Le quartier des petits secrets, Sophie Horvath

Un joli roman qui fleure bon le bonheur, l’amitié, la bienveillance et le souci du prochain. Une bluette me direz-vous ? Que nenni, allez, on fonce lire « Le quartier des petits secrets » de Sophie Horvath, bloggeuse et auteur de ce premier roman.

Sur une petite place paisible de Bordeaux, quelques commerçants observent les passants, mais aussi leurs clients, dans une ambiance sereine et amicale. Il y a là Clémentine la fleuriste, Nicole qui tient le troquet de la place, monsieur Bouquin, la boutique de livres rares.

Après avoir abandonné ses très sérieuses études juridiques, Clémentine est devenue fleuriste. Sa famille bourgeoise apprécie mal ce changement, mais elle s’épanouit pleinement à réaliser le bouquet idéal qu’elle destine à chacun de ses clients. Viviane, une gentille vieille dame qui s’échappe de sa maison de retraite, vient parfois dans sa boutique assouvir sa passion du jardinage. Mais depuis quelques jours, Clémentine ne la voit plus. Inquiète, elle part à sa recherche. Sa quête ne fait alors que commencer, imprévue, étonnante. Car de fil en aiguille – ou de fleur en fleur, c’est selon –  Clémentine se lance finalement à la recherche d’une fleur totalement inconnue des botanistes…

Merci Sophie de nous faire découvrir et aimer tous ces personnages attachants et très humains. Nicole et son fils Benjamin, Hector et sa pensionnaire Viviane,  Bouquin et ses livres rares, avec leurs interrogations, leurs doutes et leurs failles bien enfouies au plus profond d’eux, leurs attentes et leurs rêves secrets. Chacun à sa façon va mettre au service des autres cette part d’humanité qui fait le savoir bien vivre tous ensemble.

Alors, roman optimiste et positif ? Oui, sans doute, mais pas seulement, car la surprise n’est pas forcément celle que l’on attend. Le quartier des petits secrets nous montre aussi les travers et les chagrins des uns et des autres, dans ce microcosme aux personnalités diverses et complémentaires, comme en miroir de nos propres nos vies.

Sophie Horvath est l’auteure du blog C’est quoi ce bazar ? Elle signe ici un premier roman qui procure à ses lecteurs un bien agréable moment de lecture.

💙💙💙💙

Catalogue éditeur : Flammarion

Clémentine est fleuriste à Bordeaux, dans un quartier en retrait de l’effervescence urbaine. Sa plus proche amie, Nicole, tient le café sur la place et, ensemble, elles s’amusent à observer les habitudes de chacun. De cet homme qui commande exactement les mêmes bouquets chaque semaine. De ce… Lire la suite

Paru le 10/04/2019 / 208 pages – 136 x 210 mm / EAN : 9782756428796 / ISBN : 9782756428796

Publicités

Né d’aucune femme, Franck Bouysse

Franck Bouysse nous plonge dans une atmosphère à la façon de Flaubert ou de Dickens. « Né d’aucune femme » est un roman choral, situé fin XIXe début XXe, dans une province qui pourrait être les Landes ou le sud-Ouest chers au cœur de l’auteur.

Gabriel, le curé du village, reçoit une étrange visite. Une inconnue l’informe qu’il va être appelé, par ceux du monastère où se réfugient les filles perdues, auprès d’une jeune morte. Dans les plis de la robe, il trouvera deux carnets, une vie, la vie de Rose…

Rapidement, avec Gabriel, le lecteur feuillette ces carnets et plonge directement dans l’horreur de la misère. Celle des filles qui naissent mais ne servent à rien, même si elles travaillent dur, bouche à nourrir, dot à payer, et elles partent servir dans la famille du mari quand on leur en trouve un…Mais ici, Onésime, le père, au plus profond de son désespoir car il n’arrive pas à subvenir correctement aux besoins de sa famille, a trouvé un moyen de se débarrasser de son ainée, la vendre au maitre de forge.

