L’été diabolik. Thierry Smolderen & Alexandre Clerisse

‘L’été Diabolik’ dont parle la BD d’Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen, c’est l’été où Antoine se découvre un père qu’il croyait connaitre et où son monde se transforme.

DomiCLire_l_ete_diabolik.jpgL’histoire se déroule en deux temps, en 1967 et dix ans après. Nous sommes en pleine période de guerre froide, pendant cet été, Antoine, le narrateur, va vivre intensément des rencontres et des disparitions qui vont marquer son existence.

Tout commence par un tournoi de tennis, Antoine gagne, son père est ravi, celui de son adversaire beaucoup moins. Une bagarre éclate, de façon assez incompréhensible. A partir de cet épisode, tout s’enchaine et Antoine va aller de découvertes en découvertes, perplexe face à la tournure prise par sa vie à partir de ce moment-là.

Sur fond de guerre froide, avec un décor très années soixante où se mêlent habilement Mondrian dans une robe Yves Saint Laurent et les couleurs psychédéliques des bandes dessinées de l’époque, l’auteur nous dévoile habilement les angoisses de l’adolescence, les craintes de l’envahisseur et de l’espion venu de l’Est, les questions sur les apparences, les non-dits et sur ces secrets de famille qui ont des répercussions sur toute une vie.

C’est habile, on s’y laisse prendre, on est porté par un graphisme absolument superbe et original, en particulier par les couleurs vives, limites flashy, qui peuvent surprendre mais qui très vite donnent une atmosphère particulière à cette BD. Une belle réussite graphique pour un véritable plaisir de lecture.


Catalogue éditeur : Dargaud

Dessinateur : Alexandre Clérisse / Scénariste : Thierry Smolderen / Coloriste : Alexandre Clérisse

Un agent secret sorti de nulle part, un accident dramatique, une fille troublante et la disparition de son père, le tout en deux jours… Pour Antoine, 15 ans, l’été 1967 sera celui de toutes les découvertes. Après Souvenirs de l’empire de l’Atome, les auteurs proposent un nouveau cocktail détonant et jouissif : un scénario particulièrement haletant, entre espionnage et littérature, passé au mixeur graphique de Clérisse qui, cette fois, mélange les références des fumetti à David Hockney.
Espionnage, policier, années 1960, relations père-fils… Un cocktail détonnant !

168 pages / Format : 210×280 / EAN : 9782205073454

Arrête avec tes mensonges. Philippe Besson

« Arrête avec tes mensonges » est une surprise, un beau roman-récit, sur la vie d’un homme qui se dévoile sans pudeur mais avec une certaine retenue malgré tout.

DomiCLire_arrete_avec_tes_mensongesRoman qui pose une question essentielle : comment accepte-t-on ce que l’on est, homosexuel, dans une ville de province, dans la campagne dans les années 80…

Philippe Besson vient de Barbezieux, cette ville de Charente un peu oubliée des Dieux, car si elle est située sur une route, entre Bordeaux et Paris, rien, mais absolument rien, ne peut lui donner de  charme, ni l’océan pourtant proche, ni la montagne. Une ville de province, avec ses écoles, sa mairie, et ses jeunes qui s’ennuient au collège, où ils espèrent un ailleurs et une vie plus belle, ou même pas forcément, puisque leur chemin est tout tracé et sera de suivre et de reprendre la propriété des parents, surtout dans ces années 80 où Philippe a 17 ans.

C’est à Barbezieux que Philippe s’éveille aux amours adolescentes. Il a su très vite qu’il préfère les garçons. Il comprend aussi qu’il faut parfois cacher que l’on aime, car la morale, le qu’en dira-t-on, peuvent faire des dégâts terribles.

C’est pourtant là aussi que Thomas, celui qu’il admire et dont il rêve en secret, va venir vers lui pour une relation secrète et passionnée. Mais le poids du silence, des autres, feront de cette histoire d’amour une histoire sans avenir.  Jusqu’au jour où, des années après, Philippe va comprendre, savoir ce qu’est devenu celui qu’il a aimé si intensément.

