Évariste. François-Henri Désérable

Qui connait le Rimbaud des mathématiques, en dehors des spécialistes ? François-Henri Désérable nous fait découvrir la biographie romancée d’Évariste Gallois, ce génie des mathématiques trop en avance pour son temps.

DomiCLire_evariste.jpgLecteur, toi qui croit lire la biographie d’Évariste Gallois  dans un registre relativement classique, passe ton chemin ! ici, nous avons un auteur qui hésite, qui brode, qui imagine, qui renonce, qui s’adresse, à toi à moi, à elle surtout, mais à qui nous n’en savons rien en fait…

Et pourtant, voilà un auteur, François-Henri Désérable, qui retrace les grandes étapes de la vie d’Évariste, qui reconstitue des moments de vie, de tourment, de découverte, de déception, de fulgurance, pour tenter de faire revivre en quelques pages ce jeune génie qui de son temps était largement méconnu, rejeté et incompris.

Précurseur et découvreur dans un monde où l’on espérait simplement de dociles élèves à polytechnique, ou à Normale, et qui ayant très certainement un niveau au-dessus de celui à qui il s’adressait, ne pouvait qu’en être ignoré, car il faudra « bien des commentaires pour saisir le sens profond de sa pensée ».

L’auteur fait revivre Évariste, de sa jeunesse à Bourg-la-Reine à la longue nuit qui précède sa mort, celle où il couche ce qui sera son testament scientifique, cette nuit où il annote, ponctue de « on jugera », tant finalement son assurance et son aplomb étaient grands, lui qui interroge, interpelle, sur ces  sept feuilles ou en marge de son livre,  laissant aux autres le choix de « déchiffrer ce gâchis » « qu’il a en tête depuis bientôt un an » et qui se révélera comme étant une découverte majeure des mathématiques, lui qui meurt à vingt ans dans un stupide et bien étrange duel.

Si l’on est peut-être parfois légèrement rebuté par l’écriture au style alerte et familier, débordant de jeunesse et d’enthousiasme, on ne peut malgré tout qu’apprécier ce récit. Vingt ans pour vivre, révolutionner les mathématiques, mourir, c’est une courte vie pour un génie incompris. Merci à l’auteur de nous l’avoir fait redécouvrir.


Catalogue éditeur : Gallimard

À quinze ans, Évariste Galois découvre les mathématiques ; à dix-huit, il les révolutionne ; à vingt, il meurt en duel. Il a connu Raspail, Nerval, Dumas, Cauchy, les Trois Glorieuses et la prison, le miracle de la dernière nuit, l’amour et la mort à l’aube, sur le pré.
C’est cette vie fulgurante, cette vie qui fut un crescendo tourmenté, au rythme marqué par le tambour de passions frénétiques, qui nous est ici racontée.

Collection Blanche, Gallimard / Parution : 01-01-2015176 pages, 140 x 205 mm / Achevé d’imprimer : 11-12-2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s