Elle part avec son père, ne le sait pas encore, mais sa vie d’avant est finie à jamais. Elle repart avec le maitre vers cette grande demeure inquiétante où règne la Vieille, mère et maitresse, mauvaise, hostile à cette jeune femme qu’elle dresse et veut assujettir à sa volonté. Là, Rose, devenue la petite, va vivre des moments de labeur et de douleur. Brimades, corrections, viol, rien ne sera épargné à celle qui désormais appartient au maitre corps et âme.

Le lecteur s’attache à ce personnage de jeune fille. L’auteur construit et fait évoluer autour d’elle les différents protagonistes, en particulier les acteurs de son malheur, avec une montée dans l’intrigue digne des grands romans noir. Pourtant, au plus douloureux de ce qu’elle va vivre, elle n’est cependant jamais totalement désespérée. Elle sait voir le beau. Flatter le col d’un cheval et vivre des instants de bonheur et de douceur à son contact, penser à un jeune homme dont le regard l’émeut sont autant d’instants qu’elle saura sublimer pour réussir à rester vivante dans sa tête.

L’auteur décrit ici le mal dans ce qu’il a de plus terrible, quand le plus fort montre à l’autre ses faiblesses, anéanti sa volonté, annihile sa personnalité. Et cependant, j’ai aimé le fait qu’il mette en scène une jeune femme qui sait verbaliser et écrire le désespoir. Rose réussit à s’extraire mentalement du malheur qu’est sa vie pour devenir une jeune femme solide, parfois même amoureuse, qui ressent des sentiments, des joies, dans cette maison où tout bonheur lui est pourtant refusé. Enfermée, alors qu’elle devrait devenir folle l’écriture va la sauver.

J’ai découvert Franck Bouysse avec ce roman et je ne compte pas en rester là. J’ai trouvé autant de beauté que de cruauté dans ce roman écrit avec une plume qui sait dire la complexité des sentiments et les mots qui émeuvent.

💙💙💙💙

Rencontre au salon Livre Paris

Catalogue éditeur : La Manufacture de livres

 » Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
– Et alors, qu’y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? Demandai-je.
– Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
– De quoi parlez-vous ?
– Les cahiers… Ceux de Rose. »

Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin. Franck Bouysse, lauréat de plus de dix prix littéraires, nous offre avec Né d’aucune femme la plus vibrante de ses œuvres. Ce roman sensible et poignant confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l’âme humaine.

Franck Bouysse, né en 1965 à Brive-la-Gaillarde, a été enseignant en biologie et se lance dans l’écriture en 2004. Grossir le ciel en 2014, puis Plateau en 2016 rencontrent un large succès, remportent de nombreux prix littéraires et imposent Franck Bouysse sur la scène littéraire française. Il partage aujourd’hui sa vie entre Limoges et un hameau en Corrèze.

20,90 euros / 336 pages / Parution le 10/01/2019 / ISBN 978-2-35887-271-3

Summer. Monica Sabolo

Lire Summer et retrouver l’écriture magnétique et poétique de Monica Sabolo.

Où est-elle, la belle, la brillante, la solaire Summer qui a disparu un jour d’été lors d’un piquenique au bord du lac Léman ? Nul ne le sait, personne n’a retrouvé cette sublime Summer âgée alors de dix-neuf ans. Elle était admirée par tous, y compris par son frère. Vingt-cinq ans après, toujours submergé par la culpabilité et la douleur, Benjamin s’interroge encore…

Depuis cette disparition, Benjamin, qui n’avait que 13 ans à l’époque, cherche à comprendre. Mais de façon bien étrange puisqu’il est étonnamment statique, comme si sa propre vie s’était arrêtée ce jour-là… Il ne pose aucune question auprès de ses parents, de la police, ne fait aucune recherche réelle, mais vit des nuits de cauchemar peuplées de visions de Summer au fond du lac Léman, submergé d’angoisses qu’il essaie vainement de résoudre auprès d’un psy… Impossible de se réaliser, de connaître une vie normale, tant qu’il ne saura pas.

Le lecteur tente de le suivre dans ses errances, mais avouons-le on se lasse un peu de ces lenteurs, de cette immobilité affective. Car dans cette famille qui a tout pour connaitre le bonheur absolu, facile – le confort financier, la beauté, le luxe – un grand vide affectif se dévoile au fil des pages. Un manque de communication et des non-dits, des secrets enfouis au plus profond, attisent les angoisses du jeune homme.