Il n’y a pas de complaisance dans ces lignes, il y a un regard lucide sur le passé. Regard sur une vie, sur des regrets sans doute, des incompréhensions, sur le poids et le mal que peuvent faire cette conscience que l’on a des autres, de la famille, quand on n’assume pas de vivre ce que l’on est au fond de soi. Mais également sur la douleur de l’abandon, de l’absence, que l’on retrouvera dans les livres de l’auteur, comme des graines de cet amour-là dispersées au fil du temps. Peut-être un peu de lâcheté aussi, dans le silence et la fuite, des années après…

C’est néanmoins une belle et émouvante leçon de vie.

Criant de vérité, de justesse et de réalisme, voilà un récit autobiographique, encore, mais un récit poignant, mélancolique et douloureux parfois. L’auteur pose un regard juste et sans complaisance ni mélo sur une vie, sur un échec sans doute aussi. Une belle surprise assurément.


Catalogue éditeur : Julliard        

Quand j’étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J’ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.
Aujourd’hui, voilà que j’obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre.
Autant prévenir d’emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale.
Mais un amour, quand même.
Un amour immense et tenu secret.
Qui a fini par me rattraper.

Parution : 5 Janvier 2017 / Format : 130 x 205 mm / Nombre de pages : 198 / Prix : 18,00 € / ISBN : 2260029884

 

Les cahiers d’Esther, Histoires de mes 11 ans. Riad Sattouf

Merci à Riad Sattouf de nous faire découvrir et mieux comprendre les pensées et la vie d’un petite fille de 11 ans avec « Les cahiers d’Esther » !

DomiCLire_les_cahiers_destherDans une année, il y a 52 semaines, et dans Les cahiers d’Esther 52 pages, puisque depuis l’an dernier nous la suivons, dans les aventures qu’elle raconte chaque semaine à Riad Sattouf, et surtout grâce au talent de l’auteur–dessinateur qui sait mettre en relief les éléments les plus savoureux de la vie de cette jeune fille.
Vie ordinaire racontée finalement de façon extraordinaire ! Où l’on retrouve le graphisme, les couleurs, le trait que l’on aime tant de l’auteur de l’arabe du futur 1 et 2.

L’école, le petit frère, les amoureux, les garçons trop nuls, les copines trop dans le coup, le maquillage, les parents pas top, le papa adulé comme un Dieu car c’est lui, l’homme de sa vie de petit fille, mais aussi les attentats, les accidents de la vie, les maladies, les différences, les bonnes ou les mauvaises surprises, le manque d’argent, le frère si nul, tout y passe et on se régale… avec l’envie d’être déjà plus vieux d’un an ou deux, pour connaitre la suite…

Mais allez, laissons faire le temps, Esther va encore vivre, téléphoner, raconter, et nous on guettera l’an prochain le cahier de ses 12 ans, c’est promis !


Catalogue éditeur : Allary éditions

Les Cahiers d’Esther sont écrits d’après les histoires vraies racontées chaque semaine à Riad Sattouf par une véritable écolière, Esther A. Le projet de Riad Sattouf est de suivre la vie d’Esther de ses 10 ans jusqu’à ses 18 ans, au rythme d’un album par an.

Dans ce deuxième tome, Esther est en CM2. Elle raconte la naissance de son petit frère, les attentats, les garçons dont elle est amoureuse, les discussions sur Dieu avec sa meilleure amie, sa maîtresse naine, sa mère qui a grossi, son grand frère débile et son père ce héros… C’est l’année de ses 11 ans !

