Le grand amant. Dan Simmons

Le Grand Amant de Dan SIMMONS

Le grand amant est un roman, un de plus, qui aborde la période sombre la grande guerre. Pourtant, dès les premières pages, je me suis laissée prendre par l’évocation froide et descriptive de l’horreur, vécue de l’intérieur par le narrateur, un jeune officier poète, James Edwin Rooke.

Comme tant d’autres, sa compagnie est au front où elle subit de terribles pertes. Dans l’enfer des tranchées, des milliers d’hommes vont trouver une mort absurde et inutile. Que ce soit dans un trou d’obus, sous les feux ennemi, percé d’un coup de baïonnette, ou lorsqu’ils montent à l’assaut pour se faire immédiatement massacrer par l’ennemi. Le narrateur décrit ces morts qui restent plusieurs jours entre deux zones de combat, dans l’eau croupie, dévorés par les rats qui s’engraissent de la chair des cadavres. Ces jeunes qui meurent également dans les lieux de replis, infirmeries de fortune dans lesquelles quelques blessés seulement vont s’en sortir.
Il est dans un état de désespérance intense, affrontant l’idée de sa propre mort. Dans ces instants de face à face avec ce grand inconnu, ce grand nulle part que personne ne connait, dont personne n’est revenu, il va avoir à plusieurs reprises l’étrange et merveilleuse vision d’une belle dame blanche, avec qui il communique, échange. Cette vision, comme une respiration, le soutiendra au plus profond de l’horreur.
C’est un court roman fantastique, et cependant un roman étonnant, poignant. Comme un témoignage bouleversant. Il interpelle et il choque par son réalisme, mais il est néanmoins porteur d’espoir. L’écriture est belle, malgré le contexte de l’enfer des tranchées parfois difficile.
Merci à Babelio et aux éditions Actusf

Catalogue éditeur

Le Grand Amant de Dan SIMMONS

« Il est presque temps de parler de la Dame. J’ai hésité à le faire parce que, si quelqu’un trouvait mon journal et le lisait, il penserait que je suis fou. Je ne suis pas fou. »

Juillet 1916, bataille de la Somme. James Edwin Rooke, jeune officier et poète, consigne les horreurs de la guerre dans son journal. Les camarades morts pour gagner quelques centimètres de terrain. Les conditions effroyables dans les tranchées. Les ordres absurdes…

Mais, blessé au fond d’un trou d’obus, il a également aperçu de la beauté sous les formes d’une femme superbe. Un parfum de violette, une robe diaphane, de longs cheveux blonds…

Qui est-elle ? Que fait-elle sur le champ de bataille ?

Serait-ce l’Ange de la Mort, venu le réclamer ?

Dan Simmons est l’une des figures majeures de la littérature américaine. Science-fiction (Hypérion/ Endymion), fantastique (L’Échiquier du mal, Nuit d’été), roman historique (Drood, Terreur) ou encore polar (la trilogie Joe Kurtz), pour ne citer que quelques-unes de ses oeuvres les plus emblématiques, il touche à tout avec une facilité déconcertante et toujours une grande réussite. Le Grand Amant, qui nous plonge dans l’enfer de la Première Guerre mondiale, a reçu le Grand Prix de l’imaginaire.

Couverture : Rodolfo REYES / Traduction : Monique LEBAILLY
Parution : octobre 2014 / Nombre de pages : 192 / ISBN : 978-2-917689-79-0
Publicités

Une réflexion sur “Le grand amant. Dan Simmons

  1. Zina août 6, 2015 / 21:10

    C’est un auteur que j’ai très envie de lire ! mais je ne connaissais pas celui-ci, je le note !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s