Pourtant, une intrigue semble poindre, qui aurait pu en faire un excellent thriller ou roman noir, l’écriture est souvent poétique, les descriptions ont des airs d’opéra dans ces paysages brumeux de bord du lac. Elles donnent à cette histoire un attrait magnétique qui fait que l’on continue, que l’on ne referme pas ce roman avant d’aller jusqu’au bout, pour savoir.

Du même auteur, j’avais lu Crans Montana, avec cette même impression d’être ferrée par l’écriture, mais jamais par l’intrigue qui me laisse avec une sensation de manque…

💙💙💙

Un roman lu dans le cadre de ma participation au Jury du prix des Lecteurs du Livre de Poche

Catalogue éditeur : Le Livre de Poche

Lors d’un pique-nique au bord du lac Léman, Summer Wassner, dix-neuf ans, disparaît. Elle laisse une dernière image : celle d’une jeune fille blonde courant dans les fougères, short en jean, longues jambes nues. Disparue dans le vent, dans les arbres, dans l’eau. Ou ailleurs ?

Vingt-cinq ans ont passé. Son frère cadet Benjamin est submergé par le souvenir. Summer surgit dans ses rêves, spectrale et gracieuse, et réveille les secrets d’une famille figée dans le silence et les apparences. Comment vit-on avec les fantômes ?

288 pages / Date de parution :  02/01/2019 / EAN : 9782253074168 / Editeur d’origine : JC Lattès

Magic Bab el-Oued. Sabrina Kassa

Dans Magic Bab el-Oued, l’héroïne de Sabrina Kassa s’interroge sur ses origines et évoque avec justesse des sujets de société qui touchent tout un pays, et courent sur plusieurs générations.

Anissa vit à Paris. Elle est étudiante et prépare un mémoire sur les chibani, son travail est assez froidement accueilli par son maitre de thèse qui veut l’orienter différemment et vraisemblablement l’utiliser pour cannibaliser cette étude à son profit.

Il y a longtemps qu’Anissa ne vit plus chez sa mère, dans le quartier l’Aligre. Mais pendant l’absence de celle-ci, elle doit retourner dans l’appartement de son enfance pour attendre le plombier. Là, elle découvre un secret, son père était harki, voilà sans doute pourquoi il n’est jamais revenu au pays… Elle décide de partir en Algérie pour aller rencontrer la famille et tenter de comprendre.

A son arrivée à Alger, elle se rend vite compte que personne ne lui parle vraiment, l’ambiance est plutôt froide, la sincérité absente, les doutes et les questions l’assaillent chaque jour, pourquoi une telle attitude à son égard de la part des différents membres  de la famille ?

Chaque jour est propice à de nouvelles découvertes, un cousin noir (issu d’un viol entre la tante et un tirailleur sénégalais) pour le moins gentil, mais rêveur et qui est tout le portrait de Barack Obama mais ne le sait pas, il est la proie facile de margoulins américains qui tentent de l’utiliser. Une cousine qui ne rêve que de quitter le pays, mais pour cela il faut un passeport, un visa, et surtout de l’argent.. et des oncles et tantes si taiseux que les secrets ne sont pas prêts d’êtres percés à jour.

Au fil des jours, les vérités se dévoilent, les caractères se font jour, les amitiés se créent.  Anissa n’aura certainement pas toutes les réponses, mais pourra au moins savoir d’où elle vient, pourquoi les silences, et se construire sur de belles bases. Un premier roman attachant, une écriture fluide et chaleureuse, sous le soleil d’Alger, une histoire qui a la saveur des soirées au village, quand les cousins se parlent enfin, et se ressourcent en montagne sous les feuillages odorants et la nuit étoilée…Un roman qui dit aussi le temps qui passe, le poids des silences, le chagrin et le manque de confiance que cela engendre. Savoir pour se construire, comprendre pour évoluer et mieux s’armer pour l’avenir, tout cela est évoqué avec sérieux mais dit avec une légèreté et une fantaisie apparentes.