Roman Graphique / 56 pages / 16,90€ / Parution 16 février 2017 / EAN : 9782370731142

 

Un enfant de pauvres. Christophe Honoré & Gwen Le Gac

Cet enfant de pauvre, c’est Enzo, et son histoire est racontée avec beaucoup de poésie et tout en finesse et sobriété par Christophe Honoré, accompagné par le graphisme insolite de Gwen Le Gac.

domiclire_un_enfant_de_pauvre_1Enzo vit à Lille, avec son père et sa mère… peu à peu des objets disparaissent autour de lui, puis son père quitte à son tour la maison… Que s’est-il passé ? Enzo s’en rend bien compte, la vie n’est plus la même, ses parents n’ont plus d’argent, il n’est plus possible de vivre normalement, d’aller en vacances, au centre aéré, aux anniversaires.
Il part vivre dans le sud, hébergé par une amie de sa mère, et prend conscience de ce que veut dire être pauvre, quand on n’a pas d’argent à dépenser et encore moins à gaspiller pour se faire un petit plaisir… Heureusement, sa vie change aussi en mieux lorsqu’il rencontre Ethel, même s’il est méfiant, sur ses gardes, conscient des efforts que font ceux qui l’entourent pour qu’il ait l’impression de vivre normalement. Au risque d’en devenir trop méfiant, trop sauvage, trop solitaire. Et malgré ces changements il sait que cette expérience le marquera à jamais, car c’est un univers particulier qu’il affronte, celui d’être un enfant de pauvres.

Christophe Honoré présente avec ses mots et surtout avec une infinie poésie grâce au graphisme très particulier de Gwen Le Gac la différence, la pauvreté, la vie autrement… Le roman est ponctué de magnifiques photos ou dessins, qui montrent peu à peu la solitude, puis la renaissance par le surf et grâce à l’amitié, d‘un enfant grandi trop vite dans la difficulté. Un très beau livre qui ose mettre des mots sur ce qui fait la différence et que je conseille à tous les ados ! Qui sait, peut-être que comme moi vous serez étonnés par la couverture cartonnée, par les photos et les dessins, étonnamment plus ou moins pixelisés, mais ils forment un tout avec l’histoire, et ce livre est une belle leçon de vie en plus d’être un bien bel objet.

 

Catalogue éditeur : Actes Sud Junior

Une histoire graphique d’une puissante sobriété, sur le sujet encore tabou de l’argent.

À douze ans, Enzo est champion de surf. Mais ce n’est pas cela qu’il veut nous raconter. Il veut écrire comment, alors qu’il avait huit ans, sa vie a basculé. Comment il est devenu un enfant de pauvres. Comment, après les lampes, les chaises, les vases, les livres… c’est son père qui a finalement quitté la maison. Avec sa mère ils ont dû partir aussi, recueillis par une amie, au bord de la mer, après avoir vendu tout ce qu’il leur restait. Mais l’argent n’est pas revenu. Alors Enzo s’est mis à voler. Et puis il a rencontré Ethel…

novembre 2016 / 16.50 x 23.00 cm / 56 pages / ISBN 978-2-330-06985-8 / prix : 16,00 €

 

Treize. Aurore Bègue

Treize, c’est une chronique réaliste et acerbe sur les premiers émois de l’adolescence, sur les exigences et les affres de cette période difficile mais indispensable pour grandir.

domi_c_lire_treizeAlice à treize ans. Treize ans, c’est l’âge de l’adolescence dans tout ce qu’elle a de plus énigmatique, émotion, attirance, premiers émois, premières amours ; de plus interpellant, naissance à l’état de femme, bouleversement des corps ; de plus individualiste, jalousie envers l’ainée, celle qui sait, qui a déjà « un peu » vécu, qui a l’expérience et qui plait aux garçons ; de plus intransigeant envers les parents dont on exige l’amour, total, absolu.
Alice à un père qui ne sait pas quoi faire pour plaire à ses filles, une mère bipolaire, malade et fragile, et Marie, sa grande sœur de 16 ans, si jolie, si sure d’elle. Comme tous les ans pour les vacances d’été, Alice part au bord de la mer dans la maison familiale avec ses parents et sa sœur. Cette année, Paul, le collègue de son père, sera là aussi, et comme souvent, malgré la différence d’âge, c’est de lui qu’Alice va tomber amoureuse pour la première fois.
Mais les enfants de cet âge sont exclusifs, exigeants, sans pitié pour ceux qui se mettent en travers de leur route. Forte de ses convictions d’enfants, Alice va provoquer un drame dont elle ne se remettra sans doute jamais.

