autant de constellations, vie et récit. »
Stock / Collection : 
La Bleue / Parution : 20/08/2014 / 198 pages /Format : 135 x 215 mm / EAN : 9782234077317 / Prix: 18.00 €

Une disparition inquiétante, Dror Mishani

Une enquête policière qui nous entraine en Israël et nous fait découvrir de nouveaux horizons

Une disparition inquiétante de Dror Mishani

Avec « Une disparition inquiétante » de Dror Mishani je fais la connaissance d’Avraham Avraham, un policier peu commun, un peu décalé, déstabilisant et pas forcément attachant. Mais tout le monde n’est pas en permanence au top ni à 200% de ses capacités ou capable de travailler à la perfection, au contraire, les incohérences, les baisses de régime, le manque d’intérêt ou d’attention font aussi partie de nos vies. Alors oui, Avi Avraham, ce personnage de flic complètement dépassé par la situation, est sans doute une compilation de quelques personnes que nous pourrions rencontrer dans la réalité et s’il n’est pas de prime abord sympathique, il en devient malgré tout intéressant par sa crédibilité et son réalisme.

Lorsqu’une mère vient au commissariat faire part de ses inquiétudes depuis la disparition de son fils Ofer Sharabi, notre commissaire est peu enclin à lancer une recherche. Il est pressé de rentrer chez lui se poser devant sa télé pour analyser et critiquer les séries policières américaines et en découvrir les incohérences. Etonnant, car lui n’est pas à une incohérence près dans son travail, mais il est plus facile de voir ce qu’il se passe chez les autres que de faire sa propre introspection.

L’enquête sur ce qui s’avère finalement être une disparition inquiétante va démarrer, puis piétiner, s’enliser, prendre de mauvaises directions et en oublier certaines autres. Il y a peu de témoins, ou alors des témoins qui vont dérouter plutôt qu’aider les enquêteurs, je pense en particulier au comportement trouble du voisin de la victime, l’étrange professeur d’anglais Zeev Avni. En fait il y a peu d’éléments pour la faire avancer. Cela semble refléter la vraie vie de la police où tout n’est pas aussi simple et rapide que dans les séries télé.

Les rivalités entre collègues, la personnalité de Sharpstein, nouvel arrivant qui veut affirmer sa différence et ses compétences, Ilana, la directrice du service qui prend des initiatives sans prévenir Avi Avraham alors qu’il dirige l’enquête, le voyage d’étude en Belgique qui se solde par une somme d’heures perdues et quelques rencontres plus ou moins agréables, la mère un peu trop possessive, sont autant de scènes qui ancrent le personnage dans une réalité qui happe le lecteur et lui donne envie de poursuivre sa lecture. Et bien lui en prend car de fausses pistes en hésitations, l’enquête s’avère bien plus complexe et intéressante que ce que l’on imagine de prime abord. J’aborde ici pour la première fois l’univers d’un policier en Israël et je suis prête à découvrir ses prochaines enquêtes.

Roman lu dans le cadre de ma participation au jury du Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points 2015

Catalogue éditeur : Points

Traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz

Un adolescent ne disparaît pas comme ça. Il fugue quelques heures, un jour, deux tout au plus, puis réapparaît. Avraham Avraham, commandant de police de la banlieue de Tel-Aviv, le sait. Les crimes spectaculaires, c’est bon pour la série New York Police District. Pourtant Ofer Sharabi, seize ans, ne rentre pas. Ni le lendemain, ni le jour d’après. Et si Avraham s’était trompé depuis le début ?

384 pages / Paru le 05/03/2015 / EAN : 9782757851739

Cadres noirs, Pierre Lemaitre

Cadres Noirs, une intrigue dans le monde parfois bien sombre de l’entreprise, qui prend le lecteur et ne le lâche plus par Pierre Lemaitre

De Pierre Lemaitre, j’ai d’abord découvert le fabuleux « Au revoir là-haut » et son regard porté sur les personnages, sur l’Histoire, celle des peuples qui s’écrit avec la multiplicité des individus et avec la vie et le sang des hommes, puis « Robe de marié », ma première expérience Lemaitre en polar / thriller. D’où bien sur mon envie d’en découvrir plus de cet auteur dont j’ai apprécié le regard affuté sur la société, sur les travers humains, l’analyse psychologique des personnages, un brin cynique et jamais larmoyante même quand tout est sombre.

Avec Cadres noirs, nous ne faisons pas une incursion dans le monde du Cadre Noir de Saumur, mais bien plutôt dans celui bien noir de la vie des cadres en entreprises, ces entreprises capables de broyer les individus pour arriver aux objectifs fixés par des actionnaires, des gestionnaires, des patrons bien éloignés des réalités et des souffrances du terrain.

Ici, nous allons suivre les pérégrinations d’Alain Delambre, la cinquantaine, âge critique pour trouver du travail car considéré depuis longtemps comme un sénior par l’entreprise.  C’est un cadre RH au chômage depuis plus de quatre ans. Lui qui a été capable d’accepter toutes sortes de petits boulots sous-payés et bien en deçà de ses capacités, pour rester un peu actif, et alors qu’il désespère, une lueur d’espoir va lui permettre d’envisager  un poste à sa mesure. Pour cela il va devoir se plier à un jeu de rôle méprisable envers les cadres de l’entreprise qui pourrait l’embaucher.

Mais tout va soudain déraper et si parfois l’emballement d’Alain Delambre m’est apparu impossible, j’ai cependant eu envie de connaitre et de comprendre pourquoi et comment il allait s’en sortir. L’analyse du monde du travail, de l’entreprise, le rejet des séniors par le monde des RH et du management, la psychologie du chômeur de longue durée, le machiavélisme, le séminaire de motivation parfaitement débile, mais aussi le désespoir, la manipulation, la vie d’une famille qui dérape quand les rôles sont difficile à tenir, parce que dans la couple  l’un des deux ne trouve plus sa place, tout est bien analysé, décortiqué, transposé en une intrigue qui prend le lecteur et ne le lâche plus, même si par moment on n’y croit pas, on a du mal à comprendre la bêtise de ce personnage qui se dévoilera peut être bien plus malin et surprenant que prévu.

Catalogue éditeur : Calmann-Lévy Le Livre de Poche

Alain Delambre est un cadre de cinquante-sept ans complètement usé par quatre années de chômage. Ancien DRH, il accepte des petits jobs qui le démoralisent. Au sentiment d’échec s’ajoute bientôt l’humiliation de se faire botter les fesses pour cinq cents euros par mois… Aussi quand un employeur, divine surprise, accepte enfin d’étudier sa candidature, Alain Delambre est prêt à tout, à emprunter de l’argent, à se disqualifier aux yeux de sa femme et de ses filles, et même à participer à l’ultime épreuve de recrutement : un jeu de rôle sous la forme d’une prise d’otages. Il s’engage corps et âme dans cette lutte pour retrouver sa dignité. S’il se rendait compte que les dés sont pipés, sa fureur serait sans limite. Et le jeu de rôle pourrait alors tourner au jeu de massacre…

448 pages / Date de parution: 02/03/2011 / EAN : 9782253157212 / Editeur d’origine: Calmann-Lévy