💙💙💙💙

Catalogue éditeur : Emmanuelle Collas

Anissa vient de découvrir un secret de famille : son père était harki. Elle décide d’aller rendre visite à son oncle à Bab el-Oued pour comprendre ce qui, dans le passé, a fait exploser sa famille. Mais, en Algérie, tout la monde la fuit. Elle ne tarde pas à comprendre qu’un autre drame se joue là-bas. Son cousin, tout aussi égaré qu’elle, est embarqué dans une magouille internationale depuis qu’il est devenu le sosie de Barack Obama. C’est en essayant de lui prêter main forte que les histoires des uns et des autres vont se dévoiler et se libérer de l’emprise du passé.

Sabrina Kassa est française. Journaliste, elle vit à Paris. Magic Bab el-Oued est son premier roman. Retrouvez son blog ici : Sabrina Kassa

Parution : janvier 2019 / Dimensions : 18,8 x 12,5 x 1,8 cm / Pages :193 pages / EAN13:9782490155095 / Prix 15€

Deux stations avant Concorde. Peire Aussane

Dans « Deux stations avant Concorde » Peire Aussane  évoque les questionnements du couple, l’amour, la fidélité, ces belles promesses que l’on a envie de tenir, et la nécessité de se délivrer des entraves du passé pour mieux vivre son avenir.

Eve est artiste peintre, elle semble porter le poids de blessures intimes anciennes et se cherche chaque jour dans sa peinture et dans sa vie de mère de famille, d’épouse, de femme. Antoine, son mari est un nez, il hume, détecte, crée, assemble ces parfums qui nous enivrent. Mais le train-train, les enfants, et une certaine instabilité font que la vie d’Eve n’est pas aussi heureuse ni sereine qu’elle le souhaite.

Lorsque Antoine, part quelques jours en Russie pour son travail, Eve court se ressourcer auprès de ses parents à Paris. Les enfants sont pris en charge par leur grands-parents, Eve jouit du bonheur de parcourir la capitale en toute liberté, quand deux stations avant Concorde, elle croise le regard d‘un homme, et ce regard l’électrise, la transporte, réveille ses sens et ses envies.

De péripétie en coup de tête, Eve va se retrouver à Tokyo, là où semble habiter cet homme, là où sa grand-mère est partie après son divorce, là où semble-t-il les amants se retrouvent, se découvrent, se transportent. Arrivée là, Eve va donc suivre les traces improbables non de cet inconnu du métro, mais bien de sa grand-mère et de la vie qu’elle a vécue là-bas.

Un roman qui nous parle d’amour et de la complexité des relations, de la vie à deux, de la difficulté à maintenir les liens amoureux. De la difficulté sans doute aussi de se réaliser en tant que femme… et de la peur de la rupture, la prise de conscience de l’amour, du couple, de sa solidité et sa fragilité, du bonheur de créer et de maintenir la cohésion d’une famille. Une bonne connaissance du Japon nous entraine vers des paysages et une ambiance exotique à souhait et plutôt poétique. Même si les situations paraissent pour le moins incohérentes, Deux stations avant Concorde est un roman qui se laisse lire agréablement.

💙💙💙

Catalogue éditeur : Michalon

« Le mouvement des passagers dans le wagon m’oblige à le frôler pour sortir de la rame. J’avance sans réfléchir. Rien d’autre que l’intensité de ce face-à-face encore vivant ne peut s’infiltrer jusqu’à mon cerveau. Je m’en remets au rythme de mes pas qui m’éloignent de lui. J’écoute cette musique pour éviter de penser.
Cette musique est celle de ma survie, ou de ma plus belle erreur. »

Poussée par le mystère d’une rencontre improbable et enchanteresse dans le métro parisien, une jeune femme s’envole pour le Japon, laissant pour un temps son compagnon et leurs enfants.
Seule au cœur de Tokyo, ses pas la conduiront malgré elle vers le passé, réveillant une mémoire restée trop longtemps silencieuse.
Sensuel, insondable, le roman d’un retour à la vie et du souffle retrouvé.

Peire Aussane vit à Paris. Deux stations avant Concorde est son premier roman.