Construit en flashback entre cet été là et Alice aujourd’hui, à la fois étrange et étouffant de culpabilité, Treize est un roman sur la fin de l’enfance, sur la trahison, l’égoïsme des enfants, la maladie aussi, ici celle de la mère, qui fait que l’enfance des filles ne pourra jamais être celle d’enfants ayant des parents équilibrés. Failles profondes, déséquilibre, manque d’amour et de compréhension, vont s’ajouter au caractère intransigeant des ados, pour aboutir au drame dont on sait dès les premières pages qu’il va arriver, chronique annoncée du malheur, mais intrigue à l’atmosphère parfois lourde qui nous maintient en haleine jusqu’au bout.

 les 68 premieres fois DomiClire


Catalogue éditeur : Rue fromentin

Alice, treize ans, part en vacances en famille sur la côte méditerranéenne.
Durant cet été, elle observe sa sœur aînée, Marie et son comportement face aux hommes. Les trois ans qui les séparent lui semblent être désormais un fossé infranchissable.
Elle porte aussi un regard lucide sur sa mère fragile psychologiquement et son père qui surjoue la normalité pour rassurer ses filles.
A treize ans, on est parfois plus réaliste que les autres. Alice sent avant tout le monde le drame qui se noue pendant ces vacances et va bouleverser toute son existence.

Un premier roman à l’atmosphère tendue et envoûtante. Un texte poignant et juste sur la collision entre les attentes de l’adolescence et les lâchetés du monde adulte.

Prix : 16 € ISBN : 9782919547487

La maison atlantique. Philippe Besson

couvertureQuand on contemple le tableau de Hopper en couverture de La maison atlantique, le roman de Philippe besson, on a immédiatement envie d’y aller, de plonger dans ce bleu, dans tout le bonheur calme qu’il inspire, de vivre ces moments de sérénité heureuse qu’on imagine.  Oui, mais  très rapidement on sent que ces moments heureux n’existent pas.  Dans la maison atlantique, Il y a le narrateur,  puis sa conquête d’un été, Agathe, puis Jérémie, il y a les voisins, Cécile et Raphaël, acteurs d’un drame dont ils n’ont pas encore conscience et surtout  il y a le père. Si certain personnages  ont un prénom, comme une personnalité bien déterminée  dans le temps et dans l’intrigue, on ne saura jamais ceux du narrateur et de son père.

Le narrateur se présente comme « adolescent et orphelin ». Il est à cette période  trouble de l’adolescence où tout est possible, où il n’y a pas de limite, tout est autorisé. Période surtout où  les sentiments sont exacerbés, il y a peu de retenue, tout est noir ou blanc, rarement gris, on trouve peu d’excuses aux adultes que l’on ne veut pas comprendre et dont on n’accepte ni les failles ni les petites concessions, ni les défaites. Tout ce que veulent les adultes est ennuyeux, surtout en cette période de la vie où s’exacerbe le conflit parents enfants, dans tous les domaines, études, amours, projet de vie, tout peut devenir source d’affrontement.  Au fil des pages, on comprend tout le ressenti de cet adolescent qui n’accepte pas la mort de sa mère, qui rejette d’un bloc ce père absent et égoïste, qui au fond de lui appelle une vengeance pour celle qu’il a aimé, celle qui l’a aimé.

Il évoque presque à  chaque chapitre le drame à venir, on sent sa tristesse qui sourde, mais on a aussi l’impression étrange qu’il se pose en observateur parfois calculateur et manipulateur d’une lente descente vers le drame, vers la mort, vers on ne sait quoi.  On sent au fil des pages la haine qui monte envers ce père à qui tout réussi, les conquêtes, la carrière d’avocat d’affaires, le plaisir de posséder, des biens, des femmes, et d’être quelqu’un, tout le contraire de notre narrateur. Il évoque ces moments où il aurait pu tout arrêter, il analyse parfois l’engrenage des évènements qui vont mener au drame, drame qu’il aide à cristalliser avec une froide maitrise, qu’il pousse à déclencher sans peut être en analyser toute la portée.

