et que celui qui a soif, vienne. un roman de pirates. Sylvain Pattieu

Le roman de Sylvain Pattieu est une drôle d’épopée au pays des pirates et des bateaux du roi ou ceux de la Compagnie des Indes Orientales, sur les océans où ils se livrent bataille sans merci, pour le bonheur de vaincre, pour la conquête de nouveaux horizons, pour le commerce.

« Et que celui qui a soif, vienne » ce mot d’ordre des pirates, tiré des évangiles, donne le ton du roman. Les combats, les bateaux, sont eux aussi les personnages principaux de ce roman d’aventure comme on les aime. On y retrouve les esclaves, évocation de la traite négrière, de la participation des peuples subsahariens dans la capture de ceux qui traversent l’océan pour être vendus dans le nouveau monde. Il y a aussi les bateaux du royaume de France, où les captives, prostituées bannies, vont aller elles aussi peupler ce nouveau monde. Il y a enfin les bateaux des riches marchands hollandais, ceux de la compagnie des Indes Orientales, fiers commerçants à la pensée protestante rigoriste. Il y a enfin les rencontres, entre hommes et femmes, entre marchands et ouvriers, vitrier, charpentier, marins par passion ou par force, pour éponger une dette d’un soir de beuverie, ou par défi pour fuir une vie dont on ne veut plus. Et forcément, à moment donné, les routes et les destinées de ces différents navires vont se croiser, pour le meilleur et sans doute pour le pire.

Sylvain Pattieu nous entraine à leur suite, mais pas seulement. Rarement une lecture n’aura été aussi déroutante. Car comment dire, lorsque il est emporté par les combats, par l’assaut des bateaux, par les duels à l’épée, nul lecteur ne s’attend à lire entre les scènes les réflexions de l’auteur au moment où il écrit ! Or, là c’est ce qu’il se passe. Le récit est constellé de paragraphes très personnels, sur l’actualité, sur la vie de l’auteur, le décès de sa mère, les situations identiques dans l’Histoire, un peu comme si on le voyait poser la plume et nous parler, si on l’entendait réfléchir et penser à voix haute pendant son travail d’écriture. Je ne sais pas dire si cela a vraiment de l’intérêt ni si cela m’a vraiment plu. Mais c’est assez original pour être souligné. Car dans ce roman on embarque vraiment sur les trois bateaux, l’Enterprize, le Florissant, le Batavia. On voit bien la psychologie et la personnalité des différents commandants, sur le bateau négrier, sur les vaisseaux marchands de la compagnie des Indes Orientales, sur les bateaux de pirates enfin, qui traquent pour leur survie, mais aussi pour le plaisir de l’abordage, du combat, de la victoire, et qui s’avèrent les précurseurs pour une vie égalitaire et de liberté. On s’y croit, et tous ceux qui aiment les romans de pirates vont apprécier, mais pas seulement, tous les autres aussi, car il y a à la fois une belle écriture et un jolie inventivité romanesque dans ce roman-là.

domiclire_POL2016  Sélection 2016 du Prix Orange du livre


Catalogue éditeur : Rouergue La brune

De l’Ancien au Nouveau Monde, le destin de trois bateaux et de leurs équipages, un négrier, un vaisseau pirate et un navire marchand. Avec ces péripéties nombreuses et ses personnages fascinants (depuis l’esclave africain jusqu’à l’armateur hollandais), cet hommage aux romans d’aventures se saisit du genre pour le renouveler d’une façon très inventive. Un roman contemporain, donc, au grand souffle romanesque, porté par une réflexion politique sur ce que fut cette première mondialisation.

janvier 2016 / 480 pages / 21,80 € / ISBN 978-2-8126-0989-3

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s