Broché – format : 13 x 20 cm /  ISBN : 978-2-84186-894-0 / 30 août 2018 / 192 pages

L’Homme gribouillé, Serge Lehman & Frederik Peeters

L’Homme gribouillé, de Serge Lehman et Frederik Peeters, un roman graphique à l’ambiance irréelle qui nous entraine dans un univers noyé de pluie et d’orage à la découverte d’un trio de femmes. Passionnant et sombre !

Domi_C_Lire_l_homme_gribouille_delcourtDans une ville capitale qui dégouline de pluies torrentielles, Betty rentre chez elle, ou plutôt chez sa mère Maud, auteure de livres pour enfants.

Comme chaque jour, sa fille Clara l’attend. Mais ce jour-là, Maud vient de faire une nouvelle attaque, et pendant qu’elle attendait les secours, Clara a découvert Max, un homme très étrange venu dans la maison récupérer une boite confiée à Maud. Clara ne sait qu’en penser, cet homme lui fait peur, c’est évident. Max est un homme oiseau, étrange et terrifiant, noir comme un mauvais rêve, et l’on a très vite envie de mieux le connaitre, de savoir d’où et pourquoi il vient. Pourtant Betty n’a pas vraiment l’air de s’en soucier.

Betty, maquettiste, célibataire est une femme étonnante elle aussi. Elle fait de nombreux rêves étranges et elle est très souvent frappée d’aphasie, phénomène d’autant plus dérageant quand il s’agit de défendre ses intérêts professionnels, ou comme ici de comprendre et d’enquêter sur sa propre famille.

Betty mène finalement l’enquête sur ses origines et sur sa famille, et l’on se rend compte alors que dans la famille, que ce soit Clara, Betty ou Maud, les femmes ont une grande importance. Dans la colline où réside historiquement la famille Couvreur, elles tiennent le premier rôle, le seul sans doute, protectrices, maternelles, salvatrices.

Tout en noir et blanc, en dégradés de gris plombé comme un ciel d’orage, cette histoire sombre prend toute sa dimension grâce aux tonalités en demi-teinte et aux planches parfois détaillées, au tracés minutieux, ou parfois plus floutées, du graphisme de Frederik Peeters. L’ambiance devient irréelle, dans un univers noyé de pluie et d’orage, la tension monte et l’air est électrique pour ce roman graphique qui a tout du conte fantastique et noir ! On se laisse totalement embarquer par ce récit surnaturel, avec un petit bémol peut-être, une fin un peu abrupte qui laisse comme un goût de Ah mais en fait j’ai peut-être pas tout compris !

💙💙💙💙


Catalogue éditeur : Delcourt

Dans la famille Couvreur, il y a Maud, 75 ans, auteur de romans pour enfants dont le succès n’a d’égal que la discrétion. Il y a Betty, sa fille au caractère ombrageux, sujette à des crises d’aphasie qui la privent littéralement de parole. Et il y a Clara, la fille de Betty, lycéenne brillante et fabulatrice qui rêve d’aller vivre avec son père à Londres… Lire la suite …
Scénariste : Serge Lehman / Coloriste & Illustrateur : Frederik Peeters
Date de parution : 17/01/2018 / ISBN : 978-2-7560-9625-4

 

Sentinelle de la pluie, Tatiana de Rosnay

Quand à Paris, sous une pluie incessante, la Seine devient le personnage principal de « Sentinelle de la pluie » le dernier roman de Tatiana de Rosnay, éclaboussant de ses extravagances la vie rangée d’une famille pas ordinaire.

Domi_C_Lire_sentinelle_de_la_pluie_tatiana_de_rosnay.jpgC’est prévu, organisé, tout est bouclé, c’est à Paris que la famille Malegarde se retrouve pour fêter les soixante-dix ans de Paul, le patriarche… Enfin, la famille pas vraiment, plutôt le cercle restreint des intimes, Paul et Lauren, Linden et Tillia, les deux enfants qui ont pourtant quitté le nid familial depuis de nombreuses années et fondé leurs propres familles. Pas de pièce rapportée pour cet anniversaire, seuls sont admis les intimes.
Paul est un amoureux des arbres à qui il a consacré sa vie, parlant peu, parcourant le monde pour sauver telle ou telle essence rare ou tel arbre multi centenaire qu’il ne faut surtout pas abattre. Il est mondialement connu, et pourtant sa vie s’écoule la plupart du temps paisiblement sur son domaine du sud de la France.