L’ écriture est intéressante, des chapitres particulièrement  courts, introduits par une phrase, courte  elle aussi, qui m’a fait penser au cold-opening des séries télé, où l’on en dit un peu mais pas trop sur ce qui va arriver dans le chapitre qui s’ouvre . Si ce n’est pas un coup de foudre, c’est en tout cas un livre que je n’ai plus lâché dès que je l’ai commencé, tant l’envie de comprendre, de savoir et d’aller au bout est là, portée par ces annonces successives d’un drame à venir, drame que l’on n’imagine pourtant pas à la mesure de ce qui nous attend.

Rencontre avec Philippe Besson

PHBESSON1Lors de la rencontre avec  Philippe Besson, il est en pleine promo de son dernier roman, « vivre vite », consacré à James Dean. Il avoue ainsi que c’est un peu déroutant de parler d’un livre sorti un an avant, en parallèle à la promo actuelle. Et en même temps, il trouve cela très agréable car il n’y a pas le stress de la sortie d’un nouveau roman, il a un peu de recul sur le vécu et sur la façon dont on accueille son roman. Quand le livre vient de sortir, c’est comme d’être dans une lessiveuse, on se demande ce que l’on va en dire. Un an après, on est plutôt heureux d’y revenir

Chaque auteur est singulier, pour lui la comparaison avec Simenon en quatrième de couverture de la Maison Atlantique est un peu hasardeuse. Bien sur ce roman baigne dans une atmosphère provinciale inquiétante, mais il estime cette comparaison pas vraiment méritée. Il écrit beaucoup de livres, par désir, par excitation, beaucoup par enthousiasme, envie et ferveur d’écrire mais sans doute avant tout parce qu’il a une imagination fertile. Enfin, il prend beaucoup de plaisir à l’écriture, c’est comme une gourmandise, y compris quand ce qu’il écrit est atroce.Il a toujours envie d’y revenir et avoue « c’est ce qui m’équilibre », c’est un moment joyeux, intense, hors de la vie ordinaire.

PBESSON2Philippe Besson a souvent un coup de blues à la fin, car il est très attaché aux personnages, il a un grand besoin de les aimer, les perdre c’est presque une souffrance. Certains  sont quittés avec plus de regrets que d’autres, d’ailleurs ils l’ont également tellement suivi, ou poursuivi, qu’il les a replacés dans une autre histoire. Mais s’il y a la tristesse à les quitter, la fin d’un livre est aussi un soulagement car l’écriture devient vite une obsession.  Les personnages sont tous fictifs, même s’ils sont parfois inspirés de personnes qu’il a aimées, rencontrées, et il y a en eux aussi peut être une part de l’auteur.

Les romans de Philippe Besson ont souvent une dimension visuelle, cinématographique. L’auteur a un lien très fort avec le cinéma, certains de ses romans sont devenus des films, par exemple « son frère ». Si c’est finalement à la fois un hommage et une trahison, c’est toujours du travail d’un artiste qu’il s’agit.

A un lecteur qui demande d’où vient la dédicace  de La Maison Atlantique, Philippe Besson répond qu’il est un romancier et que ce livre n’est aucunement autobiographie.  Même s’il est écrit à la première personne  du singulier, cette première personne représente le narrateur, pas l’auteur, car lui n’a aucun compte à régler avec son propre père. Le narrateur n’a pas de prénom, il est indistinct, c’est une silhouette, il n’est jamais précisément décrit. C’est pour que le lecteur se projette, soit actif, ait sa place et participe sur un bout du chemin. C’est une sorte de géographie intime que Philippe Besson a avec le lecteur, lecteur qui à son tour peut y mettre sa propre géographie, qui peut éprouver, ressentir le livre. Il est traversé par des émotions, des peurs, des frayeurs, des envies, des remords. Les imprécisions sont voulues, ne pas respecter la vérité permet à chacun de s’y projeter.

