Principe de suspension. Vanessa Bamberger

Dans ce roman au titre étrange « Principe de suspension », Vanessa Bamberger parle de la vie et des relations familiales, mais aussi du travail et la passion d’un chef de PME pour son entreprise dans le contexte difficile de la désindustrialisation des territoires.

DomiCLire_principe_de_suspension.jpgLes premières pages s’ouvrent sur un lit d’hôpital, Thomas est dans le coma, et Olivia, sa femme, espère, attend et d’une certaine façon réinvente son couple.
Thomas est un chef d’entreprise qui rêve de bousculer l’ordre établi, celui qui inéluctablement prive les villes de province de leur tissu industriel vieillissant. Il a racheté Packinter, une PME de la filière plastique qui travaille pour l’industrie pharmaceutique. Il faut dire que la médecine et la pharmacie, inconsciemment, sont comme un aimant pour cet homme marqué par le décès de sa jeune sœur handicapée alors qu’il était adolescent. Mais dans le Grand Ouest et comme partout en France, l’industrie est en déclin. Aussi lorsque Loïc se présente pour travailler avec lui, Loïc dont le fils est justement handicapé, Thomas se laisse séduire par cet homme avenant qui fourmille de projets. Thomas espère qu’il va l’aider à sortir son entreprise de l’ornière dans laquelle elle s’enfonce peu à peu, car les donneurs d’ordre opèrent des mutations vers les pays de l’est ou l’Allemagne.  Jusqu’au jour où….
En parallèle, Olivia tente de comprendre ce mari si peu présent, ce père tellement absent de la vie et de l’évolution de ses fils, qu’elle en vient peu à peu à se demander si la vie de couple est réellement ce qu’elle a de mieux à espérer, à vivre. Aussi le jour où un accident respiratoire inattendu plonge Thomas dans le coma, chacun s’interroge sur le bienfondé de son quotidien, sur son envie de poursuivre, sur son utilité, ses priorités.

Questionnements sur le couple, sa fragilité, son équilibre. Mais questionnement également sur la vie d’un patron de PME, contraint par ses employés, ses fournisseurs, ses clients, et surtout par l’évolution des marchés de l’emploi, la mondialisation et les coûts du travail, la tyrannie des actionnaires et les rachats d’entreprise. De flash-back en retour au présent, puis au futur, chaque chapitre est introduit par une définition, principe ou suspension…et le lecteur s’interroge avec Olivia, avec Thomas, sur l’importance de sa vie, de son couple, de ses choix, ses aspirations et sur l’utilité de ses actions, sur la réalité du quotidien. Voilà un premier roman intéressant qui nous plonge dans les affres de la réalité et du quotidien de ces petits patrons qui tentent tout pour faire survivre leurs entreprises.


Catalogue éditeur : Liana Levi

«10% de talent, 90 % d’efforts.» C’est la devise de Thomas pour défendre son usine et ses salariés. Depuis qu’il a racheté Packinter, une PME de la filière plastique, il lutte pour conjurer le déclin de l’industrie dans sa région du Grand Ouest. Un hiver pourtant tout bascule, et il se retrouve dans la chambre blanche d’un service de réanimation, relié à un respirateur. À ses côtés, Olivia, sa femme, attend son réveil. Calme, raisonnable, discrète. Comme toujours. Dans ce temps suspendu, elle revit les craintes des ouvriers, les doutes de Thomas, les trahisons intimes ou professionnelles qui les ont conduits jusqu’à ce grand silence, ce moment où se sont grippés le mécanisme des machines et la mécanique des sentiments. Parce que la vie s’accommode mal de l’immobilisme, il faut parfois la secouer un peu, selon le «principe de suspension».
Un premier roman juste et subtil sur le blues du petit patron et le fragile équilibre du couple.

Date de parution : 03-01-2017  / 14 x 21 cm – 208 pages / ISBN : 9782867468759 / 17,50 €

Publicités

3 réflexions sur “Principe de suspension. Vanessa Bamberger

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s