En ce printemps pluvieux, il arrive à Paris avec sa femme Lauren, une américaine qui presque quarante ans plus tôt est tombée instantanément amoureuse de cet homme rêveur et solitaire et ne l’a plus jamais quitté. Leur fils Linden débarque des États Unis, quand Tillia arrive de Londres où elle a laissé sa fille et son alcoolique de mari. Retrouvailles idylliques d’une famille unie sans histoire ? Peut-être pas, car tout n’est pas si évident dans la famille Malegarde. Et si comme d’habitude Lauren a tout organisé, repas, visites, balades, rien ne va se passer comme prévu, surtout lorsque Paul va avoir une crise cardiaque lors de son dîner d’anniversaire.

A partir de ce moment-là, la Seine qui monte et les pluies incessantes vont prendre le dessus sur le rythme de la ville, de la famille, et contraindre chacun à envisager les choses autrement. Aller voir son père à l’hôpital, quand après un très grave accident Tillia ne peut même plus y mettre ne serait-ce qu’un pied ? Parler à son père de l’homme de sa vie, quand malgré les années on n’a jamais été capable de lui avouer son homosexualité ?  Comprendre sa mère quand celle-ci vous a rejeté et que le dialogue est si difficile ? Accepter ou rejeter ce mari alcoolique quand on ne peut pas accepter non plus sa  propre image ? Chacun va devoir se remettre en question, avancer dans ses douleurs, ses questionnements, ses secrets inavoués et pourtant sans doute tellement avouables.
Et puis, l’image un père, la relation avec la mère, qui évoluent avec l’âge, les douleurs et les secrets de l’enfance, la fuite de Linden vers Paris puis les Etats Unis où il est peut-être plus facile de s’affirmer gay, là où le regard des autres ne fait sans doute pas aussi mal. Mais les secrets et les aveux sont parfois difficiles à dire, même s’ils sont tellement libérateurs. Une immense psychothérapie familiale portée par la vague en quelque sorte…

Si tout au long du roman la pluie tombe sans cesse, pour noyer les sentiments, les personnages, les espoirs, si la crue menace, si la ville est sous le choc d’une évacuation et d’une situation catastrophique, ne faut-il pas malgré tout garder espoir ? Dans cette famille désunie et pourtant soudée, la crue joue le rôle de ciment et la nature, omniprésente, se rappelle à nos existences.
Pourtant, je dois avouer que je n’ai pas retrouvé ce qui faisait pour moi la force et le style de Tatiana de Rosnay. De Elle s’appelait Sarah à Rose par exemple… peut-être me suis-je laissée emporter par la vague, trop présente, par les flots dévastateurs et la pluie omniprésente qui m’ont privée du petit moment de grâce qui aurait fait de ce roman un excellent souvenir. C’est une lecture agréable cependant. A conseiller à tous les amoureux de cet auteur, et à tous ceux qui se posent des questions sur le retour de la crue centennale sans doute ! Car si l’intrigue est réellement romanesque, les évènements et leur déroulé sont largement expliqués, détaillés, et le lecteur sent le véritable travail de recherche qu’a effectué l’auteur, de quoi se rassurer, ou pas…

💙💙💙


Catalogue éditeur : Éditions Héloïse d’Ormesson

Rien n’empêchera les Malegarde de se retrouver à Paris pour fêter les soixante-dix ans du père, arboriste à la réputation mondiale, pas même les pluies diluviennes qui s’abattent sur la Ville Lumière. La crue redoutée de la Seine est pourtant loin d’être la seule menace qui pèse sur la famille.

Comment se protéger lorsque toutes les digues cèdent et que l’on est submergé ? Face au péril, parents et enfants devront s’avouer ce qu’ils s’étaient toujours caché. Tandis qu’en miroir du fleuve les sentiments débordent, le drame monte en crescendo, démultipliant l’intensité des révélations.

Traduit de l’anglais par Anouk Neuhoff / 368 pages | 22€ / Paru le 1 mars 2018 / ISBN : 978-2-35087-442-5 / Photo de couverture © Roberta Tancredi (Artetetra)