Mais en même temps, Philippe Besson glisse dans le roman une part de lui-même, de ses voyages, injecte des sentiments, car il n’est pas possible d’écrire en faisant totalement abstraction de ce que l’on est. Tout au long de sa vie, un romancier vole des choses, des instants, des images aux autres, il entasse une mémoire et puise dans cette manne sentimentale pour écrire ses livres.  Un livre c’est une trajectoire, quand il le commence l’auteur a besoin de savoir ce que sera la fin.

Dans la maison Atlantique, l’âge du narrateur est imprécis, flottant, il n’y a pas de déclencheur ni de notion du temps. En nommant son personnage féminin Cécile, l’auteur rend hommage à  « bonjour tristesse » de Françoise Sagan, qui évoque une fille et des gens très légers, mais qui sont tellement léger qu’ils basculent dans le « monstre ». L’auteur choisi de brouiller les pistes, même si tout est dit dès la première page. Le narrateur arme le bras qui va le venger, comme un engrenage, il appuie sur le bouton, il décide de la fin de l’histoire, pour le reste, il se laisse porter et se sert des événements, c’est un personnage antipathique mais pas seulement. Ni tout noir ni tout blanc, comme le père. Lorsque le père du narrateur va dire à Cécile devant lui « Sa mère », voulant sans doute  mettre de la distance, ces mots-là semblent être le déclencheur de tout ce qui arrive. Comme s’il avait fallu régler les problèmes de l’enfant et de la mère ensemble. En fait il y a tellement de violence dans cette phrase que l’on peut se demander s’il voulait se venger de son père justement à cause de ça, de ce seul moment.  Une relation entre Cécile et le narrateur aurait été beaucoup trop évidente, ce n’est donc pas le parti pris de l’auteur.  Enfin, le caillou dans la chaussure, c’est la relation du narrateur avec Jérémy. Entre le père et le fils, il y a hostilité et pas concurrence amoureuse, la relation est plus sournoise, beaucoup plus fine.

En général, les romans de Philippe Besson font au maximum 220 pages, car il avoue avoir du mal à être plus narratif, plus démonstratif.  Il ressent le besoin d’écrire court, vif, de ne pas s’ennuyer, et le lecteur doit également pouvoir participer.  Le roman est toujours structuré, mais s’y ajoute la part de ce qui échappe, qui s’impose, qui n’est pas totalement maitrisé : la part de ce que l’auteur n’a pas décidé, qui vient et s’impose à lui.

C’est un beau moment passé avec un auteur très agréable, dynamique et sympathique. Une jolie rencontre littéraire

Merci à Babelio et aux éditions 10/18


Catalogue éditeur

Dans le registre implacable de la tragédie, Philippe Besson revisite la règle des trois unités : de lieu, de temps et d’action. Racontant la façon, à la fois désinvolte et rageuse, dont un jeune homme passe imperceptiblement de l’hostilité sourde à la haine pure et dangereuse envers son père, il nous offre un roman tout en nuances et en violence contenue.

« J’ai souvent repensé à la mise en place du piège qui allait se refermer sur nous. À cet étrange ballet à quatre, dans lequel parfois s’immisçait un étranger. À ces va-et-vient d’une maison à l’autre, du jardin à la chambre, de la fraîcheur de la véranda à la chaleur de la plage ; ces déplacements infimes que nous accomplissions et qui tissaient à leur manière une toile ou nous allions nous empêtrer. À cette langueur de juillet, lorsqu’on succombe à la paresse et que le désir s’insinue. À ces abandons progressifs : de la morale, du discernement, du sens commun.
Nous aurions pu facilement tout empêcher mais aucun d’entre nous n’a pris la décision d’arrêter la machine folle. Aucun d’entre nous n’y a songé. »

Philippe Besson, auteur de L’Arrière-saison et de De là, on voit la mer, nous livre un roman tout en nuances et en violence contenue, une tragédie moderne dissimulée sous les apparences d’un innocent marivaudage, le récit d’une vengeance qui doit s’accomplir.

Parution : 9 Janvier 2014 / Format : 130 x 205 mm / Nombre de pages : 234
Prix : 19,00 € / ISBN : 2-260-01915-3